Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le blé qui lève

Le blé qui lève. De mon petit observatoire, jai voulu jeter mes regards de missionnaire vers lavenir qui commence avec 1927. Dhier, en effet, il me reste déjà plus que des souvenirs vagues, un peu de tristesse pour lenvol des jours, de la joie aussi de voir Dieu plus proche et quelques âmes meilleures.
Add this
    Le blé qui lève.

    De mon petit observatoire, jai voulu jeter mes regards de missionnaire vers lavenir qui commence avec 1927. Dhier, en effet, il me reste déjà plus que des souvenirs vagues, un peu de tristesse pour lenvol des jours, de la joie aussi de voir Dieu plus proche et quelques âmes meilleures.

    On accumule tant, pour demain, de sombres prévisions quon devrait, semble-t-il, commencer lannée par un lamentable gémissement. Journaux et revues, en général, lettres et conversations, en particulier, jettent du noir dans lâme et léclaboussent damertume. Des pessimistes voient craquer de partout les vieux cadres de la famille et des sociétés : plus de respect pour lautorité, plus de fraternité les uns pour les autres, et quant à légalité Ont-ils, ceux-là, parcouru lhistoire humaine des siècles précédents ? On en douterait. Que lheure actuelle sonne un renouvellement didées et séchafauder une armature plus neuve de lois et de constitutions qui le nierait ? Ce nest plus lOrient seul qui bouge : cest tout lExtrême-Orient qui sort de sa millénaire léthargie. Japon, Corée, Chine, Indochine, Siam, Indes, etc. secouent les ancestrales bandelettes qui les tenaient figés dans de paresseuses poses de momies. La culture méthodique des muscles, leugénisme, précède peut-être chez ces peuples le complet développement de lintelligence et lidéal de la vie morale, soit ; cest probablement que tous cherchent à se créer durgence et par la force une individualité dont lEurope ait cure. Car lEurope attire encore comme un champ magnétique ceux qui visent à lessor national, condensé, semble-t-il, quelques formules magiques déducation sociale. Parce quil aura parcouru à la hâte certaines branches de lenseignement occidental, parce quil aura effleuré rapidement quelques problèmes dhygiène, dart militaire, de justice ou de diplomatie, voilà notre Jaune civilisé. Reconnaissons-lui dailleurs et bien volontiers des qualités surprenantes dautomatisme, de patience, danalyse, un certain vernis scientifique, dheureuses adaptations au milieu, des décalques objectifs, en un mot, du mimétisme. Mais existe-t-il pour autant chez lui une véritable évolution mentale vers le Beau, le Vrai, le Bien, vers cette universelle charité des âmes, vers ce pacifisme bienfaisant que seul infuse le Christianisme intégral, cest-à-dire le seul catholicisme ? Hélas ! trois fois hélas !.

    Et qui mieux que nous, missionnaires, peut constater cette carence de vie profonde dans les peuples que nous évangélisons ? Car enfin, quest actuellement notre percée catholique dans cette masse shintoïste, bouddhiste, mahométane, protestante, etc. qui nous écrase, quest-elle ? Et quand donc, en signalant les peuples que nous poliçons, pourrons-nous écrire au Pape, comme jadis Bossuet : Le Dauphin a premièrement appris la crainte de Dieu, qui est lappui de la vie humaine? Latavisme païen, les erreurs rituelles, les murs désordonnées, sont de rudes adversaires pour la religion du Christ. Tant de germes mauvais poussent dans ce champ broussailleux des âmes, que le Semeur voit souvent étouffer le bon grain quil y jette. Et cette mosaïque de religions, où lenvoyé du Maître pénètre avec ardeur, comme il la désagrège lentement, presque imperceptiblement !

    Avouons-le, nous sommes encore en maints pays à lâge du fer ; mais haut nos yeux vers lhorizon, plus haut nos âmes, courage dans le cur de tous, car lâge dargent, sinon dor, des Missions sannonce !

    Rome a parlé. Benoît XV et Pie XI ont successivement lancé des ordres de mobilisation pour quune pacifique armée dapôtres sélance à la conquête des âmes païennes. LEurope, le Canada, lAmérique ont déjà compris. De partout surgissent détonnantes légions, qui, bientôt exercées et disciplinées, viendront relever de leurs positions ceux qui, par un véritable miracle dénergie, tiennent encore debout sur le front. La France, dont lâme en son essence est un âme missionnaire, a dit Goyau, donne lexemple. Si les Séminaires pour Missions se peuplent encore lentement, si beaucoup de jeunes sont plus attirés par certains Ordres contemplatifs, reconnaissons néanmoins quune splendide aurore missionnaire se lève. La Missiologie, dont parle Sa Sainteté Pie XI, est non plus en voie de formation, mais en pleine expansion. Proclamons-le hautement : si ce nest pas daujourdhui que part le mouvement missionnaire, puisquil existe depuis Jésus-Christ, toutefois notre époque avait hier son Exposition missionnaire splendide ; maintenant elle a ses semaines de Missiologie, ses dimanches et ses journées missionnaires, féconds en résultats pratiques et tangibles. Quant à lEncyclique Rerum Ecclesi, elle reste un document pontifical explicite dune rare essence desprit apostolique, disons mieux, uniquement inspiré par lEsprit-Saint Lui-même, qui souffle dune prodigieuse manière en nos jours inquiets. Le Pape, comme dans une vision dApocalypse, a prévu les temps futurs avec leurs conflits de races, leurs chocs didées xénophobes, leurs résultantes nationalistes. Le pan-asiatisme, tel quil se révèle comme un volcan prêt à lancer sa lave, a de longue date préoccupé lauguste Vieillard du Vatican, penché sur la carte du monde entier dont il a charge évangélique. LEurope et lAmérique entrent sans doute pour beaucoup dans ses préoccupations, mais lAfrique, lAsie et le reste du globe, dont il voit les innombrables masses païennes, attirent invinciblement son regard plein de tendresse. Pacificateur, il comprend son noble rôle décarter des puissances tout ferment de dissidence et de désordre, voire simplement religieux. Et voici quil ordonne de faire place de plus en plus aux ouvriers issus de ces terres asiatiques, dégagés de leur gangue, ennoblis par la grâce et conviés à être les directeurs des âmes de leurs compatriotes. Le Pape sait que ces nouveaux dépositaires des mystères du Christ ont leurs hérédités, leurs impulsions et leurs préjugés. Mais ils sont des débordantes de vitalité, dinitiative, quil faut utiliser. Des temps sont passés, où fleurirent des génies et des saints, des vierges et des martyrs ; dautres sécouleront où la perfection chrétienne à tous ses degrés sépanouira pleinement en terre asiatique. Nul ne peut se dire parfait parce quil parle de perfection, ni Chinois parce quil parle chinois ; mais des jours viendront où le Christ régnera pleinement dans les curs et gouvernera les intelligences de tous êtres-moissonneurs. Jusquà lan dernier, des hésitations sur opportunité dun clergé indigène hiérarchisé pouvaient se comprendre ; elles seraient inconcevables aujourdhui. Un contrôle provisoire blanc peut seul sadmettre, une organisation jaune définitive simpose. Lemprise religieuse du Jaune par le Jaune, du Noir par le Noir et du Blanc par le Blanc, est nécessaire pour lexistence future de lEglise, inquiète peut-être de la singulière tournure des événements politiques mondiaux, mais indépendante dans sa foi, sa morale et ses rites, accessibles à tous les hommes de bonne volonté. Seule, en effet, la personnalité catholique subsiste intacte sous la couverture de théories raciales diverses : il suffit douvrir lhistoire pour sen convaincre. Les panacées politico-sociales, les chimères égalitaires nont point survécu ; lEglise du Christ seule, dont le royaume nest pas de ce monde, offre à tous, dans la charité, lhégémonie tutélairement divine. Il est sans doute des stades dévolution sociale qui présentement se dessinent en marge de lEglise catholique, tel le communisme, le mexicanisme, le fascisme : ils disparaîtront. Ondes bruyantes qui soulèvent un moment la mer tranquille où se balance la barque de Pierre : celle-ci ne sombrera pas. Au cours des âges, schismes et scandales ont éclaté parfois dans lEglise : ils ne lont point atteinte dans sa vitalité. Hommes de peu de foi que nous sommes, nous craignons, alors que le Christ gouverne et quil nous commande daller de lavant. En consacrant lui-même à Saint-Pierre de Rome six nouveaux Evêques Chinois, Pie XI a fait le geste large et sublime du Père impartial qui réunit sans distinction ses fils autour de lui, tous dignes de son amour, de sa générosité, de sa confiance. Les préjugés de race et déducation ont disparu du sein de lEglise, si jamais dailleurs ils y ont pénétré. Le Pape, et donc Jésus-Christ, a solennellement affirmé que lépiscopat chinois était digne denseigner les peuples et de les conduire au salut : qui donc oserait protester du contraire ? Ayons confiance ! Jésus, par son Vicaire, voit que les moissons blanchissent les plaines, que les semeurs européens, héroïques à la tâche, sont insuffisants de nombre ; Jésus garantit lavenir confié à des âmes apostoliques plus neuves, plus inexpérimentées peut-être, mais éprises didéal, zélées, avides de conquêtes et de labeurs dans leur propre terroir. La scène du monde religieux, comme celle du monde politique, doit voir de temps en temps changer ses acteurs et ses figurants. Le flux et le reflux se succèdent, formidables remous où sagitent et se mélangent les peuples. Longtemps lEurope a fait merveille, courbant sous son sceptre civilisateur et bienfaisant, les populations les plus diverses. Aujourdhui, sans vouloir prédire quelle pourrait être à son tour envahie et submergée par ceux-là mêmes quelle a policés, sa domination franchement glorieuse de jadis se mutile et seffrite, LEurope a tonifié le monde, créant partout richesse, bonheur et prospérité ; lEurope a véritablement enfanté dautres races, fortes maintenant et dhumeur difficile. Son rôle de censeur et de mentor prendra fin, tandis que se développera lélite qui, jetée comme levain dans la masse des hommes nouveaux dAsie et dAfrique, voudra librement commander sans plus de tutelle.

    Mais pour cohésionner ces peuples encore enfants, pour en faire un bloc solide, le catholicisme seul, redisons-le, ciment indestructible, y parviendra. Le Pape sait que ni les idéologies humanitaires, ni les philosophies antiques ou modernes, ni les extravagances sociales actuelles ne réussiront à leur donner une assise morale. Le catholicisme a déjà jeté des bases solides, des cloisons stables, qui limitent le paganisme ; reste à parfaire lédifice. LEglise a pour elle lavenir et les promesses de vie. Elle réalisera son programme damener lunivers au Christ-Roi. Des siècles seront peut-être nécessaires pour accroître cette couche de vernis catholique qui ne recouvre quimparfaitement encore les multiples linéaments des nations asiatiques et africaines, infiniment plus matérielles daspirations que spirituelles : quimporte ? La grâce de Dieu jaillira du sein de la Trinité pour inonder lunivers et ce sera toujours elle qui fera germer de nouveaux apôtres, tant européens quasiatiques, les uns et les autres indispensables dici longtemps encore. LEuntes docete est éternel et universel, mais tandis que le soleil de la Foi illumine pleinement un continent, ses rayons peuvent pâlir sur un autre. Quon le sache bien, lunivers aura toujours besoin de semeurs de race blanche, jaune, noire, pour donner aux peuples de lun à lautre pôle les exemples dhumilité, de renoncement, dhéroïsme, de foi. Les missionnaires européens restent certainement aussi chers au Pape que la prunelle de ses yeux. Il les aime particulièrement, car il sait quils sont pionniers et chevaliers et que leur vie répond à un perpétuel holocauste dagréable odeur à Dieu. Ils sont lélite. La semence quils ont jetée peut sembler nêtre plus quun blé qui meurt en terre dEurope, mais lEglise, qui ne meurt pas, voit avec le blé qui lève en terre africaine, asiatique et océanique ! Gloire aux deux, car la Lumière et lAmour ont vécu et vivent grâce à eux. La terre est un exil prêt à se métamorphoser en royaume pour ceux qui nont ni craint ni redouté de faire lentier don deux-mêmes au Maître des âmes. Le Blé qui meurt verra demain ce royaume, laissant au Blé qui lève la joie de nourrir et de fortifier la terre frémissante, humblement prosternée devant la divine Hostie. Seigneur, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel !
    1927/5-10
    5-10
    Anonyme
    France
    1927
    Aucune image