Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

II Luvre Charles de Foucauld

II. Luvre Charles de Foucauld
Add this
    II. Luvre Charles de Foucauld

    Nous avons, en France, un grand rang missionnaire à soutenir dans le monde. Les hommes, qui nous manquent cruellement, vont nous être fournis dans quelques années, espérons-le, par les Instituts de missions. Mais ce sont les ressources qui font défaut et elles le feront de plus en plus. Les autres nations, Amérique, Italie, Allemagne, fournissent en ce moment un effort démesuré, et lon pourra se rendre compte, dès le printemps prochain, à Rome, dans limmense exposition missionnaire quorganise avec son activité ordinaire le cardinal van Rossum, que ces Etats, même les plus éprouvés, conquièrent rapidement, par leur apostolat sans doute, mais aussi à force de millions, une place quil y a quelques années nous tenions sans partage et presque sans rivaux.

    Certes, les missions françaises nignorent pas quelles trouveront toujours à Rome, auprès du cardinal van Rossum, Préfet de la Propagande, tout lappui efficace que sa neutralité bien connue lui permettra de prêter à des Français. Mais enfin, malgré le « bon marché » du missionnaire français, les subventions de la Place dEspagne manifestement ne suffisent plus. Il est donc temps, il est grand temps de songer nous-mêmes à notre domaine colonial, et, tout en maintenant à la Propagation de la Foi, aujourdhui transférée à Rome, les offrandes généreuses qui furent pendant longtemps le plus clair de ses revenus, de nous occuper sérieusement en France de ce quil faut aux Français.

    Luvre qui sannonce aujourdhui même en faveur de nos 54 millions de sujets doutre-mer, et qui ne fera, du reste, que se conformer à la pratique dautres nations catholiques pour leurs propres colonies, va porter un beau nom : elle sappellera luvre Charles de Foucauld. Laccueil de lépiscopat est dune approbation chaleureuse, enthousiaste, dévouée. Laccueil des Congrégations missionnaires tient en deux mots : reconnaissance, collaboration.

    On en jugera par ce comité, où sont représentés plusieurs Instituts, sans préjudice de la sympathie agissante des autres. Président général : Mgr Leroy, Supérieur général des Pères du Saint-Esprit ; secrétaire et trésorier général : Mgr Boucher, président de luvre apostolique, lequel veut bien prêter ses bureaux à Paris, 108, rue de Vaugirard pour la correspondance et pour la réception des aumônes. Mgr Leroy, pour la direction générale, est assisté de plusieurs conseillers, parmi lesquels ou compte, outre Mgr Boucher, le R. P. Tauzin, des Pères Blancs ; le R. P. Chambon, des Missions-Étrangères ; le R, P. Lena, des Pères du Saint-Esprit ; M. Letourneau, curé de Saint-Sulpice, qui sest dévoué ardemment à cette grande tâche, et bien dautres. Ajoutons que S. E. le cardinal Dubois a daigné encourager ce projet.

    Il ny a plus quune collaboration sur laquelle on compte : cest celle du public. Je ne connais pas duvre, je ne dis pas plus chrétienne, mais plus française, pins urgente que celle-ci. Puis-je dire clairement quelle a, à coup sûr et dès maintenant, cause gagnée ? Sil en était autrement, ce serait à désespérer de nous-mêmes ; ce serait une telle faute que nous pourrions bientôt nous vanter davoir au dehors tué la France comme nation.

    CHARLES PICHON

    (Echo de Paris)

    

    1924/318-319
    318-319
    Charles Pichon
    France
    1924
    Aucune image