Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Hongkong : Départ du Père Robert

HONGKONG Départ du père Robert
Add this
    HONGKONG
    ____

    Départ du père Robert

    Le 11 mai sest embarqué pour la France le Père Léon Robert, 1er Assistant de Mgr le Supérieur de la Société, Membre du Conseil Central et Représentant des Etablissements communs. A tous ces titres son départ produit ici un vide que rien ne saurait combler. Il personnifiait au milieu de nous tout à la fois le Supérieur, dont il avait lautorité, le Séminaire de la rue du Bac, doù il flous était venu, la Société des M.-E. enfin, dont il est lun des membres les plus éminents. Une seule pensée peut atténuer nos regrets, cest que là-bas, à Paris, sa connaissance des choses dExtrême-Orient, son dévouement aux Missions, seront largement mis à contribution et quil continuera de loin à travailler efficacement pour nous.

    Que nous, membres de la Société des M.-E., nayons vu quavec peine partir le Père Robert, cest chose trop naturelle pour quon puisse sen étonner ; mais nos regrets ont été partagés, on peut le dire, par toute la Colonie de Hongkong, qui a donné au cher partant des marques non équivoques de profonde sympathie. Nous ne saurions le mieux prouver quen traduisant ici un des articles parus dans la presse locale South China Morning Post, Hongkong Telegraph, etc. le lendemain du départ du Père Robert.

    *
    * *

    LExtrême-Orient en général et Hongkong en particulier perdent la plus charmante personnalité et un homme de grande capacité en la personne du Rév. P. L. Robert, des M.-E., qui part pour la France. Par ce départ, le R. P. met fin à des relations de plus de 37 ans avec lExtrême-Orient.

    Né en 1866, le R. P. Robert arrivait à Hongkong en janvier 1889, à lâge de 23 ans. Il était alors de pauvre santé, mais heureusement le climat de lOrient lui fut favorable et actuellement il est fort et solide, malgré les années de dur labeur quil a dû fournir. Après son arrivée, il ne demeura quun mois à Hongkong et fut transféré à Shanghai, où il resta jusquen 1904. Il ny était que depuis 6 mois lorsque le Procureur (P. Chapuis) vint à mourir. Malgré sa jeunesse, le P. Robert fut appelé à lui succéder dans ce poste qui implique de grandes responsabilités, impose un travail difficile et exige beaucoup de tact et dhabileté.

    A Shanghai, le P. Robert fut pendant dix ans membre du Conseil municipal de la Concession française et son souvenir est encore évoqué avec reconnaissance par ceux qui savent le temps et lénergie quil consacra à ces fonctions. Il nest pas exagéré de dire que cest à son initiative, son courage et sa prévoyance que lon doit la nouvelle Concession, qui, actuellement un des plus modernes et des plus attrayants quartiers de Shanghai, nétait, à son arrivée, quune plaine de rizières. Au Conseil municipal il fut réellement le bras droit du Président et lun des grands travaux auxquels son souvenir demeurera toujours attaché est la création du beau jardin public de Koukaza. En reconnaissance des services rendus par lui à la communauté française durant ses 14 années de résidence à Shanghai, une rue de la Concession porte le nom de Rue du Père Robert.

    Sur lactivité du P. Robert à Hongkong il y aurait beaucoup à dire, car dans les milieux religieux et charitables, comme dans les cercles daffaires, il était devenu lun des membres les plus connus et les plus respectés de la Colonie, et son départ sera vivement regretté, surtout par la communauté française. Homme de grande habileté, il apporta tout son zèle et toute son énergie à luvre qui lui était confiée, et ses remarquables talents le firent souvent consulter, même dans des questions du plus haut intérêt pour la Colonie.

    Le Couvent français (des Surs de Saint-Paul de Chartres) tint une grande place dans les préoccupations du P. Robert et ce fut un bonheur pour cette institution charitable de lavoir pour ami et pour conseiller. Cest grâce à lui que le Couvent fut transféré du très incommode quartier chinois de Wanchai sur le grand emplacement actuel, acquis lors de la liquidation de la Ewo Cotton and Spinning Company. Ce transfert eut lieu dans les premiers jours de la Grande Guerre, et en même temps commençaient les travaux de construction du magnifique et tout moderne Hôpital Saint-Paul,qui achevé en deux ans, rend de si grands services aux malades.

    Une autre uvre qui rappellera longtemps le nom du P. Robert, cest la nouvelle Procure des M.-E., au haut de Battery Path. Ce site était occupé auparavant par la vieille Beaconsfield Building ; quand la propriété fut achetée, le bâtiment fut démoli et à la place séleva la belle construction actuelle.

    Le départ du P. Robert est une perte irréparable pour la communauté française de tout lExtrême-Orient, car il a servi son pays avec un zèle remarquable dans cette partie du monde, sans parler de linfluence quil a exercée dans la Métropole relativement aux questions dExtrême-Orient.

    Le P. Robert est titulaire de plusieurs décorations : chevalier de la Légion dHonneur, officier de lOrdre chinois de lEpi dOr, grand-officier du Dragon dAnnam.

    En quittant la Colonie le P. Robert emporte avec lui les meilleurs vux de toute la communauté, et les Anglais, avec lesquels il a toujours entretenu les meilleures relations, seront heureux dentendre parler des bons services quil va continuer de rendre à son pays et à tous ceux avec qui il sera en contact. (Hongkong Telegraph, May 11, 1926).

    *
    * *

    De telles manifestations de sympathique estime sont tout à lhonneur de celui qui les a méritées, mais elles rejaillissent aussi sur la Société quil représentait si noblement en Extrême-Orient, et de cela encore nous gardons au P. Robert un souvenir ému et reconnaissant.

    1926/368-370
    368-370
    Robert
    Chine
    1926
    Aucune image