Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Epiphanie. Bibliographie catéchétique. Périodiques en français 1: II Enfants

Bibliographie catéchétique Périodiques en français II. Enfants 1.ETUDES GENERALES Les livres énumérés ci-après concernent directement la formation religieuse des enfants, mais beaucoup d'entre eux ont une portée générale et peuvent également rendre service aux catéchistes d'adultes. Ainsi les ouvrages de la comtesse Lubienska ; ainsi les chapitres du chanoine Colomb sur « la vocation de catéchiste » dans Pour un catéchisme efficace. Les étapes de l'éducation, par M. Debesse : P.U.F. 1952, 160 pp.
Add this
    Bibliographie catéchétique

    Périodiques en français

    II. Enfants

    1. ETUDES GENERALES

    Les livres énumérés ci-après concernent directement la formation religieuse des enfants, mais beaucoup d'entre eux ont une portée générale et peuvent également rendre service aux catéchistes d'adultes. Ainsi les ouvrages de la comtesse Lubienska ; ainsi les chapitres du chanoine Colomb sur « la vocation de catéchiste » dans Pour un catéchisme efficace.
    Les étapes de l'éducation, par M. Debesse : P.U.F. 1952, 160 pp.

    « Remarquable synthèse sur ce qu'il y a à retenir des sciences de l'éducation concernant les cinq âges successifs qui déterminent le plan de l'ouvrage (jusqu'à 3 ans, de 3 à 6 ou 7 ans, de 6 à 12 ans, de 12 à 16 ans, de 16 à 20 ans). L'auteur unit au point de vue du psychologue la position de l'éducateur, et d'un éducateur plein de bon sens, d'équilibre et de sagesse. L'aspect religieux de l'éducation n'entrait pas dans le but de ce livre » (Vérité et Vie).

    L'âme enfantine expliquée aux mamans, par P. Dufoyer : Casterman. 198 pp.

    « Etude saine et très accessible du développement de la vie affective de l'enfant jusqu'à 13 ans. Il n'est question de son développement physique et intellectuel qu'en fonction de son évolution affective » (Vérité et Vie).

    L'enseignement religieux et les étapes de la formation chrétienne : actes du premier congrès national de l'enseignement religieux, Paris 1955 : C.N.E.R., 118 pp., 3 NF.

    Six exposés substantiels (Mlle Derkenne, R. P. Rimaud, Mgr Garrone, etc.) sur chacun des âges de l'enfance et de l'adolescence.

    De l'éducation religieuse, par J. Rimaud, s.j.: Aubier 1954, 250 pp., 6,45 NF.

    « Une connaissance précise de la psychologie comme de la doctrine, une expérience longue et réfléchie font porter à l'auteur des jugements d'une rare sûreté sur les principaux problèmes posés aux parents par l'éducation religieuse du premier âge, la préparation aux sacrements, la formation de la conscience, l'enseignement catéchistique, les prières, etc. Livre très utile, surtout pour l'éducation religieuse des enfants jusqu'à 10 ans ; il oblige à réfléchir » (Vérité et Vie).

    Psychologie de l'enfant et éducation religieuse, par G. Benistant, p.s.s. : Abbeville, éd. Paillart, 1959, 142 pp.

    Le développement psychologique de l'enfant et de l'adolescent dans ses rapports avec l'éducation de la foi. « Excellent exposé pour une première prise de vue. Clair, de style simple et agréable, évitant la technicité et soucieux de traits vécus. L'application à la catéchèse ne se hasarde pas sur le terrain des programmes à proprement parler : elle demeure surtout au plan de l'esprit et des attitudes pédagogiques requises par chaque période, et les conseils donnés apparaissent de la meilleure veine » (Catéchistes).

    Foi et pédagogie, par Mgr Garrone : Desclée et Cie, 1961, 190 pp., 7,50 NF.

    Pour les maîtres d'école chrétiens, mais aussi pour tous les catéchistes. Première partie : les dimensions de la foi ; deuxième partie : exigences propres d'un enseignement et d'une culture religieuse à l'école ; troisième partie : pédagogie chrétienne en chacune des disciplines scolaires. « Un maître livre... où nous avons particulière- ment goûté les pages consacrées à la dimension historique de la foi, à l'éducation de la liberté où les faux problèmes sont exorcisés, à la pédagogie de la lecture » (Catéchèse).

    L'éducation du sens religieux, par Hélène Lubienska de Lenval : Spes, 284 pp., 8,65 NF.

    « Livre essentiel qui fera beaucoup réfléchir. Pages excellentes sur l'initiation au respect, au sens du sacré, sur l'importance du silence, de l'expression gestuelle, etc. Les considérations pédagogiques sont accompagnées d'exemples de causeries faites à de petits enfants et de réflexions fort opportunes sur la manière de nous replonger dans les vraies sources de la vie religieuse : la Bible et la liturgie » (Vérité et Vie).

    Education du sens liturgique, du même auteur : éd. du Cerf, 148 pp., 3,90 NF.

    Le silence à l'ombre de la parole, du même auteur : Casterman, 100 pp., 4 NF.

    « Guide précieux pour les parents ; les invite à se mettre à l'école de la pédagogie de Dieu telle que nous la découvrent les Saintes Ecritures et telle que l'Eglise continue à nous la transmettre par sa liturgie. Un livre de base pour l'éducation religieuse » (Vérité et Vie).

    L'univers biblique où nous vivons, du même auteur : Casterman 1958. 128 pp., 4,80 NF.

    Le triple univers que forment « le monde visible aux pieds de Dieu, la pensée de l'homme sous le regard de Dieu, la prière du silence dans le secret de Dieu ! » « C'est dans ce contexte que l'auteur envisage ce que doit être l'éducation religieuse de l'enfant, qui est une éducation totale. Elle doit se développer dans le silence, dans la paix et dans une respectueuse attention qui permette de découvrir la signification religieuse du monde visible. La méthode pédagogique : « rétablir les connections voulues par la Providence : faire penser le corps, faire prier le corps ; enseigner à la pensée à compter avec l'instinct et à se soumettre à la foi. Nous voulons que la connaissance discursive s'appuie sur la connaissance expérimentale et s'épanouisse en connaissance intuitive ; que l'effort musculaire achève toujours l'effort mental, et, accompli sous le regard de Dieu, qu'il devienne ascèse » (Lumen Vitae).

    Ensemble vers le Seigneur, par P. Ranwez, s.j, M.-L. Defossa, J. Gérard- Libois : Bruxelles, Lumen Vitae, 267 pp.

    « C'est un manuel pour la formation religieuse en famille. Tous les éducateurs liront avec profit les orientations et les suggestions qui y sont données pour chaque étape de la croissance de l'enfant, depuis la naissance jusqu'à l'âge de dix-sept ans » (Vérité et Vie).

    Nos enfants devant le Seigneur, essais de pédagogie religieuse, par Marie Fargues : Marne 1959, 272 pp., 8,74 NF.

    « L'auteur envisage la formation religieuse des moins de dix ans en famille et à l'école. Elle insiste sur l'éveil des dispositions spirituelles et sur la prise de contact avec les réalités invisibles par l'intermédiaire du symbole. Concernant réveil des dispositions spirituelles, l'auteur note très opportunément l'aptitude des petits enfants à une authentique sainteté. Par l'analyse très finement psychologique de plusieurs cas, elle met en évidence des signes qui permettent de conjecturer avec une haute probabilité l'action de la grâce chez des enfants. Ces considérations sont présentées dans le contexte d'un enseignement catéchistique qui nous est également décrit. Concernant le recours au symbole, nous trouvons une série d'exemples concrets de leçons adaptées aux enfants. L'ouvrage contient beaucoup d'autres richesses : études sur le choix d'un programme, rôle de la Bible, de la liturgie et du catéchisme, préparation à la confession et à la communion. Bien que tous les chapitres n'aient pas le même intérêt, l'ensemble du livre est très éclairant et on y rencontre des pages admirables. » (Lumen Vitae).

    Pour un catéchisme efficace, par J. Colomb : E. Vitte, 196 pp., 4,80 NF.

    Ce petit précis situe le catéchisme aux enfants dans la pastorale et définit les meilleures conditions de collaboration et d'organisation. A noter la deuxième partie sur « la vocation de catéchiste ».

    La pratique du catéchisme. Plan de travail pour former les catéchistes : supplément à La documentation catéchistique de juillet 1960, C.N.E.R.. 132 pp. 14 x 22, 5,50 NF

    Dix-huit plans de travail : la séance de catéchisme (la causerie, les activités, la prière, la discipline), les divers éléments du catéchisme (le concret, l'image, la mémoire, l'intelligence), l'enseignement religieux aux divers âges, catéchisme et vie sacramentaire... Les auteurs, des dirigeants diocésains de l'enseignement religieux, dégagent les principes d'exemples concrets. Une traduction anglaise doit paraître en supplément du n° d'avril 1962 de Catéchèse.

    Cours de pédagogie catéchistique, de Mile A.-M. Agnard, première série, cinq fascicules : C.N.E.R., 6 NF.

    Début de la publication des cours donnés par l'auteur à l'école des catéchistes de Paris, soit douze cours sur quarante et un. Les fascicules parus étudient : la mission du catéchiste, la psychologie de l'enfant, la séance de catéchisme, la causerie et les activités. Plus développé que l'ouvrage précédent. Excellent instrument de travail, complété par des références bibliographiques à la fin de chaque chapitre.

    2. JUSQU'A SIX SEPT ANS

    a. observations et orientations
    Orientations pour l'enseignement religieux des tout-petits et des petits, Commission nationale de l'enseignement religieux, Paris, C.N.E.R., 40 PP.

    « Cette mince brochure est d'une autorité considérable, étant donné l'autorité morale de l'équipe dont elle émane. » (Lumen Vitae). Au sujet des tout-petits avant l'âge de raison (pp. 6-15), esquisse de leur psychologie et directives pédagogiques.

    Education religieuse

    Dans les classes et les chambres d'enfants, je supprime sans merci toutes les bondieuseries, surtout ces tableautins où dans le cadre d'une nursery modèle, des bébés costumés en madones et en angelots s'amusent avec « le petit Jésus ». En leur lieu et place, je mets bien en évidence (c'est-à-dire à la hauteur des yeux de l'enfant) une grande image du Christ en Majesté. En même temps j'explique : « Ceci est une image de Jésus-Christ au ciel. Vous savez qu'il est venu sur la terre autrefois ; Il s'est fait petit enfant ; puis II est devenu grand et fort, et très beau. Il est mort sur la croix, mais il est redevenu vivant. Il est monté au ciel et maintenant I1 est vivant pour toujours ».

    Les réactions des enfants prouvent chaque fois que c'est bien là ce qu'il faut faire et ce qu'il faut dire. Comment d'ailleurs en serait-il autrement, puisque je ne fais que reprendre la pédagogie traditionnelle de l'Eglise ? Parmi mes auditeurs, petits et grands, il y en a qui n'ont jamais entendu parler de religion ; il importe de leur donner d'emblée (sans niaiseries) la vérité révélée totale. Ainsi fait Dieu quand Il terrasse un homme sur le chemin de Damas.

    ... Beaucoup d'enfants ayant été vivement impressionnés par le crucifix, en gardent dans le coeur un véritable malaise. Quelques-uns vont jusqu'à déclouer le Crucifié de sa croix. La vue du Christ triomphant les délivre d'un cauchemar. « Alors, s'assure l'un d'eux, maintenant que Jésus est au ciel, Il n'a plus mal du tout ? Et on le laisse tranquille ? Et on ne peut plus rien lui faire ? C'est bien. Il ne recommencera plus : il a compris ».

    Nous autres, adultes modernes, à force de suspendre le crucifix n'importe où au-dessus des portes où Il prend la poussière, sans qu'on lui lance un regard ; au bout d'un chapelet attaché à la ceinture où il cogne sur le sol toutes les fois Qu'on se met à genoux, nous sommes devenus coriaces à l'endroit du Crucifié. Les chrétiens des premiers âges avaient encore la délicatesse des enfants. Pour adorer la Croix, ils la posaient sur un coussin (ce que nous continuons de faire le Vendredi Saint). Mes élèves ont repris cette coutume : lorsque dans leur classe, elles veulent honorer le Crucifix, elles le posent sur un coussin placé sur un tabouret, de façon à pouvoir baiser les pieds du Crucifié en s'inclinant.

    Au seuil d'une éducation chrétienne, l'image du Christ en gloire est indispensable. Au-dessus, selon l'usage antique, une croix gemmée, rappel de sa mort et de sa résurrection. « Nous adorons Ta Croix et nous chantons Ta sainte Résurrection » : ce verset est chanté tous les jours à la messe byzantine et le Vendredi Saint dans le rite romain. Dans son coeur, le chrétien ne sépare jamais les deux souvenirs. C'est pourquoi il semble plus sage de revenir à la tradition des premiers siècles plutôt que d'émousser la délicatesse de sentiments par des effigies du Supplicié dues à un art naturaliste d'où tout souvenir de la Résurrection est absent.

    HÉLÈNE LUBIENSKA DE LENVAL
    L'univers biblique où nous vivons, pp. 20-22.

    Père et mère à l'image de Dieu, par J.-M. Dingeon : coll. « Documents et travaux du C.N.E.R. », Paris, Le Grain de Sénevé, 1960, 128 pp., 5,40 NF.

    Pour les parents. « Une première partie vise la période allant de la naissance à deux ans. Les parents sont invités d'abord à méditer sur la signification de leur amour paternel et maternel : il est le signe même de l'amour de Dieu. Et la façon dont ils vivent cette spiritualité importe au plus haut degré pour la réussite de la première éducation. Suit un excellent petit chapitre sur le baptême. Un troisième souligne ce fait que le bébé vit, sur le plan religieux, par une sorte de phénomène d'osmose : « ce dont vivent et se nourrissent les parents est sa propre nourriture » D'où l'importance du climat familial. Dans la deuxième partie (de 2 à 4 ans), on insiste sur les signes révélateurs de Dieu pour les tout-petits de cet âge le cadre de la maison, la prière des parents, le dimanche, les images. C'est l'occasion de précieuses orientations pratiques. Enfin la troisième partie envisage les traits psychologiques et les points essentiels de l'éducation religieuse propres à l'étape des 4-6 ans. C'est la partie de beaucoup la plus longue du livre : huit chapitres. Comment éduquer à cet âge le sens de Dieu, de la prière, de la charité, du pardon, de l'Eglise, de la vie et de la mort, comment assurer une initiation biblique adaptée ? Sur quels éléments sensibles appartenant à la vie du tout-petit va-t-on pouvoir s'appuyer..? » (Catéchistes).

    L'enfant devant Dieu, l'éducation religieuse de la petite enfance (de 3 à 5 ans), par X. Lefebvre, s.j., et L. Perin, s.j.: De Gigord, 2e édition revue et corrigée, 1957, 264 pp., 10,50 NF.

    « Description riche de la psychologie des tout-petits. Les conseils généraux de pédagogie sont excellents. Programme d'année essentiellement constitué autour de récits bibliques, peut-être trop nombreux » (Vérité et Vie). En correspondance avec les thèmes du livre : Dessins religieux, de Gigord, 1,80 NF les trente dessins.

    « Ecoute mon fils ! », catéchisme maternel pour la formation religieuse familiale des enfants de 3 à 7 ans, par R. Mère Albert, o.p., Mme A. Meus, M. Guéret, o.p., P. Ranwez, s.j. : Bruxelles, Lumen Vitae 1961, 164 pp., 11,40 NF.

    Pour les mamans et les éducatrices : indications pédagogiques sur les étapes de la fo mation religieuse, sur la prière de l'enfant ; récits ou petites leçons sur les merveilles de Dieu, la vie de Jésus, les exemples des saints. « Ce livre ambitionne de donner à l'enfant une vraie formation religieuse, c'est-à-dire d'éveiller en lui le sens de Dieu et le désir d'aller vers le Père en accueillant Jésus et en se rendant attentif aux appels intérieurs de l'Esprit Saint ; d'entrer en contact et communauté fraternelle avec ses frères et soeurs chrétiens qui forment l'Eglise du ciel et de la terre : ce qui est l'acheminer doucement vers les sacrements de pénitence, de confirmation et d'eucharistie. » (Lumen Vitae).

    b. programmes et manuels du catéchiste

    Orientations pour un pré catéchisme des petits (5-7 ans), direction de l'enseignement religieux du diocèse de Lyon : La diffusion catéchistique, 6, av. Adolphe Max, Lyon, 92 pp., 15 x 24, 4 NF.

    Ces « orientations » sont en réalité un programme détaille, l'un des mieux élaborés de France, pour une année de « petit catéchisme ». Le thème de chaque semaine est l'objet de multiples indications et suggestions à l'usage du catéchiste : préparation, causerie, célébration et activités, lien avec la vie quotidienne...

    Eveilleurs de vie : directives de pédagogie religieuse (classes enfantines), par J. Verdier, M. Chanon et A.-M. Agnard. I. Principes et méthodes, 1954, 47 pp. II. Mise en oeuvre, 1956, 137 pp. De Gigord, 5,40 NF les deux fascicules.

    Pour les maîtres et maîtresses des écoles libres. Dans le premier fascicule. « Énumération d'excellents principes pour un enseignement adapté, pour la création de l'ambiance, la formation à la prière, etc. Les auteurs essaient de suggérer sans vouloir imposer des recettes. » (Vérité et Vie). Dans le second fascicule, « les auteurs présentent un programme et des leçons modèles pour une classe enfantine (6-7 ans). Ils donnent également de brèves indications pour la formation religieuse des 4-5 ans et des 5-6 ans. Les orientations sont justes et saines. Peut-être cependant la formation donnée à partir de quatre ans pourrait-elle être plus poussée. » (Lumen Vitae).

    Méthode progressive d'enseignement religieux : I. A la découverte de Dieu (4-6 ans), 105 pp. - II. Par Jésus Dieu nous parle (6-7 ans), 126 pp., par J.-M. Dingeon : Le Grain de Sénevé, 5,55 et 6 NF.

    La première brochure s'appuie sur la découverte du monde : de l'observation à l'admiration, de l'admiration à la louange de Dieu. « Pour les enfants élevés dans des familles chrétiennes, les éléments proposés auraient besoin d'un complément. » (Vérité et Vie). (De fait, à la suite d'un communiqué de la Commission épiscopale de l'enseignement religieux, l'auteur apporte des compléments dans ses dernières éditions pour présenter plus explicitement Jésus comme Sauveur). La seconde brochure présente Notre Seigneur en partant de ses paroles ; elle développe son plan suivant le cycle liturgique. Grandes qualités de simplicité et d'atmosphère religieuse.

    3. DE SEPT A NEUF ANS

    a. orientations, programmes, manuels du catéchiste

    La foi des petits enfants, par Marie Fargues : Bloud et Gay 1950, 220 PP., 3,15 NF.

    « Orientations très saines et détaillées pour parents cultivés sur la manière de mettre l'enfant dans les conditions d'une foi réelle et non pas seulement formaliste. Ce n'est pas un livre didactique, mais très judicieux, parfois un peu subtil » (Vérité et Vie).

    Pour une initiation chrétienne, pour les 8-9 ans, Direction parisienne de l'enseignement religieux : Le Grain de Sénevé 1959, 192 pp., 13,5 x21, 5, 5,40 NF.

    En introduction (pp âge. 9-32), des conseils pratiques de pédagogie chrétienne pour les enfants de cet : esprit, organisation des causeries et des activités. Programme d'année de 35 leçons : chacune est présentée de façon copieuse et détaillée.

    Orientations à l'âge de l'initiation chrétienne : première année (7-8 ans), 84 PP., 3 NF ; deuxième année (8-9 ans). Direction de l'enseignement religieux du diocèse de Lyon, La diffusion catéchistique, 6 av. Adolphe Max, Lyon.

    Pour aider à l'utilisation du manuel de J. Colomb : « Parlez Seigneur ! ». Même genre et mêmes qualités que les « Orientations » pour les 5-7 ans.

    Méthode progressive d'enseignement religieux : III. Vers les sacrements, par J.-M. Dingeon, Le Grain de Sénevé 1957, 168 pp., 7,05 NF.

    « Centré autour des sacrements de baptême, de pénitence, d'eucharistie et de confirmation. Doit aider les enfants soit à préparer leur première communion, soit à mieux comprendre les sacrements déjà reçus. Les leçons sont organisées autour de l'année liturgique. A partir des rites sacramentaux, l'auteur insiste sur la valeur du signe : objet ou geste qui suggère une réalité invisible. Les leçons sont fréquemment conclues par une célébration qui introduit l'enfant d'une façon très vivante dans l'esprit du sacrement ou de la fête » (Lumen Vitae).

    Le catéchisme des 8-9 ans du village : suggestions pour 32 réunions de catéchisme avec « Vivre en chrétien au village », cours préparatoire, par Madeleine Munich : Ed. Ouvrières 1960, 144 pp., 7,65 NF.

    « Introduit dans une méthode où l'accent est porté sur l'influence des milieux de vie. Comme une formation religieuse reste peu efficace si elle est proposée dans un contexte culturel étranger à l'enfant et si les parents n'y participent pas, le livre insiste tout particulièrement sur ce dernier point et fournit aux mamans les indications nécessaires pour réaliser l'initiation religieuse de leur enfant. Pour chaque leçon proposée, Mlle Munich offre à la catéchiste un canevas suffisamment détaillé et des suggestions pédagogiques. » (Lumen Vitae).

    b. manuels de l'enfant

    Parlez Seigneur ! Par J. Colomb : E. Vitte, éd. revue, 127 pp., relié et ill., 4,20 NF. Livret guide du catéchiste : 96 pp., 2,50 NF.

    Le Bon Dieu et son enfant, par M. Fargues : Marne 1955, 64 pp. 11 x 15, 0,93 NF.

    32 leçons, composées chacune de quelques lignes (style rythmé, vocabulaire très simple) et d'une petite question. Suivent des « pages d'Evangile » (pp. 37-63).

    Vivre en chrétien au village, cours préparatoire, par A. Lanquetin Ed. Ouvrières, 160 pp., rel. et ill., 3,70 NF.
    Vivre en chrétien dans mon quartier, cours préparatoire, par Y. Daniel et A. Lanquetin : Ed. Ouvrières. 128 pp., rel. et ill., 3,40 NF.

    Ces deux manuels sont inspirés par un grand souci du milieu de vie (choix des textes, illustrations...), mais un peu au détriment du donné biblique et de la formation religieuse.

    Petit catéchisme pour une année d'initiation, par L. Gannaz, Le Grain de Sénevé 1961, 64 pp., 12 x 15, 1,10 NF.

    Le « petit catéchisme » d'Annecy, jugé si remarquable qu'il a été étendu, après quelques mises au point, à toute la France. « Présentation des vérités fondamentales dans un ordre qui permet d'initier le petit à la vie chrétienne et à la participation à la vie sacramentelle de l'Eglise. Conçu pour les 8-9 ans, convient déjà aux 7-8 ans qui ont reçu une première formation chrétienne » (Vérité et Vie). C'est le manuel d'enfant qui correspond à « Pour une initiation chrétienne » de la Direction parisienne de l'enseignement religieux.
    Comment se manifeste la foi des petits

    Si, quoique baptisés, ils n'ont jamais entendu parler des choses de Dieu, leur foi ne se manifeste pas ; elle est une virtualité au fond de leur âme. Aucune magie n'est à l'oeuvre pour que le fils de parents matérialistes et l'élève d'une école athée exprime foi, espérance ou charité. Ce qu'il manifestera peut-être, c'est un certain sens de Dieu (sans nommer Dieu, bien sûr, si on ne lui a pas appris son Nom), un sens de la survie de l'âme, un sens du péché ou de la pureté morale. Pour la raison qu'il est baptisé ? Peut-être déjà simplement parce qu'il est un enfant d'homme.

    Il faudrait tourner autrement la question que pose le titre : « Quand il y a manifestation, s'agit-t-il de la foi ? » sinon notre réflexion restera aussi superficielle que celle des journaux quand ils titrent un reportage sur un congrès eucharistique ou un pèlerinage : « Grandiose manifestation de foi ». Sur 50 000 personnes qui se rassemblent à Lourdes, un certain nombre manifestent une foi qu'elles n'ont pas ; hypocrisie ? Non ; un peu d'inconscience mêlée à beaucoup de mimétisme.

    Nous ne jugeons jamais ces choses que du dehors. Les manifestants adultes peuvent cependant se juger eux-mêmes, à l'égard de la réalité intérieure de la foi qu'ils manifestent ; ils peuvent nous faire part de ce jugement ; pour la foi des petits enfants, elle est inconnaissable.

    Et la plupart du temps, il nous est impossible de distinguer avec certitude, dans leur comportement religieux, ce qui est surnaturel de ce qui est naturel, ce qui vient de Dieu de ce qui vient des hommes. Ce que nous prenons pour des manifestations de leur foi n'est très souvent qu'une preuve de simplicité, de naïveté et de docilité naturelle. Les « mots d'enfants » qu'on cite ne sont peut-être souvent que des traductions heureuses, ou pittoresques et imprévues, de ce qu'ils ont reçu, voire compris, sans encore l'assumer, et l'originalité en vient de leur impuissance à s'exprimer adéquatement. Quant aux actes, les jeunes enfants étant des imitateurs tendent toujours à se mettre à l'unisson du milieu ; les actes, eux aussi, peuvent n'être que des réactions à des influences, avec une part infime, ou nulle, de volonté libre.

    Puisqu'on dit, en parlant de la foi des adultes, qu'elle est un don de Dieu librement accepté par la personne humaine, dans ce que je viens d'indiquer quelque chose manque pour qu'on l'appelle foi : cette part de la personne. Dans la mesure où l'enfant aura commencé d'être une personne, il pourra commencer à poser des actes de foi. Avant cela il y a, d'une part, le germe déposé par Dieu, mais inconnaissable, et, d'autre part, cette foi « épidermique » qui n'est pas vraiment de la foi, mais les gestes de la foi, appris ou commandés ; les pensées de la foi, reçues, mais pas encore assumées. Au total, si Dieu est présent à l'enfant, l'enfant n'est pas encore présent à Dieu, selon la formule de M. l'abbé Mouroux.

    Entre ces deux éléments, le profond et le superficiel, une vaste zone d'impulsions et d'instincts où peu à peu l'éducation fera son oeuvre. On verra alors se manifester de loin en loin très fugitivement, puis plus souvent et plus sérieusement, une vie religieuse personnelle.

    MARIE FARGUES
    Nos enfants devant le Seigneur, pp. 36-38.

    c. initiation biblique

    En plus des ouvrages précités, qui font évidemment place à la Bible :
    Premières notions d'Histoire sainte, par M. Bouvet : De Gigord, 125 pp., 3,50 NF.

    « Reste le meilleur exposé doctrinal des grandes phases de l'A. et du N. T. adapté à des enfants de 8-9 ans. L'A. T. est mis sans cesse en rapport avec le Nouveau. Mais la présentation est austère, et l'on peut préférer d'autres illustrations..! » (Vérité et Vie).

    Education biblique, par H. Lubienska de Lenval éd. de l'Elan (Casterman) 1949, 388 pp.

    d. initiation liturgique

    Comment apprendre à nos petits vivre la messe, F.C.T.P., éd. Grain de Sénevé.

    Initiation des enfants à la liturgie, par l'équipe sacerdotale de Saint-Louis d'Alfortville : Société liturgique, Paris, 131 pp., 6,20 NF.

    « Eléments d'une liturgie d'initiation à la louange, à l'action de grâces, au repentir, à la prière en commun. Introduction efficace à la prière de l'Eglise et au symbolisme liturgique, dominée par le sens du sacré et du mystère. Cet effort peut être valable en milieu déchristianisé. Mais pour des enfants sensibles au sacré, il serait regrettable de faire précéder leur premier contact avec la célébration eucharistique de dissections risquant de déflorer totalement le mystère qui saisit l'enfant dans sa première découverte de la messe » (Vérité et Vie).

    Pour célébrer l'Eucharistie, livret du catéchiste, par le P. Feder, s.j. Marne 1958, 160 pp., 11 x 14, 2,78 NF.

    « Destiné aux prêtres et à leurs auxiliaires qui ont à diriger la célébration des messes d'enfants. La première partie donne des principes généraux pour réaliser une atmosphère religieuse. La seconde partie concerne l'Ordinaire de la messe. Elle indique le sens des différents rites et les manières d'y associer rassemblée. La troisième partie contient des suggestions pour le propre de chacune des messes contenues dans le « Missel dominical des enfants. » (Lumen Vitae).

    4. DE NEUF A DOUZE ANS

    Rappelons qu'il s'agit en France de la période de catéchisme paroissial, et, pour nombre d'enfants, de l'âge de la première initiation chrétienne.

    a. orientations, programmes, manuels du catéchiste

    Programmes catéchistiques diocésains : Direction diocésaine de l'enseignement religieux, 19 rue de Varenne, Paris. II. Pour les 9-10 ans : causeries, activités, initiation à la messe : 232 pp., 15 x 24, 1957. - III. Pour les 10-11 ans : schémas de causeries et activités : 282 pp., 1958. - IV. Pour les 11-12 ans : schémas de causeries et activités 232 pp. 1958. Trois fascicules : 22,50 NF.

    Suit le « Catéchisme national ». Fournit tous les éléments pour la préparation et l'animation de chaque leçon. L'initiation à la messe se fait en référence à la messe de chaque dimanche.

    Orientations pour l'enseignement religieux : Direction de l'enseignement religieux du diocèse de Lyon, La diffusion catéchistique, 6 av. Adolphe Max, Lyon : 9-10 ans : « Grandes lignes d'un catéchisme biblique », première année, 108 pp., 16 x 24, 4 NF. - 10-11 ans : « Pour un catéchisme biblique » deuxième année, deux fascicules à 4 NF.

    Ces « Orientations » suivent le manuel II du Ch. Colomb, « Dieu parmi nous », mais elles peuvent être utilisées avec d'autres manuels. « Elles ne constituent pas un livre du maître, mais seulement une préparation pédagogique des séances de catéchisme ; elles ne peuvent donc pas remplacer le travail personnel du catéchiste qui doit avoir sous la main un ouvrage comme « Aux sources du catéchisme » de Colomb » (Préface). A notre connaissance, les « Orientations » pour les 11-12 ans (manuel III de Colomb) n'ont pas encore été publiées.

    Introduction des enfants au mystère chrétien, par Marie Fargues, nouvelle édition revue : I. Le Bon Dieu et ses enfants, pour la première année de catéchisme, 250 pp., Mame (actuell. épuisé). - II. Dieu aime les hommes, pour la deuxième année de catéchisme, 286 pp. Marne 1957, 6,17 NF.

    On sait combien Mme Fargues a fait oeuvre de pionnier en France pour secouer le joug des formules abstraites et pour introduire la méthode psychologique au catéchisme. Ses livres, remarquablement pensés et écrits, gardent tout leur intérêt pour la formation pédagogique. Ils sont moins suivis quant au plan d'enseignement didactique qu'ils proposent.

    (À suivre)
    A. M.
    1962/247-256
    247-256
    Anonyme
    France
    1962
    Aucune image