Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Consécration épiscopale de Mgr Larribeau : Noces dor de Mgr Mutel

Consécration épiscopale de Mgr Larribeau : Noces dor de Mgr Mutel. Le 1er mai eut lieu, dans la cathédrale de Séoul, le sacre de Mgr Larribeau, Evêque de Dusa et Coadjuteur du Vicaire Apostolique de Séoul. Le Prélat consécrateur fut Mgr Mutel, assisté de NN. SS. Demange, Vicaire Apostolique de Taikou, et Sauer, O. S. B. Evêque dApparie et Vicaire Apostolique de Ouen-San. NN. SS. Gaspais, de Kirin, et Blois, de Moukden, étaient venus par leur présence rehausser la cérémonie et donner un témoignage de fraternelle sympathie au nouvel élu.
Add this

    Consécration épiscopale de Mgr Larribeau : Noces dor de Mgr Mutel.

    Le 1er mai eut lieu, dans la cathédrale de Séoul, le sacre de Mgr Larribeau, Evêque de Dusa et Coadjuteur du Vicaire Apostolique de Séoul. Le Prélat consécrateur fut Mgr Mutel, assisté de NN. SS. Demange, Vicaire Apostolique de Taikou, et Sauer, O. S. B. Evêque dApparie et Vicaire Apostolique de Ouen-San. NN. SS. Gaspais, de Kirin, et Blois, de Moukden, étaient venus par leur présence rehausser la cérémonie et donner un témoignage de fraternelle sympathie au nouvel élu.

    La cérémonie liturgique se déroula dans la cathédrale qui, malgré le mauvais temps persistant, fut cependant trop étroite pour contenir toute lassistance. Aux premiers rangs on remarquait les représentants du gouvernement général de Chosen, les consuls de France et dAngleterre en uniforme, à côté de leurs collègues des Etats-Unis et de Belgique, et toute la colonie européenne. Quatre vingt prêtres américains (de Maryknoll), français et coréens remplissaient le chur.

    La cérémonie terminée, un repas réunit ensemble tous les hôtes de la Mission. S. E. M. Nyasa, vice-gouverneur de Chosen, prononça en japonais un discours, qui fut fort goûté de lassistance, et démontra en même temps les excellents rapports existants entre les autorités civiles et religieuses de la région. De toutes les religions chrétiennes, dit entre autres choses S. E., le catholicisme a été le premier en Corée, et il est maintenant répandu dans toutes les parties du pays. Les efforts des missionnaires pour répandre leur foi nont pas été perdus, et le nombre des fidèles sest toujours accru dannée en année en même temps que se développaient peu à peu les uvres de bienfaisance, si bien que maintenant lEglise catholique tient une très grande place parmi les autres sociétés religieuses chrétiennes en Corée. Je me réjouis de ces heureux résultats dus à votre esprit dabnégation et à vos bonnes méthodes de prédication, et je profite de cette occasion pour affirmer mon espoir que toujours vous ferez vos meilleurs efforts pour la civilisation religieuse en Corée

    M. Nahamura, interprète du Gouvernement général, lut à son tour une adresse en français, reproduisant les idées émises par S.E. le Vice-Gouverneur. M. R. Germain, Consul de France par intérim, dans un discours délicat, paya un juste tribut déloges au prélat Consécrateur, chef de lEglise de Corée, évoqua le souvenir de Mgr Devred, sacré le même jour, six ans auparavant, au même lieu et dans les mêmes conditions, dont le souvenir est aujourdhui présent à toutes les mémoires, et, après avoir retracé dans ses grandes lignes la carrière déjà féconde du nouvel élu, lui souhaita un long et fructueux Episcopat.

    Le lendemain, fête plus intime, pour célébrer les noces dor sacerdotales de notre bien-aimé Vicaire Apostolique, Mgr Mutel. Le matin, Messe pontificale, célébrée par le vénéré Jubilaire, devant une assistance nombreuse et recueillie, dans la vaste cathédrale de Séoul. Evêques, prêtres et chrétiens, tous dun seul cur et dune seule âme, célébrèrent à lenvi celui quils considèrent à juste titre comme leur Père en Dieu. Mgr Demange se fit linterprète de tous et dans un discours tout rempli dà-propos et pénétré dun tact exquis, nous montra ce que furent ces cinquante ans dapostolat, tout entiers consacrés à cette chère Eglise de Corée qui, pour la première fois depuis sa naissance, voit se célébrer des noces dor sacerdotales. Dès le début, arrêt provisoire au Tonkin, pour se mettre au courant de la procédure à suivre, dans les causes des Martyrs, dont le jeune partant avait reçu pour mission spéciale dinstruire le procès. Mais le Royaume Ermite ne souvrait point facilement alors. Un arrêt forcé de trois ans en Mandchourie fut utilisé par le nouveau missionnaire pour létude des caractères chinois, connaissance plus quordinaire, qui nous a valu ces derniers temps les deux volumes de documents relatifs aux Martyrs de Corée et traduits directement sur les pièces officielles des tribunaux coréens, conservées aux archives de lEtat. Une fois franchie la frontière de la Terre promise, commença cette vie de reclus qui forçait encore les missionnaires à se cacher durant le jour et à ne sortir que la nuit pour les devoirs de leur ministère. Et, pour mieux dépister les recherches, le nouveau venu ne trouva rien de mieux et de plus sûr, que de se blottir à lombre même du palais impérial.... Lorsquenfin la liberté fut rendue aux missionnaires et que les chrétiens purent reparaître au grand jour, lorsque le vénéré jubilaire prit en mains les rênes du gouvernement de cette Eglise jusque-là toujours persécutée, quel fut le travail accompli ? Dieu seul le sait ; mais les uvres créées et florissantes le crient hautement devant les hommes : Un clergé indigène fortement constitué, chrétientés organisées et multipliées au point davoir nécessité jusquici la division en trois Vicariats distincts, constructions déglises et de résidences, établissements des uvres, écoles, etc., le tout couronné par la glorification des Martyrs de Corée récemment béatifiés.

    Enfin, Mgr Demange demanda à Dieu quil conserve la santé au jubilaire jusquà ses noces de diamant, ce nest pas demander un miracle (les miracles, du reste, cela sobtient). Et Mgr termine finement par cette anecdote : Vous vous rappelez sans doute une visite que nous faisions tous deux, il ny a pas encore deux ans, à Son Eminence le Cardinal Préfet des Rites. Après un moment de conversation, le bon Cardinal Vico, vous interrompant, sécria : Comment ! Cest vous le vieux ? Je croyais que cétait lautre. Quand on arrive ainsi à tromper un Cardinal, et un Cardinal habituellement en relations avec les Bienheureux de lautre monde, il faut se résigner à attendre pour se dire vieux. Attendez donc, Monseigneur ».

    Ad multos annos !
    1927/426-429
    426-429
    Anonyme
    Corée du Sud
    1927
    Aucune image