Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 11

Chronique des Missions et des Etablissements communs Tôkyô
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs

    Tôkyô

    Le dimanche 5 octobre, le Concile national du Japon sest ouvert à Tôkyô sous la présidence de S. E. le Délégué Apostolique, Mgr Giardini. Autour de lui prennent place les évêques des quatre diocèses confiés à notre Société : NN. SS. Rey (Tôkyô), Berlioz (Hakodate), Combaz (Nagasaki) et Castanier (Osaka) ; puis les évêque et préfets apostoliques des autres Missions : Mgr Doering, S. J. (Hiroshima), Mgr Rego, S. J. (Carolines et Mariannes) ; le R. P. Kynold, O. F. M. (Sapporo), le R. P. Alvarez, O. F. P. (Shikoku), le R. P. Reyners, V. D. (Niigata et Nagoya), le R. P. de la Hoz, O. F. P. (Formose). Auprès des chefs de Mission se rangent également M. Heinrich, vice-provincial des Marianistes, le R. P. Gérard, prieur de la Trappe de N.-D. du Phare, le R. P. Hoffmann, S. J., recteur de lUniversité de la Sagesse. et le R. P. Bertin, O. F. M., du district de Kagoshima et Oshima.

    Parmi les prêtres assistants, notons, de notre Société : le P. Steichen, théologien consulteur pour la Mission de Tôkyô, le P. Mayrand, notaire du Concile, et le P. Flaujac, secrétaire. Les délégués des autres Missions de la Société sont les PP. Raguet et Gracy (Nagasaki), Deffrennes (Hakodate), Vaguer (Osaka) ; quelques prêtres japonais assistent aussi au Concile à titre de consulteurs.

    On prévoit que le Concile durera au moins deux semaines. Les séances seront remplies par les rapports et les délibérations sur la fondation dun Séminaire interdiocésain, les uvres de charité à promouvoir, la question des mariages païens au regard de la loi civile, la participation aux cérémonies du culte civil et patriotique, lorganisation de la presse et de la propagande religieuses, etc.

    Une grandmesse pontificale sera célébrée chaque dimanche, et, laprès-midi, auront lieu des séances dramatiques et musicales données par des groupes de jeunesse catholique.

    Après un moment daccalmie, la maladie du sommeil reprend au Japon : au 27 septembre le nombre des morts était de 3.310.

    Nagasaki

    23 confrères se trouvèrent réunis a Nagasaki, du 9 au 15 septembre, pour la retraite annuelle. Comme clôture des exercices, le P. Breton célébra ses noces dargent sacerdotales et reçut les félicitations de tous, particulièrement celles dun jeune poète de la Mission.

    Mgr Combaz fit connaître les noms de ceux quil avait désignés pour laccompagner au Concile de Tôkyô : les PP. Ragnet et Gracy, ainsi que deux prêtres japonais, les PP. Urakawa et Ozaki.

    Osaka

    La brise du Japon nous a apporté la nouvelle que Mgr Castanier, ordonné prêtre le 23 septembre 1899, devait, au moment de la retraite annuelle de ses missionnaires, célébrer ses noces dargent sacerdotales. Nous navons reçu aucun détail sur cette intéressante fête de famille ; mais le Bulletin se fait un devoir dunir ses félicitations respectueuses à celles des missionnaires dOsaka et de renouveler au vénéré jubilaire lacclama/ion liturgique : Ad multos annos !

    (N. D. L. R.)

    Seoul

    La visite de Mgr Giardini, Délégué Apostolique, a eu lieu conformément au programme arrêté davance. Le 2 septembre au matin, Son Excellence, à qui un compartiment spécial avait été réservé par le Gouvernement depuis Fusan, débarquait à Seoul. Après quelques jours employés aux visites officielles, Mgr se rendit dans les postes de lintérieur : Chemulpo, Yakhyen, Eui-tjyou, Hpyeng-yang, etc., puis dans la Mission de Ouen-san, et était de retour à Seoul le 19.

    Le 20, réception solennelle du Délégué au Séminaire de Ryong-san.

    Le dimanche 21, fête de S. Matthieu, S. Exc. célèbre la messe pontificale à la cathédrale et donne la bénédiction papale à la nombreuse assistance. Par une heureuse coïncidence, cette fête est le 34e anniversaire de la consécration épiscopale de Mgr Mutel, et Mgr le Délégué se fait linterprète de tous pour exprimer à notre vénéré Vicaire Apostolique nos félicitations et nos vux.

    Le lendemain, réunion des Evêques de Corée sous la présidence de Mgr le Délégué.

    Le 23 ramène le 25e anniversaire de lordination sacerdotale de Mgr Devred. S. G. célèbre la messe paroissiale : nombreuses communions et chants très bien exécutés. A 10 h., félicitations des chrétiens. Au dîner, cest Mgr Demange qui, en termes choisis, traduit les sentiments de tous en cette circonstance.

    Le lendemain, Mgr Giardini partait pour Taikou.

    La retraite annuelle du Séminaire de Ryongsan, prêchée par le P. Le Merre, sest terminée le 28 septembre. Mgr Devred est venu présider la cérémonie de clôture et a été fêté par les séminaristes à loccasion de ses noces dargent sacerdotales.

    Une fâcheuse nouvelle nous est arrivée à la mi-septembre. Par un télégramme de Kôbe, lAgence du Lloyd Triestino nous informe que les 14 caisses expédiées de Corée pour lExposition Vaticane ont été gravement endommagées par la tempête du 11 septembre et quil nest pas possible de les envoyer dans ces conditions. Le P. Knut dAvernas, de la Mission de Ouensan, se rendit à Kôbe pour se rendre compte de létat des choses et prendre les mesures opportunes. Il a été décidé que les caisses seront renvoyées à Seoul, où lon reconstituera un envoi plus modeste, car il faudra, sans doute, éliminer quantité dobjets détériorés. Les caisses ne sont pas brisées, mais elles ont séjourné 4 ou 5 heures dans leau.

    Le dernier recensement donne, comme population de la Corée, 17.884.865 habitants, dont 17.446.813 Coréens, 403.013 Japonais et 35.039 étrangers. La population de Seoul est de 288.260 habitants, dont 76.188 Japonais et 4.596 étrangers.

    Taikou

    Cest le mercredi 24 septembre que, terminant par notre Mission sa visite de la Corée, Mgr Giardini arrivait à Taikou. A la gare, le Délégué Apostolique fut reçu par le représentant du gouverneur et par le clergé de la ville. Sur lesplanade de la gare une foule immense était rangée. Les séminaristes et les élèves des écoles catholiques formaient un carré derrière lequel se pressaient de nombreux chrétiens et païens. S. Exc. fit le tour de la place en donnant sa bénédiction, après quoi le cortège sorganisa. Les rues étaient blanches de monde jusquà la cathédrale, magnifiquement décorée, où la réception liturgique eut lieu dans un ordre parfait. La foule écouta dans un silence recueilli la parole de S. Exc., que traduisit ensuite Mgr Demange.

    Le lendemain, dans la matinée, le Délégué, accompagné de Monseigneur et de son secrétaire, le P. Hayasaka, rendit, visite au Gouverneur. Dans laprès-midi, réception au Séminaire : un sous-diacre fait un discours latin, auquel S. Exc. répond dans la même langue.

    Le 26, visite des établissements des Surs de S.-Paul.

    Le 27, voyage en automobile à la chrétienté de Kasil, à 30 km. de Taikou : réception, petite fête nocturne au milieu des banderoles, des lanternes. Le dimanche 28, bénédiction solennelle dune jolie église dédiée à Ste Anne. Le Délégué distribue plus de 400 communions et administre la Confirmation à une centaine de néophytes.

    Le lundi, fête de S. Michel, vit la cathédrale trop petite pour lassistance à la messe pontificale célébrée par le Délégué. Avec une endurance qui fit ladmiration de tous, S. Exc. distribua pendant plus de deux heures la sainte Communion à 1.700 personnes. La bénédiction papale suivit la messe, et, après un très court repos, le Délégué visita les écoles de la Mission et reçut ensuite les hommages des diverses uvres de la chrétienté.

    Le lendemain, S. Exc. quittait Taikou et gagnait Fusan. La nuit tombait à larrivée et ce fut une retraite aux flambeaux, au milieu dune foule considérable, qui accompagna Monseigneur jusquà la Mission.

    Le 1er octobre, messe de S. Exc. dans léglise, beaucoup trop petite pour la circonstance : 700 communions, bénédiction papale, puis réception des chrétiens. Dans laprès-midi, ce fut la paroisse japonaise de Fusan qui reçut le Délégué. Un salut du Saint-Sacrement, suivi de la bénédiction papale, clôtura la visite de la Mission de Taikou et de la Corée. A 9 h. du soir, le bateau quittait le port, qui ramenait au Japon le Représentant du Saint-Père.

    Les Missions de Corée garderont profond souvenir de cette visite, qui leur procurera sûrement les bénédictions du ciel !

    Mandchourie Méridionale

    Le sort en est jeté !... Notre illustre gouverneur, le Maréchal Tchang Tsolin, lassé, sans doute, dune paix quil jugeait trop longue, et jaloux peut-être des tristes lauriers cueillis par ses collègues dans la guerre civile, est entré en lice à son tour.

    Quel profit peut-il en retirer ? Il était plus libre et plus heureux, dans sa province, que le Président de la République à Pékin et pouvait, en toute tranquillité, jouer au monarque. Rien ne manquait, semble-t-il, à son bonheur. Ne verrons-nous pas se réaliser une fois de plus ladage ancien : Quos vult Jupiter perdere, demeniat prius ?... Le Ciel nous en préserve, car nous serions des premiers à en pâtir.

    Des milliers de soldats sont partis pour le front ; petite et grosse artillerie ont suivi la même route, ainsi quun certain nombre daéroplanes. Quel sera le résultat final de la lutte ? On ne saurait le prévoir. Mais dès maintenant tout le monde souffre par ici. La monnaie de Moukden a perdu la moitié de sa valeur et les objets de première nécessité ont plus que doublé de prix.

    Lavenir nest pas riant. Et ce qui lassombrit encore, cest la perspective de voir revenir les troupes mandchoues battues par leurs adversaires de lOuest. Une défaite pourrait suffire à transformer la majeure partie des soldats en déserteurs, et les déserteurs en brigands.

    Que Dieu nous garde !

    Mandchourie Septentrionale

    Le dimanche 28 septembre, S. G. Mgr Gaspais a eu la joie de bénir une chapelle récemment construite dans le faubourg est de Kirin. Cest là quhabitent la plupart des chrétiens ; la population y semble plus accessible à la prédication de lEvangile quà lintérieur de la ville même. Depuis plus de vingt ans, une école catéchistique de filles y avait été établie et une salle, depuis longtemps trop petite, servait de chapelle. Les chrétiens sont heureux et fiers davoir maintenant une chapelle spacieuse que surmonte un gracieux campanile. Elle est dédiée à la Sainte-Famille. Cest au milieu dune grande affluence de chrétiens et même de païens queut lieu la bénédiction solennelle du nouvel édifice. S. G. assista ensuite au trône à la grandmesse chantée par le P. Lacquois. Les séminaristes, sous lhabile direction du P. Ronger, prêtaient leur concours à la fête, tant pour exécuter les chants liturgiques que pour saluer, des accents joyeux de leur fanfare, linauguration dun nouveau temple du vrai Dieu. Le soir il fut procédé à lérection du Chemin de la Croix, que suivit la bénédiction solennelle du T. S. Sacrement. Une salle de conférences sera prochainement ouverte près de léglise.

    Setchoan Oriental

    La rentrée du Collège Saint-Paul a eu lieu le 8 septembre. Dès le premier jour le nombre des élèves dépassa la soixantaine.

    Cest le P. Claval, Supérieur de la Mission, et le P. Thermes, professeur au Grand Séminaire, qui sont allés à Suifu représenter le Setchoan Oriental au sacre de Mgr Renault.

    La retraite annuelle des missionnaires a eu lieu du 22 au 28 septembre : 24 confrères ont pu y prendre part.

    Kientchang

    Les chrétiens dEul-se-in, déjà si éprouvés ces dernières années par les méfaits des Lolos, étaient sortis, vers la fin daoût, pour vendre leur récolte de soie : à 10 lis de Mienning ils ont été complètement dévalisés.

    Les objets destinés à lExposition Vaticane sont encore à Houili ; depuis plus dun mois rien ne part ni narrive par la voie de Yunnansen, à cause de la grande crue du Fleuve Bleu.

    Voici les résultats des travaux de nos confrères pendant lexercice 1923-24.

    Population totale 2 millions environ
    Population catholique 9.046

    Baptêmes
    Adultes 311
    Enfants de chrétiens. 310
    Enfants de païens 605

    Confessions 32.478
    Communions 66.802
    62 Ecole paroissiales 1.270 élèves
    1 Dispensaire ― Malades soignés : 67.154
    1 Asile de Vieillards ― Hommes,10 ; femmes, 17
    1 Ecole Normale des Catéchistes 20 élèves
    1 des Vierges enseignantes. 14

    Yunnan

    Les PP. Guyomard et Ducotterd ont fait le voyage de Suifu pour y représenter notre Mission au sacre de Mgr Renault.

    Quatre de nos séminaristes sont partis pour Penang, ce qui porte à 10 le nombre des Yunnanais au Collège Général.

    Et le P. Piton est toujours captif des brigands. Le 2e régiment de la garde du Gouverneur est bien parti le 2 août ; on pouvait espérer quil se rendrait directement, à marches forcées, jusquà Taly et que les brigands, cernés, devraient rendre coûte que coûte leur prisonnier. Hélas ! Nous sommes en Chine, où les choses ne se passent pas comme ailleurs. A Tsouhiong, à mi-chemin entre Yunnansen et Taly, la garde arrêta sa marche et resta là un mois. Vers le milieu de septembre elle se remit en route et a dû depuis lors arriver à Taly ; mais ou na encore aucune nouvelle de sa campagne contre les brigands, si tant est quelle lait entreprise.

    Dun autre côté, on a appris que lex-chef pirate Ki Py-ouen, sur le concours duquel on comptait pour la délivrance de notre confrère, vient dêtre décapité par ordre du grand chef Yang I-tien, celui-là même qui détient le P. Piton. On dit aussi que ce Yang aurait fait sa soumission, ce qui permettrait despérer la fin de la captivité du malheureux prisonnier ; mais tout cela nest pas certain.

    Kouytcheou

    Le 8 septembre, a été célébré solennellement le 50e anniversaire de linauguration du sanctuaire de N.-D. de Liesse, à une heure de Kouiyang. De nombreux chrétiens vinrent des districts voisins, et les fidèles des trois paroisses de la ville ont tenu à honneur de participer aux frais des décorations.

    Le soir même de la fête commençait la retraite des prêtres indigènes, prêchée par le P. Noyer.

    Quelques jours plus tard, le P. Darris prêchait celle des séminaristes, qui se terminait, le 20 septembre, par lordination de 5 prêtres.

    Le P. Larrart est nommé vicaire forain de son ancien district de Tinfan ; le P. Puech est nommé curé de Touchan.

    Les colis de la Mission, en panne à Tchen-ynen depuis un an et demi, ont pris la direction de Kouiyang le 23 août ; mais, arrivés à Chepin, à une étape seulement de Tchen-yuen, ils ont dû stopper et attendre que la route soit libre. Quand ?...

    On bâtit en ce moment à Kouiyang, près du couvent des Surs, une école pour les jeunes filles chrétiennes et païennes de la ville : la direction en sera confiée aux religieuses Canadiennes.

    Lanlong

    La famine fait beaucoup de victimes sur les confins du Yunnan ; beaucoup daffamés sexpatrient ; un certain nombre se sont traînés jusquà Lanlong, où, malgré les protestations des propriétaires, ils volent dans les champs le maïs à peine formé. Le riz apporté du Tchenfong et vendu au prix de là-bas a sauvé la vie à bien des pauvres et permettra dattendre la récolte. Malheureusement celle-ci sannonce plutôt mauvaise, deux mois de pluies continuelles ayant fort endommagé riz et maïs. Il est bien à craindre que la cherté de vie ne cesse pas encore.

    La paix règne à peu près dans notre Mission ; à peine quelques pillards sur les routes. Aussi la visite des chrétientés a pu être faite partout ; seul le nombre trop restreint douvriers apostoliques empêche de la faire aussi souvent quil le faudrait.

    Notre Probatoire de Lanlong vient denvoyer 4 de ses élèves au Collège de Kouiyang : un séminariste, revenu de Penang pour cause de maladie, les a accompagnés, devant lui-même continuer ses études au Grand-Séminaire du Kouytcheou.

    Notre première retraite annuelle a eu lieu au commencement de septembre. Les PP. Cheilletz et Maurand sont en France ; le P. Courant, malade, na pu quitter son poste de Lieoukiato ; de sorte que nous nétions que 9 retraitants, le Préfet Apostolique compris.

    Durant le mois doctobre nos 5 prêtres chinois sont venus à leur tour se retremper dans les exercices de la retraite.

    Voici quelques chiffres extraits du premier compte-rendu annuel (1923-24) de notre jeune Mission.

    Population totale 2 millions environ
    Population catholique 8.632

    Baptêmes
    Adultes 153
    in art. mort. 90
    Enfants de chrétiens 190
    in art. mort. 510

    Confessions 11.860
    Communions 23.745
    33 Ecoles de garçons 570 élèves
    10 de filles 153
    2 Orphelinats 52 enfants

    Canton

    A cause de la situation toujours troublée, les allocations pour la léproserie, les asiles de vieillards, lorphelinat, ne sont, pas payées. Les temps sont durs pour ceux qui ont la charge de ces uvres.

    Mgr Walsh a réussi à acquérir à Kongmoon un terrain dune superficie de 200 mao (15 hectares) : il compte y installer le centre de sa Mission.

    A Loting, le P. Mac Shane a également fait lacquisition dun terrain de plus de 20 mao.

    Depuis le 10 octobre nous vivons à Canton des jours danxiété. Le 15, il y a eu bataille dans les rues, suivie de pillages et dincendies. Jusquici, grâce à Dieu, la mission est restée indemne : elle a été gardée par 450 élèves de lEcole Militaire yunnanaise, qui se sont acquittés de leur devoir dune façon parfaite. Les rues voisines ont bénéficié de cette protection. Le Séminaire, les Ecoles du Sacré-Cur et du Saint-Esprit abritent de nombreux réfugiés.

    Lordre semble rétabli, mais la population persiste à croire que la tranquillité nest quapparente et que de nouveaux troubles sont à craindre.

    La retraite annuelle des missionnaires, du 24 au 29 novembre, sera prêchée par le R. P. Rolis, S. J. Avant la retraite, dans des réunions spéciales, seront étudiées les questions suivantes :

    a) Quelles sont, à lépoque actuelle les meilleures méthodes de propagation de la foi ?
    b) Quelle est la manière la plus utile et la plus pratique de résoudre la question de lenseignement chrétien ?
    c) Quels sont aujourdhui les moyens les plus efficaces pour assurer la protection de notre Communauté chrétienne ?

    Les confrères sont invités à préparer des travaux sur ces questions, qui doivent être traitées uniquement au point de vue du Vicariat de Canton.

    Swatow

    On a remarqué cette année que le jour de naissance de Coufucius a été fêté plus solennellement que dhabitude. Non seulement les écoles et les administrations officielles, poste, douane, etc... ont eu congé, mais les employés chinois des maisons européennes, Jardine, Butterfield, etc. ont obtenu de fermer ce jour-là, pour se conformer aux injonctions de la Société la Religion de Confucius. Seules les maisons purement chinoises ont continué leurs affaires comme dhabitude.

    Rien à signaler au point de vue politique. Des bandes de soldats-brigands ou de brigands-soldats, soi-disant enrégimentés, continuent leurs exactions sous prétexte de pacifier le pays, et, en plusieurs endroits, des chrétiens ont été victimes de leurs déprédations.

    Voici les résultats de lexercice 1923-24.
    Population totale 6 millions environ
    Population catholique 33.651

    Baptêmes
    Adultes 255
    in art. mort. 119
    Enfants de chrétiens 1.158
    in art. mort. 2.792

    Confessions 93.531
    Communions 137.821
    1 Collège (S.-Joseph) 156 élèves
    71 Ecoles paroissiales de garçons 2.628
    16 de filles 486
    1 Orphelinat (Ursulines) 80 enfants

    Kouangtong Occidental

    Le 1er septembre sest ouverte la retraite de nos prêtres indigènes, que leur petit nombre a permis de réunir pour ces saints exercices, malgré lexiguïté des locaux dont peut disposer la Mission. Lun dentre eux, retenu par linsécurité des routes, ne put quitter son district. Par contre, les confrères du voisinage sétaient joints aux retraitants et leur prêtèrent un concours dévoué dans les fonctions en usage en semblables circonstances et qui, sans eux, auraient certainement manqué dampleur. Ce concours fut particulièrement précieux le 7 septembre, qui clôtura la retraite par lordination à la prêtrise du diacre Vincent Tsiu, revenu de Pinang depuis 18 mois environ.

    Notre église de Fort-Bayard revêtit ce jour-là sa parure des plus grandes solennités et son pasteur, dont lordinand est le fils spirituel, sétait surpassé pour donner à la cérémonie tout léclat possible, sans nul détriment pour la piété, bien au contraire. Toute notre petite Colonie, gracieusement avertie par notre Administrateur en chef, sétait fait un devoir dassister à une cérémonie qui, outre son incomparable grandeur, avait encore pour le plus grand nombre, lattrait de la nouveauté. Les chrétiens indigènes de Fort-Bayard et des environs sétaient joints, cela va sans dire, à la nombreuse assistance, honorés eux-mêmes, semble-t-il, par la dignité conférée à lun des leurs.

    Le P. Liou laisse son poste de Tepo au nouveau prêtre, pour aller lui-même professer à notre Séminaire de Pakhoi. Notre doyen, que lâge et surtout laccroissement de ses néophytes accablaient quelque peu, reçoit aussi un auxiliaire en la personne du P. Leung, dont la présence en Hainan devient inutile depuis que les premiers Pères de Picpus, à qui désormais est confiée lévangélisation de la grande île, sont devenus aptes, aidés du P. Grégoire, à assumer cette administration.

    La bonne Providence a favorisé notre pauvre Mission en lui facilitant lacquisition dun bel immeuble, entouré dun vaste terrain, à Pakhoi, ce qui permettra enfin de transporter là-bas le-centre de la Mission, selon lordre venu de Rome depuis plus de deux ans. Il sera facile dy installer au large toutes les uvres au fur et à mesure de la venue des ressources indispensables.

    Kouangsi

    Notre Mission, diminuée de la partie annexée à Lanlong, ne comptait plus, lan dernier, que 4.046 chrétiens. Le recensement de cette année en indique 4.216, soit une augmentation de 170. Le nombre des baptêmes dadultes, qui était de 207 en 1923, est monté à 258 en 1924. Il y a aussi augmentation sensible dans le nombre des confessions et communions annuelles, soit 1893 et 1735, au lieu de 1503 et 1440. Cest la preuve que, malgré les difficultés de toutes sortes, les missionnaires du Kouangsi se sont dépensés de leur mieux et sans découragement.

    Notre retraite annuelle a eu lieu du 14 au 19 septembre. Seuls les confrères de la région sud-ouest ont pu sy rendre. Mgr Ducur, empêché par la maladie, na pu présider les exercices. S. G. a été obligée de se rendre au Sanatorium de Béthanie pour y suivre un régime et y refaire ses forces.

    Tonkin Occidental

    Depuis la grande guerre, nos Annamites sont travaillés en dessous par divers agents de désordre. Il y a quelques mois cétait les ministres protestants américains, de plus en plus nombreux dans la Colonie, qui poussaient quelques lettrés influents (pas la fine fleur !) à fonder une religion nationale qui grouperait toutes les bonnes volontés et dont la pratique ne gênerait en rien les opinions religieuses de qui que ce fût. Cette vague formule de religion nationale, tout eu flattant le patriotisme mal entendu de nos protégés, laissait dans lombre la vraie force promotrice de lentreprise, le prosélytisme pan-américain, doù procèdent la pensée initiale et les ressources. LEglise nationale annamite pour lamorçage et la réclame, mais américaine dans son essence, ne devait pas être seulement le produit de ce prosélytisme américain, qui se croit appelé à détruire le catholicisme dans toutes nos colonies, elle devait aussi attirer lélite intellectuelle des païens pour la former aux idées et aux méthodes américaines, de façon à la détacher de plus en plus de la France. Le Gouvernement, éclairé par la presse, sest rendu compte du danger et a agi en conséquence. Le projet dune religion nationale annamite est momentanément abandonné.

    Maintenant ce sont les bolchevistes et communistes qui font de la propagande auprès de la population annamite, surtout auprès de quelques fruits secs des écoles, mécontents de ne pas obtenir la place à laquelle ils aspirent, mais que leur ignorance les rend incapables de tenir. Quelques tracts ont été saisis, dans lesquels on exalte la liberté, les droits des citoyens conscients, légalité des hommes, et tel est le bien suprême, le bonheur parfait auquel tout doit être sacrifié. Dans ces tracts, les Annamites sont représentés comme des esclaves, travaillant pour des salaires dérisoires, alors que les Européens touchent des traitements de princes.. Réveille-toi, citoyen ; prends conscience de toi-même !

    Les résultats de cette propagande de désordre nont pas tardé à se faire sentir. A Nam-Dinh, 250 ouvriers de la Distillerie dAlcool se sont mis en grève parce quun employé indélicat avait été renvoyé. Deux jours plus tard, encore à Nam-Dinh, 300 ouvriers de la Filature firent de même, sous prétexte dinsuffisance des salaires. La crise ne dura que quelques jours et tous les ouvriers ont repris le travail ; mais le principe de la grève est maintenant reconnu et les employeurs peuvent sattendre à des déboires !...

    A Nam-Dinh où heureusement il ny a pas que des grévistes, lEcole Saint-Thomas, pour la formation dinstituteurs catholiques destinés à toutes nos Missions du Tonkin, a ouvert ses cours le 1er septembre. La rentrée a été de 150 élèves. Cinq Frères des Ecoles Chrétiennes, aidés de quelques moniteurs civils, se dévouent à cette uvre de première importance.

    Tonkin Maritime

    Le 16 septembre, jour de la rentrée du Probatorium de la Mission, 140 élèves se sont présentés et ont été admis à commencer ou continuer leurs études dans cet établissement. Ce chiffre dépasse de beaucoup ceux que nous avions enregistrés jusquici, et cela dabord parce que les écoliers prennent possession des locaux spacieux qui viennent dêtre construits à leur intention, puis parce que nous inaugurons la nouvelle méthode denseignement, qui va mettre à la base des études secondaires de bonnes classes primaires.

    Notre Probatorium, créé à Phat-Diem en 1907, était destiné à dégrossir un peu les enfants qui désiraient entrer en classe de sixième au Petit-Séminaire. Les heureux effets de cette innovation se firent sentir de suite et le niveau des études séleva sensiblement. Malheureusement les élèves, dont le nombre variait de 60 à 70, étaient trop à létroit dans la Communauté de Phat-Diem, ils y manquaient dair ; aussi la maladie, le beriberi surtout, faisait trop souvent des ravages parmi eux.

    Pour obvier à ces inconvénients, létablissement fut transporté en 1918 à Ba-Làng, plage dont le Bulletin a parlé dans son numéro de septembre dernier. Là, plus de maladies, plus de beriberi, plus de décès : santé parfaite sur toute la ligne. Linstallation définitive en cet endroit fut décidée en 1920 et les dispositions prises pour que les bâtiments scolaires fussent construits au plus tôt : les paillotes habitées depuis deux ans manquant du confortable le plus élémentaire. Une circulaire fut adressée à toutes les paroisses du Vicariat pour les inviter à coopérer à luvre. Les plans furent dressés par un homme du métier, ami de la Mission, et notre infatigable Procureur, le P. Lury, quoique déjà surchargé de besogne à Phat-Diem, dirigea et surveilla les travaux de construction. Dieu seul sait les soucis et les fatigues que simposa le cher Père pour mener à bien luvre dont il avait accepté la charge. Pour les alléger quelque peu, il obtint lautorisation de se procurer une motocyclette, qui, en 4 heures, couvrait les 110 km. qui séparent Ba-Làng de Phat-Diem.

    Deux bâtiments ont été élevés : lun mesure 64 m. de longueur, lautre, 29 m.; tous deux ont une largeur de 10 mètres ; ils sont à étage et le plancher même est en ciment armé.

    Les élèves passeront désormais au moins 3 ans dans la maison et y étudieront le français dune manière spéciale. Le P. Gros en est le Supérieur depuis 1912, et, cette année, le P. Pellois, quune maladie de cur a éloigné de la chaire de dogme du Grand-Séminaire, est devenu son bras droit. A tous deux nos meilleurs vux dheureux succès !

    Cochinchine Occidentale

    Le 17 septembre, dans la cathédrale de Saigon, Mgr Perros, venu exprès de Bangkok ordonnait 7 sous-diacres, 5 exorcistes, et conférait la première tonsure à 11 séminaristes. Le lendemain, trois des sous-diacres de la veille recevaient le diaconat.

    Cette fête pourtant ne fut pas aussi joyeuse quou laurait désiré : ce nétait pas notre Evêque qui officiait, et malgré soi chacun pensait à labsent.

    Et, de fait, deux jours après nous arrivait un câblogramme de Mgr Quinton, annonçant sa guérison comme humainement impossible et demandant une neuvaine à Notre-Dame de Lourdes. Grâce au télégraphe, la neuvaine put commencer le dimanche 21 dans toutes les paroisses de la Mission. Hélas ! Nos prières ne devaient pas être exaucées : le 5 octobre nous recevions la nouvelle du décès de notre cher et vénéré Vicaire Apostolique.

    Un autre deuil a frappé la Mission : un de nos prêtres indigènes, M. Joseph Biêu, est mort le 19 septembre à lâge de 70 ans.

    Cependant on se préparait au Carmel à fêter solennellement la Bse Thérèse de lEnfant-Jésus. Depuis le commencement de lannée, on exécutait de grands travaux pour agrandir la chapelle, en refaire la toiture, y ajouter une aile dédiée à la Bienheureuse. Les travaux furent achevés juste à temps, et, le, 30 septembre, le P. Delignon, Supérieur de la Mission, officia solennellement : le matin, messe chantée, suivie du panégyrique en annamite ; le soir, sermon français par le P. Détry et salut. Malgré les agrandissements, la chapelle était trop petite encore pour contenir tous les dévots à la Bse Thaumaturge du Carmel. Comment fera-t-on si elle est canonisée lannée prochaine ?...

    Cochinchine Septentrionale

    Notre Mission a eu lhonneur de recevoir dernièrement Mgr Grangeon, Vicaire Apostolique de Quinhon. Arrivé à Hué le mardi 9 septembre avec le P. Labiausse, il est resté dans la Mission jusquau samedi 13. Pendant ces quatre jours, S. G. a pu visiter nos principaux établissements religieux : le Grand-Séminaire, le Carmel, le nouveau couvent des Filles de Marie Immaculée, la Sainte-Enfance et lInstitution Jeanne dArc dirigées par les. Surs de St-Paul, lEcole Pellerin et les maisons de formation des Frères des Ecoles chrétiennes, le Petit-Séminaire dAn-Ninh, le monastère de Phuoc-Son, ainsi que les chrétientés de Phu-Cam, Di-Loan, Tho-Duc, Phuoc-Mon, et le célèbre sanctuaire de N.-D. de La-Vang. Cétait la seconde visite que Mgr nous faisait depuis son élévation à lépiscopat : une première fois, en janvier 1907, il était venu à Hué faire une ordination, quelques mois après le départ pour France du vénéré Mgr Caspar ; mais, à ce moment, par suite des difficultés des communications, il navait pu faire une randonnée aussi intéressante que cette fois-ci.

    Le P. Roux, retour de France, a été nommé Supérieur du Petit-Séminaire dAn-Ninh, en remplacement du regretté P. Girard. Faut-il lui souhaiter un supériorat aussi long que le fut celui de son prédécesseur, quarante ans ou presque ? Le P. Roux, qui frise la cinquantaine, trouverait peut-être que cest un peu trop ! Quau moins il nous laisse lui souhaiter bien sincèrement dêtre toujours vaillant et solide au poste jusquà ses noces dor (1948) ! A ce moment-là nous formerons de nouveaux vux pour lavenir.

    Notre jeune rhumatisant, le P. Kaichinger, peut enfin depuis une quinzaine faire chaque jour un petit voyage autour de sa chambre et même en dehors : mais ses jambes ne sont pas encore assez solides pour lui permettre de rester debout une petite demi-heure : il est donc toujours privé de dire la sainte messe, et cela depuis le 8 juin. Il espère avoir la consolation de célébrer pour la fête de saint Denis, un bon Saint, auquel, en sa qualité de demi-Parisien, il a une dévotion toute spéciale.

    A loccasion du 40e anniversaire de sa naissance, S. M. lEmpereur dAnnam avait prié Mgr Allys de célébrer un service solennel pour les officiers et soldats français morts pendant la grande guerre. Ce service a eu lieu le 18 septembre à la cathédrale de Phu-Cam, en présence de toutes les notabilités françaises et indigènes.

    Quant aux fêtes du quarantenaire, qui ont duré 10 jours (du 23 septembre au 2 octobre), elles ont été particulièrement brillantes. Son Exc. le Gouverneur général, M. Merlin, y assistait. Mgr Allys fut invité au dîner de gala donné au palais impérial, le jour même de lanniversaire de la naissance de lEmpereur (29 sept.).

    LInstitut des Frères des Ecoles Chrétiennes vient de perdre un excellent religieux en la personne du Frère Térentien, Directeur du petit noviciat depuis 6 ans. Ce bon Frère est mort le 9 septembre, à lhôpital de Hué, après avoir subi une opération très douloureuse. Il était dans la 30e année de son séjour dans lIndochine française.

    Cette année, lEcole Pellerin ayant eu de très beaux succès aux derniers examens de juin, les demandes dadmission y ont été plus nombreuses que jamais. Depuis la rentrée, le 1er septembre, les Frères ont dû refuser beaucoup délèves, faute de place et de personnel. Ils ont en tout 470 élèves, dont 160 nouveaux, une centaine de plus que lannée dernière. La section française en comprend une trentaine et pourra encore recevoir plusieurs de nos petits compatriotes qui sont déjà inscrits.

    Cambodge

    Le samedi des Quatre-Temps, 20 septembre, Mgr Bouchut a ordonné plusieurs tonsurés, un diacre et 4 prêtres. Lun de ceux-ci avait déjà 2 frères prêtres. Aussi appartiennent-ils à une famille foncièrement chrétienne, comparable aux meilleures familles de nos bonnes campagnes de France.

    Cette dernière ordination est la 75e depuis lérection du Cambodge en Vicariat distinct, en 1850. La première, comprenant 6 tonsurés, avait été faite, le 29 juin 1882, par le Père Cordier, alors supérieur de la Mission et sacré évêque à la fin de la même année. Aujourdhui le clergé indigène compte 64 prêtres.

    On aura une idée plus exacte du chemin parcouru, si lon sait quen 1850, la Mission débutait avec 600 chrétiens seulement, auxquels vinrent sajouter 5.000 autres fidèles, par ladjonction, en 1865, de plusieurs provinces de la Basse-Cochinchine, et que, daprès le dernier compte-rendu, la population catholique du Vicariat sélève à plus de 61.000 âmes.

    Trois jours après lordination, Monseigneur sembarquait pour Chlông, dans le haut Cambodge, où le Père David avait préparé à la confirmation de nombreux néophytes.

    Malacca

    Le mois de novembre est décidément celui des embarquements et des longues traversées, pour Monseigneur Perrichon. Il y aura deux ans le 11 novembre quil partait pour France, et le 13 novembre prochain il quittera Marseille pour Singapore. Cest lAzay-le Rideau qui lavait emmené, et cest ce même bateau qui nous le ramènera. Le Père Renard revient avec lui. Nos meilleurs vux les accompagneront dans ce voyage de retour.

    Le Père Manette, Vicaire Général, vient de donner des confirmations à Penang. Il y en a eu 90 à léglise chinoise des Sept-Douleurs, 15 à lhôpital des lépreuses, 16 à lhôpital des lépreux, et 94 à léglise de lAssomption.

    Birmanie Méridionale

    Les Surs de Saint-Joseph de Rangoon et Moulmein ont eu leur retraite annuelle du 3 au 8 septembre. Le 9, deux postulantes prenaient lhabit et une nouvelle postulante entrait au noviciat. Le noviciat compte maintenant 6 novices et une postulante. Cest un résultat très consolant, qui prouve que nos congrégations religieuses peuvent se recruter localement. Mais quest ce chiffre en regard des besoins des uvres déjà existantes et dautres dont le besoin se fait vivement sentir ? Mitte, Domine, operarios /

    Le nouveau Petit-Séminaire de Moulmein, quoique inachevé, est occupé depuis la réouverture, les classes se faisant dans les parties de lédifice déjà terminées.

    Le P. Loizeau est descendu de ses montagnes de Papun faire une visite aux hommes de la plaine que nous sommes. Cest un voyage de sept jours à pied à travers les rizières. Chaque soir le Père et ses porteurs de bagages couchaient où ils pouvaient, plus ou moins bien, selon que la chance les favorisait. Quelquefois le gîte était un simple abri au milieu des champs. Notre confrère était à peine dans la plaine que la fièvre le prit. Ce nest pas mon milieu, il me faut la montagne ; là-haut je me porte bien. Je repars. Et il est reparti. Papun, district nouvellement ouvert, au milieu du populations Cariannes, na été encore sérieusement attaqué ni par la civilisation, ni par la propagande anabaptiste. Cest un pays neuf, où il y a beaucoup de bien à faire pour celui qui saura y prendre la première place. Le P. Loizeau sen est rendu compte et, laissant son petit coin plus agréable de Theinzeik à un prêtre indigène, il est parti pour la montagne. La vie y est dure, mais le zèle de notre confrère pourra sy donner libre cours et les consolations ne manqueront pas. Toute la Mission suit avec intérêt et envie la belle uvre qui commence là-haut.

    Encore un confrère atteint de la maladie de la pierre, ou plutôt de la brique ; pour quelques-uns moins fortunés, cest la maladie des planches (celle-là est grave !) Le malade est le P. Meyrieux. Il a hérité du poste de Kyaiklat et, dans cet héritage, se trouvaient les fondations dune église. Elles avaient été jetées par le P. Mazoyer ; puis, le poste grandissant en importance, le P. Riouffreyt y avait ajouté une travée. Ce nest même plus suffisant et, pour la troisième fois, elles vont être agrandies et léglise bâtie. Le P. Dessalle aide le bâtisseur. A eux deux, ils doteront la Mission dune belle église. Le P. Meyrieux a eu bien des tracas, bien des difficultés, pour se procurer les briques nécessaires ; il y est parvenu enfin et pousse les travaux avec ardeur. Bonne chance jusquau bout !

    Birmanie Septentrionale

    Nos malades sont ou guéris ou en pleine voie de guérison. Le P. Hervy, dont le cur avait, après une longue fatigue, cessé de fonctionner régulièrement, la enfin remis au diapason normal, et notre provicaire is as fit as ever. Le P. Jarre, qui sétait cassé le bras droit, peut désormais, avec laide du gauche, le lever jusquau front et faire le signe de la croix correctement. Après une mauvaise et tenace furonculose, le P. Ruppin peut de nouveau enfiler culotte, chaussettes et souliers, et, nouvel Achille aux pieds légers, courir à la recherche de ses brebis. Affligé de la même maladie, mais presque remis, le P. Lafon profite des grandes chaleurs de laprès-midi (il na que peu de visiteurs à ce moment-là) pour reprendre ses randonnées en ville. Un dentiste japonais a tellement labouré les mâchoires du P. Ghier que ses dents apparent rari nantes in...; mais on va lui en planter dautres qui ne le feront jamais souffrir. En attendant de pouvoir manger son morceau comme tout le monde, notre procureur, la fin de lannée arrive, rogne notre budget déjà passablement édenté. Enfin le P. Pâquet, qui a déjà fait connaissance avec la fièvre, vient de la congédier, pour aller reprendre en pays shan son poste de combat. Donc tout est bien qui finit bien.

    Et le P. Falière a eu la joie de terminer son église de Yenang-yaung. Le 8 septembre, il louvrait au culte et en faisait la bénédiction devant ses chrétiens enchantés.

    Laos

    Résumé du compte-rendu de 1923-24.

    Population totale (approximative) 3.500.000
    Population catholique 16.010

    Baptêmes
    Adultes 376
    Enfants de chrétiens. 684
    in art. mort. 233

    Confessions 72.932
    Communions 153.889
    Catéchistes 73
    Religieuses et novices 85
    1 Ecole de Catéchistesinstituteurs 23 élèves
    42 Ecoles paroissiales 1.708

    Il y a progrès sur toute la ligne, sauf pour le nombre des ouvriers apostoliques, qui reste le même.

    Pondichéry

    Nellitope, paroisse suburbaine de Pondichéry, célèbre solennellement chaque année la fête de lAssomption et sy prépare par une neuvaine, à laquelle prennent part de nombreux fidèles de Pondichéry même. Aussi, matin et soir, du 6 au 15 août, on pouvait voir un long défilé de pèlerins se rendant à Nellitope pour y honorer la Mère de Dieu. Mais, le jour de la fête, le flot des pèlerins atteignit un chiffre inaccoutumé. Venant dun peu partout, automobiles, pousse-pousse, voitures de tout genre, déversèrent dans le petit village des milliers de pieux visiteurs. Le soir, magnifique procession, qui, commencée à 7 h. ½, ne se termina quà 11 h. et fut suivie dun salut solennel du Saint-Sacrement. Le char majestueux que les chrétiens de Nellitope avaient construit en lhonneur de leur céleste Patronne, passa par toutes les rues du village : il représentait de nombreuses journées de travail, que la bonne Mère saura payer largement.

    Le dimanche 17 août, à la cathédrale de Pondichéry, bénédiction et installation dune belle statue de Notre-Dame de Pompéi, don dune famille de la paroisse.

    Le P. Combes, curé de la cathédrale, et le P. Huguet, curé de Nellitope, ont dû prendre quelques semaines de repos, le premier à Bangalore, le second au Sanatorium Saint-Théodore.

    Kumbakônam

    Les Surs Catéchistes Missionnaires de Marie Immaculée ont perdu, en lespace dun mois, deux de leurs religieuses, Sur Marie-Radegonde et Sur Raphael. Arrivées lune et lautre dans les débuts de notre Mission, elles y ont dépensé leur vie entière au travail de lapostolat, sanctifié par de longues souffrances. Puisse lexemple quelles ont donné attirer de nouvelles recrues à une Congrégation si méritante !

    Rome

    La S. C. de la Propagande a détaché de la Mission du Laos le district de Sung-Treng pour lannexer au Vicariat du Cambodge.

    Séminaire de Paris

    Le maire de Dormans a écrit une lettre où il dit avoir été invité par le sous-préfet dEpernay à senquérir des conditions dans lesquelles une congrégation religieuse est installée au château de Dormans. Il lui a été répondu que lInstitut des M.-E. étant locataire régulier de limmeuble, en use selon ses convenances.

    En vue de montrer le rôle important rempli par notre Société dans la formation dun clergé indigène dans nos Missions, le P. Mollat vient de faire éditer de luxueuses brochures consacrées aux prêtres indigènes déclarés Bienheureux en 1900 et 1909. Elles sont abondamment illustrées et précédées dune préface qui donne les résultats obtenus dans nos divers groupes de Missions pour la formation du clergé. Les notices biographiques des Bienheureux sont empruntées aux ouvrages du P. Launay. Ont déjà paru :

    Le Clergé chinais du Setchoan et ses prêtres martyrs ;
    Le Clergé tonkinois et ses prêtres martyrs ;
    Le Clergé annamite et ses prêtres martyrs ;
    Le Clergé indien et birman des M.-E. de Paris ;
    Lys de Chine : vie et martyre des Bses vierges chinoises Agathe lin et Lucie Y, des Missions du Kouytcheou et de Lanlong.

    Bien que destinées à lExposition Vaticane, ces brochures peuvent être demandées au P. Jaricot : elles, sont cédées à prix réduit aux missionnaires de la Société.

    Après un mois de vacances dans leur famille, les aspirants sont rentrés le 6 septembre. Une quinzaine dentre eux se sont trouvés à Lourdes au Pèlerinage national. Mgr de Tarbes sest montré dune bienveillance paternelle pour ses anciens servants de messe (lors de son séjour à Paris au mois de mai dernier) et a tenu à leur payer le voyage.

    M. labbé Orner Denis, missionnaire diocésain de Luçon, chargé de lUnion Missionnaire du Clergé dans ce diocèse, fonde à Martinet, par La Mothe-Achard, une uvre destinée à venir en aide aux missionnaires originaires de Luçon.

    Mgr Fréri, évêque titulaire de Constance, Directeur général de luvre de la Propagation de la Foi aux Etats-Unis, fait ses adieux aux missionnaires, associés et à tous ceux qui étaient en connexion avec luvre. Nous noublierons pas, dans nos prières reconnaissantes, les éminents services rendus par le Prélat à la Propagation de la Foi et à la Société des M.-E.

    M. Joseph Aubert, Secrétaire général de lUnion Missionnaire du Clergé, est nommé Directeur national de luvre de S. Pierre en remplacement de Mgr Descamps. Le Bulletin de luvre, le Prête indigène des Missions (43 rue Dumont dUrville, Paris XVIe), passe ainsi sous sa direction.

    Dutiles réparations ont été faites au Séminaire, qui, depuis la rentrée des aspirants, a repris son animation habituelle. Le 8 septembre, pèlerinage à N.-D. des Victoires. Les jours suivants, les nouveaux sont arrivés. Depuis le 1er janvier, le nombre des admissions a été de 30. La communauté de Paris a reçu 13 aspirants de Bièvres et 11 de divers diocèses, ce qui porte à 82 le nombre des séminaristes ; à Bièvres, ils sont 56, et 22 font leur service militaire :
    soit un total de 160.

    La retraite de commencement dannée, qui sest ouverte le dimanche 14 septembre, a été prêchée par un Père Franciscain.

    Le même jour, Mgr Quinton bénissait à Bièvres une nouvelle cloche, semblable à celle de Paris.

    Le P. Roulland (Dormans, Marne) serait heureux de recevoir des documents intéressant la cause de la Bse Thérèse de lEnfant-Jésus. Avec ces documents des Missions il pourrait faire un travail qui lui est demandé par le Carmel de Lisieux.

    

    1924/724-747
    724-747
    Anonyme
    France et Asie
    1924
    Aucune image