Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 11

Chronique des Missions et des Etablissements communs. Tôkyô
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.
    ____

    Tôkyô

    Le dimanche 3 octobre, dans la salle de réunion du journal Yomiuri, sest tenu un meeting pour fêter le septième centenaire de lentrée dans la gloire de saint François dAssise. La salle, aménagée pour recevoir commodément sept cents personnes, était archicomble ; environ un millier de personnes sy pressaient et on dut refuser lentrée à de nombreux retardataires. A une heure et demie, lamiral Yamamoto, organisateur de la séance, louvrit par quelques mots de bienvenue à laudience, et les orateurs du jour se succédèrent sur lestrade. Le P. Iwashita développa ce sujet : Du Saint à Dieu; un homme de lettres, M. Ashiya Rôson, spécialiste dhistoires pour la jeunesse, parla de lesprit denfance dans saint François; le P. Candau, de la foi simple et ardente du Saint; le P. Totsuka, du Tiers-Ordre et de son influence; le P. Lang, Franciscain, venu de Sapporo, de lesprit filial envers le Père, principe de la vie du Saint, et le docteur Anezaki, professeur de lUniversité Impériale, qui, bien que bouddhiste, est un fervent admirateur du pauvre dAssise, quil a commencé à étudier en Italie il y a 20 ans, de saint François et de la conscience que doit prendre lhumanité de ses tendances au mal, pour y porter remède. La séance se termina à 5 heures et demie. La Jeunesse Catholique profita de cette réunion pour distribuer des tracts et mettre en vente la Vie de saint François, éditée récemment. Espérons que cette manifestation en lhonneur du Poverello, qui eut tant à cur lévangélisation des contrées où lamour de son Seigneur et Maître nétait pas connu, portera par son intercession des fruits de salut.

    Mgr le Délégué Apostolique sest rendu à Kagoshima, centre de la Mission franciscaine du sud, pour sunir aux fils de saint François dans la célébration du septième centenaire de leur fondateur.

    Dans la séance de Tôkyô en lhonneur de saint François, on na pas manqué de faire allusion à lesprit de communisme et danarchie qui se répand dans le monde et a pénétré également au Japon, malgré la vigilance de la police et des autorités, auxquelles on pourrait peut-être reprocher le défaut de mesures préventives. Le danger des idées malsaines vient dêtre signalé dernièrement encore à propos de larrestation de 38 étudiants, ainsi que des recherches faites au domicile de quelques professeurs des Universités de la région de Kyôto. Par le moyen de la Ligue dEtudiants pour létude des questions sociales, qui sétend à tout le Japon, il a été publié divers pamphlets et ouvrages concernant le communisme, les idées de Lénine, les programmes et manifestes des Soviets, tandis que plusieurs membres de cette Ligue auraient appuyé des agitations à tendances communistes ou anarchistes. Un étudiant, membre de la noblesse, est accusé davoir tenu des propos injurieux vis-à-vis de la Maison Impériale, et un autre davoir fabriqué des bombes explosives. Aucun grief spécial na été formulé contre les professeurs chez qui on a fait des recherches. Dailleurs, depuis le milieu de septembre, où ces révélations ont été faites dans les journaux, la presse, pour obéir sans doute à une consigne, a gardé le silence. Le Jiji Shimpo a remarqué quil y a un certain nombre de professeurs en quête dune vaine popularité, qui se font auprès des étudiants les introducteurs de toutes les théories pouvant passer pour neuves et originales, sans se soucier du mal quils peuvent occasionner.

    Nagasaki

    Outre leur grande école de lEtoile de la Mer (Kaisei.gakkô) à Nagasaki, les Marianistes ont fondé dans le voisinage, à Urakami, une Ecole Apostolique qui prépare des prêtres, des religieux, des catéchistes, des instituteurs, et, à tout le moins, des chrétiens instruits qui puissent aider à la conversion de leur pays. Des enfants, choisis parmi les plus intelligents, y reçoivent une formation générale. Entrés à 12 ou 13 ans, ils suivent pendant 4 années un cycle détudes où la religion tient le premier rang, sans faire tort pour autant au programme densemble, qui comprend un cours préparatoire et les trois premières années du lycée. Pendant ce stage le corps se fortifie, lintelligence se développe, les candidats acquièrent une idée plus nette de leur vocation et sont prêts à se spécialiser. Depuis sa création en 1910, lEcole a reçu 239 candidats, dont 57 y sont présentement. Les 182 qui en sont sortis peuvent se classer ainsi : 59 prêtres ou religieux (la plupart Marianistes) ; 18 séminaristes, catéchistes ou instituteurs ; 27 fonctionnaires ou employés ; 55 pêcheurs ou laboureurs ; 13 étudiants ; 10 sont décédés. Dans le but de diminuer les dépenses de luvre, les Frères de Marie y ont adjoint successivement une ferme avec vacherie, porcherie, basse-cour ; un jardin potager, des champs cultivés ; puis un atelier de tailleur et un de relieur. Lexploitation est dirigée par 11 Marianistes ouvriers, anciens élèves de lEcole. Le personnel de létablissement se compose de 21 Marianistes (10 professeurs, 11 ouvriers), 57 élèves et 6 auxiliaires, soit au total 84 personnes.

    Luvre a rendu déjà de grands services et en rendra de plus grands encore. Vivant de la charité catholique, elle a mis sa confiance en Celui qui nourrit les passereaux et habille les lis des champs. Sa confiance ne sera pas trompée.

    Le percement dun tunnel sous-marin entre Shimonoseki (mission de Hiroshima) et Moji (mission de Nagasaki) est décidé et sera entrepris incessamment ; il aura près de 10 km. de longueur et coûtera 52 millions de yen.

    Seoul

    Le 12 septembre nous avons eu la joie de voir revenir au milieu de nous le P. Guinand, rapportant du pays natal ample provision de santé et de zèle apostolique.

    La rentrée du séminaire a eu lieu le 14 septembre. 28 nouveaux élèves ont été admis, ce qui porte leur nombre total à 106.

    Le dimanche 26 septembre, nous avons célébré la fête de nos BB. Martyrs : nous y avons déployé toute la solennité possible, sans cependant atteindre la splendeur du triduum de lan dernier. Les tableaux des Martyrs, rapportés de Rome par Mgr Mutel, étaient exposés : deux au dessus des confessionnaux, deux de chaque côté du transept, et la gloire à lextérieur, au dessus du porche. Ce dernier tableau surtout faisait un effet superbe, qui a été remarqué et admiré par tous. Comme offices il y eut messe et vêpres pontificales, et, le soir, panégyrique par le P. Paul Sin et salut solennel.

    Le 1er octobre a eu lieu linauguration de la nouvelle Résidence générale, bâtie dans lenceinte de lancien palais royal. A la fin du mois sera inaugurée la nouvelle Préfecture.

    Taikou

    Le 11 septembre, à Masanpo, le P. Bermond, accompagné du Préfet de la ville, sest rendu à bord du Jules Michelet pour y saluer lAmiral. Les visiteurs reçurent laccueil le plus aimable, comme il est de tradition dans la marine française, et, le soir même, lAmiral Bazire rendait au Père sa visite. Le dimanche suivant le P. Bermond célébra la messe à bord devant une très nombreuse assistance dofficiers et de matelots ; puis il fut invité à la table de lAmiral avec un général et un amiral japonais ainsi que le préfet. Le soir même le Jules Michelet partait pour Nagasaki.

    Le P. Beaudevin est arrivé à Taikou le 4 octobre. Quil soit le bienvenu au milieu de nous et que Dieu bénisse son ministère dans sa nouvelle Mission !

    Kirin

    Du compte-rendu de lexercice 1925-26 nous extrayons les quelques chiffres suivants.

    Population totale environ 10.000.000
    Catholique 22.999
    Baptêmes dadultes 626
    denfants de païens 2.227
    Confessions annuelles 14.667
    Communions 177.004
    39 écoles de garçons 1.237 élèves
    46 de filles 1.353
    2 dispensaires (Francisc. Miss. de Marie) 27.002 consultations.

    A Harbin lhôpital projeté depuis plusieurs années vient dêtre achevé, et les dévouées religieuses pourront étendre le champ de leur activité.

    Tchongking

    Extrait du compte-rendu de lexercice 1925-26.

    Population totale environ 15.000.000
    catholique 59.732
    Baptêmes :
    Adultes 550
    in art. mort. 4.146
    Enfants de chrétiens 2.109
    in art. mort. 6.290
    Confessions 150.108
    Communions 329.516
    1 Ecole secondaire pour garçons 102
    1 pour filles 17
    3 prim. supre pour garçons 417
    3 pour filles 385
    6 primaires pour garçons 244
    4 pour filles 167
    284 paroissiales :
    garçons 2.883
    filles 3.644
    4 orphelinats 729 enfants.
    4 hôpitaux, 4 dispensaires, 2 hospices de vieillards, etc.

    Le bombardement de la ville de Ouanhien par les canonnières anglaises en représailles de lattaque de deux bateaux portant pavillon britannique, a eu son contre-coup à Tchongking : les maisons anglaises ont été pillées, le boycottage saccentue. Que nous réserve lavenir ?...

    Suifu

    Tout récemment, un coup de filet colossal, jeté dais la région occupée par les armées du général Lieou, sous-gouverneur de la province, devait prendre tous les indésirables qui linfestaient. Au cours de cette opération de police, menée par plusieurs divisions de soldats réguliers, des centaines dindividus furent, en effet, saisis et emprisonnés. Mais, après des interrogatoires minutieux et serrés faits par des juges compétents, il se trouva quils étaient, pour la plupart, dhonnêtes gens. Ils ne furent relâchés cependant que contre une caution qui aidera à garnir le gousset vide de certains personnages quon devine. Et comme par le passé, on continue à piller et à tuer. Et il en sera ainsi jusquà quand ? Seuls les prophètes pourraient nous le dire.

    Daucuns prétendent avoir découvert la panacée qui fera renaître lâge dor dans lEmpire du Milieu : cest darmer dun fusil chaque chef de famille. Les chefs des gardes nationales, toujours à laffût dune bonne aubaine, feignent dy croire et en prennent prétexte pour taxer tous les propriétaires, au nombre desquels la Mission catholique a lhonneur dêtre comptée, soi-disant pour acheter des armes.

    Les victoires cantonnaises à Ouchang et à Hanyang ont grisé nos étudiantes rouges, qui se sont remises à pérorer dans les rues de Suifu contre les étrangers et les chrétiens, malgré les ordonnances du commandant darmes défendant toute manifestation sur la voie publique. Mais elles, les filles du parti révolutionnaire nationaliste, ne sont-elles pas au-dessus des ordonnances, des décrets et même des lois ?

    Le sacre de Mgr Jantzen, qui a eu lieu le 21 septembre, nous a valu le plaisir de voir passer à Suifu, en route pour Tchongking, Mgr Rouchouse, Vicaire Apostolique de Tchengtou, et le P. Valtat, de la Mission de Ningyuanfu.

    Tatsienlou

    Depuis le 11 août dernier la région de Tatsienlou subit de nombreuses secousses de tremblement de terre. Le premier renversa quelques maisons en ville et, dans la campagne, plusieurs personnes furent ensevelies sous des éboulis de montagne. Les suivants ne causèrent pas de grands dégâts à Tatsienlou, mais vers le nord, à Pamei et Tailin, plusieurs maisons furent détruites dans la nuit du 9 au 10 septembre. Quelques personnes furent blessées. Les secousses continuent à se faire sentir, mais en sespaçant et saffaiblissant.

    Les chefs thibétains réunis en conseil à Patang narrivent pas à se mettre daccord. Chacun ne pense quà ses intérêts personnels et ne veut les sacrifier en rien : de là des discussions, des querelles, qui risquent fort de dégénérer en luttes intestines des plus néfastes à lintérêt commun. Envers la Chine ils se montrent dautant plus exigeants que lautorité de la République Céleste saffaiblit davantage ; ils espèrent même la rejeter complètement ou tout au moins en arriver à une dépendance purement nominale.

    Au milieu de ces conflits notre confrère de Patang demeure en paix. Les chefs thibétains lestiment et ne le lui cachent pas ; mais ils nen restent pas moins fervents bouddhistes pour autant.


    Ningyuanfu

    Une lettre de Paris nous a annoncé que le P. Boiteux, du diocèse de Besançon, prêtre de la dernière ordination devait sembarquer le 17 septembre à destination de Ningyuanfu. Deo gratias !

    Le service postal et télégraphique fonctionne de plus mal. Nous ne recevons que par hasard des nouvelles récentes mélangées à dautres datant de deux mois et plus. Un télégramme de Tchengtou a mis 23 jours pour nous arriver.

    La situation politique reste confuse. Les militaires singénient pour trouver de largent.

    On signale de divers côtés, même aux portes de Ningyuanfu, des bandes de loups affamés qui ont dévoré plusieurs personnes attardées dans la nuit, sans compter les cadavres déterrés.

    Yunnanfu

    Nous avons à déplorer encore une fois la capture dun de nos confrères par les brigands. Par une lettre du 27 septembre le P. Durieu annonce quil est tombé aux mains des pirates, qui lont entraîné dans la montagne, où ils le gardent strictement. Sa lettre, volontairement vague à cause du contrôle de ses argousins, ne dit ni la date de sa capture, ni le lieu de sa détention ; mais elle porte le timbre postal de Taly 1er octobre, ce dont nous pouvons conclure que notre confrère est dans les mêmes parages où fut conduit le regretté P. Piton. Espérons que lénergique intervention de notre Consul obtiendra de lautorité chinoise une action rapide et surtout efficace, et que nous naurons pas à enregistrer un nouveau deuil.

    Le P. Savin est nommé à Tongtchouan, le P. Bois à Tonghai (par intérim).

    Les nouvelles du P. Badie sont excellentes : il ne tardera pas à regagner le Yunnan.

    Le P. Bougault écrit que la fièvre typhoïde, linfluenza et la dysenterie font beaucoup de victimes parmi ses chrétiens, et plus encore parmi les païens.

    La Banque a fait construire un four crématoire pour incinérer les vieux billets. Le 25 septembre elle en a détruit ainsi plusieurs centaines de mille, en présence dune foule considérable. Et tandis que les uns sécriaient : A la bonne heure ! dautres murmuraient : Quel dommage ! De nouveaux billets sont mis en circulation ; la monnaie-papier augmente chaque jour de valeur : des affiches donnent le taux obligatoire du change.

    Kouiyang

    A loccasion de lExposition Vaticane, la Mission a fait reproduire en France sur cartes postales diverses photographies locales. Ces vues forment une série de 3 albums de 24 cartes chacun. On peut les demander à la Procure de Kouiyang, au prix de $1,50 les 3 albums.

    Le P. Champeyrol annonce son retour dans la Mission : il devait sembarquer à Marseille vers la mi-octobre.

    Le P. Larome est à Rome, où il aide à la liquidation des objets de lExposition missionnaire.

    Canton

    Extrait du compte-rendu de lexercice 1925-26.

    Baptêmes :
    Adultes 220
    in art. mortis 158
    Enfants de chrétiens 398
    in art. mort. 9.503

    La retraite des élèves du Petit-Séminaire sest terminée le 2 octobre. Une douzaine de nouveaux élèves ont été admis, ce qui porte leur nombre à 56. Sur ce nombre quelques-uns appartiennent à la Préfecture de Kongmoon.

    Le P. Fabre sest embarqué à Marseille le 8 octobre pour rentrer dans sa Mission, où il sera accueilli avec grande joie. Notre nouveau confrère, le P. Le Baron, le précédera de quinze jours à Canton.

    Après un long stage au Sanatorium de Béthanie, le P. Lesaint est revenu à Canton le 18 octobre. Dieu lui garde la santé que lui ont rendue les bons soins dont il a été lobjet !

    Swatow

    Fruits spirituels de lexercice 1925-26.

    Mgr Rayssac, profitant du calme relatif dont nous jouissons pour le moment, est allé visiter les chrétientés que les troubles avaient rendues inaccessibles. Il sera de retour pour les fêtes de la Toussaint, après lesquelles auront lieu les retraites annuelles des missionnaires et des prêtres chinois.

    Nanning

    Noces dargent sacerdotales de Mgr Ducur. Le 23 juin dernier, Mgr Ducur avait commémoré, devant Dieu seulement, le 25e anniversaire de son ordination sacerdotale. Ses missionnaires, qui ne pouvaient laisser passer inaperçu un tel souvenir, se proposaient de le célébrer solennellement trois mois plus tard, au moment de leur retraite annuelle. Hélas ! la situation troublée de la province, la crainte de quitter les districts à un moment où la présence des missionnaires pouvait être nécessaire, ont empêché cette réunion générale que tous désiraient.

    Le 22 septembre, en la fête de saint Maurice, Patron de notre Evêque. 5 missionnaires seulement et 4 prêtres indigènes se trouvaient réunis à Nanning pour présenter à Monseigneur leurs sentiments daffectueuse reconnaissance pour le passé et leurs pieux souhaits pour lavenir. Dès la veille au soir, le P. Dalle, supérieur du séminaire, offrait à Mgr Ducur, dans la langue de Cicéron, au nom de ses élèves encore trop jeunes et peu habiles à manier le latin, des présents tout spirituels, qui lui allèrent droit au cur. Les chrétiens, de leur côté, offrirent de superbes panneaux, et les religieuses du couvent avaient confectionné un bel ornement blanc, témoignage de leur attachement et de leur reconnaissance.

    Le lendemain, à la grandmesse pontificale, le P. Tessier rappela aux chrétiens combien grand est le rôle du prêtre et de lévêque, combien lourde est leur charge ; il les exhorta à profiter toujours de mieux en mieux des pieux avis qui leur sont si souvent prodigués. Puis ce furent les détonations des pétards, sans lesquels une fête chinoise nest pas complète ; enfin, après un salut solennel dactions de grâces, de fraternelles agapes vinrent clôturer les ré jouissances.

    En labsence du P. Costenoble, provicaire, parti récemment en France refaire sa santé, le P. Tessier porta un toast à Monseigneur : il exprima fort délicatement les pensées qui jaillissaient du cur de tous, à savoir lattachement des missionnaires du Kouangsi à Sa Grandeur, leur désir de pouvoir fêter ensemble les noces dargent épiscopales de leur évêque dans 10 ans et ses noces dor sacerdotales dans 25 ans. Puis le P. Kiang, professeur au séminaire, se leva : au nom de ses confrères indigènes présents et absents, rappelant à Monseigneur tout ce quils lui devaient, son toast fut un long merci pour tant de dévouement et daffection paternelle ; il ajouta en terminant quaucun prêtre indigène ne saurait oublier les bienfaits reçus et que tous rendraient certainement ce merci efficace en priant plus spécialement aujourdhui pour leur évêque.

    *
    * *

    Le P. Labully, à Hongkong depuis 9 mois, na pas vu son état de santé rétabli entièrement malgré les bons soins qui lui furent prodigués. Il sest embarqué le 28 septembre pour la France en même temps que le P. Costenoble. Puissent-ils nous revenir tous deux bien remis, car nos rangs sont fort clairsemés : nous ne sommes plus que 12 missionnaires présents au Kouangsi, parmi lesquels plusieurs sont ou sexagénaires ou de santé délicate. Heureusement une jeune recrue, le P. Madéore, va nous arriver le mois prochain, apportant avec lui un rayon despérance aux anciens.

    Depuis quelque temps nous jouissons dun calme au moins relatif. Les manifestations bruyantes se répètent assez fréquemment, mais elles ont pour but principal de célébrer les succès des troupes cantonaises sur les armées du Nord. Leur victoire complète assurera le bonheur de la Chine en supprimant les trois obstacles qui lentravent, à savoir : le militarisme, limpérialisme des étrangers et les traités inégaux. Le mot dordre est donc : Pas de repos tant que ce triple résultat ne sera pas obtenu.

    Hunghoa

    Avec le mois daoût, malgré linclémence de la température, missionnaires et prêtres indigènes ont repris la visite périodique de leurs chrétientés. Ni les pluies incessantes, ni les mauvais chemins de la brousse narrêtent lempressement de nos chrétiens à prendre part aux exercices du Jubilé.

    Laokay, poste militaire de la frontière yunnanaise, qui, depuis la mort du vénéré P. Robert, était sans pasteur, a désormais comme titulaire le P. Jacques. Après avoir arpenté pendant 18 ans, et toujours à grande allure, les sentiers rocailleux de la région montagneuse de Dôn-Vang, sans souci des arroyos débordés à passer à la nage, des torrents à franchir sur des ponts de singes, sans crainte des panthères tapies sous les roches, notre cher globe-trotter va pouvoir se livrer sur une plus grande échelle à son sport favori.

    Il part reconnaître son futur domicile, que, du reste, il habita jadis, et de là, pour continuer son entraînement, il visitera pédestrement, toujours sans parapluie ni parasol, les différents postes militaires de la frontière chinoise, de Laokay à Hagiang, 200 km. au moins ! Et dire que cet intrépide marcheur a dépassé la cinquantaine et que depuis quelques années il est rhumatisant !

    Tous se réjouissent de sa nomination comme curé de Laokay et caressent même lespoir de voir, grâce à lui, surgir à la station daltitude de Chapa (40 km. de Laokay) quelque installation pour les missionnaires fatigués.

    Phatdiem

    La région du Chau-Laos est toujours bien éprouvée. Après les PP. Degeorge et Varengue, morts récemment, voici que deux prêtres annamites ont succombé. Si, du moins, ceux qui restent avaient tous une santé en rapport avec le travail quils doivent fournir : malheureusement il nen est pas ainsi. Le P. Pléneau, que la construction de sa belle église a grandement fatigué, souffre de lestomac et, comme aucun traitement essayé jusquici na produit deffet, les médecins lui prescrivent un retour en France. Or il se trouve précisément que le cher malade a en ce moment la visite de son oncle, M. labbé Pléneau, curé doyen de Pauillac, au diocèse de Bordeaux, qui, ayant assisté au Congrès Eucharistique de Chicago, a fait le grand tour pour venir voir son neveu : ils feront ensemble le voyage vers le pays natal.

    Le P. Bruyère nous est revenu enchanté de son séjour au sanatorium de Béthanie, qui lui a été des plus salutaires.

    Il est question de fonder à Hoi-Xuan, dans les marches du ChauLaos, un pied-à-terre pour les prêtres qui travaillent dans cette région déshéritée. Ils trouveraient là, en cas de maladie, les secours dun médecin auxiliaire indigène. Puisse la question financière nêtre pas un obstacle à la réalisation de ce projet !

    Quinhon

    Le 14 septembre, Mgr Grangeon, entouré dune quinzaine de prêtres, a présidé, dans la chapelle des Amantes de la Croix à Gothi, la cérémonie de vêture de 17 postulantes, prémices de la Congrégation à la formation de laquelle se dévouent depuis trois ans les Surs de Saint-Paul de Chartres.

    Nos communautés indigènes végétaient quelque peu, non par manque de bonne volonté, mais plutôt par défaut datmosphère surnaturelle et par insuffisance dinstruction. La cérémonie de ce jour marque une première étape vers la vraie vie religieuse, à la fois fervente et zélée.

    Après une belle exhortation du P. Sion sur le renoncement et lunion à Dieu, la nombreuse assistance entendit avec émotion ces jeunes filles, vêtues de beaux habits de soie avec une couronne de roses blanches sur la tête, répondre à linterrogatoire de lEvêque, et, avec plus démotion encore, les vit rentrer dans la chapelle habillées dune longue robe noire, coiffées dun voile noir, un crucifix sur la poitrine.

    Après la messe, célébrée par Monseigneur, eut lieu la bénédiction de la nouvelle maison de la communauté. La fête se termina, le soir, par un salut solennel.

    Saigon

    Le 18 septembre Mgr Dumortier a ordonné 3 prêtres, 4 sous-diacres, 10 minorés et 8 tonsurés.

    La population de la Cochinchine a augmenté de 324.528 depuis le recensement de 1921 et sélève aujourdhui à 4.119.832 habitants, dont 9.865 Français, 587 Européens (non Français), 1.212 Eurasiens, 3.421.512 Cochinchinois, 15.112 Annamites, 75.226 Minh-huong, 251.570 Chinois, 291.170 Cambodgiens, 51.516 Moï ou Cham, un millier dIndiens et autant de Malais.

    Hué

    S. E. Nguyên-Huu-Bai vient dadresser une lettre aux chrétiens de Cochinchine, dAnnam et du Tonkin, les invitant à ouvrir une souscription en vue de procurer une résidence convenable au Délégué Apostolique. Cet appel sera certainement entendu des Annamites, qui ne voudront pas être moins généreux que les Chinois, et Mgr Aiuti pourra choisir le lieu quil jugera le plus propre à être le siège de la Délégation.

    Nos confrères les PP. Henri et Max de Pirey ont été nommés de nouveau pour trois années Correspondants de lEcole française dExtrême-Orient.

    La rentrée des élèves dans nos divers établissements religieux sest faite normalement à la date du 1er septembre.

    Lécole des futurs Petits-Frères du Sacré-Cur a une quinzaine de nouvelles recrues. LEcole Pellerin, des Frères des Ecoles chrétiennes, bien quayant admis beaucoup de nouveaux élèves, a dû en refuser un grand nombre.

    La retraite annuelle du Petit-Séminaire dAnninh et celle de la Fraternité du Sacré-Cur ont eu lieu vers le milieu de septembre ; la première a été prêchée par le P. Max de Pirey, la seconde par le P. Stoeffler.

    Le Frère Diogène-Pierre, des Ecoles chrétiennes, est mort subitement le 6 octobre, en revenant de faire sa classe. Il avait 75 ans. Ses obsèques ont eu lieu le lendemain : plusieurs missionnaires de la capitale y assistaient et les diverses administrations du Protectorat y étaient représentées.

    Le P. Chapuis, après un séjour de deux ans en France, nous est revenu le 11 octobre avec les belles couleurs dun jeune missionnaire.

    Phnompenh

    Le 11 septembre Mgr Bouchut a ordonné 5 prêtres et 3 minorés.

    Après avoir doté son poste de Rachgia dune église, dun couvent et dune école, le P. Dalle vient dy ajouter un presbytère, qui a été inauguré récemment et qui couronne luvre de notre zélé confrère, uvre vraiment digne dun chef-lieu de province.

    A Chaudoc, le P. Béquet a construit aussi un presbytère et il en a fait coïncider la bénédiction avec celle dune cloche qui remplacera avantageusement sa devancière de fabrication et de style annamites.

    Le P. Constant Duquet, obligé par la maladie de sarrêter à lhôpital de Colombo, a pu continuer sa route et est arrivé heureusement à Marseille le 21 août.

    Bangkok

    Le 25 août arrivait au Siam M. le Gouverneur général Varenne, accompagné des Résidents supérieurs du Cambodge, du Laos et de lAnnam. Hôte de S. M. le Roi de Siam, il fut reçu, ainsi que sa suite, avec tous les honneurs protocolaires. Délégué par le Gouvernement français pour signer une Convention relative à des délimitations territoriales entre lIndochine et le Siam, et pour resserrer les liens damitié entre la France et le Siam, il a ponctuellement accompli sa mission. Ses discours, nombreux et pondérés, ont laissé dans les milieux tant européens que siamois une favorable impression.

    Les principaux établissement de la Mission catholique : Collège de lAssomption, Hôpital St.-Louis et Couvent St.-Joseph reçurent successivement sa visite. Dans le discours quil prononça devant les 2.000 élèves du Collège de lAssomption, il manifesta sa satisfaction de voir les magnifiques résultats obtenus par les Frères de St.-Gabriel, ajoutant que ce résultat ne pouvait être obtenu que grâce au dévouement de religieux qui connaissent et savent inculquer des principes de pédagogie chrétienne à leurs élèves. En terminant, M. Varenne ne cacha point à Mgr Perros la profonde impression que lui laissait cette triple visite et le pria de transmettre tant aux Frères de St.-Gabriel quaux Religieuses de St.-Paul de Chartres, ses félicitations les plus sincères.

    Durant la visite faite à Mgr Perros, le Gouverneur général remit lui-même les insignes dOfficier de lOrdre Impérial du Dragon dAnnam au P. Chorin, Procureur de la Mission. et, quelques minutes plus tard, il décorait du même Ordre et du même grade, devant les élèves, le Frère Martin de Tours, Directeur principal des Frères de St.-Gabriel, dont les 25 ans de labeur scolaire au Siam ont bien mérité cette distinction.

    Malacca

    Le P. Le Mahec, curé des Indiens de Kuala-Lumpor, vient de sortir de lhôpital de Singapore, où il avait dû subir à la bouche une opération urgente et douloureuse. Notre confrère sy est bravement soumis et est maintenant en voie de complète guérison.

    Les missionnaires de Malaisie ont fait leur retraite annuelle du 20 au 24 septembre. Elle a eu lieu à Singapore, présidée par NN. SS. de Malacca et de Corone.

    Cette semaine-là même passaient par Singapore, en route pour Rome, Mgr le Délégué et les six nouveaux Evêques chinois. Les voyageurs ont tenu à faire visite à NN. SS. Barillon et Perrichon et ont demandé à dire la Messe le lendemain dans léglise chinoise ; le soir ils se rembarquaient, après avoir assisté à un dîner que leur offrait la communauté chinoise catholique de Singapore.

    Birmanie Méridionale

    Le P. Mamy, entré en convalescence, nous a quittés pour un long repos dans lInde. Il en a bien besoin. Les forces ne reviennent que très lentement. Il est en ce moment à lHôpital Sainte-Marthe de Bangalore, doù il partira pour le Sanatorium Saint-Théodore dès que ses forces le lui permettront.

    Nos confrères en charge des Indiens sont occupés à faire gagner le jubilé à leurs chrétiens. Le zélé P. Bastide est le prédicateur ordinaire de ces solennités. Après avoir donné une mission à la paroisse St-Antoine de Rangoon, une retraite aux élèves, puis aux Surs indigènes du Couvent, il est allé prêcher une mission à la paroisse de Kyaiklat. Plusieurs milliers de confessions et de communions donnent une idée du bien immense fait par ces prédications.

    Mgr le Vicaire Apostolique annonce quil sembarquera à Marseille le 16 octobre. Il sera donc parmi nous vers le commencement de novembre. Consultant son bon cur plus que ses forces, il a accepté de présider nombre de cérémonies dans sa chère Vendée. Espérons que le voyage de retour le reposera complètement et lui permettra de subir la série de joyeuses réceptions par lesquelles tous se préparent à fêter son retour parmi nous.

    En labsence de Monseigneur, le jubilé de notre chef Procureur le P. Cathébras a été célébré dans lintimité par les confrères de la ville. Tous à lenvi le félicitèrent de ses 25 années de sacerdoce, lui souhaitant de rester encore longtemps dans le poste de dévouement où il rend tant de services à la Mission.

    Birmanie Septentrionale

    Cest avec un vif regret que missionnaires et chrétiens ont appris le rappel en Europe de Mère Désirée, Supérieure des Surs Franciscaines Missionnaires de Marie. Aimable, distinguée, dun zèle et dun dévouement à toute épreuve, elle avait conquis lestime et la confiance de tous. La Mission, qui lui doit en grande partie la fondation des maisons de Kutong et de Bhamo, gardera le souvenir reconnaissant du bien quelle a fait pendant les six années quelle a passées au milieu de nous.

    Le P. Emile Foulquier, de la Mission de Rangoon, est venu visiter son frère, notre Vicaire Apostolique : ensemble ils ont pris quelques courtes vacances à Maymyo, où ils furent les hôtes du P. Jarre.

    Mysore

    La fête de saint Maurice, Patron de Mgr Despatures, réunit à Bangalore une quarantaine de confrères. Pour plusieurs dentre eux ce fut loccasion de faire la connaissance de notre nouvel arrivé, le P. DCruz. Ceux dentre nous qui passèrent à Paris en 1919 peuvent se rappeler ce jeune homme de Madras qui fut pendant quelque temps lhôte du Séminaire. Il quitta bientôt la rue du Bac pour la Propagande et cest après y avoir achevé ses études quil nous est arrivé tout récemment.

    Nous attendons sous peu les PP. Feuga et Nassoy, retour de France.

    Le P. Veysseyre a quitté les mines de Kolar pour devenir Principal du College Department à Saint-Joseph de Bangalore. Il est remplacé par le P. Jauffrineau.

    Séminaire de Paris

    Le 18 août, les Partants de septembre rentraient au Séminaire pour leurs derniers préparatifs. Il en manquait un, hélas ! M. Vignaud, revenant de Lourdes, avait été, le 14, à la gare de Poitiers, victime dun grave accident. Voulant remonter dans le train déjà en marche, il ne put atteindre le marchepied et, glissant sous les roues, il eut les deux jambes sectionnées au dessous des genoux. Transporté à lHôtel-Dieu de Poitiers, il y reçut les soins les plus intelligents et les plus dévoués, et, après intervention chirurgicale, il se trouve amputé dun pied et dune jambe au dessous du genou. Le P. Sy est allé le voir. Son état est aussi satisfaisant que possible en si triste conjoncture et il a pu quitter lhôpital à la mi-septembre.

    Le P. Charles Cesselin, nommé professeur à Bièvres, est arrivé à Paris, via Canada, le 8 août. Après une visite au pays natal, il sest rendu à Vichy pour y faire une saison nécessaire à sa santé.

    Les Surs de la Charité de Strasbourg ont pris possession, le 30 août, des locaux préparés à leur intention au Séminaire et ont commencé aussitôt le service auquel elles vont se dévouer désormais.

    Le 28 août, le P. Mollat a baptisé, sous le nom de François-Xavier, un jeune Japonais, M. Asai, professeur de dessin à Osaka. Le parrain a été M. Augustin Torii, étudiant en Sorbonne. Le nouveau baptisé est parti le 3 septembre par le transsibérien pour regagner le Japon.

    Ont été admis comme aspirants MM. Ghaye (Liège), Albert (Luçon), Boissenin (Besançon) et Péligry (Montauban).

    A la rentrée des vacances la communauté de Paris comptait 73 aspirants, celle de Bièvres 54 ; 24 aspirants font leur service militaire : soit un total de 151.

    La retraite de rentrée, prêchée par un Père Franciscain, a été clôturée en la fête de nos BB. Martyrs Coréens par lordination dun sous-diacre, 6 minorés et 2 tonsurés.

    Trois nouveaux étudiants sont désignés pour Rome ; la petite communauté du P. Bouffanais comprendra donc 5 aspirants.


    1926/699-717
    699-717
    Anonyme
    France et Asie
    1926
    Aucune image