Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 10

Chronique des Missions et des Etablissements communs. Tôkyô S. Exc. Mgr Giardini, Délégué Apostolique, sest rendu, au mois daoût, chez les Trappistes de Hakodate, doù il a visité les postes du Nord et est rentré à la mi-septembre.
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.
    ____

    Tôkyô

    S. Exc. Mgr Giardini, Délégué Apostolique, sest rendu, au mois daoût, chez les Trappistes de Hakodate, doù il a visité les postes du Nord et est rentré à la mi-septembre.

    Mgr Rey a inauguré, le 15 août, une nouvelle chapelle à Ueda sur un terrain mis à la disposition de la Mission catholique par la municipalité de la ville en échange de lancien, exproprié pour cause dutilité publique. Le nouvel emplacement se trouve plus à proximité de la gare, et la somme allouée en plus par les autorités a permis dédifier un mur de clôture et de transporter ou de construire à neuf les bâtiments nécessaires pour une résidence.

    Jusquà présent la mission catholique dOmori, avec les uvres du P. Breton, était installée sur un terrain mis gracieusement à la disposition du missionnaire par M. Inabata, grand industriel catholique de Kyôto. La Mission vient dacquérir un terrain au centre de la ville, où le P. Breton singénie à aménager, dans un espace relativement restreint (850 m2), église, presbytère, maison des religieuses japonaises, école maternelle, hôpital et résidence du médecin.

    LEmpress of Russia a amené, le 30 août, à Yokohama, 4 Dames du Sacré-Cur, qui, avec la Mère Nourry, Assistante de la Supérieure de Tôkyô, vont aller fonder une nouvelle école à Shanghai.

    Nagasaki

    Notre évêque vénéré, Mgr Combaz, a succombé, le 18 août, à une néphrite chronique. Les funérailles, présidées par Mgr Mutel, ont eu lieu le 21, en présence de NN. SS. Rey, Castanier et Demange, et de délégués de toutes les Sociétés qui travaillent à lévangélisation du Japon.

    Le P. Thiry, nommé Vicaire Capitulaire, devient Supérieur de la Mission pendant la vacance du siège.

    La retraite des missionnaires a eu lieu du 21 au 26 septembre.

    Hakodate

    La reprise des relations officielles entre le Japon et la République des Soviets na pas tardé à produire ses effets à Hakodate. Pendant que le Consul russe, un jeune homme de 25 ans, arborait le drapeau rouge, une centaine de ses compatriotes venaient sétablir en ville et se livraient aussitôt à une active propagande des doctrines bolcheviques. Discours, tracts, réunions fréquentes, pression exercée sur les ouvriers, tous les moyens sont mis en uvre pour faire pénétrer les idées nouvelles dans des milieux jusqualors inconscients de leur force et de leurs droits. Déjà une grève du personnel des tramways a prouvé que la mauvaise semence germe, et le prolétariat de Hakodate commence à revendiquer des droits politiques, économiques, etc.

    Seoul

    Le 14 août, Mgr Mutel a présidé, dans la chapelle de la Communauté, la cérémonie de profession de 13 Surs coréennes. Lune des nouvelles professes, Sur Hélène, originaire de Chemulpo, est morte dune maladie de poitrine le 28 de ce même mois.

    Sur lemplacement de lancienne maison du P. Poisnel, le P. Villemot, provicaire et curé de la cathédrale, bâtit une grande et belle école, dont la construction sera bientôt terminée.

    Le Gouvernement général vient daccorder à Sur Camille, Supérieure des Surs de S.-Paul à Seoul, une pension annuelle et viagère de 500 yen, en récompense des uvres charitables par lesquelles elle a bien mérité de la population.

    Taikou

    Le dimanche 8 août, Mgr Demange a béni la nouvelle chapelle Saint-Joseph à Taikou et inauguré la paroisse dont elle doit être le centre pour de nombreuses familles chrétiennes du sud de la ville, éloignées de la cathédrale. Une ancienne salle de conférences a été transformée en une coquette chapelle. Cest le P. Paul Syek, prêtre de la dernière ordination et sous procureur de la Mission, qui est chargé de la paroisse nouvelle et il y apporte tout son zèle. Il a environ 500 chrétiens ; une centaine assistent chaque matin à là messe, et le dimanche la chapelle est remplie.

    Les Surs de S.-Paul de Chartres auront désormais un noviciat à Taikou. Un beau et vaste bâtiment vient dêtre achevé, dont la bénédiction a eu lieu le 28 août : cest là que va se transporter lorphelinat, et ce qui était orphelinat jusquici deviendra noviciat. Le nombre des postulantes est actuellement de 19 et les demandes dadmission sélèvent à une quarantaine. Cest le P. Mousset qui a la charge spirituelle des Surs, des novices, des postulantes, en même temps quil dirige lécole paroissiale des filles.

    Actuellement la cathédrale, lévêché, le séminaire, avec létablissement des Surs de S.-Paul, forment le bloc le plus remarquable de la ville.

    Tchengtou

    Lordre est loin dêtre rétabli. On pille presque chaque jour et chaque nuit, même dans les grands boulevards de la ville. Des malandrins affublés en soldats et en officiers, prétextant des perquisitions domiciliaires, ligotent les gens et vident la maison de tout ce qui est bon à prendre, sans que rien en transpire à lextérieur. Les autorités ont fini cependant par sémouvoir de ces brigandages et, depuis quelques jours, des patrouilles circulent dans la ville et arrêtent tout militaire qui ne porte pas le brassard de sa division et de son bataillon.

    Tchongking

    Le P. Gallice est, arrivé à Tchongking le 16 août et a pris le service de la procure.

    Les conférences militaires qui ont eu lieu dernièrement semblent avoir eu pour résultat de diviser les généraux en deux groupes irréconciliables, les uns restant fidèles au gouvernement de Pékin, les autres passant au parti de Canton. Aussi dans toute la province se prépare-t-on sérieusement à la guerre, qui paraît inévitable.

    Suifu

    Chaque année, à lépoque des grandes eaux, une des canonnières françaises stationnées à Tchongking vient promener le drapeau de la France dans le haut Yangtse, jusquà Suifu toujours, jusquà Kiating souvent. Cette année, la canonnière Doudart de Lagrée a fait mieux : elle est allée jusquen Lolotie. Jusquen Lolotie ! sexclameront les forts en géographie en fronçant les sourcils et en mettant leurs lunettes sur le bout du nez pour bien examiner sil ny a pas eu faute dimpression. Expliquons-nous.

    Le Doudart, en revenant de Kiating, sétait arrêté à Kienwei. Bien entendu, officiers et marins ne manquèrent pas daller saluer le missionnaire de lendroit, qui est le P. Biron. A son école étudiaient quatre néophytes lolos, dont un chef de tribu indépendante. Le Père les présenta à ses visiteurs, qui furent enchantés de voir de près des Os noirs (les Os noirs sont les Lolos indépendants ; les Lolos soumis sont dénommés Os blancs), quils ne connaissaient que par les relations de certains voyageurs. Au cours de la conversation le Père parla de son projet de conduire ses quatre Lolos à Suifu, pour leur faire contempler les beaux établissements catholiques : églises, hôpital, pensionnat, séminaire ; ce qui, dans sa pensée, aiderait à faire germer la foi dans leurs curs. Les officiers, de bonne grâce, offrirent de les y emmener sur leur canonnière.

    Décrire lébahissement de nos quatre aborigènes de voir un grand bateau qui marchait tout seul, de toucher des canons et des mitrailleuses, est impossible. Et puis, les marins français, toujours bons enfants, par leur franchise, leur amabilité, et surtout par de bonnes rasades de vin quils leur versaient généreusement, eurent bien vite fait dapprivoiser nos sauvages et den faire des amis, qui sauront sen souvenir.... Retournés chez eux, soyons-en sûrs, les quatre Lolos raconteront, en les embellissant encore, les merveilles quils ont vues, et, avant vingt ans peut-être, limagination aidant, les Lolos et Lolotes se raconteront dans les veillées la légende de lapparition dans les rivières de la Lolotie dun grand navire de guerre, battant pavillon bleu, blanc, rouge. Une fois encore, des marins français, fraternisant avec des missionnaires, auront travaillé au prestige de la France.

    Le 2 août, à la demande des officiers et des marins, un service anniversaire fut célébré, en léglise du Kang-tsi-tang, pour le repos de lâme dun marin décédé lannée dernière sur le Doudart, entre Suifu et Tchongking. Les chrétiens y assistèrent très nombreux. Mgr Renault donna labsoute.

    Tatsienlou

    La situation dans les Marches thibétaines ne saméliore pas ; elle saggraverait plutôt par le fait de létablissement de droits de transit sur la route de Yatcheou, droits qui frappent dun dixième environ de leur valeur les marchandises, spécialement les denrées alimentaires qui viennent de Chine, sans préjudice de fortes gratifications obligatoires aux escortes militaires qui sont censées protéger les convois contre les brigands.

    Au commencement du mois de juillet, missionnaires et prêtres indigènes, réunis pour leur retraite annuelle, ont célébré le 50e anniversaire de lordination sacerdotale (29 juin 1876) de notre Vicaire Apostolique, Mgr Giraudeau. On aurait désiré donner plus déclat à une fête si rare au Thibet ; mais, à raison de létat de santé du vénéré jubilaire, tout se passa dans lintimité. Les confrères présents le remercièrent de lexemple de zèle apostolique quil a donné durant un demi-siècle et rappelèrent les principaux progrès réalisés durant son épiscopat : ce pendant que les absents de lintérieur, de lInde et de France, présents de cur, lui écrivaient leurs vux, et, tous unis dans le même sentiment de respectueuse vénération, nous lui avons adressé nos vux ad longiores et faustissimos annos !

    A Patang, les indigènes, fatigués de ladministration chinoise de plus en plus débile, tiennent conseil pour se donner des fonctionnaires choisis parmi eux. Le Bouddha vivant de la lamaserie de Patang, Lhaka-Lama, semble être le personnage sur lequel se porteront les suffrages. Les délibérants pensent quils seront alors leurs propres maîtres, mais ils pourraient bien, au contraire, se donner un tyran.

    Il y a quelque temps le bruit sétait répandu et le Bulletin sen était fait lécho dans son numéro de mai, quune mission anglaise, en route vers Lhassa, avait été massacrée. Il sagit non pas de sujets britanniques, mais dun jeune Thibétain envoyé en Angleterre par le gouvernement de son pays et qui rentrait à Lhassa avec le matériel nécessaire pour y installer lélectricité : il a été massacré avec sa suite et tout son matériel détruit.

    Le groupe de lamas qui a visité Londres lan dernier a été non seulement photographié, mais même cinématographié. Le parti réactionnaire est indigné dune pareille pratique, quil regarde comme une profanation.

    En face dun tel état desprit le général Bruce, qui se préparait à tenter un nouvel assaut du mont Everest, a jugé prudent de remettre à plus tard cette expédition.

    Ningyuanfu

    Depuis le mois daoût la population est terrorisée par une bande de vauriens des soldats, dit-on, qui se servent de stupéfiants pour sintroduire la nuit dans les magasins et maisons particulières : pour se mettre à labri des soupçons et des poursuites, ils ne prennent que les piastres.

    Des délégués sont arrivés de Yatcheou pour vendre tous les terrains publics et revendre ceux qui ont déjà été vendus, sous le prétexte quils lont été à trop bas prix. De nouveaux impôts vont être mis sur les loyers et les hypothèques. Il faut de largent pour faire la guerre.

    Les pluies continuelles ont fait déborder les fleuves et les torrents ; de partout on signale des accidents. A Tolang, au passage du Ganlin-ho, la barque a chaviré : 20 noyés, dont deux chrétiens.

    Yunnanfu

    Le 7 août, le P. Badie a subi une opération longue (plus dune heure) et difficile ; il a perdu beaucoup de sang, mais on le soutint avec du sérum. Dès le lendemain il allait mieux et, le 27, il écrivait lui-même quil était complètement guéri et commençait à célébrer la sainte Messe. Le docteur a cependant jugé nécessaire de le garder encore un mois.

    Le sous-intendant de lOuest, toujours en révolte, sest constitué une armée composée de soldats, de brigands, de Lissous, de Lolos, de Mantse, armés de piques, de coutelas, voire de bâtons, et tout ce joli monde pille à qui mieux mieux. Installé lui-même à Yongpe, il est maître de toute la boucle du Fleuve Bleu. On dit que ses troupes sont déjà dans la plaine de Taly, où elles tiennent tête à celles qui ont été envoyées de Yunnanfu pour les réduire.

    Kouiyang

    Le P. Darris est rentré à Kouiyang le 5 août, un peu amaigri et fort bronzé. Sa tournée dans lest et le sud-est de la province a duré 80 jours. Malgré le mauvais temps presque continuel et les misères de la route, il est enchanté de son voyage et de luvre de charité quil a accomplie.

    Le P. Bacqué, lui aussi, a fini sa tournée et est rentré dans son poste de Meytan.

    A Tongtse un maître décole et un serviteur de léglise ont été lardés de coups de couteau par les gens de la douane. Le maître décole est mort ; quant au serviteur, on ne sait si on arrivera à le sauver. Deux ou trois des meurtriers ont été arrêtés.

    Le 3 août a eu lieu linauguration des travaux pour la construction des routes qui doivent relier Kouiyang avec les provinces voisines. Etaient présents : les deux chefs de la province, Yuen et Tcheou, Mgr Seguin avec deux missionnaires, un pasteur protestant chinois, tous les membres du Comité, ainsi que diverses personnalités notables. Il y eut discours, salut au drapeau et force musique. Nos deux grands chefs ont, en effet, chacun sa fanfare et, à certains moments, les deux jouaient en même temps, mais hélas ! pas le même morceau : jugez du plaisir goûté par les oreilles délicates. Pour la circonstance on avait fait niveler par une centaine de faméliques quelques mètres carrés de terrain, sur lesquels on avait accumulé brouettes, bennes, pioches, pelles, etc. Aujourdhui les travaux sont en train. Espérons que rien ne viendra les arrêter avant leur conclusion, bien souhaitable dans lintérêt du pays.

    Canton

    Trois de nos séminaristes du Collège de Penang ont reçu les Ordres mineurs en la fête de lAssomption.

    A Canton la rentrée de nos écoles sest faite dans de bonnes conditions. Au Collège du Sacré-Cur (Petits-Frères de Marie) les demandes dadmission ont été très nombreuses, surtout pour les cours de 3e et 4e années. Il y a, en ville, de nombreuses petites écoles danglais qui conduisent leurs élèves jusquà ces classes exclusivement, après quoi ils doivent sadresser ailleurs. Le Frère Directeur a dû refuser plus dune centaine de demandes. Le nombre total des élèves du Collège est de 600.

    Malgré la grande incommodité quil y a à tenir une école dans le 1er étage dun bâtiment dont le rez-de-chaussée et le 3e étage sont occupés par des grévistes, lécole Yat-san fonctionne comme à lordinaire. Cependant, par mesure de précaution, les enfants chrétiens les plus jeunes étudient à lorphelinat.

    Le Petit-Séminaire a également repris le cours normal des études. 15 nouveaux élèves y ont été admis, qui temporairement logent aussi à lorphelinat.

    LEcole du Saint-Esprit (Religieuses Canadiennes de lImmaculée Conception) a repris ses cours le 6 septembre. Deux jours après, quatre nouvelles Surs arrivaient du Canada à Canton pour renforcer le personnel de cette florissante école.

    Les grévistes ont encore essayé de nous ennuyer. Deux dentre eux ont réussi à conduire chez eux les domestiques de lEvêché et du Collège, sous prétexte de régler les conditions auxquelles ils pourraient les admettre dans la Société des Domestiques des Etrangers. Nos gens furent retenus au siège de ce syndicat sous peine davoir à verser une assez forte somme. Ce nest que le lendemain que les grévistes reconnurent leur erreur et consentirent à rendre les détenus, qui, après une nuit passée au poste, furent heureux de reprendre leur travail.

    Pakhoi

    Le retour de Mgr Gauthier a attiré à Pakhoi ceux de ses missionnaires que la distance et les événements nont pas absolument empêchés, ou que Sa Grandeur navait pu rencontrer en cours de route. La réunion ne fut pas très nombreuse : elle ne le pouvait être. Cependant nous nous trouvions réunis au nombre de cinq en la fête de saint Augustin, ce qui nous permit de faire figure de délégation pour présenter à notre Evêque les vux de toute sa Mission. Ce fut aussi loccasion dapprendre quelques faits concernant les confrères trop modestes auxquels la plume et la poste font peur. Nous sûmes ainsi que le P. Lemaire est depuis plusieurs mois dans les tourments de la maladie de la pierre, affection toujours grave, compliquée pour lui par la gêne quapporte à ses constructions le voisinage des piquets de boycottage : quelques milliers de tuiles, en souffrance sur les rivages de Tra-co et quil ne sait comment récupérer, risquent fort de provoquer une crise dans la construction de sa chapelle.

    Le P. Léauté, lui, reçoit des tuiles dun autre genre. Nous serions sans doute fort intéressés, sil nous donnait des détails sur les trois heures quil passa, dit-on, au violon des bolchevistes de Tonghing.

    Le P. Sonnefraud déchante ! Les passages de soldats se succèdent dans sa résidence de Tsaply, mais ne se ressemblent pas, et notre confrère ne réussit plus à protéger sa chapelle. Il a fait récemment lapprentissage des alertes brusquées et a dû consommer précipitamment les saintes Espèces, sans même avoir le temps de revêtir sa soutane.

    Faut-il noter ici que la résidence de Muilok est toujours occupée par ses envahisseurs ? Ce serait une redite. Nous signalerons plus tard, quand cet heureux événement aura lieu, le départ de la soldatesque trop sans-gêne. En attendant, le P. Baldit, éprouvé par une cohabitation si pleine dennuis de tout genre et fatigué par des crises dentérite, va passer quelque temps à Béthanie. Puisse-t-il y retrouver une santé quil ne connaît plus depuis de trop longues années.

    En résumé, la mission de Pakhoi na, depuis un mois ou deux, éprouvé aucun événement absolument fâcheux. Elle naurait eu aussi aucune joie saillante, sans le retour de son Pasteur.

    Hunghoa

    Les chaleurs exceptionnelles de cet été ont obligé Mgr Ramond à anticiper sa villégiature annuelle à la station daltitude du Tam-Dào ; Sa Grandeur y a trouvé une fois de plus, avec la cordiale hospitalité des Pères Dominicains, le bon air et la fraîcheur, chose appréciée de tous au Tonkin à cette époque de lannée. Il y eut bien quelques jours de fièvre ; mais, grâce aux promenades quotidiennes dans la montagne, la robuste constitution de Mgr reprit vite, le dessus.

    Dans la plaine, chacun tâchait de vivre, en se disant chaque jour : Ça passera; mais quelle journées, et surtout quelles nuits ! Et cela presque sans interruption durant les deux mois de juillet et daoût ! Lespérance dun futur sanatorium, dont on parle plus que de coutume, donne espoir à chacun pour lavenir.

    Le début daoût fut marqué par de fortes inondations. La Rivière Noire surtout donna des inquiétudes à la région de Hunghoa ; de mémoire dhomme, on ne lavait jamais vue monter si rapidement, ni charrier tant de bois ; un groupe de maisons, à quinze kilomètres, fut emporté par le courant, et peu sen fallut que la Mission de Hunghoa, pourtant éloignée de six à sept kilomètres, ne fût elle-même submergée. Heureusement le Fleuve Rouge ne monta pas en même temps, et la décrue de la Rivière Noire fut rapide. Malgré tout, la future récolte est bien compromise ; les riverains sen consolent un peu, en voyant la quantité de bois de chauffage et de construction quils ont recueillie durant la crue et quils vendent aux marchands de bois du Delta.

    Malgré les chaleurs, nos petits séminaristes, cette année au nombre de 52, ont repris leurs études le 7 août, et deux nouveaux théologiens sont rentrés le 13 au Grand-Séminaire de Keso, ce qui porte à huit le nombre de nos grands séminaristes.

    Enfin, bonnes nouvelles de nos malades. Le P. Cornille, actuellement en France, sest astreint à un régime sévère, dont il espère un heureux résultat. A Hongkong, le P. Pichaud se remet peu à peu de ses crises dentérite ; le P. Chatellier, qui, depuis 35 ans, navait jamais songé à se reposer, constate quil en avait besoin et que lair de la mer lui est favorable ; le P. dAbrigeon prête une oreille attentive et prend une part active aux intéressantes et suggestives conversations de Béthanie et de Nazareth.

    Quinhon

    Monseigneur, continuant ses tournées de confirmation, a visité tout le Khanh-hoa et une partie du Binh-dinh, confirmant plus dun millier de personnes.

    En accusant réception à Monseigneur de sa Relation quinquennale, la Propagande lui recommande daugmenter le nombre des professeurs au Grand-Séminaire ils sont trois, et déclare que les bons rapports entre missionnaires et prêtres annamites seront dautant meilleurs que légalité sera mieux observée, égalité qui disparaîtrait entièrement si les prêtres annamites, bien élevés au Séminaire, non seulement ne demeuraient pas pieux et savants, mais encore ne progressaient de jour en jour davantage dans la piété et la science.

    Le 27 juillet, le P. Escalère a pris possession de son nouveau district de Cuva (1855 chrétiens). Le district de Phu-thuong a été récemment divisé et le nouveau district, Phú-trung (1286 chrétiens) a été confié au P. Khiêm. Il reste encore 1928 chrétiens au P. Etcheberry.

    Hué

    Le grand pèlerinage triennal à Notre-Dame de Lavang devait avoir lieu cette année les 17, 18 et 19 août. Par suite de lépidémie de choléra qui règne un peu partout dans IIndochine, cette belle manifestation de piété envers la Bonne Mère a été remise à plus tard, probablement au mois daoût 1927. La nouvelle basilique sera-t-elle terminée ? Le Père Morineau le désirerait, sans doute, comme tout le monde. Les travaux se poursuivent lentement sous sa direction ; mais ils sont exécutés de main de maître et cest le principal.

    Lannonce du pèlerinage nous a valu lagréable visite du Père Excoffon, du Laos, que nous espérons bien revoir lannée prochaine avec ses chrétiens annamites de Savannakhet. Le Laos et Hué sont si proches maintenant, grâce à lauto !

    Un peu partout dans la Mission nos chrétiens soccupent de gagner lIndulgence du Jubilé. De ci de là sont données de petites retraites qui remuent les âmes et les unissent plus intimement à Dieu.

    Bangkok

    Nous avons eu la joie de posséder au milieu de nous, durant une quinzaine de jours, les PP. Louis et Henri Duvelle et Devals, de la Mission de Malacca.

    Après un long voyage en chemin de fer siamois, dont ils ont volontiers signalé le confort, tous trois arrivaient à Bangkok le 14 août. Le lendemain, avec bonne grâce, ils acceptaient de remplir les fonctions de prêtre assistant, de diacre et de sous-diacre à la Messe Pontificale célébrée par Mgr Perros. La perfection du chant grégorien, la virtuosité des artistes de lorchestre, la belle ordonnance des enfants de chur et la masse des fidèles les étonnèrent peut être un peu, mais les ravirent pleinement. De cette fête du 15 août, chacun deux gardera sûrement un profond et pieux souvenir.

    Venus pour faire quelques essais de plantation de caoutchouc, sur la demande du Père Rondel, résidant à Khorat, ils se rendirent dans cette ville dès le mardi suivant. Puis ils visitèrent Juthia, le berceau de notre Société, dont ils ne retrouvèrent plus, au milieu de ruines bouddhiques, que la belle église St.-Joseph construite par le Père Perreaux. Une journée fut consacrée par eux à Petriu, aux uvres multiples, et deux jours à Bang-Xang, où se trouve le Séminaire de la Mission. Ils neurent que de trop rares loisirs pour visiter Bangkok, ses églises, ses établissements déducation catholiques, ses palais royaux, ses pagodes, etc.

    Rappelé à Penang plus tôt que ses confrères, le P. Devals dut les quitter le jour même de la Saint Louis, fête du P. Duvelle aîné.

    Trois jours plus tard les Pères Louis et Henri regagnaient à leur tour Singapore, enchantés de ce beau pays du Siam, heureux lui-même de leur avoir offert la plus bienveillante hospitalité.

    Malacca

    Mgr le Coadjuteur vient de faire en deux mois le tour complet de la Mission. Parti par le chemin de fer de la côte ouest au commencement de juillet, Sa Grandeur vient de rentrer à Singapore par bateau du côté est, après avoir visité presque tous les postes de la Malaisie.

    Les exercices jubilaires se continuent dans les diverses paroisses indiennes et chinoises du diocèse avec un succès marqué : Dieu bénit visiblement nos dévoués prédicateurs.

    Pendant sa dernière tournée Mgr Perrichon a béni et dédié à Sainte Thérèse de lEnfant Jésus la roulotte apostolique du P. Riboud, et celui-ci a commencé aussitôt sur son véhicule chapelle-résidence la visite des Indiens employés dans les plantations de caoutchouc. Sur un châssis Ford, notre confrère a fait très-ingénieusement installer autel, armoire-sacristie, lit et bureau. Il fait ce quaurait probablement fait saint Paul si les automobiles avaient été inventées de son temps.

    Birmanie Septentrionale

    Des pluies torrentielles, qui en Basse Birmanie ont, en plusieurs endroits, emporté les voies ferrées et détruit les lignes télégraphiques, nous ont pendant plusieurs jours tenus séparés du reste du monde. Aujourdhui encore ce petit mot arrivera-t-il à la salle de rédaction du Bulletin ?... La perte serait mince, car bien maigres sont les nouvelles.

    A signaler pourtant le retour de France du P. Louis Allard, qui remet au grand complet notre petite famille apostolique.

    Le 11 août, Mère Rosario, des Surs Franciscaines Missionnaires de Marie de Mandalay, a rendu son âme à Dieu à lâge de 71 ans.

    Mysore

    Notre Collège Saint-Joseph a ouvert tout dernièrement sa nouvelle section du B. A. (Baccalaureate of Arts). Après louverture et la mise en marche, le P. Argaut, principal, à qui nous devons cette importante innovation, a demandé et obtenu un congé. Il est arrivé à bon port à Marseille le 24 juillet. Le P. Vanpeene est chargé de lintérim.

    Cest au Collège aussi que se trouve maintenant notre Benjamin, le P. Cappelle. Après sêtre initié au tamoul à la paroisse Saint-François-Xavier, il doit maintenant sappliquer à langlais en qualité de professeur à la section européenne.

    Hongkong

    Le 13 septembre, S. Exc. Mgr Costantini, Délégué Apostolique, et les six évêques élus se rendant à Rome ont fait escale à Hongkong, où la communauté catholique chinoise leur ménageait une réception solennelle. Malheureusement leur bateau, le President Adams, attendu à 8 heures du matin, eut du retard et ne débarqua ses passagers quà 5 heures de laprès-midi. Profitant du peu de temps qui leur restait avant la nuit, Mgr le Délégué se rendit à la Procure des M.-E., tandis que les évêques faisaient une rapide visite à Béthanie et à Nazareth. A 7 heures, à lEvêché, dîner auquel prenaient part une cinquantaine de personnes. Toasts, en anglais par Mgr Valtorta, en latin par Mgr Fourquet et Mgr le Délégué. Après le dîner, réception à la salle des uvres. Des adresses sont lues par les représentants de la communauté catholique, par les délégués de la Jeunesse Catholique, de la Société de Saint-Joseph ; puis Mgr Valtorta et Mgr Walsh en anglais, Mgr Fourquet et Mgr Tchao en chinois, Mgr le Délégué en latin, répondent à ces diverses adresses.

    Le lendemain, à 8 h. du matin, les voyageurs remontaient à bord du President Adams, qui mettait le cap sur Manille.

    Nous donnons ici la traduction du toast porté en latin par Mgr Fourquet aux six évêques élus, à la fin du dîner donné en leur honneur à lEvêché de Hongkong.

    Messeigneurs

    Ce qui a été désiré, longtemps attendu, demandé à Dieu par de ferventes prières, nous nous réjouissons de le voir réalisé : la Chine a enfin des Pasteurs spirituels issus du sein même de son peuple.

    Cest là un éclatant témoignage du travail accompli par les missionnaires. Gardez-en un fidèle souvenir de gratitude.

    Les yeux de tout le peuple chrétien de Chine sont maintenant fixés sur vous. Ce peuple chrétien veut que par vous lEglise brille dun nouvel éclat. Il veut que, par vos vertus de zèle, de prudence, de charité, dhumilité, vous soyez comme des luminaires ardents. En vous les chrétiens trouveront des modèles à imiter ; votre conduite sera pour les païens un motif dadhérer à la vérité chrétienne.

    Vous aurez bientôt le bonheur dêtre prosternés aux pieds du très vénéré Père qui préside aux destinées de lEglise universelle. En même temps que vos vux, vous lui offrirez aussi les nôtres. Vous lui demanderez spécialement une bénédiction pour que, la paix rétablie, les ouvriers évangéliques puissent librement se livrer, dans ces régions, à leur saint ministère.

    Dites à Sa Sainteté que le sud de la Chine voudrait être aussi bien partagé que le nord et avoir également des évêques chinois.

    Surtout ne craignez. pas daffirmer hautement que le Saint-Père est chéri aussi bien des chrétiens du sud que de ceux du nord ; les uns et les autres sont persuadés quen obéissant à ses instructions, en suivant ses directions et en répondant à ses désirs, ils rendent hommage à Dieu lui-même.

    Que la mer vous soit clémente à laller ; que les vents vous soient favorables au retour, afin que jaie la joie, alors que vous serez marqués du caractère des Pontifes, de vous recevoir à Canton et de vous y donner, au moins pendant une semaine, une fraternelle hospitalité.

    *
    * *

    Le 25 septembre, un service solennel a été célébré à la cathédrale de Hongkong pour le repos de lâme du regretté Père Souvey, bien connu dans la Colonie où il résida pendant 16 ans. La grandmesse fut célébrée par le R. P. Spada, Provicaire, et labsoute donnée par Mgr Valtorta.

    Nous avons tous été bien touchés de cette marque de fraternelle sympathie et nous en gardons un souvenir reconnaissant.

    Nazareth

    Le dimanche 26 septembre nous avons célébré pour la première fois la fête de nos BB. Martyrs de Corée. La cérémonie a été dautant plus solennelle que Mgr Valtorta, Vicaire Apostolique de Hongkong, accompagné du R. P. Spada, Provicaire, et du P. Banchio, curé de la cathédrale, avait bien voulu accepter dy prendre part. Comme cétait la première visite officielle de Sa Grandeur depuis sa consécration épiscopale, le P. Papinot, à la fin du repas qui réunissait à Nazareth tous les confrères de la Société présents à Hongkong, offrit à Monseigneur les félicitations et les vux de la petite colonie missionnaire française, le remercia de sa bienveillante sympathie pour nos uvres et lui renouvela lassurance de toute notre bonne volonté pour lui être agréable et, si possible, lui rendre service.

    Le salut qui clôtura la fête fut présidé par Monseigneur, assisté du P. Pénicaud, provicaire de Pakhoi, et du P. Costenoble, provicaire de Nanning.

    Séminaire de Paris

    A la demande de S. E. le Cardinal Van Rossum, Mgr le Supérieur sest rendu à Rome, où il na passé que quelques jours, du 17 au 21 juillet. Il a eu deux entretiens avec le Cardinal Préfet et avec le Secrétaire de la S. C. de la Propagande.

    Mgr a pu constater de visu le bon travail que, malgré une chaleur pénible, le P. Beyls, aidé par le P. Larome, accomplit à lExposition du Vatican. Un tiers environ de la fastidieuse besogne est achevé.

    Le P. Pagès, guéri dune assez forte indisposition, est rentré de Rome le 24 juillet, après y avoir mis au point et fait imprimer, daccord avec la S. Congrégation, le Règlement du Collège général de Penang.

    Un de nos aspirants de Rome, M. Fumat, a passé heureusement son examen le 20 juillet et a pu partir en vacances.

    Les 16, 17 et 18 juillet un triduum a été célébré en lhonneur Bx Pierre Maubant en léglise de Champ-du-Boult, près de Vassy (Calvados), sous la présidence de Mgr Lemonnier, évêque de Bayeux. Le P. Gérard y assistait. Le panégyrique a été prononcé par le R. P. Lecolley, supérieur des chapelains de Longpont. Les décors et lillumination, le soir du 18, ont été particulièrement remarquables.

    De passage au Séminaire deux évêques polonais, retour de Chicago, avec M. Ostrowski, le sympathique curé de Kharbine (Mandchourie).

    Le 25 juillet est décédée à Bel-Air après une longue maladie, Sur Saint-Eliph, supérieure des Surs de S.-Paul. Les funérailles ont eu lieu le 28 en présence de toute la communauté des aspirants. Le P. Bibollet a chanté la messe et Mgr le Supérieur a donné labsoute.

    Ont été admis comme aspirants : MM. Lapeyrade (Orléans), Catel (Bayeux), Bonamy (Nantes) et Machon (Lyon).


    1926/625-640
    625-640
    Anonyme
    France et Asie
    1926
    Aucune image