Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 9

Chronique des Missions et des Etablissements communs. Tôkyô
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.
    ____

    Tôkyô

    Les Marianistes de Tôkyô, moins de trois mois après la mort du regretté M. Beuf, viennent de perdre encore un de leurs meilleurs professeurs, M. Hippolyte Goger, arrivé au Japon avec M. Beuf, le 11 février 1889. Sauf quatre années passées au Collège de lEtoile de la Mer à Nagasaki, M. Goger a fourni sa longue carrière professorale à lEtoile du Matin de Tôkyô, dont il était le sous-directeur depuis 1922. Auteur de plusieurs ouvrages de langue française, très estimé et aimé des élèves, il était lâme de lAssociation des Anciens de lEcole. Il a succombé subitement à une crise aiguë durémie, le 6 juillet.

    M. Coutret, depuis 15 ans directeur de lEtoile de la Mer de Nagasaki, a été appelé à remplacer M. Beuf à la direction de lEcole primaire préparatoire à lEtoile du Matin de Tôkyô. Cest le directeur de lEtoile Brillante dOsaka qui lui succède à Nagasaki.

    Le Grand Prix de la Langue française (10.000 fr. ) pour reconnaître les services rendus à létranger à la langue française, a été décerné cette année par lAcadémie Française aux Marianistes de Tôkyô.

    Nagasaki

    La retraite de nos prêtres japonais, prêchée par lun deux, a eu lieu du 8 au 15 juillet. La santé de Mgr Combaz, momentanément améliorée, lui permit dentretenir en particulier chacun des retraitants, tous ses anciens élèves. Ce fut une des dernières consolations de sa vie. Depuis lors, la faiblesse augmentant, la maladie ne fit que saggraver et, le 18 août, notre Evêque vénéré rendait doucement son âme à Dieu, à lâge de 70 ans, après 46 ans de vie apostolique.

    Le P. Cotrel, arrivé malade à Nagasaki le 27 juillet, a vu son mal saggraver sérieusement et a reçu lextrême-onction le 30. Depuis lors létat reste stationnaire.

    Hakodate

    En la fête de S. Pierre et S. Paul, une ordination a eu lieu au Monastère de Notre-Dame du Phare. Deux profès japonais reçurent lordre dacolyte et le P. Benoît Morvan fut promu au sacerdoce. Le nouveau prêtre est un lauréat de lEcole Normale de Saint-Brieuc, son pays natal. Il exerçait les fonctions dinstituteur lorsque, sur lappel den-haut, il sorienta vers la vie religieuse, jetant son dévolu sur la Trappe la plus lointaine.

    La retraite des missionnaires a eu lieu au commencement de juillet. Le dimanche 11, le P. Dossier célébra ses Noces dargent et fut fêté aussi solennellement que possible et par ses confrères et par les chrétiens.

    Seoul

    Le P. Guinand comptait sembarquer à Marseille sur le dernier paquebot de juillet. Cela nous permet despérer quil sera de retour au milieu de nous pour la rentrée du séminaire.

    Le P. Poyaud est rentré de sa tournée apostolique chez les chrétiens japonais de Mandchourie, content de son voyage, comme toujours, mais un peu plus fatigué que dhabitude. Serait ce déjà le poids des ans ?

    Le 1er septembre doit souvrir à Seoul une Ecole supérieure des Beaux-Arts pour les jeunes filles.

    Le Japon a avancé à la Corée une somme de 8.500.000 yen pour laccroissement de la production du riz dans la Péninsule.

    Un des 23 partants de septembre, M. Lagarde, du diocèse de Poitiers, a reçu sa destination pour Seoul : il y sera accueilli à bras ouverts.

    Taikou

    Le 8 août a eu lieu linauguration de la nouvelle chapelle du Nam-San, bâtie par le P. Paul Syek.

    Un plan est à létude pour installer à Fusan un poste de télégraphie sans fil, comme il en existe un à Mokpo.

    Les notables de Taikou ont adressé au Gouvernement Général une pétition en vue dobtenir la création dune Ecole de Médecine dans cette ville.

    Des inondations ont eu lieu de divers côtés, causant des dégâts considérables. Les Compagnies de Chemin de fer estiment leurs pertes à 150.000 yen.

    Le 24 juillet, le train dans lequel se trouvait Mme Herriot a déraillé près du tunnel de Shûfûrei : des Coréens avaient placé de grosses pierres sur la voie. Il ny a pas eu daccident de personnes, mais le train eut 3 heures de retard, et le dîner donné au Gouvernement Général en lhonneur de la distinguée voyageuse lieu sans elle.

    Kirin

    Le 16 juillet, une ordination a eu lieu dans la chapelle du séminaire. Six grands séminaristes ont reçu les deux premiers ordres mineurs, trois ont reçu les deux derniers et un autre a reçu le sous-diaconat.

    Tchengtou

    Les partisans de Lieou Siang ne perdent pas leur temps : voyant quils devront bientôt abandonner le pouvoir à Yang Sen, ils se hâtent de remplir leurs poches. Tchengtou a été jusquici le lieu de rendez-vous de ces parasites et nous avons eu dernièrement les pires dentre eux. La situation est mauvaise et il y a peu de gens qui ne désirent le retour de Yang Sen.

    La construction des routes continue : celle de Tchengtou à Kiating sera terminée lune des premières ; elle ne suit pas constamment le fleuve, mais elle desservira néanmoins Kiating et Yatcheou.

    Tchongking

    Mgr Jantzen a nommé le P. Claval Provicaire et Vicaire délégué, en reconnaissance de tous les services quil a rendus en tant que Provicaire et Supérieur de la Mission.

    Le sacre de Mgr Jantzen est fixé au 21 septembre, fête de saint Matthieu. Il sera précédé par la retraite des missionnaires, du 12 au 19. Le Prélat consécrateur sera probablement Mgr Renault, Coadjuteur de Mgr Fayolle, compatriote du nouvel évêque.

    Le P. Aymard est arrivé à Tchongking. Pendant le voyage, une nouvelle crise de sa maladie lobligea à sarrêter à Chapinpa, où il reçut les soins du P. Mann. A cause de cet état de santé du Procureur nommé, le P. Gallice a été appelé à Tchongking et sera chargé temporairement de la Procure.

    Le dimanche 4 juillet a eu lieu la distribution des prix au Collège Saint-Paul. Mgr Jantzen, M. Yé, Inspecteur dAcadémie, puis M. Fou, chef du Bureau de lInstruction, adressèrent successivement la parole aux élèves. Jai vu, dit le dernier, toutes les écoles de la ville ; jai professé dans plusieurs dentre elles, mais je puis dire quaucune nest comparable à la vôtre, tant pour linstallation que pour lenseignement. Ces paroles disent assez clairement le bien que font les Frères et les résultats quobtient leur dévouement.

    Le lendemain avait lieu la même cérémonie au Pensionnant Sainte-Thérèse, avec, en plus, exposition des travaux des élèves et séance dramatique dont les différentes parties ont été exécutées avec beaucoup de naturel et de brio. Maîtresses et élèves reçurent de la nombreuse assistance des compliments bien mérités.

    Notre imprimerie de Tchongking envoie tous les ans en tempa voulu les calendriers destinés à la Mission du Kouytcheou. Ceux de cette année ont été expédiés en octobre 1925 : ils sont arrivés au mois de.... juin 1926 ! Comme quoi il ne faut jamais désespérer de rien en ce beau pays de Chine.

    Suifu

    Le 23 juin, notre confrère le P. Mansuy a célébré, au Petit-Séminaire de Hotikeou, le 25e anniversaire de son ordination sacerdotale. Nos séminaristes singénièrent pour donner à la fête toute la solennité possible ; le cher jubilaire en fut vivement ému et sut trouver dans son cur dapôtre des paroles touchantes pour remercier et pour communiquer à ces jeunes âmes quelque chose de son ardeur et de sa générosité.

    Au cours de sa tournée pastorale, Mgr Renault a célébré à Tsin-yen la fête de Saint Pierre et Saint Paul. Le P. Dubois sest surpassé. Vingt lis avant darriver en ville, les écoles de garçons, en grande tenue, bannières et drapeaux flottant au vent, viennent au devant de S. G., leur théorie sallonge sur linterminable route. De sa chaise à porteurs Mgr contemple le spectacle vraiment gracieux. Aux portes de la ville les clairons retentissent, les bombardes, les pétards éclatent. La ville entière est là pour recevoir Sa Grandeur. Vingt minutes durant, la chaise épiscopale, enveloppée dune fumée transparente, avance péniblement pour aboutir enfin à léglise, gracieusement décorée. Rien ne manque à la fête et Monseigneur aura même la visite des notables qui lui offriront leurs présents. Il y eut 230 baptêmes et plus de 300 confirmations. S. G. fut vivement touchée de la vie chrétienne intense qui anime le district de Tsin-yen et en félicita chaleureusement le P. Dubois et ses deux vicaires.

    Le soir du 12 juillet, Mgr Renault rentrait à Suifu de sa longue tournée pastorale dans la partie haute de notre Mission, au cours quelle il a visité 13 districts et administré 1475 confirmations. Sa Grandeur remercie Dieu de lavoir visiblement protégée durant les quatre mois quelle fut sur les routes : absolument aucun accident à déplorer. Les soldats des régions traversées se montrèrent sages en ne se battant pas entre eux : les brigands Dieu sait sils sont nombreux ! furent assez polis pour laisser passer ses bagages sans en faire linspection. Seule la pluie, qui ne cessa de tomber pendant plus de 100 jours, se chargea de laider à acquérir des mérites. Son voyage fut un triomphe : les chrétiens des différents districts luttaient à qui lemporterait par la magnificence des réceptions. Dans un certain district, même le corps des francs-maçons crut bien faire de venir présenter ses hommages à Monseigneur, qui le reçut, dailleurs, avec son amabilité ordinaire. Aussi bien, par le temps qui court en Chine, les coquins même sont à ménager, car qui sait ? Il peut survenir des circonstances où lon ait besoin de leurs services, ne fût-ce que pour éviter certaines tracasseries aux chrétiens.

    Ningyuanfu

    Lépidémie de fièvre qui avait frappé notre séminaire est enfin en voie dextinction ; les séminaristes sont à peu près rétablis et les cours ont pu être repris.

    Dernièrement le P. Bocat, en tournée apostolique à Hotchangpa, venait de passer le pont qui traverse le Lioucha-ho, lorsque le pont fut emporté tout dun coup avec deux Chinois qui sy trouvaient.

    La Chambre de Commerce de Ningyuanfu a fait apposer partout une affiche exposant en 6 articles ses desiderata pour le relèvement de la région, si riche, surtout en mines. A ce sujet il est spécifié que le peuple doit se méfier des Anglais et des Américains, qui viennent dans lespoir de les exploiter.

    Plusieurs groupes de Lolos font leur soumission, ce qui rend un peu de tranquillité au pays ; mais est-ce pour longtemps ?

    Yunnanfu

    Deux de nos séminaristes à Penang ont reçu les ordres mineurs en la fête de lAssomption.

    La partie occidentale de la province est plus que jamais aux mains des pirates. Le sous-intendant général de lOuest, résidant à Likiang, sest révolté et attire à lui tous les brigands de la région. Deux régiments sont partis pour Taly afin de parer à toute éventualité.

    Kouiyang

    Le P. Darris continue sa tournée de bienfaisance dans lest de la province, distribuant des secours un peu partout.

    Le P. Bacqué, arrêté par une maladie grave, qui a failli avoir une issue funeste, est à peu près rétabli et se dispose à entreprendre la visite des districts qui lui ont été assignés pour y distribuer aussi des secours aux affamés.

    De pareils voyages en cette saison et dans des régions infestées de brigands sont fort pénibles. Le pays est depuis longtemps ravagé par les soldats et par les pirates ; la misère y est profonde ; nos confrères et leur escorte ont toutes les peines du monde à se procurer des vivres.

    Notre nouveau gouverneur Tcheou Sitchen a décidé la construction de trois routes, reliant Kouiyang avec le Hunan, le Kouangsi et le Setchoan. Il demande la collaboration du Comité de secours aux affamés, les miséreux de la province fournissant la main-duvre. Six membres du dit Comité, trois Chinois et trois Européens, ont été choisis comme contrôleurs du travail et de lemploi des fonds ; les 3 Européens sont les PP. Cousin, Darris et Gros.

    Nous venons de perdre un vétéran de la Mission en la personne du P. Jean-Rollin Chaffanjon, décédé à Kouiyang le 7 juillet, à lâge de 70 ans, après 46 ans de vie apostolique.

    Lanlong

    Les bolchevistes sont installés dans les villes du Kouangsi qui dépendent de notre Mission ; ils y appliquent les principes en honneur à Canton et déjà ils ont essayé de faire des misères au P. Séguret au sujet de ses écoles. Ils ont même envoyé des émissaires en ville de Lanlong pour exciter contre nous les autorités et la population. Heureusement le peuple ne nous est nullement hostile et les envoyés de Canton ont dû repasser la frontière.

    Dautres émissaires ont passé par Loyang, se rendant à Kouiyang pour exciter, disent-ils, une persécution contre le catholicisme. Espérons quils ne réussiront pas mieux quici.

    Canton

    Mgr Fourquet a reçu de S. E. le Cardinal Préfet de la Propagande la lettre suivante.

    Romæ, 12 Junii 1926.
    Illme ac Revme Domine

    Jucundas scito mihi litteras fuisse tuas, die 27 aprilis vertentis anni datas, quibus labores renuntiabas a Te susceptos, ut indigena clerus, amplioris ordinis factus, suum in Sinis locum haberet. Ex quibus patescit Te optime noscere quid postulet istius populi salus, atque id, quod facto opus sit, tempestive suadere ac prudenter, plane cohærentem cum Apostolicæ Sedis præceptis et votis.

    Unde minime mirandum quod tam prosper exitus tuam exornaverit industriam, ut in præsenti rerum sinensium acerbitate, animus tuus non mediocre perceperit solacium ex bonis cleri indigenæ moribus ejusdemque factis egregiis, quæ lætabiliora quoque spei nostræ portendunt indicia.

    Illud propterea superest quod mihi maxime cordi est, Tibi gratuilari, impertire laudes, animum addere, studiisque tuis magis ac magis felicem ominari exitum.

    Interim Christum Jesum supplici exoro prece ut lucis suæ splendorem ad eos afferat qui in tenebris adhuc sedent, Te sua ope diutissime servet, robur alacritatemque novam omnibus de clero injciat, pacem et tranquillitatem communibus sinensium rebus cito maturet.

    Amplitudinis Tuæ addictissimus servus
    G. M. Card. VAN ROSSUM, Præf.

    *
    * *

    Un de nos bons prêtres chinois, le P. J.-B. Wong est mort subitement dune attaque dapoplexie. Cétait lun des doyens de notre clergé indigène ; étant encore séminariste il avait accompagné Mgr Guillemin dans un voyage à Rome et en France.

    Le P. Conrardy, fondateur de la Léproserie de Sheklung, mort à Hongkong en 1914, avait toujours exprimé le désir dêtre enterré au milieu de ses lépreux. Sur linitiative du P. Deswazières, Directeur actuel de la Léproserie, ce désir a pu enfin être exaucé. Le 7 août, en présence de Mgr Valtorta, de M. le Consul de Belgique et des membres des diverses communautés religieuses, les restes du charitable missionnaire ont été exhumés du cimetière de Hongkong pour être transportés à Sheklung, où ils reposeront au milieu des lépreux auxquels il avait voué sa vie. La presse locale, à cette occasion, a fait léloge du P. Conrardy et retracé lhistorique de notre Léproserie.

    A la suite dune entrevue de NN. SS. les évêques de Canton et de Hongkong avec M. Chen, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement de Canton, il avait été convenu quun passeport serait délivré aux missionnaires qui en feraient la demande, pour les préserver des vexations dont ils sont lobjet en maintes localités. Le P. Pierrat a été le premier à obtenir un passeport de ce genre. La pièce est rédigée en termes excellents. Le porteur, y est-il dit, bien que dorigine étrangère, na aucun rapport avec les gouvernements étrangers ; il ne soccupe pas non plus de la politique intérieure du pays dans lequel il vit. Son unique désir est de pratiquer la vertu et damener les autres à la pratiquer, de faire de bonnes uvres, de prêcher, etc. Après ces considérations, le gouvernement recommande le porteur du passeport à la protection des autorités civiles et militaires. Lavenir dira quels seront les résultats de cette nouvelle formalité.

    Swatow

    Dans lHistoire de la Mission du Kouytcheou (Tome I, pp. 151 et suiv.) le P. A. Launay raconte la captivité et la mort dun confesseur de la foi, Kou Tchang-gao, qui passa 30 ans, de 1811 à 1842, dans les cachots de Kouiyang avant dêtre exilé dans la ville de Yao-ping, dans le Kouangtong, et qui, après deux ans dexil, mourut dans la prison de cette ville et fut enterré sur une colline voisine. La station chrétienne dont il est question dans le volume susdit et quil put visiter deux fois pour y recevoir les Sacrements, est la ville de Chaochowfu, où il y a un millier de chrétiens de vieille date, qui à cette époque-là étaient encore sous la juridiction de Macao. Les descendants de ceux qui le reçurent lors de ses voyages ont gardé le souvenir de la foi et de la patience de Kou Tchang-gao, quils nappelaient que le Saint du Kouytcheou.

    A plusieurs reprises on avait fait des recherches pour retrouver la tombe de ce confesseur de la foi, mais sans résultat. Ce nest que dernièrement que le P. Lucas Li, chargé du district de Yaoping, ayant fait un enterrement sur la même montagne, fit inspecter minutieusement toutes les tombes des environs et fut assez heureux pour retrouver la pierre et le tumulus où reposent les restes mortels de Kou Tchang-gao.

    Quand la saison des pluies sera passée, on restaurera de façon convenable le tombeau, pour que le souvenir de ce confesseur de la foi ne se perde pas et serve dexemple à nos chrétiens en leur rappelant ce que leurs ancêtres ont eu à souffrir pour rester fidèles à Dieu. Ce sera une prédication efficace et très opportune dans les temps actuels, où le vent de la persécution semble vouloir souffler de nouveau sur la Chine.

    Hanoi

    Le P. Schlicklin, Provicaire de la Mission, vient de nous quitter, appelé par Mgr de Guébriant en vue dune tournée pour le recrutement daspirants-missionnaire dans son beau pays dAlsace. Nous lui souhaitons plein succès dans son entreprise.

    Les pénibles chaleurs de lété ont affecté la santé de plusieurs de nos confrères. Les PP. Magnin, de Cooman, Hébrard, Villebonnet, ont dû aller passer quelques semaines à la Clinique S.-Paul, où les bonnes Surs leur ont prodigué les soins les plus dévoués. Les PP. de Cooman et Villebonnet, ragaillardis, sont repartis, lun pour son malsain Lac-Tho, lautre pour son séminaire de Hoang-Ngyen. Les PP. Magnin et Hébrard sont en voie de guérison durable. Le P. Fourneuve, souffrant, na pu quitter sa brousse pour prendre part à la réunion traditionnelle de la fête de Mgr Gendreau. Tous ont vivement regretté son absence.

    La création dun sanatorium pour les confrères de notre Mission simpose. La question est agitée chaque année pendant les chaleurs, puis on nen parle plus. Il transpire cependant cest bien de saison, que nos Supérieurs seraient décidés à entreprendre quelque chose sur les hauteurs du Tam-Dao ou de Chapa. Attendons en espérant !

    Le P. Glouton, qui est allé passer ses vacances au Sanatorium de Hongkong, nous est revenu avec une mine rubiconde et épanouie, rapportant le meilleur souvenir de Béthanie et des confrères quil y a trouvés.

    Le P. Raynaud vient de rentrer de sa tournée dadministration auprès des Annamites émigrés en Nouvelle Calédonie. Il est satisfait de son long voyage, en dépit et peut-être à cause des fatigues endurées in multa patientia, in tribulationibus, in necessitatibus, in laboribus !... Il a tout enduré pour lamour de Dieu et des âmes. Quil soit le bienvenu parmi nous pour renforcer les cadres si affaiblis !

    Quinhon

    Le 1er juillet, Mgr Grangeon a ordonné à Dai-an 1 diacre, 3 sous-diacres et 8 tonsurés.

    43 catéchistes ont pris part à la retraite qui leur a été prêchée, au commencement de juillet par le P. Sion, leur Directeur. A cette occasion, Monseigneur a promulgué sa décision de transformer luvre existante. Rien ne sera changé pour les anciens catéchistes ; mais de jeunes élèves, formés par le P. Sion, deviendront le noyau dune Congrégation de religieux à vux simples, les Religieux-Catéchistes de Saint-Joseph .

    Le R. P. Cousineau, Supérieur des Rédemptoristes de Hué, a prêché la retraite des missionnaires de la partie de Kontum et a bien voulu accepter de prêcher la nôtre lan prochain. Son voyage à Kontum na pas été sans de grandes difficultés à cause des pluies ; il a pu cependant revenir à temps pour se rendre à Saigon.

    Saigon

    Dire que Saigon est une paroisse fervente serait peut-être exagéré, et cependant une retraite de 8 jours, qui y a été prêché du 18 au 25 juillet, a été fort bien suivie. Cest le R. P. Cousineau, Supérieur des Rédemptoristes de Hué, qui avait assumé cette tâche. Auparavant le P. Soullard, le zélé curé de la cathédrale, avait fait distribuer 2.000 feuilles de propagande invitant les fidèles à profiter de loccasion exceptionnelle que leur ménageait la Providence pour songer sérieusement à la grande affaire de leur salut. Lentreprise semblait osée ; trois sermons les deux dimanches, un chaque soir à 6 heures pendant la semaine : quelle serait lassistance ? Or, même aux yeux des indifférents, une agglomération insolite dautomobiles, de voitures et de pousse-pousse signala chaque jour laffluence des auditeurs. Environ 500 personnes assistèrent assidûment aux instructions, et ce fut également le nombre des communions de clôture.

    Le P. Soullard se réjouit fort dun résultat quil nosait espérer. Etait-ce donc lattrait dune prédication extraordinaire ? Il ne semble pas, car le bon Père, en des sermons pratiques, a parlé tout simplement des grandes vérités, du péché, de la dévotion à la Sainte-Vierge, parfois frappant fort, mais juste, et sans mettre de gants de velours.

    Un jour, Lacordaire, après avoir entendu un sermon du saint Curé dArs, disait à ses amis : Voyez-vous, nous, avec toute notre éloquence, nous ne faisons presque rien comparativement à ce bon curé qui attire tout le monde à lui et à Dieu par sa simplicité et sa sainteté. Voilà ce qui a fait le succès de la retraite de Saigon. A tel point, dailleurs, que beaucoup de personnes disaient : Il faudrait, pour le bien de la paroisse, que ce bon Père vienne ici prêcher tous les ans.

    Pour que les fidèles ne soient par seuls à profiter de cette aubaine spirituelle, Mgr Dumortier a invité le P. Cousineau à venir prêcher la retraite des missionnaires en janvier, et linfatigable apôtre a bien voulu accepter linvitation : nous len remercions davance.

    Hué

    Le compte-rendu de lexercice 1925-26 donne les chiffres suivants.

    Population catholique de la Mission 71.800
    Adultes 2.360
    Baptêmes Enfants de chrétiens 1.674 6.460
    in art. mort 2.426

    827 baptêmes denfants de chrétiens de moins que lannée dernière : diminution due à la misère causée par les inondations doctobre 1924.

    Le nombre des mariages aussi est inférieur de 280 à celui de lexercice précédent.

    Nos confrères indigènes ont fait leur retraite annuelle au Petit-Séminaire dAnninh du 7 au 13 juillet : elle a été prêchée par le P. Phat, professeur dans ce même séminaire.

    Nous avons appris avec joie quun nouveau confrère nous était envoyé de Paris. Il y a quelque 27 ans nous en recevions un dont la taille élancée faisait ladmiration de nos petits Annamites. Mais que vont-ils dire de celui de 1926, qui mesure, paraît-il, 1 mètre 91 ? Cha ôi ! cao quá ! Arrivez vite, cher confrère, vous pouvez vous attendre à être bien accueilli par tous.

    Malacca

    Le P. Gazeau nous a fait une peur ! Un beau matin du mois dernier on vient nous dire : Le Père vient davoir une attaque, il est tombé. Cétait vrai, mais notre confrère nest pas un malade comme un autre : dès le lendemain il recommençait à dire la Messe. Cependant le Docteur ayant recommandé déviter toute grande fatigue à son client, Monseigneur donnait dès la semaine suivante un vicaire au cher curé de Tank Road, en la personne du P. Joseph Li. A quelque chose malheur est bon.

    Mgr Mérel, infatigable et toujours dévoué, est encore descendu dIpoh pour prêcher le Jubilé aux chrétiens de Sarangong. Sermons et autres exercices ont été suivis avec le même empressement quà Tank Road et à St-Pierre.

    Affluence plus considérable que jamais de pèlerins à Bukit Martajam pour la fête de la bonne GrandMère sainte Anne. Les Indiens viennent de plus en plus nombreux à ce pèlerinage.

    Birmanie Méridionale

    Après nous être réjouis du retour du P. J.-B. Mourlanne des Nilgiris, nous avons dû constater que ce retour avait été trop hâtif. Le cher Père est allé parachever sa guérison à notre Hill station de Maymyo. Grâce aux bons soins du P. Jarre et des Surs de Saint-Joseph, il est redevenu lui-même et est rentré à Rangoon ayant presque pris de lembonpoint.

    Le P. Mamy, après une longue marche dans la brousse, a été pris subitement dune fièvre pernicieuse. Il est resté trois jours sans connaissance. Son poste de Gyobingauk na quun hospital assistant : le brave homme ne savait trop que faire. A Rangoon on chercha en vain un docteur disposé à faire le voyage : les malades étant fort nombreux en ville, aucun ne consentit à un tel déplacement. Le P. Pavageau obtint enfin la visite du médecin du district, en résidence à plus de 60 km. de Gyobingauk. Cependant le malade avait dû être administré et pendant plusieurs jours nous fûmes dans une grande inquiétude à son sujet : mais nos prières ont été exaucées et le malade, quoique très faible, est maintenant en convalescence. Combien nous remercions Dieu de nous avoir conservé notre bon Père Mamy !

    Birmanie Septentrionale

    Les PP. Juéry et Roche sont actuellement à Mandalay pour limpression, le premier, dun Catéchisme et dun recueil de Cantiques en katchin, le second, dun Catéchisme en shan. Tous deux trouvent que les ouvriers, mal outillés, vont bien lentement dans leur travail et quil fait bien chaud dans la plaine. A propos de chaleur, quel est donc le confrère qui, dans le Bulletin, osait se plaindre davoir eu 39 et 40º à lombre, alors quici nous avons enregistré et supporté 46 degrés ?...

    Le 8 juillet dernier, Mr Joseph-Auguste Maung Gyi, jadis baptisé catholique, mais professant depuis longtemps le bouddhisme, a été nommé Ministre de lIntérieur. Ancien élève des Frères de Rangoon, il a fait ses études de droit en Angleterre, a longtemps exercé sa profession davocat à Bangkok, et était juge à la Haute-Cour de Rangoon lorsquil fut choisi par la Couronne pour cette haute fonction. On le dit très intelligent et modéré dans ses opinions politiques. Il est resté très attaché à son Alma Mater et est vice-président de lAssociation des Anciens Elèves. Espérons quil voudra bien étendre au corps catholique tout entier la sympathie quil garde à ses anciens maîtres !

    Rome

    La fête de nos Martyrs Coréens est fixée au 26 septembre. Dans les Missions de Corée et dans les Séminaires de Paris et de Bièvres elle sera célébrée sous le rite double de 2e classe ; partout ailleurs dans la Société elle sera double majeur. Cependant comme cette année le 26 septembre tombe un dimanche et que, par conséquent, la fête naurait pu être célébrée, le Saint-Père a bien voulu accorder que, cette année seulement, le rite en soit de 2e classe pour toute la Société.

    Le Procureur Général de Rome a expédié dans toutes nos Missions lOffice et la Messe des Bienheureux Martyrs, et Nazareth a adressé à tous nos confrères les Mutanda à lOrdo de 1926 relatifs à cette fête et à celle de N.-S. Jésus-Christ Roi.

    Nombre de confrères, abonnés à la Revue illustrée de lExposition Missionnaire Vaticane, demandent à recevoir les Suppléments de la Revue. Mais lAdministration a renoncé à donner de ces numéros supplémentaires une édition française : il est donc inutile de la demander. Les confrères qui désireraient, pour compléter leur collection, lédition italienne du Supplément, peuvent sadresser à la Procure de Rome, qui prendra un abonnement en leur nom.

    Dormans

    La fête annuelle à la chapelle de la Reconnaissance nationale a eu lieu le dimanche 11 juillet. Contrariée un peu par le crachin, elle a été cependant bien réussie. Laffluence était évaluée à 2.000 personnes. De beaux discours ont été prononcés par Mgr Tissier, lAmiral Bienaimé, M. Jacquy, député. Cest Mgr Crépin, auxiliaire du Cardinal Dubois, qui a célébré les offices religieux. Mgr le Supérieur assistait à la cérémonie, accompagné des PP. Robert et Gérard.

    Séminaire de Paris

    Mgr le Supérieur a passé la journée du 22 juin, avec les PP. Chambon et Nassoy, à lEcole Apostolique de Montmélian. Après lentretien de Mgr, les élèves jouaient tous au Martyre de Corée.

    Le 23 juin au soir, le doyen des aspirants, au nom de tous, offrait à Mgr le Supérieur les souhaits de fête de la communauté, et, après le dîner, le P. Boulanger présentait à Sa Grandeur les vux de lAdministration centrale.

    Le lendemain, après une nuit dadoration à Montmartre, la célébrée au maître-autel de la Basilique et la consécration au Sacré-Cur lue par Mgr le Supérieur, les deux communautés se réunissaient à Meudon et entraient en vacances. Le P. Robert, 1er Assistant, arrivé dAngers le matin même, était présent au déjeuner de la Saint-Jean, pris sous les ombrages de la terrasse de Meudon.

    Dès le même soir, à Paris, les membres de lAdministration centrale et du Séminaire, avec quelques confrères présents, ont commencé les exercices de la retraite annuelle, clôturée, comme dordinaire, par le renouvellement du Bon-Propos devant le Saint-Sacrement exposé.

    Le 29 juin, Mgr a confirmé plusieurs convertis à la Salle des Bienheureux. Cette salle, où les membres de lAdministration se réunissent chaque jour pour la prière du soir, est parfois le théâtre de touchantes cérémonies. Dernièrement un serviteur de la mission y recevait sa première communion, et sa fiancée était venue participer à la fête.

    Le 4 juillet avait lieu à Boulogne-sur-Mer une Journée missionnaire présidée par Mgr le Supérieur et à laquelle participa le P. Sy. De Boulogne, Mgr est allé présider la procession des marins au Portel, en souvenir de Mgr Bourgain, dont il a pu embrasser la vénérable mère.

    A Cambrai, le 14, Journée analogue avec la collaboration du P. Depierre. Les élèves de lInstitution Notre-Dame de Grâce avaient organisé une petite exposition missionnaire qui, favorisée par le beau temps, a attiré beaucoup de monde.

    Les Surs de la Charité de Strasbourg, grâce à la bienveillante intervention de Mgr Ruch, ont accepté de fournir quatre des leurs pour le service de notre Séminaire. Le local jadis réservé aux Frères a été aménagé à leur intention.

    M. le curé de Meudon a voulu avoir nos aspirants, le 11 juillet, pour des offices solennels dans son église et leur a adressé une vibrante allocution.

    Pendant les vacances, pour rompre la monotonie des longues soirées du dimanche, les aspirants ont organisé des séances récréatives avec les talents variés qui sy prêtent volontiers et lentrain de bon aloi dont la tradition ne se perd pas parmi nous.

    Le P. Bergougnoux a reçu avec la mention cum laude le baccalauréat de philosophie à Louvain.

    Le même diplôme a été obtenu à lInstitut Catholique de Paris par trois de nos aspirants, MM. Lobez (cum magna laude), Boulay et Perrin.

    Ont été admis comme aspirants : MM. Fraix (Clermont), Idiart-Alhor (Bayonne) et Angevin (Le Mans).


    1926/565-579
    565-579
    Anonyme
    France et Asie
    1926
    Aucune image