Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 8

Chronique des Missions et des Etablissements communs Tôkyô Le P. Wassereau, sur lavis du médecin, a dû aller redemander au pays natal la santé et les forces quil ne réussissait pas à recouvrer au Japon. Il sest embarqué le 22 juin à Yokohama sur le Porthos. Espérons quil pourra nous revenir bientôt complètement rétabli.
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs
    ____

    Tôkyô

    Le P. Wassereau, sur lavis du médecin, a dû aller redemander au pays natal la santé et les forces quil ne réussissait pas à recouvrer au Japon. Il sest embarqué le 22 juin à Yokohama sur le Porthos. Espérons quil pourra nous revenir bientôt complètement rétabli.

    Le Comité détudes préparatoire au nouveau Règlement des Religions, dont nous avons déjà parlé, a achevé fin juin la première série de ses sessions : il doit les reprendre en septembre. Il est difficile encore de préciser quelle sera la teneur du projet de loi qui sera présenté aux Chambres. On peut dire néanmoins quune des questions épineuses mises sur le tapis a été celle des temples shintoïstes officiels. Le Gouvernement désire que tous les citoyens, quelle que soit leur opinion religieuse, participent au culte des ancêtres impériaux et des héros nationaux. Aux objections qui ont été faites, notamment par le Dr Anezaki, professeur de lUniversité Impériale, que des chrétiens éprouveront toujours des difficultés de conscience à participer à ce culte tant quon usera des cérémonies et du rituel traditionnels, dessence religieuse, les représentants du Gouvernement ont répondu finalement par la déclaration pure et simple que tout ce qui concerne ce culte officiel na à ses yeux aucun caractère religieux et ne relèvera, du reste, ni du Bureau ni du Règlement des Religions.

    Une autre question, qui a été aussi vivement agitée, est celle des propriétés des temples bouddhistes. Ces propriétés ont été, à lépoque de la Restauration Impériale, monopolisées par lEtat, qui en a laissé la jouissance aux sectes. Actuellement, en raison de nécessités économiques, le Gouvernement voudrait réduire ces propriétés immenses, dont les temples tirent profit, en allouant à ces derniers des terrains largement suffisants pour lexercice du culte et se réservant de disposer du reste. Mais les représentants des sectes bouddhiques protestent, alléguant quil sagit de donations des fidèles, dont il serait injuste de dépouiller les bonzeries. Ce à quoi le Gouvernement répond que, depuis la Restauration, ces terrains sont propriété de lEtat et que, sil voulait user de ses droits stricts, il pourrait se faire rembourser par les bonzeries le loyer de ces terrains depuis plus de 50 ans.

    Quant aux propriétés de toutes les sociétés religieuses reconnues comme telles et possédant à ce titre, elles seront exemptes dimpôts, pourvu que les postes établis soient pourvus dun titulaire y exerçant les fonctions religieuses, quil y réside ou non, et que des locaux y soient affectés au culte. Si ces conditions ne sont pas remplies dans un délai de 3 à 5 ans, ces propriétés rentreront dans la catégorie des propriétés privées et seront soumises aux impôts. Les ministres du culte qui sont sujets japonais devront, avant dêtre reconnus comme tels, avoir suivi les cours denseignement secondaire et subi une préparation religieuse appropriée à leurs fonctions.

    Nagasaki

    Le 1er août doit avoir lieu à Nagasaki la première réunion de la Société pan-asiatique. 180 délégués, représentant dix nations de lAsie, sont attendus. Les travaux de cette réunion seront, sans doute, intéressants.

    Seoul

    Le Gouvernement général parle de porter une loi obligeant les femmes coréennes à prendre le nom de leur mari.

    Le soi-disant gouvernement républicain provisoire de Corée, installé à Shanghai depuis plusieurs années, va se transporter à Canton, où il sera plus près des bolchevistes et mieux placé pour recevoir les directives de Moscou.

    Taikou

    Le Gouvernement se propose daméliorer notablement plusieurs ports de Corée, entre autres Fusan, Kounsan et Ouensan.

    Daprès les dernières investigations du Bureau des Statistiques, le nombre des Coréens allant au Japon, via Fusan, sest élevé, pour les cinq premiers mois de cette année, à 62.602. Pendant le même temps le nombre des retours na été que de 38.006.

    Le nombre des Chinois en Corée augmente peu à peu : ils seraient actuellement 4.218.

    A lEcole supérieure dAgriculture de Syou-ouen, 200 élèves se sont mis en grève le 23 juin.

    Kirin

    La retraite annuelle de nos prêtres chinois a eu lieu au commencement de juin. Elle a été prêchée par lun des plus anciens dentre eux, le P. Joseph Tien.

    Le P. Baron nous est revenu de France avec un regain de santé, de forces et dentrain, dont va certainement bénéficier la belle chrétienté de Wangkiatoun, qui vient de lui être confiée.

    A la joie de revoir le P. Baron sest ajoutée celle, toujours si grande, de recevoir un nouveau confrère, le P. Duhart. Dieu lui accorde un long et fructueux apostolat en Mandchourie !

    Une sécheresse persistante faisait redouter, pour lan prochain, sinon la famine, du moins une hausse considérable sur le prix des grains et par suite une augmentation notable du coût de la vie. Les païens, se rendant en foule dans les pagodes, multipliaient prières et processions, mais la pluie narrivait pas. A Kirin, Mgr Gaspais invita les chrétiens à se réunir deux jours de suite à la grotte de Lourdes pour implorer la pitié de la Mère de miséricorde. Le premier jour, clergé, séminaire, écoles et fidèles sy rendirent en cortège, afin de montrer aux païens que les chrétiens savent aussi, dans les calamités, invoquer le souverain Dispensateur de la pluie et du beau temps. Sans doute leurs prières furent ferventes, car, le soir même, une ondée bienfaisante commença de tomber et, le lendemain, cest sous un véritable déluge queut lieu la seconde réunion à la grotte. Nul doute que cette faveur si promptement accordée naccroisse la confiance, déjà bien grande, quont nos chrétiens envers Notre-Dame de Lourdes,

    Tchengtou

    Le 10 juin, un peu après minuit, une troupe de 70 à 80 hommes pénétrait, en labsence du curé, dans lenclos de la mission de Gantepou (sous-préfecture de Pihien). Ils venaient, disaient-ils, réclamer un jeune domestique qui avait été saisi comme otage pour obliger la mission à payer davance les impôts de 4 ou 5 ans, et qui avait réussi à séchapper. Lheure choisie pour cette réclamation était assurément insolite ; mais ce qui lest plus encore, cest que les assaillants, non contents de démolir en partie les cloisons, ont tout pillé dans la maison. Et, détail particulier, une partie des pillards étaient revêtus duniformes militaires. Des policiers qui se font détrousseurs ; des soldats qui aident la police à piller : le cas nest vraiment pas banal. Quen pensera la Commission denquête

    Tchongking

    Par décision du Supérieur de la Mission, le P. Buffet est nommé à Tchenkiatchang, le P. Caron à Kiangpee, le P. Tournier à Yuing-tchang. Le P. Aymard est nommé procureur de la Mission.

    Lamiral Bazire, commandant la division navale dExtrême-Orient, a passé quelques jours à Tchongking, doù il est reparti pour Itchang.

    Dans la dernière semaine de juin, trois de nos confrères, les PP. Bétin, Palafre et Tournier ont célébré le 25e anniversaire de leur ordination sacerdotale et reçu, à cette occasion, de sincères félicitations et des vux pour au moins 25 années encore dapostolat.

    Suifu

    Depuis plusieurs mois la ligue anti-chrétienne de Pehouatchang, dans la sous-préfecture de Suifu, attaquait ouvertement la mission catholique. Les autorités, averties, ne firent rien. Le 31 mai, les orateurs de la ligue, par des discours pleins de haine et de calomnies, échauffèrent la foule. Une troupe hurlante, conduite par le commandant de la garde nationale et composée surtout de miliciens et détudiants, envahit la mission en enfonçant les portes, aux cris de : A bas les chrétiens ! A mort les prêtres ! Ils pénétrèrent dans toutes les chambres, fouillèrent dans tous les coins et recoins pour saisir le curé, le P. So, qui heureusement était absent, ayant été appelé auprès du curé des Salines, gravement malade.

    Le 4 juin, linspecteur provincial, venu de Tchengtou, a visité les écoles catholiques primaires et primaires supérieures de Kiating. Il passa dans toutes les classes, interrogeant minutieusement et longuement les élèves, posant des questions sur la France et sur les inventions modernes, népargnant pas les critiques, même à ladresse des professeurs.

    Sa visite terminée, dans une petite allocution adressés aux élèves réunis dans la cour, il se dit content de la discipline observée dans lécole et de linstruction excellente qui y est donnée ; il les exhorta à se montrer reconnaissants envers les missionnaires, dont il parla en termes élogieux, et aussi envers la France qui produit des enfants si généreux. Il conclut en leur recommandant de conserver, toujours et partout, bon souvenir de leur école.

    Le lendemain, il se fit remettre les cahiers des élèves. Durant plusieurs jours, il les examina à fond, notant les fautes ou les desiderata, puis il les renvoya avec une appréciation bonne et satisfaisante pour chaque classe.

    Le 11 juin a été un jour dhumiliation (caractères chinois) pour les étudiants de Suifu. Loccasion en était lessai de boycottage du vapeur anglais, amenant un chargement de pétrole pour le compte dune firme américaine. Lagent de celle-ci à Suifu, en rusé Chinois quil est, a fait donner la cavalerie de St-Georges : 3.000 piastres, dit-on, ont suffi pour gagner à sa cause les autorités militaires. Les étudiants furent chassés du bord du fleuve, où ils étaient massé pour empêcher le navire de décharger son cargo ; onze, parmi les plus récalcitrants, furent arrêtés et jetés en prison, où ils sont encore MMIles les étudiantes, promotrices de cette manifestation, sont venues, à plusieurs reprises, prier le commandant de la place de relâcher leurs chers frères, promettant quils seront dorénavant sages, mais elles ont été toujours éconduites.

    Les autorités, pour bien montrer quelles ne se laisseront pas intimider par qui que ce soit, ont osé même mettre la main sur les trois principaux agitateurs, le président et les deux vice-présidents de lassociation des renforts de larrière (caractères chinois), auxquels elles ont notifié quelles les fusilleraient si les étudiant troublaient lordre public. Aussi ceux-ci ne bougent plus.

    Tatsienlou

    Une mission hindoue a passé à Tatsienlou, vers le milieu de juin, retour du Thibet par Dergué, Kantse et Taofu. Elle est composée de 4 Indiens, sous la conduite du prince Mahendra Pratap, Hindou naturalisé Afghan. A cause de leurs tendances anti-anglaises, ces cinq personnages ont été obligés de sexpatrier. Ils ont voyagé en Amérique et en Chine. A lautomne dernier ils quittaient Pékin et, en suivant les provinces riveraines du Fleuve Jaune, ils atteignaient Silin (Kansou). De là ils pénétrèrent au Thibet par Guiegou et savancèrent jusquà Tchamouto, où ils visitèrent la grande lamaserie reconstruite. Au retour, en traversant le Dergué, ils rencontrèrent un officier thibétain qui conduisait 200 hommes destinés à garder la frontière et même à la franchir à la première occasion favorable.

    Tout le long de la route la mission Pratap a été fort bien traitée, grâce à un laissez-passer du Dalai-Lama ordonnant au peuple de lui fournir tout le nécessaire. Les membres de la mission assurent que, contrairement à lopinion courante, le Dalai-Lama serait opposé à une entente avec les Anglais, surtout pour ne pas entraver le mouvement nationaliste dans les Indes. Actuellement tous les sujets anglais auraient quitté Lhassa. Deux étudiants thibétains, qui manifestaient des sentiments trop anglophiles, auraient été envoyés lun aux Indes, lautre... au nirvâna.

    En quittant Tatsienlou la mission sest dirigée vers Shanghai, via Yatcheou et Kiating.
    La guerre entre Thibétains setchoannais et Thibétains yunnanais prend une tournure inquiétante. Les premiers ont, contre leurs congénères du sud, de nombreux griefs, auxquels sajoutent les haines particulières. Ils ont demandé laide de la garnison chinoise de Yentsin, qui heureusement demeure neutre. Lobjectif des mécontents serait Atentse. Des troubles sont grandement à craindre de ce côté.

    A Tatsienlou le nouveau gouvernement a installé des octrois sur les routes, et les taxes dépassent toutes celles qui existaient auparavant. Même les objets destinés à la Mission y sont soumis, ce qui ne sétait pas vu jusquà ce jour.

    Ningyuanfu

    Quelques chefs lolos (côté nord) sont descendus dernièrement et ont fait leur soumission : ils ont été accueillis avec enthousiasme et ont reçu en récompense une écharpe rouge, probablement pour les féliciter davoir si bien travaillé contre les Chinois.

    Par contre, les Lolos (côté est) proclament leur indépendance. Plusieurs centaines de soldats sont partis pour les combattre, mais les Lolos font le désert devant eux et descendent en force faire des razzias dans la plaine. De grandes opérations ont été décidées et doivent commencer sous peu : tout le monde le sait, même les Lolos, qui ont ainsi le temps de se préparer au combat.

    La poste entre Yunnanfu et Ningyuanfu ne fonctionne plus régulièrement ; elle ne nous apporte que des nouvelles datant de plus de deux mois.

    Yunnanfu

    La retraite annuelle des missionnaires a eu lieu du 13 au 19 juin. Elle a été prêchée par le P. Dalaine, supérieur du séminaire de Vinh, qui, trois fois le jour, nous donna des instructions solides et pratiques. En nous quittant, le prédicateur sest rendu à Mongtse, pour y visiter les chrétiens annamites, comme il lavait fait à Yunnansen ; après quoi il alla chez le P. Bougault, afin de voir son intéressant district miaotse.

    Le P. Salvat est nommé Officier dAcadémie ; le Consulat de Yunnanfu lui a transmis le diplôme et la médaille de cette distinction bien méritée.

    Le 19 juin est arrivée à Yunnanfu la Rde Mère Agathe, Assistante de la Supérieure Générale et Visitatrice des établissements des Surs de Saint-Paul de Chartres en Extrême-Orient.

    Kouiyang

    Les PP. Darris et Bacqué, chargés par le Comité de la distribution des secours aux affamés, continuent leur tournée, chacun dans la région qui lui a été assignée. Ils ne trouvent partout que des spectacles de ruine et de misère. Les voyages, dans ces pays infestés de pirates, ne sont pas sans danger : espérons que nos confrères pourront remplir jusquau bout leur mission de charité sans être inquiétés.

    Mgr Seguin a reçu avis que la Société des Missionnaires du Sacré-Cur dIssoudun accepte de venir travailler dans la partie du Kouytcheou cédée, il y a quelque années, aux PP. Canadiens et abandonnée par eux.

    La Mission vient encore de perdre un prêtre chinois, le P. Luc Tchong, vicaire de la cathédrale, qui navait que deux ans de prêtrise. A cause de lépidémie de grippe qui sévit un peu dans toute la province, il ne se passait pas un jour sans quil fût appelé auprès de malades, et cest probablement dans ces visites quil contracta le mal qui lemporta en dix jours, Prêtre pieux et zélé, âme simple et cur droit, il est regretté de tous ceux qui lont connu.

    Le nouveau gouverneur de la province, M. Tcheou, est un homme daction : il veut gouverner réellement. Il a dabord supprimé les policiers et les a remplacés par des soldats. Il a ensuite réduit de moitié le nombre des fonctionnaires. Quand un mandarin est nommé à un poste, il doit, avant den prendre possession, prêter serment. Pour cette cérémonie, une pagode a été désignée, dans laquelle siègent en permanence un bonze, un officier et un secrétaire, et cest devant eux que le nouveau fonctionnaire prononce la formule du serment. Celui-ci est reproduit en trois exemplaires : lun est remis au gouverneur ; lautre reste entre les mains du titulaire ; le troisième est brûlé devant le poussah. Tout le monde doit marcher au doigt et à lil. Ce sont de beaux commencements ; quelle en sera la suite ?...

    Un Visiteur des missions protestantes est arrivé à Kouiyang : il vient pour étudier la situation au point de vue sécurité et se rendre compte de lopportunité de continuer ou dabandonner les missions de lintérieur de la Chine.

    Lanlong

    Notre nouveau confrère, le P. Signoret, nous est arrivé en bonne santé. Le voyage, malgré deux rencontres avec les brigands, sest assez bien passé, et, après quelques jours de repos à Lanlong, il est maintenant plongé dans létude de lharmonieuse langue chinoise. Que Saint-Esprit la lui facilite !

    Le trop fameux Tchan, qui recrutait dans la région des centaines de brigands comme soldats pour aller battre le Yunnan, et peut-être aussi pour satisfaire ses vengeances personnelles, se voit maintenant cerné par la garde nationale. Puisse-t-elle exterminer ces brigands, depuis de longues années la terreur du pays !

    Canton

    En conformité avec une suggestion très précise de Mgr de Guébriant, Mgr Fourquet, approuvé par Mgr le Délégué Apostolique, a résolu de préparer un nouveau démembrement de son Vicariat en vue de la création dune nouvelle mission qui comprendrait 5 sous-préfectures et dont la ville de Hoyun serait le centre. Le P. Thomas, provicaire, est chargé de préparer la mise à exécution de ce projet, dont la réalisation ne peut être espérée avant cinq ou six ans.

    Par décision de Mgr le Vicaire Apostolique, le P. Aloysius Hu est nommé Supérieur du Petit-Séminaire en remplacement du P. Thomas, provicaire. Le P. Le Tallandier est nommé aumônier des Petites-Surs des Pauvres.

    Le P. Pradel, procureur de la Mission, est remplacé par le P. Petrus Tchan, qui, outre léconomat de lévêché, les commissions et la comptabilité, sera chargé dun cours de latin au séminaire et de la rédaction des Echos du Shek-shat en chinois.

    Pakhoi

    Jespérais presque pouvoir changer la teinte trop habituellement sombre de mes chroniques. Mais où donc glaner des faits qui ne soient pas des méfaits ? La vie des missionnaires de Pakhoi na pas autre chose pour rompre une monotonie que les grands mouvements de conversion ne semblent pas de longtemps devoir égayer. Restons donc dans les grisailles de demi-deuil.

    Le Bulletin a annoncé la confiscation de notre vin de messe. Malgré toutes nos réclamations, appuyées par le Consul de France, on refuse toujours de nous le rendre, Dailleurs, serait-ce encore du vin de messe ? Catholique, sans doute, par un abondant baptême ; mais....

    Le mois de juin a vu un second pillage des cimetières français et anglais. A peine réparées, les croix des tombes où reposent ou du moins devraient reposer en paix les restes du P. Kammerer et de Sur Emmanuel, ont été de nouveau brisées. Chez les Anglais, le mal est plus grand encore. Tous les monuments portant des noms à consonance britannique ont été dévastés et la tombe dun ancien Commissaire des Douanes a été ouverte. Il nest pas jusquau cercueil même qui nait été fort abîmé : manifestement, on a essayé de le fracturer à coups de pince.

    A Shekshing, le P. Genty a dû subir trois discours, débité sur le seuil de sa porte (ouverte) et remplis dinjures intraduisibles, même en latin ; le tout parsemé de menaces de mort. Voici quelques échantillons des aménités quil a reçues à bout portant : La religion chrétienne fait le malheur de la Chine ; elle est pernicieuse ; il nen faut plus. Les catholiques ne sont plus Chinois ; ce sont des traîtres. Il faut chasser le missionnaire étranger ; il faut le tuer, le couper en morceaux et le manger !... Pouah ! Notre confrère a dû trouver que les orateurs avaient bien mauvais goût ! Il est vrai que, les jours suivants, il put se consoler en se voyant octroyer les honneurs du pavois. On promena solennellement son effigie, sous la forme dun mannequin grotesque entouré dautres mannequins, qui prétendaient représenter les religieuses indigènes de son district. Inutile dajouter que les infortunés recevaient tout autre chose que des compliments ou des caresses !

    Le P. Richard signale un développement extraordinaire de la piraterie dans toute la région de Yamtchao. Heureusement il na jusquà présent pas eu personnellement à en souffrir ; mais un de ses chrétiens a failli en être victime et y laisser la vie.

    Mgr Gauthier, retour dEurope, via America, est arrivé à Hongkong le 14 juillet. Il sera bientôt au milieu de nous : Deo gratias!

    Nanning

    Notre situation est un peu moins mauvaise pour le moment. Les manifestations contre nous sont plus rares et les marques dhostilité moins violentes. On sent cependant un changement dans les dispositions de la population à notre égard. Dans toutes les écoles on excite les enfants contre nous, infâmes représentants de limpérialisme. Les écoliers se font, à la maison, les répétiteurs des leçons de leurs maîtres, et le résultat est que les parents eux-mêmes nous voient sous un aspect tout différent, quils navaient pas soupçonné jusquici.

    Au commencement de juillet une canonnière anglaise monta jusquà Nanning ; mais, arrivée à 9 heures du matin, elle repartait une heure après, à cause de la baisse des eaux. Devant ce départ si prompt, les Chinois triomphent bruyamment : Les Anglais ont eu peur, etc. De fait, semblable démonstration est non seulement inefficace, mais nuisible : les Européens perdent la face.

    Hunghoa

    Son Excellence Mgr Aiuti, Délégué Apostolique, na pu visiter à la fin de mai notre Petit-Séminaire de Hà-Thạch, comme il se létait proposé ; cette visite a été remise à une date ultérieure.

    Le P. Fleury, professeur de rhétorique, en vacances à Tuyên-Quang, a failli nous quitter pour un monde meilleur ! Au cours dune promenade, la fourche de sa bécane sétant brisée, il fit une chute, qui eût pu avoir les plus funestes conséquences ; la tête porta la première sur le sol rocailleux, mais notre cher confrère est heureusement de Saint-Brieuc... Plusieurs ecchymoses à la joue et à lépaule, un peu de fatigue, suite naturelle dune pareille secousse, lobligèrent à se reposer quelques jours, et tout fut fini.

    Le 5 juillet, nous eûmes notre réunion annuelle, à loccasion de la Saint-Paul, et, comme dhabitude, la joie et la bonne entente procurèrent à tous un sain délassement. Entre autres choses, on parla avec plaisir des nombreux baptêmes faits cette année par le P. Chabert, qui, comme dhabitude, bat tous les records, et par les PP. Vandaele et Pierchon, qui, sur les deux rives de la Rivière Noire, veulent le devancer. Plus discrètement on parla de lentrée du doyen de nos prêtres annamites dans le Conseil épiscopal et, plus discrètement encore, du futur Coadjuteur de Mgr Ramond. Des échanges de vue eurent lieu : presque tous se trouvèrent des aptitudes ; certains émirent quelques craintes à cause de leur âge, dautres furent déclarés par notre vénéré doyen le P. Méchet atteints dinsuffisance mitrale irrémédiable. Malgré tout, en prévision de lavenir, la devise et le blason des épiscopales furent choisis et préparés en commun. Dici quelques mois, nous lespérons, le cher Bulletin annoncera le nom et les armes de lélu, qui sera acclamé de tous.

    Phatdiem

    Par lintermédiaire de S. E. le Délégué Apostolique, notre vénéré doyen le P. Deux vient de recevoir une deuxième lettre de S. E. le Cardinal Préfet de la Propagande et un second autographe du Saint-Père. Voici ces deux documents.

    Rom, die 30 Aprilis 1926.

    Reverendissime Pater

    To alacrem vigilantemque Missionarium, annos sexaginta in Sacerdotio peregisse feliciter eosque omnes, sine ulla nec brevi quidem interruptione, inter exteras traduxisse gentes, talis est faustitas e qua non modo fideles tui et sodales voluptatem percipiant, sed alii quoque et multi gaudium hauriant.

    In primis consideratio pi actuosque sacerdotii tui industri qua oves multas in Christo aluisti, rexisti ac fovisti, Beatissimum Patrem, universo prpositum ovili Christi, movit suasitque munerari prmiis et laude merita non exigua tua.

    Quin immo S. P. voluit Te habere pignus animi benevolentis plaudentisque sui, quod huic invenies epistol adiectum. Ipsum vero maiorum quoque bonorum auspex Apostolica Benedictio comitatur.

    Ego item pleno ex corde libentique voluntate Tibi gratulor, illud vehementer exopto, quod enixis precibus imploro, ut qu D. O. M. numine benignissimo operatus est in Te, id porro munerum ubertate confirmet provehatque seros in annos.

    Paternitatis tu
    addictissimus servus
    G. M. CARD. VAN ROSSUM,
    Prfect.

    Le Pignus animi benevolentis plaudentisque du Saint-Père consiste en une image du Sacré-Cur de Jésus avec ce texte :

    Cur Eucharistique de Jésus,
    Foyer de la divine charité,
    Donnez la paix au monde !

    Indulgence de 300 jours, 10. V. 1922.
    PIUS PP. XI.

    auquel Sa Sainteté a daigné ajouter de sa propre main :

    83 ans de vie, 60 ans de sacerdoce, 58 ans de mission, 161 indigènes conduits à lautel : voilà une arithmétique rayonnante de poésie vraiment divine, dont Nous félicitons Notre bien aimé fils le P. Claude Deux, des Missions-Etrangères, le bénissant de tout cur et avec les meilleurs souhaits.

    Pius PP. XI.

    Notre vénéré jubilaire naurait pu espérer, à loccasion de ses Noces de Diamant, témoignage plus auguste et plus encourageant. Nous len félicitons et nous en réjouissons cordialement avec lui.

    Quinhon

    Deux de nos confrères, les PP. Sanctuaire et Laborier, se sont embarqués à Saigon le 28 juin pour aller chercher en France le rétablissement de leur santé. Le P. Escalère va quitter le Petit-Séminaire pour remplacer lun deux à Cuva (Quang-ngai).

    Le 1er juillet, Mgr Grangeon a ordonné un diacre. S. G. a présidé ensuite la retraite des catéchistes, prêchée par leur nouveau directeur, le P. Sion.

    Saigon

    La plupart des missionnaires font leur travail en silence ; ils naiment pas à faire parler deux, encore moins en parlent-ils eux-mêmes, mais quelquefois leurs uvres crient et les dénoncent. Le P. Bellocq, curé de Baixan est de ceux-là. Depuis bientôt quinze ans quil est chef de ce district, déjà bien travaillé par ses prédécesseurs, les PP. Bourgeois et Bar, il a vu ses efforts couronnés de succès et un millier de néophytes grossir son troupeau. Cette année devait avoir lieu la Confirmation dans sa paroisse. Or cétait en même temps le 25e anniversaire de son ordination sacerdotale. Les notables prièrent leur curé de faire coïncider les deux dates et se chargèrent de lancer des invitations à tous les prêtres de la Mission. Une vingtaine sy rendirent.

    Cest ainsi que les 16 et 17 juin, Mgr Dumortier donnait, en deux fois, la Confirmation à 668 personnes dont 300 néophytes. Le matin du 17, le P. Bellocq chanta la grandmesse : diacre, sous diacre et tous autres offices étant remplis par des prêtres originaires de la paroisse ou des anciens élèves du jubilaire. Tant à la messe chantée quà celle célébrée par Monseigneur, les communions furent nombreuses ; aussi bien les chrétiens avaient-ils à cur de montrer que la fête religieuse passe avant les réjouissances extérieures.

    Puis suivit le programme traditionnel de ce genre de fêtes : compliments, chants, pétards, musique : un orchestre cambodgien alternant avec la fanfare de la paroisse, formée en quelque mois et dirigée par le P. Chánh, musicien émérite. Ce furent ensuite le repas fraternel et les toasts, le banquet à table ouverte pour tous ceux qui se présentaient, sous deux paillotes préparées pour la circonstance et réservées lune aux hommes, lautre aux femmes. Cétait bien une fête de reconnaissance envers le curé, dunion fraternelle entre chrétiens nouveaux et anciens, un premier jalon peut-être pour la conversion des païens venus en grand nombre.

    On a remarqué que le curé de Baixan, dordinaire peu expansif, ne pouvait ce jour-là contenir sa joie intérieure et que son visage trahissait ses heureuses émotions. Satisfaction de luvre accomplie, espérances daugmentation du troupeau pour lavenir, contentement intime de retrouver un peu de lamour prodigué au âmes trop souvent en vain. Vous aviez raison, P. Bellocq, dêtre heureux ce jour-là ! Puissiez-vous lêtre davantage à mesure que Dieu accomplira le souhait formulé par tous en ce jour : Ad multos annos !

    Hué

    La fête nationale annamite, instituée par S. M. Khoi-Dinh pour commémorer la restauration de la dynastie des Nguyên par Gia-Long, a eu lieu, comme dhabitude, le 2e jour du 5e mois lunaire (11 juin). Les intentions de lempereur défunt ont été fidèlement respectées. Le programme de la fête fut exactement le même que de son vivant. A 9 h., dans la cathédrale de Phu-Cam, Mgr Allys a célébré une messe demandée par la Cour pour Mgr Pigneau de Béhaine et les autres Français qui furent au service de Gia-Long.

    De nombreux élèves de nos écoles ont été admis au certificat détudes élémentaires indigènes. LEcole des futurs Petits-Frères du Sacré-Cur en a eu 15 sur 17 ; les religieuses indigènes de Co-Vuu, qui sétaient présentées cinq, ont été toutes reçues. Les Frères de lEcole Pellerin ont obtenu aussi de beaux succès à cet examen, ainsi que pour le certificat détudes primaires français(10 sur 12).

    Phnompenh

    Mgr Bouchut vient de faire une tournée de Confirmation dans les districts de la Basse-Cochinchine. Il a visité les postes de Sadec, Cantho, Tràlồng et Cáitrầu. A cette occasion le P. Larrabure de Cantho a baptisé de nombreux catéchumènes.

    Pour la première fois, la retraite des prêtres annamites a été prêchée par un de leurs compatriotes, le P. Vân, professeur depuis trente ans au Séminaire de Culaogien. Il a accepté avec dévouement ce ministère difficile et nouveau pour lui. Ses instructions ont édifié et charmé ses confrères et répondu aux espérances de tous.

    Bangkok.

    Nous avons eu la douleur de perdre notre confrère, le P. Louis Romieu, pieusement décédé à Pëtriu, le dimanche 30 mai, vers midi. La Mission de Bangkok ne compte plus que 23 missionnaires présents au Siam, dont plusieurs sont assez âgés ou fatigués par leurs travaux et par le climat débilitant. Tel, entre autres, notre cher Provicaire, le P. Colombet, qui depuis un mois, essaye de reprendre des forces à notre hôpital Saint-Louis.

    Les PP. Chatenet et Piljean, de la Mission du Laos, sont nôtres en ce moment. Le P. Piljean. restera comme professeur à notre séminaire, avec charge pour lui de sintéresser spécialement aux séminaristes laotiens. Quant au P. Chatenet, qui na mis que trois jours de voyage dOubone à Khorat, cest en bon voisin quil est venu nous rendre visite. Sachant toutefois allier lutile à lagréable, et des cauchemars de dettes le poursuivant, dettes nobles, faites pour le plus grand bien de son poste, il na pas craint de parcourir le plus grand nombre des postes de la Mission, sollicitant avec courage et bonne humeur la générosité des chrétiens du Siam. Nous croyons pouvoir affirmer que son sommeil sera désormais paisible et que nul cauchemar monétaire ne le troublera plus. Une fois encore la Mission-mère a été heureuse de venir en aide à sa Mission-fille, le Laos.

    Malacca

    Après avoir prêché une semaine jubilaire à la communauté hakka-cantonaise de Kuala-Lumpour, S. G. Mgr Mérel a bien voulu donner une retraite en tie-tsiou aux chrétiens chinois de la paroisse S.-Pierre S.-Paul de Singapore et y administrer la confirmation à de nombreux enfants et adultes.

    Deux de nos confrères, les PP. Coppin et Hermann ont célébré leurs noces dargent sacerdotales au mois de juin dernier. Doù il résulte que plus de la moitié des missionnaires du diocèse ont dépassé les 25 années après lesquelles on passe dans la catégorie des... anciens. Dieu nous envoie des jeunes !

    Birmanie Septentrionale

    Nos hommes détat birmans nont vraiment pas de chance. Le premier ministre que nous eûmes (1922), Sir Maung Kin, mourait après deux années seulement, à lâge de 52 ans. Le second, M. U May Oung (le Gouvernement na pas eu le temps de le titrer), sest éteint à Maymyo le 5 juin dernier, âgé de 47 ans, nayant eu que 18 mois de service. Comme son prédécesseur il était chevalier du tablier et de la truelle, voire une grande lumière dans les Loges de Rangoon. Aussi lui a-t-on fait de retentissantes funérailles maçonniques. Les batteries de deuil se sont succédé à Maymyo, à Thazi en cours de route, et enfin à Rangoon. Ses mânes ont dû être satisfaites.

    Mais lexplique qui pourra, lui qui se disait fervent bouddhiste, qui présidait toutes les sociétés et réunions bouddhiques du pays, na pas même eu lombre du grand Bouddha pour laccompagner sur le chemin fleuri du Nirvâna. Ce sont ses frères-maçons de Rangoon, européens, birmans et chinois, les journaux en ont donné une longue liste, qui lont conduit à sa dernière demeure ici-bas. Mais que ces Messieurs des Loges ne sillusionnent pas : un jour, les fils birmans de la Veuve pourraient bien leur frapper plus de sept coups sur lépaule dans la Chambre du Milieu !

    Voici, à titre de curiosité, les graves paroles que le Ministre anglais des Finances prononça, au cimetière, pour la mise en sommeil ou en disponibilité, du défunt : S. Exc. le Gouverneur de Birmanie mordonne à moi, Sir William Keith, de vous annoncer, U May Oung, quil est heureux de vous permettre aujourdhui de résigner vos fonctions de premier ministre et daller où vous voudrez. Antique procédure anglaise, jimagine ; mais, dans la circonstance, facétie quelque peu macabre.

    Et maintenant, à qui le tour ?

    Laos

    Encore un des premiers missionnaires du Laos qui disparaît : le P. Pierre Excoffon est mort le 29 mai, dans sa 40e année de mission. Nous perdons en lui un prêtre zélé et un excellent confrère.

    Le 6 juin au soir, nous est arrivé notre nouveau missionnaire, le P. Bayet, du diocèse de Lyon. Il est actuellement à létude de lABC siamois et laotien. Que Dieu lui donne longue vie dans notre Laos, qui aurait si grand besoin douvriers !

    Le P. Piljean nous a quittés pour se rendre dans la Mission de Siam, au Petit-Séminaire de Bang-Xang, où nous envoyons nos élèves : depuis la dernière rentrée de janvier, ils y sont au nombre de 28.

    Pondichéry

    Vivent les vacances ! Cest le cri joyeux que, le 21 mai, poussaient en accord parfait les élèves et probablement aussi les professeurs du Grand-Séminaire, car, par cette chaleur tropicale, le travail intellectuel est pénible aux uns et aux autres. Les autres les professeurs ont aussitôt pris leur vol vers des climats plus frais, qui aux Shevaroys, qui aux Nilgiris, pour y prendre un repos bien mérité.

    Le 12 mai, le P. Monchalin, entouré dune dizaine de confrères voisins et amis, a procédé à la bénédiction de léglise quil vient de construire. La cérémonie fut fort belle, paraît-il, et la réunion très animée. La nouvelle église, quoique dun style architectural non encore classé, est gracieuse et plaisante daspect.

    Les Surs de Saint-Joseph de Cluny ont fait une perte bien douloureuse en la personne de Mère Ida de Jésus, Supérieure du couvent de Sheiyur, qui sest endormie dans le Seigneur le 26 juin, à lâge de 56 ans, après 30 années de fructueux labeur dans lInde.

    Procure de Shanghai

    Le P. Beaudevin, jusquici attaché au service des Procures et depuis une année à Shanghai, est admis, sur sa demande, dans la Mission de Taikou, où il se rendra dici à quelques mois.

    Séminaire de Paris

    Le samedi des Quatre-Temps, 29 mai, Mgr le Supérieur a ordonné 18 prêtres, 3 diacres, 11 sous-diacres, 26 minorés et 9 tonsurés ; soit 67 ordinands, dont 55 de la communauté de Paris et 12 de celle de Bièvres.

    Outre plusieurs confirmations, Mgr le Supérieur a eu à présider plusieurs fêtes à Paris et hors de Paris. Le 16 mai, service solennel à léglise des Invalides pour les morts de lArgonne ; le 20, fête mariale à Chartres à loccasion du pèlerinage diocésain : messe et vêpres pontificales, procession souterraine ; le 23, journée missionnaire à Sens : hôte de Mgr Chesnelong, Mgr le Supérieur a officié pontificalement à la cathédrale, visité le grand séminaire (30 élèves) et, le soir, parlé à une assistance exceptionnellement nombreuse ; le 24, pèlerinage traditionnel de N.-D. de Longpont, favorisé par un temps splendide : Mgr Rolland-Gosselin, coadjuteur de Versailles, pontifiait et la communauté de Bièvres était chargée du chant et des cérémonies ; le 25, au Sacré-Cur de Montmartre, sacre de Mgr Crépin, nouvel auxiliaire du Cardinal Archevêque de Paris : le Cardinal était consécrateur ; NN. SS. de la Villerabel, archevêque de Rouen, et Rolland-Gosselin lassistaient ; le 26, pèlerinage annuel de luvre Expiatoire de N.-D. de Montligeon (Orne) : Mgr, accompagné du P. Depierre en a présidé les cérémonies ; enfin le 30, à la prière du T. R. P. Supérieur Général des Eudistes, Mgr a célébré la messe pontificale à Montmartre à loccasion du premier anniversaire de la canonisation de saint Jean Eudes.

    Le 30 mai, à loccasion de la prochaine fin dannée scolaire, une réunion, présidée par Mgr le Supérieur, a eu lieu au Foyer des Etudiants asiatiques à Bourg-la-Reine. Par une heureuse coïncidence, les PP. Lebbe (lazariste) et de Preter (Scheut) y assistaient. Ces jeunes gens sont au nombre dune vingtaine, dont 2 Japonais. Les provinces chinoises représentées sont le Tcheli, le Kiangsou, le Chantong, la Mandchourie, le Hounan, le Setchoan, le Tchekiang et le Honan.

    Monseigneur Morel a donné la confirmation au diocèse de Chartres.
    La coopération aux Journées de Missions ou fêtes de la Ste-Enfance par nos confrères a continué : le P. Gérard, dans la Somme et à St-Joseph des Epinettes ; le P. Chambon, à la chapelle de Ste-Thérèse de Boulogne ; le P. Nassoy, à Suresnes, à Neuilly et même en Suisse.

    Plusieurs évêques étrangers en route pour le Congrès Eucharistique Chicago ont été les hôtes du Séminaire : le 2 juin, Mgr Munagorri, Vic. Ap. dominicain de Buichu (Tonkin) ; puis, les 5, 6 et 7 juin, NN. SS. Lukhomski, auxiliaire de Poznan, Przecdzielcki, évêque de Siedlce, et Kubina, évêque de Czenstochowa. Le 6, lambassade de Pologne invita à dîner avec les évêques polonais, Mgr le Supérieur, Mgr Baudrillart et quelques notabilités polonaises.

    La Fête-Dieu a été cette année grandement contrariée par le mauvais temps. Le jeudi 3 juin, aucune procession ne put sortir. Pour être agréable à Mgr Le Roy, Mgr le Supérieur, accompagné du P. Mollat, présida la fête au Scolasticat des PP. du St-Esprit à Chevilly et, après avoir célébré la Messe Pontificale, fit une conférence aux scolastiques.

    Aux Missions-Étrangères, notre procession traditionnelle, renvoyée au dimanche 6, a pu avoir lieu dans le jardin du Séminaire : 400 personnes environ y ont assisté. Les décorations ne le cédaient en rien aux années précédentes ; le traditionnel bateau des Partants était un vapeur fort bien réussi.

    Désireux de voir le P. Souvey et de se rendre compte de son état de santé, Mgr le Supérieur est allé passer 24 heures à Auch, les 9 et 10 juin. Le cher malade, installé dans une chambre bien aérée de lhôpital, y reçoit les soins dun bon médecin et dinfirmières dévouées. Sa sur et sa charmante famille lui tiennent souvent compagnie. On espère une guérison à force de temps et de patience. Ce voyage a été pour Monseigneur loccasion dun double passage à Montbeton, où les confrères sont actuellement au nombre de 13.

    Le P. Robert, 1er Assistant, a débarqué à Marseille le 12 juin avec les PP. Humbert et Chassain, après un excellent voyage. Avant de rejoindre Paris, il est allé voir le P. Souvey à Auch, a fait un pèlerinage à Lourdes et visité des amis à Toulouse et à Angers.

    M. Larrieu, nouveau missionnaire de Tôkyô, retenu par une crise dappendicite, a subi une opération à la clinique de la Rue Violet le 7 juin. Son état est satisfaisant.

    Ont été admis comme aspirants : MM. Billing (Strasbourg), Cussac (Angers), Villacroux (QuimPer), Alazard (Moulins), Sibers (Bayonne), Goire (Saint-Brieuc), Gouin (Luçon), Fournier, prêtre (Luçon), Gratuze (Rodez), Beignet (Paris), Pourtoy (Dijon), Lannay (Besançon), Groslambert (Besançon) et Hamon (Nantes).

    Le 23 juin, en réponse aux souhaits de fête quils avaient offerts à Mgr le Supérieur, nos 23 partants ont reçu les destinations suivantes :

    MM. Tournier/ Procures
    Moreau/ id
    Davias/ Penang
    Anoge/ Osaka
    Roland/ Hakodate
    Lagarde/ Seoul
    Cambon/ Moukden
    Roussel/ Tchongking
    Boiteux/ Ningyuanfu
    Le Baron/ Canton
    Ferrand/ Pakhoi
    Madeore/ Nanning
    MM. Vignaud/ Hanoi
    Doussoux/ Hunghoa
    Chambonnier/ Phatdiem
    Clauze/ Quinhon
    Iroz / id (Bahnars)
    Viry/ Hué
    Poisnel/ Phnompenh
    Ollier/ Bangkok
    Olçomendy/ Malacca
    Guillerm/ Pondichéry
    Casseaux/ Rangoon

    Les départs auront lieu de Marseille le 17 septembre (ligne dIndochine) et le 24 septembre (ligne du Japon).
    1926/502-521
    502-521
    Anonyme
    France et Asie
    1926
    Aucune image