Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 7

Chronique des Missions et des Etablissements communs. Tôkyô Les Acta Apostolic Sedis ont annoncé que S. G. Mgr Rey, Archevêque titulaire de Philippopolis, est nommé Assistant au Trône Pontifical, dignité qui implique le titre de Comte romain.
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.
    ___

    Tôkyô

    Les Acta Apostolic Sedis ont annoncé que S. G. Mgr Rey, Archevêque titulaire de Philippopolis, est nommé Assistant au Trône Pontifical, dignité qui implique le titre de Comte romain.

    Le Ministère de lInstruction Publique, auquel est relié le Bureau des Affaires Religieuses, a préparé un projet de loi pour régler dune manière définitive le statut légal des religions dans lEmpire : règlements concernant la constitution des sociétés religieuses, les qualités requises pour les fonctions de ministre de religion, les relations entre les corps religieux constitués et lEtat, ladministration des dites sociétés religieuses, des temples, etc. Un Comité consultatif des représentants des diverses sociétés religieuses a été convoqué à Tôkyô ; il comprend 7 bonzes, 3 prêtres shintoïstes, un évêque protestant, un prêtre catholique. Le Père Janvier Hayasaka, de la mission de Hakodate, a été désigné pour représenter lEglise catholique dans les conférences de ce Comité.

    S. E. Monseigneur le Délégué Apostolique est allé, dans la dernière quinzaine de mai, faire une tournée dans le Nord, à Hakodate et à Sapporo. Il a porté lui-même aux Surs Cisterciennes de N.-D. des Anges, près de Hakodate, le don qui lui a été remis par le Saint-Père pour aider à la reconstruction du monastère éprouvé par lincendie de lautomne dernier.

    Les Dames de St-Maur, qui dirigent divers établissements dans la Mission de Tôkyô, ont reçu dernièrement de Mgr Berlioz, évêque de Hakodate, un terrain situé à proximité de la mission de Kameda, dans le Hokkaidô, pour fonder un hôpital et commencer la formation dune Société de Surs indigènes.

    Le P. Cadilhac, complètement rétabli, est rentré le lundi 17 mai dans son district dUtsunomiya. Le P. Droüart de Lézey, dont la robuste constitution a triomphé de la pneumonie qui avait mis sa vie en danger, a pu recommencer à dire la messe le vendredi 8 mai. Par contre, les forces du P. Wassereau, qui, à peine convalescent, avait, sur sa demande, été envoyé en district, ont trahi son courage. Il a dû revenir saliter à lhôpital du Père Breton à Omori. Le P. Giraudias, curé de la paroisse de Tsukiji à Tôkyô, que la fièvre a saisi aux alentours de la Pentecôte, a dû entrer au même hôpital dernièrement. Nous prions pour que le bon Dieu rende aussi bientôt à la santé ces deux chers confrères.

    Nagasaki

    Le 18 mai, dans le temple Gokoku-ji à Naha, ville de lîle Okinawa (Ryûkyû), une plaque commémorative a été inaugurée en lhonneur du premier missionnaire qui ait vécu et travaillé dans larchipel des Lieou-Kyeou. Linscription est la suivante :

    Dabord résident au Rinkai-ji, puis au Gokoku-ji ;
    Traducteur de la Bible ;
    Interprète du Commodore Perry ;
    Premier propagateur du vaccin de Jenner ;
    Pionnier de la civilisation occidentale.

    Il sagit du Dr Bernard-Jean Bettelheim, né dune famille juive de Hongrie, envoyé par la Dutch Reformed Mission.

    Le Dr Bettelheim arriva, en effet, à Naha le 30 avril 1846, amenant avec lui, outre de nombreux bagages, sa femme, deux petits enfants, une gouvernante anglaise (qui refusa de débarquer) et un domestique chinois. Il y resta jusquen 1854, lorsque le Commodore Perry, se rendant au Japon porteur dune lettre du Président des Etats-Unis au Shôgun Iesada, le prit à son bord comme interprète.

    Nous ne discuterons pas les titres qui ont mérité au Dr Bettelheim lérection dun monument commémoratif ; mais nous ferons remarquer que, lorsquil débarqua à Naha, il y avait déjà deux ans que le P. Forcade y était installé avec le catéchiste chinois Augustin Kô. Le nouvel arrivant entretint des relations courtoises avec les missionnaires catholiques, particulièrement avec le P. Leturdu, qui lui rendit plus dun service. Il fut même reçu, à bord de la Cléopâtre, à la table de lamiral Cécille. Il ne paraît pas, du reste, que parmi les naturels des Ryûkyû il ait obtenu grande vogue comme médecin, ni grands succès comme prédicant.

    Quoiquil en soit, dailleurs, il est, dans cette île dOkinawa, un monument plus impressionnant que celui qui vient dêtre inauguré : cest le tombeau du P. Matthieu Adnet, qui y mourut le 1er juillet 1848, à 35 ans, les yeux tournés vers ce Japon auquel il aurait voulu consacrer sa vie, mais dont une loi dexclusion, alors inflexible, lui interdit lentrée.

    Hakodate

    Notre confrère le P. Charles Cesselin, rappelé à Paris, sest embarqué le 20 mai sur le Kaga-maru à destination de Seattle. Chicago est dans son itinéraire et il assistera au Congrès Eucharistique du 20 au 24 juin.

    Seoul

    La retraite des prêtres indigènes a été prêchée par le P. Beaulieu, de la Mission de Moukden.

    Le jour de la clôture, en la fête de la Pentecôte, Mgr Mutel a ordonné 3 nouveaux prêtres et conféré la tonsure à 12 séminaristes.

    A son retour en Mandchourie, le P. Beaulieu était accompagné du P. Poyaud, qui va faire, pendant plus dun mois, la visite des chrétiens Japonais.

    Taikou

    Le samedi des Quatre-Temps de la Pentecôte, Mgr Demange a ordonné 11 prêtres et 11 minorés (portiers et lecteurs). 22 missionnaires et prêtres indigènes assistaient à la cérémonie.

    Kirin

    Notre retraite annuelle a eu lieu du 9 au 15 mai. Elle a été prêchée par le P. Lamasse, de la Mission de Moukden, dont les instructions, où la plus pure théologie servait de base à des enseignements éminemment pratiques, ont été fort goûtées.

    Il y a trois ans, une école préparatoire au Petit-Séminaire a été fondée à Saint-Joseph de Tongken pour que les enfants présentant des indices de vocation puissent être mis à lépreuve, tout en étudiant les premiers éléments du latin. A la fin de mai, 11 élèves, qui ont passé trois ans dans ce probatorium, sont venus grossir leffectif du Petit-Séminaire de Kirin. Daigne saint Joseph protéger leur vocation et en susciter beaucoup dautres dans la grande chrétienté dont il est le Patron.

    Tchengtou

    Mgr Renaud, Coadjuteur de Mgr Fayolle, en tournée pastorale dans le nord de la Mission de Suifu, a eu lamabilité de pousser une pointe jusquà Tchengtou et de nous donner quelques jours. Il a visité le Séminaire, où les élèves lui ont présenté leurs souhaits respectueux, et le Pensionnat des Surs, où une séance récréative a été donnée en son honneur. A cette occasion Mgr Rouchouse a invité à la Mission les membres de la colonie européenne et les autorités chinoises locales.

    Depuis quelques années Tchengtou sest embelli notablement ; les rues ont été élargies et pavées, la ville est en meilleur état quelle ne la jamais été. Malgré ces améliorations, marchands et agriculteurs saccordent à dire que les temps sont extrêmement durs ; les taxes sont de plus en plus élevées et il devient impossible au paysan de les payer à moins quil ne cultive lopium ; mais alors cest lappauvrissement de la terre, qui se refuse à donner en céréales des récoltes suffisantes pour nourrir la population.

    Ajoutez à cela que les militaires continuent à semparer des propriétés autant quils le peuvent et à les vendre ensuite pour remplir leurs poches. Les soldats sont redoutés pour leurs raids nocturnes : dans le quartier de la Porte de lEst il nest pas une maison qui nait été pillée par eux.

    Tchongking

    Une lettre-circulaire du P. Claval, Supérieur de la Mission, annonce que le Saint-Père a maintenu la nomination du P. Jantzen comme Vicaire Apostolique de Tchongking.

    Missionnaires français et prêtres chinois désiraient vivement cette nomination : cest donc en comblant les vux de tous que Mgr Jantzen va prendre la place du vénéré Mgr Chouvellon.

    A Mgr de Trémithonte, notre nouveau Vicaire Apostolique, un long et fructueux épiscopat !

    Après une bataille de deux jours Tchongking est rentré aux mains des Setchoannais et les troupes du Kouytcheou ont battu en retraite vers le sud (20 mai).

    Le 5 mai, deux de nos prêtres chinois, les PP. Song et Tang, rentrant dans leur district après la retraite annuelle, sétaient embarqués sur la chaloupe qui fait le service de Kiangtsin. A la hauteur de Yutongki le réservoir à gazoline fit explosion et les liquides enflammés, se répandant partout, déterminèrent un incendie. Une barque sapprocha : les Pères y descendirent, mais tout le monde sy précipitant à la fois, la barque chavira. Les deux prêtres, ne sachant pas nager, furent emportés par le courant, ainsi que la plupart des passagers. Enfin dautres barques, venant au secours, purent recueillir une trentaine de naufragés, dont les deux Pères, mais une vingtaine de personnes se noyèrent.

    Dans le but de répondre à toutes les insanités débitées par les étudiants sur la religion chrétienne, les protestants chinois de Tchongking ont commencé la publication dun journal quotidien, mais ils éprouvent de grandes difficultés à le lancer.

    Suifu

    Les militaires chinois livrent de nouveau de violents assauts aux propriétés de la Mission : prélèvement sur les loyers qui lui sont dus, impôt foncier de plusieurs années à payer davance, taxes de toutes sortes. Le Consul de France, toujours dévoué, proteste. Mais des protestations, doù quelle viennent, nont guère daction sur une rapacité insatiable.

    La ville de Kiating a un inspecteur décoles décidé, auquel on est heureux de rendre hommage. Sur son initiative quatre écoles du soir ont été créées pour les enfants pauvres et pour les illettrés. Une de ces écoles a été installée dans une salle des écoles primaires de la mission, et ce sont ses professeurs qui, gratis, y enseignent à tour de rôle de 7 à 9 heures du soir. Livres, encre, pinceaux, éclairage, sont fournis par ladministration scolaire de la ville.

    A Suifu, où les idées bolchevistes ont pénétré, cest le gâchis dans léducation. Cependant il semblerait que le personnel enseignant ait des velléités de réagir. Il en est temps ! Témoin le fait suivant.

    Les 400 élèves de lEcole secondaire sont on ne peut plus belliqueux. Il faut quils déversent leur humeur sur quelquun. Grisés par leur victoire, dont a parlé le Bulletin, sur les deux vapeurs anglais, ils ont pris à partie deux de leurs professeurs, dont celui danglais, quils ont voulu faire renvoyer par la direction comme incapables et comme fumeurs dopium. Mais directeur et professeurs, se solidarisant avec leurs deux collègues persécutés, se sont mis en grève. Pendant huit jours, à lheure prescrite par le règlement, au premier son de la clochette, les élèves, sages et dociles, sont venus sasseoir sur les bancs des classes ; pendant huit jours, imperturbables, les professeurs sont restés dans leurs chambres, confortablement assis sur leur chaise, un roman à la main et la longue pipe à la bouche. Lassés enfin de contempler une chaire toujours vide et silencieuse, et démoralisés par une résistance à la quelle ils nétaient plus habitués depuis longtemps, MM. Les étudiants, loreille basse, ont fait leurs paquets et sen sont retournés chez eux.

    Ningyuanfu

    Le nouveau chef du pays, Yang Jengan, et sa suite près de 2.000 hommes, sont arrivés à Ningyuanfu au commencent de mai. La première impression est bonne et le peuple manifeste sa satisfaction en envahissant les théâtres. Quant aux Lolos, ils se retirent sur leurs hauts plateaux en attendant les événements.

    Les principales autorités ont accepté une invitation de la Mission et ont, à cette occasion, manifesté leur sympathie pour nos diverses uvres.

    Lépidémie de fièvre qui sest abattue sur le Séminaire continue, sans saggraver, mais empêchant de reprendre les cours.

    Nos séminaristes de Suifu donnent pleine satisfaction à leurs dévoués professeurs. Malheureusement lun deux a dû entrer à lhôpital, atteint de paralysie et, humainement parlant, il ny a pas despoir de guérison.

    Yunnanfu

    Le P. Badie a été gravement malade. Transporté à Yunnanfu, ses souffrances devinrent telles que lon crut devoir, le 10 mai, lui administrer les derniers sacrements. Cependant, grâce au dévouement du Dr Mouillac et aux bons soins des Surs de Saint-Paul, le cher malade va mieux et tout permet despérer une complète guérison.

    Le 18 mai, les PP. Mongellaz et Destaillats nous sont revenus, tout rajeunis par leur séjour au pays natal.

    Lanlong

    Les Pavillons Noirs, dont on redoutait linvasion, nont pas osé se risquer au Kouytcheou, ce qui a permis de rentrer sans encombre la récolte de printemps.

    Le P. Joseph Esquirol, au cours dune visite à ses chrétientés, a été pris de la fièvre typhoïde. Son frère, notre pro-préfet, sest aussitôt rendu auprès de lui et, voyant son état saggraver, lui administra les derniers sacrements. Mais Dieu a bien voulu nous conserver notre si zélé ancien et aujourdhui il est hors de danger. Le Père Louis, déjà fatigué quand il partit de Lanlong pour aller soigner son frère, y est revenu presque à bout de forces. Le P. Cheilletz le remplace temporairement à la Procure.

    Nos 5 prêtres chinois, leur retraite terminée, sont repartis pleins dentrain pour leurs districts. Dieu leur garde zèle et courage, et donne persévérance à nos 9 grands-séminaristes, dont laide future est impatiemment désirée !

    Il y a dix journées de piéton de Kouiyang à Lanlong ; or les saintes Huiles ont mis plus dun mois à nous arriver. En Chine il ne faut jamais être pressé.

    Canton

    Notre Mission vient de faire une perte douloureuse par la mort du P. Herbreteau, noyé accidentellement dans la rivière à Sheklung. Ce jeune confrère nétait que depuis six mois arrivé en mission. Du haut du ciel il intercédera pour les âmes auxquelles il aurait voulu consacrer une longue vie.

    Par décision de Monseigneur, le P. Boniface Yeung est nommé curé de la cathédrale en remplacement du P. E. Thomas, Provicaire, qui demeure chargé du Séminaire.

    Swatow

    La question des écoles devient de plus en plus angoissante. Depuis létablissement du nouveau régime, les doctrines révolutionnaires ont pénétré partout, même dans les écoles primaires, où elles font désormais partie du programme officiel des études. Les idées de liberté, égalité et autres moins inoffensives doivent entre dans les cerveaux denfants des deux sexes ; elles y pénètrent, mai combien déformées ! La liberté devient laffranchissement de toute règle ; légalité, le mépris de toute autorité. Aussi ne compte-t-on plus les grèves scolaires, les boycottages de professeurs, voire les voies de fait sur ceux qui ne veulent pas se plier à toutes les fantaisies des écoliers. Et quand ceux-ci nobtiennent pas satisfaction, ils portent plainte au Bureau de lInstruction, à lAssociation des Etudiants, aux autorités militaires même et aux syndicats ouvriers, lesquels tous sempressent de profiter de loccasion pour mettre en pratique les idées quils prêchent.

    Combien, dans ces conditions, il devient difficile de maintenir la discipline dans nos écoles !

    Pakhoi

    Les troupes cantonaises, rappelées probablement pour prendre part à la campagne contre le Nord, ont commencé un mouvement stratégique vers leur capitale. Ce retrait, encore partiel, a eu pour premier résultat heureux lévacuation de la résidence de Louitcheou, si indûment occupée par la soldatesque depuis six mois. Naturellement le départ ne sest pas effectué sans dommages pour la chapelle du P. Zimmermann : portes et fenêtres enlevées, statues brisées, tableaux lacérés, deux calices disparus, les ornements déchirés, etc. : voilà le bilan connu à cette heure. Notre cher doyen aura fort à faire pour réparer les dégâts matériels ; mais fasse le ciel quil nait rien de plus grave encore à déplorer au point de vue spirituel !

    A Muilok le P. Baldit est toujours aux prises avec ses hôtes indésirables et il nest pas facile de prévoir quand cessera une situation si pénible pour lui et si nuisible à son ministère.

    Le P. Sonnefraud signale le passage chez lui de nombreuses troupes rappelées à Canton ; mais, grâce à quelques chefs, et probablement au savoir-faire de notre confrère, son école et les communs de sa résidence ont seuls eu à héberger une centaine de soldats pendant 24 heures environ. Sur sa demande, la chapelle na pas été réquisitionnée et aucun dégât nest à déplorer. Un bon point à cette troupe modèle, malheureusement trop peu imitée par les autres.

    Les communications postales entre Pakhoi et Hongkong mis à lindex deviennent dune lenteur désespérante. Alors que quatre jours suffisaient autrefois, il faut maintenant trois semaines à une lettre pour effectuer le trajet.

    Il y a mieux encore. Les piquets de grévistes ont pris sur eux de confisquer, à son débarquement, une barrique contenant le vin de messe de la Mission. Si leur entêtement résiste à nos démarches, nous allons nous trouver fort gênés. Encore nest-il pas sûr que laffaire ne prenne pas une tournure plus grave, car la Douane, indignée de ce quun colis soit pris par le Comité de la grève avant davoir été visité par ses agents, parle de fermer le port de Pakhoi, comme elle la fait récemment pour celui de Canton.

    Nanning

    Depuis le milieu de mai nous jouissons dun calme relatif. Après une manifestation extrêmement violente durant laquelle les étudiants, pénétrant dans la mission, avaient menacé nos serviteurs de voies de fait et même de mort sils ne nous quittaient pas dans les huit jours, le calme sest fait soudainement. Comment et pourquoi ? nous lignorons. Probablement une intervention venue de haut. Mais il est bien à craindre que cette accalmie ne soit que transitoire.

    Jusquici les campagnes nont pas été trop éprouvées, mais que leur réserve lavenir ? La guerre ne viendra-t-elle pas les ravager une fois de plus ? Les paysans sont à la fois sous le coup de lanxiété et de lespoir : anxiété, parce quils redoutent une invasion dont on parle beaucoup et qui nira pas sans misères ; espoir, parce quils escomptent un changement de régime.

    Là où les troupes sont parties on a dû se précautionner contre les pirates. A Tsoimiao, les habitants, mandarin en tête, sont venus trouver le P. Caysac et lui ont demandé instamment de se charger de réorganiser la milice locale, qui, le cas échéant, puisse tenir tête aux brigands. Une preuve de plus que, en dépit des menées xénophobes, les braves gens ont encore confiance en nous.

    Hanoi

    Le 29 mai, en léglise de Keso, Mgr Chaize, remplaçant Mgr Gendreau un peu fatigué par les fortes chaleurs, faisait sa première ordination, qui nous donna 5 nouveaux prêtres 2 diacres, 2 sous diacres, 8 minorés et 9 tonsurés.

    Le 1er juin, les grands-séminaristes partaient en vacances pour refaire leur santé ébranlée par une année détudes.

    Vers la mi-mai nous avons eu le plaisir de recevoir un nouveau confrère, le P. Vacher. Quil soit le bienvenu parmi nous et quil garde de longues années sa robuste santé ! Il reste à la communauté de Keso, où il étudiera la langue annamite, afin de pouvoir le plus tôt possible se lancer dans le ministère.

    Les examens du certificat détudes élémentaires indigènes ont eu lieu à la préfecture de Thuongtin. Ils ont retenu les candidats durant quatre jours, et par quelle chaleur ! 39 et 40º à lombre ! Cétait... charmant. Heureusement le succès consola de ces misères. Sur 115 élèves présentés par notre Collège de Hoang-nguyen, 102 ont été déclarés reçus définitivement. Cest un beau succès. Presque tous nos petits-séminaristes sont maintenant en possession du diplôme officiel qui leur permettra denseigner dans nos écoles paroissiales.

    Après les examens, la distribution des prix. Elle devait être présidée par nos deux Evêques, mais hélas ! une pluie diluvienne les empêcha de sy rendre. Le P. Décréau, chef de district près du Collège, arriva à temps et ce fut sous sa présidence queut lieu la proclamation du palmarès, précédée par des évolutions rythmées des élèves de sixième, coupée par des chants et couronnée par la représentation dune opérette, La Foire de Séville, à laquelle le P. Buttin avait apporté toute sa patience et tout son sens artistique pour exercer et costumer ses jeunes acteurs. Ce fut fort bien réussi. Nos félicitations au maître et aux élèves.

    Hunghoa

    Le P. de Neuville, nouvellement installé dans la région montagneuse de Nghialo, a fait une tournée chez les populations Mées, jadis visitées par le P. Savina. Ces aborigènes lont accueilli avec sympathie et lui ont même promis de se convertir en grand nombre. Malheureusement ils sont adonnés à lopium et il est à craindre que cette funeste habitude ne mette obstacle à la réalisation de ces belles promesses. A cela sajoute la difficulté de la langue, quil sera indispensable de connaître pour leur évangélisation.

    Cette année, les élèves du Collège de Hathach, suivant en cela lexemple des autres Missions du Tonkin, ont passé lexamen du certificat détudes indigènes : 15 dentre eux ont été reçus.

    Un nouveau prêtre a été ordonné par Mgr Ramond, la veille de la Trinité, ce qui porte à 33 le nombre de nos prêtres annamites. Le même jour, un théologien a reçu les ordres mineurs et cinq la tonsure.

    Le P. Méchet, délégué par Mgr, a béni léglise de Handa, sa paroisse. Comme toutes celles quil a construites déjà dans la Mission, elle est vaste, solide et dun goût artistique très sûr.

    Phatdiem

    Sur le désir de Mgr, les élèves du Grand-Séminaire, de lEcole des Catéchistes, ceux des deux premières classes du Petit-Séminaire et un certain nombre de catéchistes ont subi lexamen du certificat détudes indigène, qui leur permet dêtre professeurs dannamite dans les écoles privées fondées çà et là dans nos districts pour les enfants chrétiens. Un prêtre indigène même sest assis sur les bancs des candidats : il a été reçu et peut maintenant professer à lécole quil a créée dans sa paroisse.

    Quinhon

    Les résultats des examens au certificat élémentaire sont des plus satisfaisants : sur 124 candidats présentés par nos écoles, 101 ont été reçus ; lEcole des Catéchistes a eu 14 admis sur 18 ; le Noviciat des religieuses indigènes, 10 sur 13 ; lEcole Gagelin des Ecoles chrétiennes, 43 sur 51, plus deux au certificat détudes primaires.

    Le P. Sion, tout en demeurant chargé du district de Truongdoc, est nommé Directeur des Catéchistes.

    Les PP. Sanctuaire et Laborier partent à la fin de juin pour la France : ils vont y chercher le rétablissement de leur santé assez compromise.

    Hué

    Le 29 mai, dans la chapelle du Grand-Séminaire de Phu-Xuân, Mgr Allys a ordonné deux diacres et un sous-diacre.

    Le même jour, S. G. se rendait à Tourane au devant de S. E. le Délégué Apostolique, qui, de retour de sa visite dans les Missions du Sud, sest arrêté quelques jours à Hué avant de regagner Hanoi.

    Quelle chaleur ! Certains jours, de 9 h. du matin à 5 h. du soir le thermomètre se tenait à 38º, 39º à lombre et, la nuit, ne descendait guère au dessous de 34º. Et dire que, à Vinh et à Hanoi, on a enregistré des températures de 41º, 42º, 43º ! Nous pouvions donc nous estimer heureux par comparaison avec nos confrères du nord de lAnnam et du Tonkin. Enfin le 31 mai, aimable faveur de la bonne Mère, une pluie abondante est venue nous apporter la fraîcheur après laquelle nous soupirions.

    Phnompenh

    Dans la semaine de Pâques, Mgr Aiuti, Délégué Apostolique de lIndochine, a visité successivement le Petit-Séminaire de Culaogieng et le Grand-Séminaire de Phnompenh. Arrivé à Culaogieng le mardi soir par le bateau de lOuest, Son Excellence reprenait, le vendredi soir le bateau de Phnompenh, où elles abordait le lendemain au matin. Reçue à la cathédrale selon le rite du Pontifical, elle y célébra la sainte Messe en présence dune nombreuse assistance. Le lundi de Quasimodo, de grand matin, une automobile mise gracieusement à sa disposition par M. le Résident supérieur, transportait le Délégué au nouveau port de Réam, où il sembarqua pour le Siam.

    Le P. Constant Duquet, supérieur du Grand-Séminaire de Phnompenh, souffrant du foie, a dû nous quitter temporairement pour aller demander au pays natal la guérison de son mal et un renouveau de forces à dépenser au service de luvre si importante à laquelle il se dévoue avec un zèle infatigable.

    Le poste de Meàt-Krésar, demeuré vacant depuis la mort de notre doyen, le vénéré P. Vauzelle, vient dêtre confié au P. Paul Martin. Le nouveau titulaire garde néanmoins son district du Grand-Fleuve, quil a créé de toutes pièces et qui comprend 8 stations, ce qui porte le nombre de ses chrétientés à une bonne douzaine, échelonnées sur plus de 100 kilomètres. Dieu lui accorde un ministère aussi long et aussi fructueux que celui du P. Vauzelle !

    Bangkok.

    Dans une de nos dernières chroniques, nous laissions entendre que le nouveau Roi du Siam sintéresserait particulièrement aux questions scolaires, mais nous ne pouvions soupçonner à cette époque que Sa Majesté viendrait en personne visiter, presque au début de son règne, létablissement scolaire le plus important de la Mission du Siam : le Collège de lAssomption. Nous inclinerions volontiers à croire que cette démarche royale fut motivée par la visite très courtoise faite à S. M. Prachatipok par S. E. Mgr Aiuti, Délégué Apostolique et Représentant du Pape Pie XI. Quoiquil en soit, elle nen reste pas moins une preuve éclatante de sympathie donnée par la plus haute personnalité de lEtat siamois à une uvre essentiellement catholique et française.

    Ponctuellement, le 7 mai, à 10 heures et demie du matin, LL. MM. le Roi et la Reine, avec leurs suites dAides de Camp et de Dames dHonneur, franchissaient dans leur somptueuse limousine, le portail du Collège de lAssomption et savançaient jusquau préau central transformé en salon dhonneur, où deux trônes sous un baldaquin avaient été préparés.

    Nous ne reproduirons pas ici la suite des discours qui furent prononcés par les élèves, après les souhaits de bienvenue et les remerciements présentés au nom de toute la Mission par Monseigneur Perros, ni la réponse pleine de tact et de simplicité de Sa Majesté Prachatipok. Il nous a semblé que le Roi conviait les jeunes Assomptionistes à suivre des carrières industrielles et commerciales de préférence à des professions libérales et administratives. Lessor économique futur du Siam réclamera des hommes daction ; Sa Majesté compte sur le Collège de lAssomption pour les former moralement et techniquement.

    La réception officielle terminée, les 1700 élèves regagnèrent immédiatement leurs classes respectives, qui toutes furent visitées par Leurs Majestés. Des questions furent posées aux élèves par le Roi, et des cahiers furent feuilletés. La salle des machines à écrire Underwood, dont plus de vingt résonnaient sous les doigts agiles des dactylos, fut particulièrement remarquée. Après avoir accepté quelques rafraîchissements, Leurs Majestés, franchissant à pied la distance qui sépare le Collège du Couvent de lAssomption, firent également une gracieuse apparition chez les Religieuses de S.-Paul de Chartres entourées de leurs élèves.

    La Mission du Siam noubliera pas de longtemps la visite solennelle et charmante de Leurs Majestés et lintérêt si vif quils ont manifesté envers ses uvres. Leurs Majestés ont droit à notre respectueuse reconnaissance et leur présence durant près de deux heures nous reste un précieux encouragement pour continuer avec plus dardeur que jamais luvre de culture religieuse et nationale, luvre aussi de rapprochement franco-siamois que nous ne cessons de désirer pour la plus grande prospérité matérielle et morale du pays que nous évangélisons. Daigne Dieu bénir le Siam et donner longue vie à son Roi et à sa Reine !

    Birmanie Méridionale

    Mgr Perroy, entouré de 19 prêtres et de 3.000 fidèles a béni léglise bâtie par le P. Meyrieux à Kyaiklat sous le vocable de Notre-Dame de Lourdes. La cérémonie fut des plus solennelles. Le soir, il y eut réception des autorités de la ville, et la plupart des Birmans bouddhistes de marque tinrent à honneur dy assister. Cétait vraiment une union sacrée dun nouveau genre : les bancs sur lesquels nous étions assis, les lampes et divers autres objets venaient de la pagode voisine, dont les marguilliers étaient presque tous présents.

    Après les joies, les épreuves. Le P. Ballenghien et le P. Granger ont été gravement malades, mais sont actuellement rétablis. Le P. Maisonabe, dans une nouvelle crise de la black water fever, a été pendant plusieurs jours entre la vie et la mort ; la Providence nous la conservé, mais il a dû reprendre le chemin de la France.

    Mgr Perroy nous a quittés à la fin davril pour faire à Rome sa visite ad limina. Cest la première fois depuis 37 ans que S. G. sort de sa chère Birmanie. Il nous a laissé lespoir de le revoir pour notre prochaine retraite annuelle en novembre.

    Le soir même du départ de Mgr, le P. Saint-Guily, Provicaire, était intronisé administrateur de la Mission : nous lui avons promis dêtre tous des good boys, et labsence de crosse ne se fera pas sentir.

    Avec Mgr se sont embarqués le P. Perroy, du Siam, cousin de S. G., et le P. Meyrieux, qui a grand besoin dun repos complet.

    La chaleur est vraiment torride. On ny tient plus. Et les nuits sont pires que les journées. Condamnés au lit, les pauvres humains se tournent et retournent sur leur natte ; de guerre lasse, ils se lèvent et, un oreiller et une natte sous le bras, sen vont à la recherche dun endroit frais ; ils en essaient plus dun, mais sans succès, et, quand vient le matin, tombant de sommeil, ils bâillent à coups redoublés, comme sils avaient passé la nuit à jouer ou à danser... Depuis de longues années on navait vu pareille prolongation de la saison sèche. Certains Birmans assurent que la fin du monde arrive. Dautres jettent de leau dans les rues et sur les passants pour attirer la pluie ; si encore leur eau était propre !

    Le P. Provost, étouffant dans son coin de Bassein, est venu chercher un peu de fraîcheur à Rangoon. Le pauvre, où est-il tombé ! Il a cependant fait des efforts dimagination pour se persuader que Rangoon était moins chaud que Bassein et, la grâce aidant, il na pas plus fondu ici que dans son poste. Partout maintenant le seul idéal est, comme disent les Anglais, de garder body and soul together !

    Birmanie Septentrionale

    Les premiers grands vents de la mousson sont enfin venus verser un peu de fraîcheur dans la fournaise où depuis deux mois nous rôtissions nuit et jour. Grâce à eux, maîtres et élèves ont repris leurs travaux scolaires et, comme par le passé, nos écoles sont pleines, quelques-unes même se trouvent trop petites. Cest ainsi quà Mandalay les Surs de Saint-Joseph de lApparition ont dû refuser une centaine de demandes dadmission. Elles projettent, pour agrandir leur école anglaise, de transporter à Amarapoura leur orphelinat de filles birmanes. Une fois les permissions obtenues, le P. Lafon, notre grand bâtisseur, soccupera des travaux de construction.

    A la Léproserie, le P. Marcel Collard construit, avec le secours du Gouvernement, un grand bâtiment-école pour la nombreuse marmaille de son asile.

    Lexpédition pour abolir lesclavage dans la vallée de Hukawng a pleinement réussi : 3.487 esclaves ont recouvré leur liberté.

    Pondichéry

    Avant de reprendre le chemin des Indes, Mgr Morel, sur lordre des médecins, fait une cure à Vichy.

    En labsence de notre Archevêque, cest Mgr Despatures, Evêque de Mysore, qui a bien voulu, malgré la chaleur, venir administrer la Confirmation dans les trois paroisses de Pondichéry et dans les églises voisines.

    LInde a un nouveau vice-roi : cest le fils de lord Halifax, lami du regretté Cardinal Mercier. Son Excellence, dit-on, est très religieuse et favorable aux catholiques.

    La récolte de cette année a été bonne, aussi les denrées alimentaires sont de prix très abordables.

    Coimbatore

    Le 26 avril, le P. Critenat sembarquait à Colombo pour aller de nouveau demander la santé à la mère-patrie. Cest le quatrième confrère de Coimbatore en France pour cause de maladie. Puissent-ils revenir bientôt tous en bonne santé, car le travail abonde.

    Notre nouveau confrère, le P. Bassaistéguy, nous est arrivé tout plein de force et de courage. Quelques jours après son arrivée, le P. Tignous linvitait à baptiser 11 catéchumènes badagas à Kaity. Ce fut pour lui un plaisir tout nouveau, qui lui donna un avant-goût de la vie de missionnaire missionnant.

    Le P. Petit a fait dernièrement, comme chaque année, une excursion apostolique dans les régions les plus reculées de son district. Tout en cherchant des âmes à convertir il a fait des découvertes archéologiques intéressantes qui sembleraient prouver lexistence du christianisme dans ces régions en des temps très anciens. Il espère de nombreuses conversions du côté de Talavadi et autres centres païens. Sa nouvelle colonie chrétienne de Gundri continue de prospérer et sest accrue cette année dune centaine de catéchumènes.

    Kumbakônam

    Après six ans de séjour en France, notre confrère le P. Fluchaire vient de rentrer dans lInde, mais non plus à Kumbakonam : cest au service de la Mission de Mysore quil consacre les années que le bon Dieu lui accordera et que nous souhaitons nombreuses. Nos félicitations à nos confrères de Bangalore et nos vux les plus sincères au nouvel arrivant !

    Le P. Chassain, depuis longtemps malade, se voit obligé de rentrer en France.

    Sanatorium Saint-Théodore

    S. Exc. Mgr Edouard Mooney, le nouveau Délégué Apostolique des Indes Orientales, a été lhôte du Sanatorium Saint-Théodore du 12 au 22 mai. Une vingtaine de confrères jouissaient à ce moment du climat reposant des Nilgiris : tous ont grandement apprécié lhonneur que Son Excellence a bien voulu nous faire en passant ainsi quelques jours au milieu de nous et ont été profondément impressionnés par les manières distinguées, la bonté attirante et la charmante simplicité du Représentant du Souverain Pontife.

    Dieu lui accorde de voir, pendant la durée de sa Délégation, lEglise de lInde faire de nouveaux et rapides progrès !

    Nazareth

    Mgr Valtorta nous a fait lhonneur de venir faire à Nazareth la retraite préparatoire à son sacre. Sa Grandeur nous a édifiés et charmés par sa bonté et sa simplicité.

    Le P. Garrel, de la Mission de Suifu, qui est des nôtres depuis deux mois, a célébré le 24 juin le 25e anniversaire dé son ordination sacerdotale. Tous nos confrères de Hongkong se sont réunis à cette occasion pour offrir au jubilaire en union avec ceux de sa Mission, leurs félicitations avec leurs souhaits de voir largent devenir de lor... et même mieux !

    Hongkong

    Comme nous lavions annoncé, la consécration épiscopale du nouveau Vicaire Apostoliques, Mgr Henri Valtorta, a eu lieu le dimanche 13 juin. Le Prélat consécrateur fut S. Exc. Mgr Costantini, Délégué Apostolique de Chine ; les assistants NN. SS. de Macao et de Canton. La cérémonie fut des plus solennelles, et les marques de respectueuse sympathie que recueillit le nouvel évêque au cours de cette journée et les jours suivants sont de bon augure pour la fécondité de son épiscopat. Stet et pascat in fortitudine tua, Domine, in sublimitate nominis tui!

    Le 18 juin séteignait doucement Mère Félicie, des Surs de Saint-Paul de Chartres, depuis 35 ans Supérieure du French Convent de Hongkong et Provinciale des établissements de sa Congrégation dans le Sud de la Chine. Pendant cette longue période elle a gouverné sa maison suaviter et fortiter, elle la portée à un haut degré de prospérité, rendant ainsi grandement service à la Colonie. Dieu lui accorde le repos éternel quelle a si bien mérité par toute une vie de piété, de travail et de dévouement au prochain !

    Sanatorium de Montbeton

    Trois de nos confrères ont participé à la Journée missionnaire organisée à Agen par Mgr du Vauroux le dimanche 2 mai. A toutes les messes le P. Sibers a parlé à Notre-Dame des Jacobins et à la chapelle du Bourg, le P. Poncet au Sacré-Cur, le P. Marty à Saint-Hilaire. M. le Chanoine Olichon, Directeur de luvre de Saint-Pierre et de lUnion missionnaire du Clergé, prêcha à la Cathédrale. Laccueil le plus sympathique et le plus généreux fut fait aux orateurs et à leur parole.

    Séminaire de Paris

    Le P. Chambon a pris au pays natal un court repos dune semaine, bien mérité après les fatigues dun carême prêché à Saint-François-Xavier.

    Le 12 avril, à Sainte-Clotilde, Mgr le Supérieur a donné labsoute aux obsèques du Vicomte Amblard de Noailles, frère du regretté missionnaire de Hakodate.

    Le 16, les aspirants ont pris part à lune des deux journées organisées par lInstitut Grégorien : messe pontificale à Saint-Eustache.

    Du 24 avril au 9 mai a eu lieu à Metz une Exposition Coloniale organisée par lUnion des Médaillés militaires. La Société des M.-E. y a participé. Le P. Depierre, de main de maître, a installé et surveillé notre stand, qui, préparé in angustia temporum, a cependant constitué un succès dans un ensemble qui était lui-même un succès.

    Le noviciat des Frères Coadjuteurs de Dormans vient de recevoir deux sujets de plus de 30 ans, appoint qui compensera de récents déchets.

    Mgr Descamps, retour de Rome, a fait savoir que les allocations de la Propagation de la Foi seraient encore supérieures à celles de 1925 et que la répartition en serait faite désormais chaque année au centre des Sociétés respectives, doù elles seraient distribuées en pleine connaissance de cause aux Missions intéressées. Cela suppose que les Missions renseigneront exactement le Séminaire, ce à quoi il nest pas besoin de les exhorter.

    67 aspirants de Paris et de Bièvres prendront part à lordination de la Trinité : il y aura 18 prêtres.

    Un aspirant de Paris, M. Guenard, est mort le 1er mai au sanatorium de Durtol. La famille a fait transporter le corps à Saint-Etienne-en-Cogles (Ille-et-Vilaine), sa paroisse natale.

    Les 7 et 8 mai, pour la première fois une vente de charité a été organisée par le Comité de la Chapelle de la Reconnaissance de Dormans.

    Mgr le Supérieur a passé la journée de lAscension à Lyon, à la paroisse Saint-Martin-dAinay, où il a parlé pour les missions.

    Mgr Fréri et Mgr Rossillon ont été les hôtes du Séminaire : tous deux se rendent en Amérique.

    Ont été admis comme aspirants : MM. Kérouanton (Quimper) Deyrat (Lyon), Unterwald (Besançon), Dastugue ( Tarbes), Maîtrepierre ( Lyon), Weets ( Paris), Nalais (Chartres), Peter ( Paris).


    1926/439-457
    439-457
    Anonyme
    France et Asie
    1926
    Aucune image