Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 3 : Ningyuanfu

Chronique des Missions et des Etablissements communs. Ningyuanfu
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.

    Ningyuanfu

    Le 3 décembre, fête de S. François-Xavier, Mgr inaugurait son ministère épiscopal par lordination dun sous-diacre et de trois prêtres. Bien avant la cérémonie, la foule sentassait dans les bas-côtés et encombrait la nef et même le parvis. Avec les délégations venues des quatre coins de la Mission, les parents des ordinands et les chrétiens de la ville, sétait introduite une affluence considérable de païens. Mais ce qui donne à cette cérémonie son caractère spécial, ce nest pas le chiffre encore bien modeste des ordinands, mais le fait que voici la première promotion sortie du Séminaire ouvert à Ningyuanfu en 1912. Plaise à Dieu quelle suscite pour cette chère maison de nombreuses et ferventes recrues !

    Venant de Ho-si le 11 décembre, le P. Grosjean eut à passer un mauvais quart-dheure. Quelques lis avant darriver à Ningyuanfu, au sommet du Yao-chan, le Père fut pris dun mal de reins subit, qui lobligea à descendre en rampant jusquau bas de la montagne. Ses hommes ayant pris les devants, il était seul, et la nuit était venue ; les soldats chinois le prirent pour un Lolo et tirèrent sur lui deux coups de feu qui heureusement ne latteignirent pas. Avertie à 8 heures du soir, la Mission envoya à sa rencontre une chaise et une escorte qui le ramenèrent ici vers 11 h.. Remis en quelques jours de son indisposition, le Père a repris, le 16, la route de Tchang-pin-tse.

    Le 13 décembre, deux Religieuses chinoises Franciscaines M. de M. arrivaient à Ningyuanfu. Leur voyage à travers nos montagnes fut excellent ; mais avant dy parvenir, il navait pas été sans incident. Elles étaient parties de I-tchang pour Chungking sur un navire italien ; celui-ci fut attaqué par des bandes armées occupant les deux rives du fleuve, et qui finalement lassaillirent et lobligèrent à redescendre à I-tchang. Elles repartirent, quelques jours plus tard, sur un petit bâtiment chinois qui les transporta heureusement à Chungking, doù elles purent continuer leur route par Suifu et Kiatin.

    Vers le sud, les voyages deviennent de plus en plus difficiles. Les caravanes de Houili à Ningyuanfu nont lieu quune fois par mois sous escorte. Par la dernière, le 18 décembre, cinq de nos séminaristes ont pris la route de Penang pour y terminer leurs études.

    20 décembre.

    Nous avons eu de très belles fêtes de Noël à Ningyuanfu : 300 communions et 31 baptêmes dadultes. Dans tous les districts il y a eu aussi grande affluence de fidèles et de nombreuses communions.
    Le P. Burnichon nous a quittés le 9 janvier pour redescendre à Kiang-tcheou ; il avait hâte daller visiter ses nouveaux chrétiens de Pe-hiang-gai.

    La route du sud est tranquille actuellement, disent les muletiers qui arrivent de Yunnanfu. Nos cinq séminaristes en route pour Penang ont quitté Houili avec une caravane le 5 janvier.

    Nos voisins Lolos continuent leurs exploits sous le nez des soldats chinois, et souvent à leurs dépens. Cest ainsi que dernièrement, à Iatsikeou, les barbares du fameux Ma-mong-chan leur ont soustrait. délicatement 40 fusils... Dautre part, le 1er janvier, une caravane a été pillée au Ta-chan (nord-est de Foulin) : 20 charges ont été enlevées, ainsi que 20 chevaux de selle que notre chef militaire se proposait doffrir à des gros bonnets de lextérieur... La poste a également été pillée.

    16 janvier.
    1928/169-171
    169-171
    Anonyme
    Chine
    1928
    Aucune image