Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique des Missions et des Etablissements communs 3 : Tatsienlu

Chronique des Missions et des Etablissements communs. Tatsienlu
Add this
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.

    Tatsienlu

    S. G. Mgr Valentin est sorti le 15 décembre pour faire la visite canonique et donner la Confirmation dans les districts situés au N. E. de Tatsienlu. Le premier poste, Tampa, est distant de cinq étapes ; le P. Hiong, prêtre thibétain fort avancé en âge, y administre 170 chrétiens. Le second, Mongkong, à 15 lieues plus à lest, est une enclave dans le vicariat de Tchengtou, desservie par le P. Charrier, qui gouverne un troupeau de 140 fidèles baptisés. Ces régions, récemment évangélisées, navaient pas encore eu la visite dun évêque. Nous souhaitons à Mgr de Zeugma de ne pas faire dans ces parages montagneux la rencontre des brigands.

    Les séminaristes, au nombre de quatorze, profitent de ce voyage de Mgr, leur professeur et supérieur, pour prendre quelques vacances dans leurs familles. Lexamen trimestriel eut lieu le 13 décembre. Les sept philosophes ont prouvé par les notes obtenues quils pouvaient aborder la science des sages et donner bon espoir.

    Les débris de lancienne armée des Marches Thibétaines (Rien kuin), augmentés dautres épaves de divers régiments ou de nouvelles recrues, sont partis de Tatsienlu sous le commandement du colonel Tin ; ils ont pris la direction de Litang et Batang. Quelques soldats sont morts de froid en traversant les cols. Ce régiment dépend du commandant en chef des Marches, Sen Han.

    Une nouvelle brigade lui succède, commandée par le général Tchen ; celui-ci est un subordonné de Lieou Tsekien. Larrivée de cette brigade est signalée par des palabres (ien-cho) et des placards qui propagent les idées partout et tant ressassées, chères aux nationalistes révolutionnaires. La population fait, comme par le passé, un accueil laconique à ces élucubrations enfantines. Quelle personne sensée, en effet, peut croire, par exemple, que les troupes chinoises viennent sur les Marches pour sauver la patrie, en arrêtant une attaque éventuelle des... Anglais, venus des Indes par le Thibet ?

    15 décembre.

    S. G. Mgr Valentin arrive aujourdhui même de sa tournée pastorale à Tampa et Mongkong. Mgr le Coadjuteur a administré plus de 50 Confirmations et dans les deux districts une retraite préparatoire a amené un grand concours de chrétiens.

    Le retour a failli être compromis par les hostilités entre deux partis chinois. En effet, les troupes du colonel Tin, qui avaient cédé la place aux soldats nationalistes de Lieou Tsekien, devaient marcher sur Batang et délivrer cette ville assiégée par les Thibétains. Arrivé à Tongolo et Hokeou, ce régiment ne voulut plus remplir sa mission et se dirigea vers les montagnes du Nord, cherchant à séchapper par Tampa. Les troupes nationalistes partirent en hâte garder les issues et jusquà ce jour la bataille na pas été engagée. Ainsi, Mgr le Coadjuteur a pu prendre le chemin du retour sans être inquiété en chemin.

    Que nous réserve lavenir ? Les Thibétains sont fort surexcités par ces allées et venues de soldats chinois qui ne se gênent pas pour vivre à leurs dépens.

    10 janvier.
    1928/168-169
    168-169
    Anonyme
    Chine
    1928
    Aucune image