Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Benoît XV, Pape des Missions

Benoît XV, Pape des Missions A la demande de la rédaction des Missions Catholiques, Mgr de Guébriant a bien voulu résumer luvre apostolique du Pape Benoît XV en un article paru dans le numéro du 3 Mars de cette Revue. Nous nous faisons un devoir de le reproduire, assurés quil intéressera vivement les lecteurs du Bulletin. * * *
Add this
    Benoît XV, Pape des Missions

    A la demande de la rédaction des Missions Catholiques, Mgr de Guébriant a bien voulu résumer luvre apostolique du Pape Benoît XV en un article paru dans le numéro du 3 Mars de cette Revue. Nous nous faisons un devoir de le reproduire, assurés quil intéressera vivement les lecteurs du Bulletin.

    *
    * *

    Combien fut sage et digne dun grand Pape la conduite de Benoît XV aux heures les plus anxieuses de sou Pontificat tragique, combien paternel son effort pour hâter la fin de lhorrible guerre et est en atténuer les souffrances, combien injustes les critiques dont son action fut lobjet, combien méritée la confiance respectueuse qui, dannée est année, lui venait de toutes les nations du monde, combien digne dadmiration la sérénité courageuse de sa mort prématurée, combien glorieuse pour lEglise la conclusion de son règne, dautres lont dit et le diront encore. Aux Missions Catholiques incombe le devoir de rappeler quelle reconnaissance est due à Benoît XV pour lintérêt quil a porté aux Missions, pour limpulsion et les encouragements quil leur a donnés, pour lorientation missionnaire quil a imprimée à lEglise entière et qui ne sera plus déviée.

    Le Pontificat de Benoît XV a été une suite ininterrompue de directions données aux missionnaires et à leur chefs, dencouragements prodigués à leurs bienfaiteurs, dappels à la prière pour la conversion des dissidents et des infidèles, denquêtes apostoliques poursuivies de lAfrique à la Chine, du Caucase à la Sibérie, de Délégations, de Vicariats et de Préfectures fondés, defforts pour organiser le clergé du monde entier est une croisade immense, lUnion missionnaire du Clergé, est vue de développer les Missions jusquaux confins de la terre.

    Lidée directrice du Pontife est tout entière dans lEncyclique Maximum illud de 1919. La Lettre apostolique souvre par un cri de douleur quarrache au Vicaire de Jésus-Christ le scandale de ce milliard dinfidèles qui, dix-neuf siècles après la Pentecôte, ignorent encore lIncarnation du Fils de Dieu. Elle se console par le spectacle merveilleux de larmée missionnaire qui travaille sur tous les points du globe à étendre le règne de Dieu et a, pour soutenir ses entreprises, le concours généreux et infatigable des catholiques de toutes races et de toutes langues. Mais elle sétonne quun effort si grandiose, si désintéressé, souvent si héroïque et arrosé du sang des martyrs, nait pas été jusquici plus fécond pour le salut des âmes et lépanouissement du catholicisme. Elle est cherche anxieusement la cause et, sûre de lavoir trouvée, elle la signale avec une netteté dexpression qui ne laisse place à aucun doute. Ce quil faut édifier sur les terres lointaines où travaillent les ouvriers apostoliques, cest lEglise indigène, avec sa hiérarchie complète, depuis le clerc jusquà lévêque y compris, shabituant peu à peu à vivre de sa vie propre, à se recruter, à se développer, à se perpétuer par elle-même, comme y sont parvenues, soit tôt, soit tard, toutes les Eglises particulières dont lensemble forme aujourdhui lEglise universelle.

    Rien de plus net, rien de plus péremptoire. La semence jetée par le grand Pape lèvera dautant plus sûrement quun silence plus respectueux a accueilli la parole apostolique, marquant la profondeur des méditations où chacun sest recueilli pour répondre, selon les possibilités des pays et des circonstances, à son appel vibrant.

    Mais lauteur de lEncyclique était si loin de concevoir laboutissement désiré comme une simple substitution de lindigène à létranger, comportant lélimination prochaine de ce dernier, quil na rien négligé de ce qui dépendait de lui pour augmenter le nombre des missionnaires de toute nationalité. Aussi les Instituts missionnaires se sont-ils multipliés sous sa bénédiction : les Missions-Étrangères de Maryknoll aux Etats-Unis, Maynooth-Mission est Irlande, les Missions-Étrangères de Burgos en Espagne, le China Mission College dOntario, les Missions-Étrangères de Suisse à Immensee au diocèse de Coire, le Collège de Saint-Alexis Falconieri à Rome même, le Séminaire du Sacré-Cur de Jésus à Ducenta dans lItalie
    méridionale, les fondations similaires déjà décidées ou commencées à Montréal au Canada, à Lublin est Pologne, et sans doute ailleurs encore, sont nées et ont grandi au souffle qui inspira le dernier Pape et par lui se communiqua à tout le monde catholique.

    Pour attirer aux missionnaires et à leurs uvres les concours les plus variés, on a vu Benoît XV féliciter lArchevêque de Philadelphie de ses initiatives est faveur de la Propagation de la Foi, rappeler au Cardinal Andrieu lobligation de la quête annuelle de lEpiphanie pour le rachat des esclaves nègres est Afrique ; adresser par une lettre à Mgr Dieu des louanges à luvre Apostolique, qui fournit aux Missions le mobilier sacré ; louer, à loccasion de son premier jubilé, le Séminaire Pontifical de Kandy pour le clergé des Indes, encourager (Janvier 1919) les deux Conseils de la Propagation de la Foi de Lyon et de Paris, combler déloges et de bénédictions la Pieuse Union Mariale est faveur des Missions, préconiser et bénir lUnion missionnaire du Clergé, fonder pour léducation et linstitution du clergé indigène des Missions luvre Pontificale de Saint-Pierre

    Autant et plus peut-être que la conversion des infidèles, la réunion des chrétiens dissidents autour de la Chaire de Pierre a préoccupé lâme apostolique de Benoît XV. Un immense espoir a fait tressaillir son cur, quand, à la fin de la guerre, une ère de liberté religieuse a paru souvrir pour les pays slaves, pour la Russie surtout, depuis si longtemps fermée par une politique impitoyable à toute influence catholique. Dès 1917, il constitua pour les Eglises dOrient une Congrégation spéciale, cardinalice comme la Propagande, pro Ecclesia Orientali. Puis, par ses Visiteurs, et malgré la difficulté de temps prodigieusement troublés, il chercha à ne perdre aucune occasion de faire sentir sa sollicitude aux brebis échappées du bercail. Quelle joie pour lui de relever des évêchés depuis tant dannées abandonnés, comme Minsk, Riga, Kamenetz-Podolski !... Quel empressement à profiter des occasions pour tirer des geôles bolchevistes des prisonniers comme larchevêque de Mohilev, pour témoigner par de royales aumônes sa paternelle compassion aux affamés de Russie !... Et ce nouvel auxiliaire quil venait de donner à lArchevêque de Paris pour les étrangers, à quelle préoccupation correspondait-il, sinon à celle du contact à prendre partout où possible avec les brebis dispersées ?

    Dans une telle atmosphère dactivité, la hiérarchie ne pouvait que se développer merveilleusement. Nous avons vu, de 1915 à 1921, le nombre des évêchés résidentiels passer de 30 à 38 au Canada, de 35 à 36 aux Indes Orientales ; celui des Vicariats et des Préfectures apostoliques saccroître de 16 en Chine, dun en Corée, de 6 en Afrique, de 8 en Amérique, de 3 en Océanie ; celui des Missions diverses monter de 12 à 15. Quelle magnifique preuve de la Vitalité de lEglise donnée en réponse aux négations modernes !

    On lisait à la Chapelle Sixtine, sur un des côtés du catafalque de Benoît XV, cette noble inscription :

    Catholic fidei propagand
    Peropportuna prscripsit,
    Optimi cujusque studium
    Ad Evangelii prcones
    Prece, stipe, opera adjuvandos
    Excitavif.

    A cet éloge funèbre souscrivent tous les missionnaires du monde. Le deuil de lEglise universelle a été surtout celui de lEglise des Missions. Elle sait, et cest sa consolation, que lesprit missionnaire du Pape défunt revit dans son successeur et que le DUC IN ALTUM apostolique, gage des pêches miraculeuses, restera le mot dordre sur la barque de Pierre.

    J.-B. DE GUÉBRIANT,
    Archev. de Marcianopolis,
    Sup des Miss.-Etrang.

    1922/255-259
    255-259
    Guébriant
    France
    1922
    Aucune image