Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Autel privilégié

Autel privilégié Tous les prêtres de la Société des Missions-Étrangères jouissent de la faveur de lautel privilégié personnel et quotidien : elle leur a été accordée par le Pape Pie VI le 19 mars 1775, et publiée par un décret de la S. C. de la Propagande du 28 mars de la même année.
Add this
    Autel privilégié
    ____

    Tous les prêtres de la Société des Missions-Étrangères jouissent de la faveur de lautel privilégié personnel et quotidien : elle leur a été accordée par le Pape Pie VI le 19 mars 1775, et publiée par un décret de la S. C. de la Propagande du 28 mars de la même année.

    Sanctitas Sua, in audientia diei 19 martii currentis, perlibenter annuit modernorum Directorum Seminarii Parisiensis Missionum ad Exteras Gentes precibus, concedens omnibus et singulis Sacerdotibus ad ejusdem Seminarii corpus quomodolibet pertinentibus, tum præsentibus, tum futuris, in perpetuum, Indultum altaris privilegiati quotidiani personalis, sive in Missionibus, sive quocumque alio in loco existant. (Coll. Naz. n. 1082).

    Les aspirants-prêtres jouissent de la même faveur, à partir de leur ordination ou de leur entrée au Séminaire, suivant les termes de la réponse donnée par la S. C. de la Propagande, le 7 juin 1845, à une demande du Supérieur du Séminaire :

    Petis utrum Indultum altaris privilegiati quotidianum, die 19 martii anni 1775 a sa. me. Pio PP. VI alumnis Parisiensis istius Seminarii datum, eos quoque respiciat, qui tempore probationis ibidem commorantur.

    Affirmative respondendum esse facile percipies ex ipsa verborum Indulti lectione, cum omnes penitus, flemme excepto, complectatur, qui quomodolibet ad Seminarium ipsum pertineant. (Coll. Naz. n. 1090).

    Conditions à remplir. I. Il faut que la messe soit dite pour lâme même à laquelle on veut appliquer lIndulgence.

    La S. C. des Indulgences, par décret du 25 août 1897, a déclaré : 1o Lindulgence de lautel privilégié ne peut pas être séparée de lapplication ou du fruit du S. Sacrifice de la messe, quand la messe doit être dite pour des défunts. 2o Elle ne peut pas davantage être séparée, quand le S. Sacrifice est offert pour des vivants. (Coll. Naz. n. 2171).

    Lors donc quon célèbre pour des vivants, il ne peut être question de gagner pour les défunts lindulgence de lautel privilégié. Et une réponse de la S. C. des Indulgences du 23 janvier 1901 déclare que cette indulgence ne peut être gagnée pour lâme dun défunt, si la messe nest pas dite exclusivement pour des défunts :

    Utrum indulgentia altaris privilegiati possit lucrifieri pro anima unius defuncti, si respectiva missa offertur non tantum pro defunctis, sed simul etiam pro vivis ? » Resp. Negative. (Coll. Naz. . 2252).

    II. Lindulgence ne peut être appliquée quà une seule âme à la fois, lors même quon dirait la messe pour plusieurs ou quon loffrirait pour tous les défunts. (S. Pnitentiaria 6 juillet 1917. Acta A. S. 1917-440 ).

    Il est donc très utile, quand on offre le S. Sacrifice pour plusieurs défunts, de désigner, autant quil est possible, lâme qui bénéficiera de lindulgence. Cependant, cette désignation dune âme en particulier nest pas absolument nécessaire ; en bien des cas, elle est même impossible au prêtre.

    Rite à observer. On peut, depuis le décret du S. Office du 20 février 1913, gagner lindulgence par toute messe permise par les briques du jour où lon célèbre.

    Il nest donc plus nécessaire de dire la messe de Requiem, ou la messe de la férie ou de la vigile avec oraison propre pour les défunts ; il demeure cependant louable de dire la messe ou du moins loraison de Requiem cum licet et decet, pietatis gratiâ erga defunctum. (Acta A. S. 1913 p. 122). Cf. Béringer. Les Indulgences. 15o éd. (1925). I. n. 987 et suiv.
    1927/366-367
    366-367
    Anonyme
    France
    1927
    Aucune image