Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

A propos des considérations sur lenseignement de la Théologie 3

A propos des considérations sur lenseignement de la Théologie en pays de Mission. Jai lu avec le plus grand intérêt les Considérations sur lEnseignement de la Théologie en pays de Mission.
Add this

    A propos des considérations sur lenseignement de la
    Théologie en pays de Mission.


    Jai lu avec le plus grand intérêt les Considérations sur lEnseignement de la Théologie en pays de Mission.

    a) Je suis tout à fait davis que les Manuels dEurope ne sont pas appropriés à nos Missions et que lun de leurs défauts est dexposer la Morale séparément du Dogme. Jajoute à cela que nos Manuels de Morale empiètent beaucoup sur le Droit Canon et la Liturgie, quils sont trop casuistes et pas assez doctrinaires. Ce quil faudrait, ce serait un Manuel de Théologie (Dogme et Morale) purement théologique.

    b) Je trouve exagérée la remarque sur la dissection de la doctrine ecclésiastique. Les cours, tels quils sont prescrits par le Droit Canon, sont très raisonnables et, dans notre Séminaire, nous y satisfaisons, bien que nous ne soyons que quatre professeurs : le Supérieur a la Philosophie et lEloquence sacrée ; un autre a le Dogme ; le troisième a la Morale, la Liturgie et le Chant ; le quatrième, lEcriture-Sainte, le Droit Canon, la Théologie Pastorale et lHistoire ecclésiastique.

    c) Au sujet du Manuel projeté, je ne suis pas partisan de cette sorte dEncyclopédie sacrée. Il faut, que ce qui est de la révélation et, par conséquent, inchangeable, soit bien distinct de ce qui est dorigine humaine et changeable. Donc il faut un Manuel bien fait de Théologie, mais purement théologique. Ensuite il faut le Droit Canon et la Liturgie. Un Manuel de Théologie pastorale serait très utile. Quant à lAscétique et Mystique, on y satisfait par les lectures spirituelles, soit lues, soit parlées : que le directeur qui en est chargé fasse de temps en temps les remarques voulues pour montrer la connexion entre le sujet de ces lectures et les principes du dogme et de la morale.

    Quant au Manuel de Théologie, je suis davis quil ne donne pas de références et que largument de la Tradition ou des Pères soit réduit à un court historique de la formation de la thèse telle quelle est admise maintenant.

    Pas de controverses et surtout pas de temps perdu à des questions solubles : un aperçu dune demi-page suffit.

    Voilà quelques-unes de mes idées : le temps me fait défaut pour les expliquer plus longuement ; mais je suivrai avec intérêt tout ce quon voudra nous dire sur le perfectionnement de nos séminaires : cest la grande question dans nos Missions.

    UN PROFESSEUR
    de Grand-Séminaire.

    *
    * *

    A Monsieur le Directeur
    du Bulletin des Missions-Étrangères.

    Monsieur le Directeur

    Quand nous sera-t-il donné de voir enfin, au moins en miniature, ce Manuel-merveille des sciences ecclésiastiques, qui sera le bienvenu, soyez-en sûr, non seulement en pays de mission, mais partout ailleurs où le grand nombre des élèves travaillent à la sueur de leur front.

    Jusquà présent le promoteur du dit Manuel ne nous a dit à peu près que ce quil nest pas :

    1º Il na pas le défaut de séparer le Dogme et la Morale ;
    2º Il na pas le défaut de disséquer la doctrine ecclésiastique en de multiples espèces : dogmatique, morale, ascétique, mystique, pastorale, canonique, apologétique, scripturaire, de controverse, historique ; et encore, fondamentale et spéciale, etc.

    Autres singularités :

    a) Pas de références ;
    b) Pas de preuves par les SS. Pères ;
    c) Pas de controverses.

    Tout cela est du négatif.

    Il faudrait nous dire maintenant et lon aurait peut-être mieux fait de commencer par là, une définition ne devant jamais être négative, ce quil doit être, ce Manuel, comment il prend corps et se tient debout sur ses bases ; car on ne voit pas du tout comment se le figurer.

    Lauteur nous dit bien (côté positif) que ce sera un Manuel abrégé, contenant in extenso et quoad substantiam, dans un ordre pratique (quest-ce, objectivement, quun ordre pratique ?) plutôt que logique, toutes les questions de Théologie dogmatique, morale, ascétique, pastorale, canonique, etc. naturellement sans les disséquer !

    Tout cela est beaucoup trop vague et, pour ma part, javoue humblement que, malgré toute ma bonne volonté et, in quantum possum, un prodigieux effort dimagination, je ne me représente absolument pas la manière de reconstituer en un seul corps homogène et normal les innombrables matériaux de lencyclopédie ecclésiastique du moins de façon à ce que le dit Manuel soit facile pour lenseignement du professeur, pour létude de lélève, qui doit le graver dans son esprit, et enfin pour la consultation en cas de besoin : toutes choses qui supposent un classement logique des matières.

    Telle est la question qui prime tout. Le reste du projet est affaire de détails secondaires et amplius, dont le tour de discussion ne viendra quaprès. Avant tout il importe de se rendre compte des grands linéaments, des membres et jointures du corps du Manuel en question.

    Nous invitons donc lauteur du projet à vouloir bien satteler à cette besogne si capitale : Vaticinare, fili hominis, et dices ossibus istis : Ossa arida... et reliqua ! Et faites en un corps vivant et vivifiant !

    Jai entendu des confrères traiter le Manuel projeté de chimère, de rudis indigestaque moles. Je ne vais pas jusque là, mais je voudrais voir : exspectans exspectavi.

    Comme ce philosophe devant lequel on niait la possibilité du mouvement et qui, pour toute réponse, se mit à marcher, eh bien ! Cher Confrère promoteur du Manuel dont certains nient la possibilité, eh bien ! Marchez !

    Alors tous vos contradicteurs seront forcés de sincliner, car ab esse ad posse valet illatio : on ne saurait traiter dimpossible ce qui est réalisé.

    Dici là il ny a rien en lespèce à discuter utilement : ce serait se battre dans le vide, tanquam aerem verberantes. Attendons patiemment le corps concret du Manuel, du moins en gros traits positifs ; alors on en fera lanatomie, la physiologie, afin de se rendre compte de la manière dans il est composé, comment il vit et fonctionne. Après cela seulement on en viendra à lexamen des points subsidiaires qui font lobjet du projet, en ayant soin, dans la discussion, de rester toujours dans la question, jusquà ce quelle soit solutionnée.

    Voilà, Monsieur le Directeur, en quelques mots ma pensée concernant les Considérations sur lenseignement de la Théologie en pays de Mission.

    A. SCHLICKLIN,
    Provicaire du Tonkin Occidental,.
    Supérieur du Grand-Séminaire.


    1922/419-422
    419-422
    Anonyme
    France
    1922
    Aucune image