Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Union des Malades Missionnaires

UNION DES MALADES MISSIONNAIRES Souffrir, aimer Jésus, sauver des âmes, pour qu'Il soit aimé. I. ORIGINE « L'Union des Malades Missionnaires, écrit Myriam de G., est née en 1928 et compte, maintenant, près de 2.000 membres. Des prêtres et des religieux en font partie, ainsi que plusieurs groupes de lépreux de Nouvelle-Calédonie.
Add this

    UNION DES MALADES MISSIONNAIRES

    Souffrir, aimer Jésus, sauver des âmes, pour qu'Il soit aimé.

    I. ORIGINE « L'Union des Malades Missionnaires, écrit Myriam de G., est née en 1928 et compte, maintenant, près de 2.000 membres. Des prêtres et des religieux en font partie, ainsi que plusieurs groupes de lépreux de Nouvelle-Calédonie.
    « Baptisée par S. E. Mgr de Guébriant, Supérieur général de la Société des Missions Etrangères de Paris et Président de l'U.M.M., elle est dirigée par le R. P. Nassoy et protégée par la Reine des Martyrs, saint Joseph, saint François-Xavier, sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, patronne des Missions, et le bienheureux Théophane Vénard.
    « Le coeur du « Pape des Missions », S. S. le Pape Pie XI, a tressailli de joie en apprenant que dans le sillon missionnaire tracé par lui, les malades, à leur tour sont entrés, et sa bénédiction est descendue sur nous ».

    II. BUT. Le rôle des Malades Missionnaires est d'être « Missionnaire avec les Missionnaires » telle est la devise de l'U.M.M. : Orienter vers les Missions toute sa vie de malade, élever à Dieu ses prières pour la sanctification des missionnaires, offrir ses souffrances pour la multiplication des vocations apostoliques, donner sa vie pour la conversion des âmes païennes.
    Un malade peut beaucoup, peut immensément pour les Missions : « Je remercie Dieu, écrit le Cardinal Mercier, de m'avoir fait comprendre que le plus grand des apostolats est celui de la souffrance ». En effet, « Dieu choisit dans le monde ce qui n'est rien, affirme saint Paul, pour réduire à néant ce qui est ».
    Les Missions seront donc un but qui fixera la vie du malade, qui donnera un sens spécial à sa souffrance, qui épanouira son âme resserrée dans un corps crucifié, qui élargira l'horizon parfois sombre de la souffrance quotidienne.
    II voudra ainsi servir toutes les Missions. Mais tel malade ou tel groupe de malades peut adopter spirituellement et plus particulièrement une mission, un missionnaire, un séminaire, un séminariste indigène, etc., pourvu que la triple fin de l'U.M.M. soit respectée et voulue : 1° sanctification des missionnaires ; 2° multiplication des vocations missionnaires ; 3° conversion des païens.

    III. MOYENS D'UNION. 1° Une circulaire trimestrielle parvient régulièrement et gracieusement aux membres de l'U.M.M.
    2° La Pentecôte est la fête de l'U.M.M. En 1932, en effet, S. S. Pie XI demanda aux malades du monde entier d'offrir, le jour de la Pentecôte, leurs prières et leurs souffrances en faveur des Missions. C'est donc en communion avec tous les malades de tous les pays, que les membres de l'U.M.M. vivront une Journée Missionnaire des Malades.
    3° Quand un des malades s'en va recueillir au ciel le fruit de sa vie de « missionnaire », on est prié d'en avertir la Direction, afin qu'elle notifie le décès dans la prochaine circulaire et que des prières et des messes soient dites pour l'âme du défunt.

    IV. CENTRE : SEMINAIRE DES MISSIONS-ETRANGERES, 128, rue du Bac, Paris VIIe. Ce Séminaire des Martyrs mérite bien d'être le centre de l'U.M.M. N'a-t-il pas vu, en effet, depuis près de trois siècles, des milliers de jeunes gens s'y préparer à travailler in sudore aut sanguine pour le Christ en pays de mission ? Plus de 120 d'entre eux, parmi lesquels on compte 16 Bienheureux, ont eu l'honneur et reçu la grâce de verser leur sang en témoignage.
    « Les souvenirs des frères aînés tombés au champ d'honneur de l'apostolat sont conservés religieusement dans la fameuse Salle des Martyrs (Chanoine Trochu) ». « Cette salle où tout parle de mort, écrit Georges Goyau, est vraiment un foyer de vie spirituelle où les coeurs viennent s'embraser..., et je ne sais s'il existe sur terre des dépôts de reliques qui tiennent un langage d'une pareille éloquence ».
    A ce Séminaire qui compte tant de Martyrs du Sang méritent d'être agrégés tous ces Martyrs de la Charité que veulent être les membres de l'U.M.M.

    V. ADHESIONS. 1° Tout malade ou infirme qui se sent attiré vers l'apostolat missionnaire peut demander son admission à l'U.M.M.
    2° Tout est gracieux de la part des malades comme de la part de la Direction. Celle-ci, toutefois, recevra volontiers tous les dons qui lui seront adressés spontanément. (Mentionner explicitement le motif de l'envoi.)

    VI. INSCRIPTION. Pour tous renseignements et demandes d'admission, prière de s'adresser :
    1° Pour la zone non occupée : au R. P. NASSOY, à Notre Dame de la Motte, par Muret (Haute-Garonne).
    2° Pour la zone occupée : au R. P. DEDEBAN, 128, rue du Bac, Paris
    1942/93-94
    93-94
    France
    1942
    Aucune image