Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Un trait de fanatisme musulman dans le Sud de l'Inde

Un trait de fanatisme musulman dans le Sud de l'Inde
Add this

    Un trait de fanatisme musulman dans le Sud de l'Inde



    A Mysore, capitale de l'Etat du même nom et résidence habituelle du Maharajah, le P. Feuga construit et achèvera bientôt un sanctuaire magnifique à la gloire de sainte Philomène, la jeune Martyre dont le culte est déjà très populaire dans le sud de l'Inde. Or, le 10 janvier dernier, une foule de Musulmans fanatiques assaillit la mission et tenta de détruire la nouvelle église. Pourquoi ? Parce que le bruit avait été répandu et propagé que deux enfants musulmans avaient été attirés dans l'église dans l'intention de les égorger et de les offrir en sacrifice pour l'heureux achèvement de la construction.

    Excités par cette rumeur absurde, le soir de ce 10 janvier, un millier de Musulmans envahirent l'enclos de la Mission et, à coups de pierres, brisèrent les vitres et les fenêtres ; les oratoires de sainte Philomène et de saint Antoine, les grandes verrières de l'église furent criblés de projectiles ; bientôt l'atelier de menuiserie ne fut plus qu'un amas de cendres, et, dans l'intention d'incendier le sanctuaire, ils s'attaquèrent à une des portes, dont les panneaux sculptés furent à demi consumés par les flammes.

    La police essaya vainement de contenir et de calmer cette foule en délire ; les pompiers, qui luttaient contre l'incendie, furent malmenés ; les autorités de la ville ne réussirent pas à rétablir la tranquillité, le Préfet de Police fut même grièvement blessé; des soldats furent amenés, qui, jugeant la situation sérieuse, ouvrirent le feu sur les assaillants: trois morts et plusieurs blessés restèrent sur le terrain et 46 arrestations furent opérées. La foule alors se retira.

    On compte à Mysore environ 20.000 Musulmans, avec lesquels la Mission avait entretenu jusque là des relations correctes ; aussi ne peut on les rendre tous responsables des actes de vandalisme de cette triste nuit du 10 janvier : tous évidemment ne partagent pas l'ignorance et le fanatisme de ce millier de leurs coreligionnaires trompés par une abominable calomnie.

    La paix est revenue. L'église de sainte Philomène sera bientôt guérie de ses blessures et, s'il plaît à Dieu, le 24 juin 1938 aura lieu la consécration solennelle de temple, qui sera le plus beau des édifices catholiques de l'Inde méridionale.




    1937/128-130
    128-130
    Inde
    1937
    Aucune image