Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Un monastère cistercien en Annam

Un monastère cistercien en Annam Notre Dame de la Sainte Famille Les Annales ont donné (N° 222, mars avril 1935) un bref aperçu historique du Monastère de Notre Dame d'Annam, établi à Phuocson, dans la Mission de Hué, et ont annoncé son affiliation prochaine à l'Ordre de Cîteaux. Cette affiliation a eu lieu au mois de mars dernier en un triduum de cérémonies solennelles et, en devenant agrégé au grand Ordre cistercien, le monastère a changé son nom de N.-D. d'Annam en celui de N.-D. de la Sainte Famille.
Add this
    Un monastère cistercien en Annam

    Notre Dame de la Sainte Famille

    Les Annales ont donné (N° 222, mars avril 1935) un bref aperçu historique du Monastère de Notre Dame d'Annam, établi à Phuocson, dans la Mission de Hué, et ont annoncé son affiliation prochaine à l'Ordre de Cîteaux.
    Cette affiliation a eu lieu au mois de mars dernier en un triduum de cérémonies solennelles et, en devenant agrégé au grand Ordre cistercien, le monastère a changé son nom de N.-D. d'Annam en celui de N.-D. de la Sainte Famille.
    Le 19 mars, au cours de la messe pontificale célébrée par Mgr Chabanon, Vicaire Apostolique de Hué, représentant le Révérendissime Père Abbé Général des Cisterciens, le R. P. Bernard Mendiboure (1), Prieur du Monastère, prononça ses voeux solennels. Le lendemain, dans la salle du chapitre. 33 religieux prononcèrent leurs voeux devant le R. P. Prieur et5 novices prirent l'habit monastique. Enfin, le 21, en la fête de saint Benoît, le P. Prieur célébra la messe solennelle, durant laquelle 19 religieux firent leur profession perpétuelle.

    (1) Martin Mendiboure, né en 1874 à Ayherre, diocèse de Bayonne ; ordonné prêtre au Séminaire des M.-E. en 1897, parti la même année pour la mission de Hué ; moine à N.-D. d'Annam en 1920 ; prieur en 1932.

    Ces fêtes eurent leur épilogue le 22 : ce jour-là Mgr Chabanon, conféra les saints Ordres à 4 religieux : un prêtre, un sous-diacre et deux acolytes.
    Les visiteurs affluèrent nombreux au monastère pendant ces quatre jours : une trentaine de prêtres et plus d'un millier de fidèles, parmi lesquels Son Exc. M. Nguyen huu Bai, ancien Premier Ministre.
    Malgré la foule bruyante, la communauté ne se relâcha en rien de son recueillement et de son silence habituels. Sauf pour les cérémonies le règlement ne varia pas d'un iota, et, le jour de l'ordination étant un vendredi, le menu du dîner fut celui de tous les vendredis de carême : un bol de riz rouge et une petite ration de sel blanc.
    A l'extérieur même, aucune de ces démonstrations de joie tapageuse si chères aux Annamites : point de pétards, point de lanternes multicolores.
    L'union est donc réalisée entre les Cisterciens de la commune observance et les religieux de Phuocson, mais le monastère, conservant ses constitutions et ses coutumes, ressemble à tous égards à une Trappe ; la vie religieuse y est aussi austère, et même davantage sur certains points. Relevant directement de l'Abbé Général de l'Ordre, la liturgie sera désormais celle de Cîteaux, mais rien ne sera changé ni dans l'horaire journalier, ni dans la nourriture ; l'habit religieux reste aussi le même, sauf que le grand chapelet est supprimé et que la ceinture, au lieu d'être en cuir, est en étoffe noire.
    Au moment de l'affiliation, le couvent de Phuocson comptait 34 religieux de choeur (dont 11 prêtres) et 71 frères convers, tous annamites, sauf un Français (le R. P. Prieur) et un Hollandais : soit en tout 105 moines. Sur ce nombre, 23 avaient fait les vux perpétuels, 36 les voeux temporaires, et 46 étaient novices ou postulants. On comptait de plus 18 juvénistes.
    Du fait de l'affiliation à Cîteaux la vie monastique prenant une forme nouvelle quelque peu différente de celle qu'avaient voulu embrasser les moines en entrant dans la communauté, permission fut donnée à tous, même aux profès perpétuels, de se retirer, s'ils le désiraient, soit pour aller ailleurs, soit pour rentrer dans le monde. Six religieux seulement ont profité de l'autorisation, dont quatre sont entrés dans le monastère fondé récemment à Bangoi, près de Nhatrang, par les Cisterciens de Lérins, dont la règle est moins austère.
    Le monastère de la Sainte Famille se dispose à essaimer et à établir sa première « filiale » au Tonkin, dans la Mission de Thanh-hoa.

    J.-B. Roux,
    Missionnaire de Hué.

    1935/202-203
    202-203
    Vietnam
    1935
    Aucune image