Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Un martyr Chinois honoré à Notre Dame de Paris

Un martyr Chinois honoré à Notre Dame de Paris Le jeudi, 19 juin, dans la basilique de Notre Dame de Paris s'est déroulé une fête dont le héros était le bienheureux Paul Tchen Tchang Pin, martyrisé en Chine le 29 juillet 1861. En présence de Son Eminence le Cardinal Amette les reliques de cet athlète de la foi étaient solennellement placées sur un autel latéral de la basilique.
Add this
    Un martyr Chinois honoré à Notre Dame de Paris

    Le jeudi, 19 juin, dans la basilique de Notre Dame de Paris s'est déroulé une fête dont le héros était le bienheureux Paul Tchen Tchang Pin, martyrisé en Chine le 29 juillet 1861. En présence de Son Eminence le Cardinal Amette les reliques de cet athlète de la foi étaient solennellement placées sur un autel latéral de la basilique.
    En 1866, sous l'épiscopat de Mgr Darboy, une des chapelles latérales, de l'église métropolitaine fut attribuée à la Sainte Enfance. Or, à peine cinq ans auparavant, dans le Vicariat Apostolique du Kouy-tcheou, administré par la Société des Missions Etrangères, tombait sous le glaive du bourreau le bienheureux Paul Tchen, jeune séminariste élevé par les soins de cette OEuvre. Son évêque, Mgr Faurie, entrevoyant dès ce moment les honneurs que l'Eglise rendrait sans doute un jour au généreux confesseur de la foi, prit l'heureuse initiative d'offrir à l'OEuvre de la Sainte Enfance les reliques du martyr. C'était une excellente façon de montrer la profonde reconnaissance de notre Société des Missions Etrangères envers ces bienfaiteurs à laquelle nous devons une bonne partie du bien que nous pouvons faire dans ces pays idolâtres.
    C'est en 1908 que Sa Sainteté Pie X béatifia le séminariste du Kouy-tcheou. A partir de ce jour, l'OEuvre de la Sainte Enfance décida d'honorer dignement son premier martyr canoniquement élevé sur les autels. Elle ne pouvait mieux faire que d'exposer ses restes mortels à la vénération des pays chrétiens où fleurit la Sainte Enfance, dans cette immense et majestueuse église métropolitaine de Paris. De la sorte, en France même, dans le pays qui fut le berceau de cette OEuvre bénie de Dieu, les généreux associés posséderont le corps du martyr qui sera un centre de pèlerinage où ils viendront retremper leur zèle pour le salut des âmes.
    Nous étions sincèrement émus en voyant les honneurs que l'Eglise rendait à ce petit séminariste chinois. Déjà dans sa vie mortelle il ne trouva d'affection que dans le sein du catholicisme. Chassé par ses propres parents il errait dans la misère la plus noire quand la Sainte Enfance l'adopta, lui trouva des pères dans la personne des missionnaires de la Société des Missions Etrangères. Régénéré dans les eaux du Baptême il devint notre glorieux frère dans le Christ, chrétien généreux qui ne craignit pas de sceller de son sang l'amour qu'il avait juré à Jésus.
    En présence de Son Eminence le Cardinal Amette, un Vicaire Apostolique de Chine, de la province du Tche-kiang, Mgr Reynaud, de la Congrégation de Saint-Lazare a retracé du haut de la chaire les grands traits de la vie du Bienheureux Paul Tchen... Il a fait un tableau fort touchant de tous les bienfaits qu'opère l'OEuvre admirable de la Sainte Enfance par la main des membres de toutes les communautés qui travaillent en pays infidèles. Au nom de tous les missionnaires catholiques il a dit la reconnaissance que nous devons tous à ces généreux bienfaiteurs dont les privations et les aumônes peuplent chaque année le ciel de plusieurs centaines de mille âmes. Dans une belle comparaison qu'il a faite entre les armées modernes et l'éternelle armée du Christ, il a montré l'importance de cette armée de l'arrière constituée par les oeuvres de la Propagation de la Foi et la Sainte Enfance qui, par leurs prières et leurs généreuses aumônes, sont les vrais pourvoyeurs du front où travaillent et luttent vaillamment les missionnaires.
    A la suite de cette belle allocution la châsse du bienheureux a été solennellement placée dans sa chapelle au chant du Te Deum. Elle était portée par quatre jeunes prêtres qui quitteront la rue du Bac le 27 juin, pour aller sur ce front d'Extrême-Orient poursuivre la lutte commencée par les Apôtres et qui ne se terminera que le jour de la résurrection universelle.
    La cérémonie a été terminée par la bénédiction du Saint-Sacrement donnée par un de nos Vicaires Apostoliques, Mgr Cuaz, de la Mission du Laos.
    Bienheureux Paul Tchen, vous qui aujourd'hui êtes puissant auprès de Dieu, obtenez à tous ceux qui travaillent à faire prospérer l'OEuvre de Sainte Enfance les grâces voulues pour que croisse encore chaque année le nombre des âmes conquises à l'amour du Christ. Obtenez que vos compatriotes plongés encore dans le paganisme connaissent Jésus comme vous l'avez connu, qu'ils l'aiment et le servent comme voue vous l'avez servi.
    1920/440
    440
    Chine
    1920
    Aucune image