Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Triduum solennel en l'honneur du Bx P.-P. Maubant

Triduum solennel en l'honneur du Bx P.-P. Maubant 16, 17 et 18 juillet 1926 Dans la paroisse de Champ-du-Boult. Nos Annales ont donné il y a quelques mois le récit des fêtes célébrées à Rome et à Paris en l'honneur des missionnaires français et des catholiques coréens martyrisés de 1838 à 1846, et béatifiés en 1925.
Add this
    Triduum solennel
    en l'honneur du Bx P.-P. Maubant

    16, 17 et 18 juillet 1926
    Dans la paroisse de Champ-du-Boult.

    Nos Annales ont donné il y a quelques mois le récit des fêtes célébrées à Rome et à Paris en l'honneur des missionnaires français et des catholiques coréens martyrisés de 1838 à 1846, et béatifiés en 1925.
    L'un d'eux, le Bx Pierre Philibert Maubant, avait été, en 1830 et 1831, vicaires à Champ-du-Boult (diocèse de Bayeux, Calvados). Le très zélé curé de cette paroisse, M. Fleuret, a voulu honorer par un triduum spécial le prêtre qui avait dépensé dans cette paroisse les prémices de son ardeur apostolique. Il l'a fait avec un goût parfait et un succès complet.
    Sous son impulsion, pendant des semaines, ses paroissiennes, et les religieuses de Brou dirigées par leur aumônier M. Bastard, ont multiplié les préparatifs de cette fête de la piété et du souvenir : guirlandes de roses, de mousse, de buis, de houx, ont été ouvrées à profusion; de nombreux arcs de triomphe dressés par les hommes décoraient les rues de la modeste cité, pendant que les façades des maisons, le frontispice de l'église, le portail du presbytère, le monument aux morts de la grande guerre, s'embellissaient de gerbes de fleurs et de verdure relevées de drapeaux aux couleurs de France, de Normandie, du Souverain Pontife, du Japon, le pays aujourd'hui maître de la Corée.
    Des écussons dessinés avec art ornaient l'extérieur de l'église, commémorant les villages et les villes habités par le Bienheureux, les dates des principaux faits de sa vie, celles de sa mort et du Décret de sa Béatification, portant les noms du supérieur actuel des Missions Etrangères, Mgr de Guébriant, de l'évêque de Séoul, Mgr Mutel, de l'évêque de Bayeux, Mgr Lemonnier, du Pape Pie XI.
    A l'intérieur, des mousses légères, des lierres aux fines dentelures, des volubilis, des renoncules, des marguerites blanches et roses, enveloppaient les arceaux, les chapiteaux, les corniches, embaumaient le temple de leurs parfums.
    Trois inscriptions aux textes évocateurs étaient une leçon d'histoire : la première portait avec une croix latine le chiffre 1658, date de la fondation des Missions Etrangères par Mgr Pallu, né à Tours, et par Mgr Lambert de la Motte, né à Lisieux.
    Sur les deux autres, se lisait : 1839, 10.000; 1925, 100.000, indiquant que la mission de Corée comptait 10.000 catholiques en 1839 et 100.000 en 1925.
    Au-dessus de l'autel rayonnait dans une gloire le portrait du Bx Pierrè-Philibert Maubant.
    Deux cartouches en l'honneur de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de saint Jean Eudes associaient ces illustres enfants du diocèse de Bayeux aux hommages rendus au martyr.
    Les chants, les solennités liturgiques, les discours, donnèrent un resplendissant éclat à cette parure de triomphe, moins touchante cependant que la couronne formée par des nombreux prêtres : vicaires généraux, chanoines, doyens, curés, vicaires, venus assister à cette fête.
    Les Missions Etrangères étaient représentées par le P. Gérard, un des membres du Conseil central de la Société, et procureur des missions de Séoul et de Taikou (Corée).
    Autorités municipales en tête, la foule des fidèles émue, ardente et recueillie, débordait l'enceinte de l'église et refluait sur l'esplanade. Et cette exclamation d'un paysan du Bocage normand rendait bien l'impression générale : « En vérité notre ancien petit vicaire est mieux reçu chez nous que ne le fut jamais un évêque ».
    A la messe très solennelle que célébra le R. P. Exupère, abbé de Mondaye1, Mgr Lemonnier et M. le curé de Champ-du-Boult expliquèrent le caractère de cette belle et sainte manifestation.

    1. Abbaye de Prémontrés.

    Aux vêpres, le P. L. Lecolley, de l'ordre de Prémontré, supérieur des chapelains de Notre Dame de Longpont, en un langage éloquent et profondément sacerdotal, évoqua le souvenir de l'ancien vicaire de Champ-du-Boult, et le fit revivre dans la lumière de ses vertus : piété, discrétion, humilité, courage héroïque; il rappela son départ du Havre le 27 mars 1832, ses travaux dans la lointaine et difficile mission de Corée, l'appel de Mgr Imbert l'invitant à se présenter aux bourreaux et l'obéissance immédiate de l'apôtre, son calme et sa vaillance sous le glaive. Il termina par ces paroles d'une émotion communicative :
    « Dieu vous a fait, mes Frères, l'incomparable honneur de prendre un prêtre de chez vous, l'un de vos vicaires, pour en faire un apôtre, un martyr, un saint. Honneur pour honneur! Suivez les leçons et les enseignements du Bienheureux Martyr, votre nouveau et saint protecteur. Gardez intact le dépôt de cette foi chrétienne qu'il vous a prêchée ici, pour laquelle il est mort là-bas. Soyez forts de sa force...
    « Et vous, ô noble et puissant apôtre, souvenez-vous de cette paroisse qui fut la vôtre, de cette région que vous avez évangélisée, de ce peuple tout entier pour lequel vous avez prié, travaillé, souffert. Christianisez-nous tous, sanctifiez-nous tous, sauvez-nous tous... »
    La fête se clôtura par une procession à la Croix Mariette admirablement illuminée, et qui, dans la pénombre de ce beau jour finissant, resplendissait radieuse comme le symbole du bonheur immortel.

    CANTIQUE

    EN L'HONNEUR DU Bx. P.-P. MAUBANT

    (Extrait du Programme souvenir)

    AIR : Marchons aux combats, à la gloire).

    I II

    Glorieux enfant du Bocage, Songeant aux âmes sans lumière
    O Bienheureux Pierre Maubant, Qui vivent aux pays païens,
    Obtiens-nous ta foi, ton courage, Tu veux devenir missionnaire,
    Ton zèle intrépide et vaillant. Pour semer les bienfaits chrétiens.

    III VI
    Courageusement tu t'élances Préparant la gloire éternelle,
    Loin de nous, par delà les mers, Que l'épreuve est un heureux sort :
    Cherchant les babeurs, les souffrances, En s'immolant, la vie est belle, Et bravant des périls divers! Et plus radieuse la mort !

    IV VII

    Ah ! Qu’il est beau le ministère Il luit enfin le jour de fête
    De répandre la vérité : Où tu vas répandre ton sang :
    Si la croix lui est nécessaire, Pour l'outrage ton âme est prête,
    Il fleurit dans l'humilité! Souffre et meurs ; la gloire t'attend!

    V VIII

    Gloire dans ton labeur immense, Nous semons tous pour l'autre vie :
    Les dénuements, les privations, Travail, prière, exemple, effort.
    Car ta douleur est la semence Demande pour nous l'énergie
    Dont le Ciel fera ses moissons! D'un amour plus fort que la mort !1

    1926/165-168
    165-168
    France
    1926
    Aucune image