Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Tombés au champ d'honneur 2

Tombés au champ d'honneur Les nouvelles continuent de nous arriver du front, glorieuses et tristes. M. MAGNE Depuis quelque temps déjà nous avions appris la mort de M. Magne, M. S. Bernat, un de nos séminaristes, sergent, au ..e régiment, nous la confirme en ces termes : « M. Magne a été tué le 14 mars, en allant avec sa compagnie à l'attaque d'un fortin allemand de la cote .... un peu à gauche de .... en ..... »
Add this
    Tombés au champ d'honneur

    Les nouvelles continuent de nous arriver du front, glorieuses et tristes.

    M. MAGNE

    Depuis quelque temps déjà nous avions appris la mort de M. Magne, M. S. Bernat, un de nos séminaristes, sergent, au ..e régiment, nous la confirme en ces termes :
    « M. Magne a été tué le 14 mars, en allant avec sa compagnie à l'attaque d'un fortin allemand de la cote .... un peu à gauche de .... en ..... »
    M. MAGNE, Paul Jean-Baptiste, était né le 16 octobre 1893 à Saint-Geniez d'Olt (Aveyron) ; il était entré minoré au Séminaire des Missions Etrangères, le 5 septembre 1913.

    M. BOULO

    M. Souhait, missionnaire de Malacca, nous écrit à la date du 23 avril :
    « Je reviens de La Ch ... où j'ai enterré notre cher P. Boulo. Sa mort a été instantanée ; il est tombé frappé d'une balle, qui, passant par l'oeil droit, est sortie derrière l'oreille gauche. Les Boches venaient de faire sauter une sape et s'apprêtaient à avancer. Le P. Boulo surveillait lui-même les mouvements de l'ennemi. C'était un brave soldat, et depuis sa nomination au grade de sergent, il était toujours en éveil dans la tranchée, sans souci du danger, et plein de sang-froid. Il donnait du courage à tous ses hommes. Demain le P. François ira dire la sainte messe pour lui ».
    M. BOULO, Jean Marie-Joseph, était né le 1er janvier 1889 à Férel (Morbihan) ; il entra laïque au Séminaire des Missions Etrangères le 31 juillet 1908 ; ordonné prêtre le 7 mars 1914, il partit le 15 avril suivant pour la mission de Séoul (Corée).

    Blessés.

    Nous comptons quatre nouveaux blessés.
    C'est le sang de France qui paie la rançon de la patrie.
    Vindica, Domine, sanguinem... qui effusus est.

    1915/48
    48
    France
    1915
    Aucune image