Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Sur le Front

Sur le Front LETTRE DE M. CAVAIGNAC. Missionnaire à Nagasaki. Me voilà incorporé au ..e zouave, depuis le Samedi Saint, comme infirmier en surnombre, avec le titre officieux d'aumônier de bataillon.
Add this
    Sur le Front

    LETTRE DE M. CAVAIGNAC.

    Missionnaire à Nagasaki.

    Me voilà incorporé au ..e zouave, depuis le Samedi Saint, comme infirmier en surnombre, avec le titre officieux d'aumônier de bataillon.
    La première journée s'étant trouvée être la fête de Pâques, célébrée à 12 kilomètres à l'arrière des lignes, au repos par conséquent, fut très belle. Près de 800 zouaves assistaient à la grand'messe. Le matin, j'avais célébré la messe à laquelle des centaines de ces braves communièrent. Ce premier contact fut doux pour moi. J'en conserverai toute ma vie un précieux souvenir, surtout après avoir passé plus de 18 mois de guerre, menant une vie presque inutile au point de vue spirituel.
    Le soir de Pâques, mon bataillon devait monter aux tranchées, La nuit fut pénible, nous marchions dans la boue jusqu'aux genoux ; le lendemain fut aussi dur. Enfin, le mardi, le poste de secours, où je suis comme infirmier, fonctionna très bien. Aujourd'hui mercredi, je suis allé visiter le secteur occupé par mon bataillon. Vraiment, il faut voir, pour le comprendre, l'héroïsme de nos poilus. Les premières lignes de notre secteur ondulent à une distance de 8 à 200 mètres des premières lignes boches. C'est impressionnant : rafales de mitraille, grenades, coups de fusil, etc., et se dire qu'ils sont là tout près, ces Boches, avides de carnage et de piraterie.
    Enfin, la tournée s'est faite sans encombre à travers ce dédale de tranchées. Et après quatre heures de marche, de causerie, etc., je suis revenu au poste de secours qui se trouve à 500 mètres en arrière des lignes. Je me trouve heureux d'être où je suis, pensant que je pourrai y faire du bien.

    1916/139
    139
    Japon
    1916
    Aucune image