Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Son Excellence Monseigneur Larregain

Son Excellence Monseigneur LARREGAIN Vicaire Apostolique de Yunnanfou (Chine Méridionale) Parmi les 12 évêques missionnaires sacrés par le Saint Père en St Pierre de Rome le jour de la fête du Christ Roi, se trouve un des nôtres, S. Exc. Mgr Jean Larregain.
Add this
    Son Excellence

    Monseigneur LARREGAIN

    Vicaire Apostolique de Yunnanfou
    (Chine Méridionale)

    Parmi les 12 évêques missionnaires sacrés par le Saint Père en St Pierre de Rome le jour de la fête du Christ Roi, se trouve un des nôtres, S. Exc. Mgr Jean Larregain.
    Né le 6 janvier 1888 à St-Pée-sur-Nivelle (Basses-Pyrénées), Mgr Larregain, après avoir fait ses études secondaires dans les petits séminaires de Hasparren et de Ustaritz et une année de philosophie au grand séminaire de Bayonne, entra tonsuré le 17 octobre 1907 au Séminaire des Missions Etrangères de Paris.
    Ordonné prêtre le 8 mars 1913, il recevait le même jour sa des tiation pour le Kouytchéou (Chine), et deux mois plus tard, le 14 mai, il gagnait sa Mission.
    Placé d'abord au séminaire pour y apprendre la langue chinoise, il vit les débuts de son ministère retardés inopinément par la guerre de 1914-1918. En 1919, il fut rendu à la vie apostolique, et un district de la partie Sud Ouest du Kouytchéou devint sa part d'héritage. Cette région, peuplée d'autochtones de race non chinoise dénommés communément Dioï et apparentés aux Thaï du Laos et du Tonkin, est, de tous les territoires évangélisés par la Société des Missions Etrangères, un des plus fiévreux : le P. Larregain soignait ses accès de fièvre avec les pauvres moyens dont il disposait, puis, aussitôt remis sur pied, il reprenait son ministère avec le même entrain qu'auparavant, repartant vers de nouvelles conquêtes apostoliques ; c'est ainsi que, de ses résidences, Tsehen d'abord, puis Tayen, il entretenait la vie chrétienne et annonçait la bonne nouvelle du salut aux païens de près de 100 villages disséminés sur la rive gauche de la partie supérieure du Sikiang.
    Cet apostolat durait depuis 10 ans quand il fut rappelé à Paris comme représentant des Missions de la Chine du Sud au Conseil Central des Missions Etrangères, charge qu'il cumula bientôt avec celle d'économe. Son mandat devant expirer cette année, il se préparait à redevenir bientôt missionnaire du Vicariat apostolique de Lanlong ; ce fut une décision du Saint Père qui vint effectivement rendre à la Chine le R. P. Larregain.
    Le 13 juin 1939, il était nommé Evêque d'Arycanda et Vicaire apostolique de Yunnanfou et, le 29 octobre, son sacre avait lieu à Rome en même temps que celui de 11 évêques de différentes races et nations appartenant à toutes les parties du monde. Le geste apostolique du Pape et les fêtes qui se sont déroulées à l'occasion de ce sacre unique dans les annales de l'Eglise ont été commentés avec détails par la presse ; inutile donc d'y revenir ici.
    Nous ajouterons seulement un mot sur le champ d'apostolat confié à Mgr Larregain. Le Vicariat apostolique de Yunnanfou est situé exactement au Nord du Tonkin ; il comprend près de la moitié de la province du Yunnan, le reste étant actuellement évangélisé par les Pères de Bétharram (Mission de Taly) et par le clergé chinois (Mission de Chaotong). Ses habitants, au nombre d'environ 8.000.000, sont pour la plupart des autochtones de races Lolo, Miao, Thaï et même Thibétaine ; on y trouve aussi, en quantité non négligeable, des Annamites, des Cantonnais et, depuis la guerre sino-japonaise, de nombreux réfugiés venant du Nord de la Chine : tout cela fait un amalgame d'idiomes, de mentalités et de races peu favorable à la diffusion de la religion, aussi les catholiques sont ils encore relativement peu nombreux, 12.000 environ.
    Il est donc nécessaire d'aider spécialement les missionnaires du Yunnan en s'intéressant beaucoup à eux : les prières et les petits sacrifices offerts à Notre Seigneur, en particulier par les enfants peuvent être d'un grand secours pour les conversions futures. Nul doute que Mgr Larregain bénisse toutes les bonnes volontés ; mieux encore, chaque jour au saint autel, il demandera au divin Sauveur de les bénir.

    1939/245-248
    245-248
    Chine
    1939
    Aucune image