Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Séoul Le P. Poisnel

Séoul Le P. Poisnel, Provicaire de la Mission. Le 26 décembre dernier est mort à Séoul (Corée) le provicaire de Mgr Mutel, le P. Poisnel, missionnaire depuis 1881. Ses funérailles eurent lieu le 29 décembre, elles furent solennelles. Dans l'assistance on remarquait, M. Gallois, consul de France, toute la colonie française, l'évêque anglican Trollope, et plus de 15.000 catholiques coréens ou japonais.
Add this
    Séoul

    Le P. Poisnel,
    Provicaire de la Mission.

    Le 26 décembre dernier est mort à Séoul (Corée) le provicaire de Mgr Mutel, le P. Poisnel, missionnaire depuis 1881. Ses funérailles eurent lieu le 29 décembre, elles furent solennelles. Dans l'assistance on remarquait, M. Gallois, consul de France, toute la colonie française, l'évêque anglican Trollope, et plus de 15.000 catholiques coréens ou japonais.
    Le corps fut conduit à Ryong-san, et les prières liturgiques récitées, M. le Consul de France salua une dernière fois le missionnaire plein d'intelligence, de vaillance et d'activité qu'avait été le P. Poisnel.
    Nous faisons un devoir de reproduire ses paroles :
    « Après l'austère grandeur de cette cérémonie funèbre, je tiens à apporter le dernier adieu de la patrie à celui que nous vénérons tous pour ses hautes vertus de chrétien et de Français.
    « Missionnaire français, tels sont les beaux titres de gloire qui dépeignent en effet tout ce que fut le P. Poisnel, car, parti de France en 1881, s'il a pu parfois souhaiter revoir sa patrie, missionnaire jusqu'à l'héroïsme, il a préféré demeurer toujours dans cette Corée pour laquelle il avait été désigné. Son entrée dans l'Empire Ermite, ses premières difficultés, connues de tous, appartiennent maintenant à l'histoire ; et je laisse à d'autres, mieux placés, le soin de faire la relation de la fructueuse carrière de ce pionnier de l'action chrétienne et française au pays du Matin Calme.
    « A l'évangélisation de la Corée, il a, en effet, consacré toute sa remarquable intelligence et son inlassable activité sans jamais cesser un instant de reporter sa pensée vers la France. Dans les premiers temps de son apostolat, les marins français venus en Corée ont reçu de lui l'accueil et l'assistance qu'on n'oublie jamais. Récemment encore nous en avons eu la preuve quand le commandant du vaisseau amiral, dont les historiques événements de Quelpaért ont consacré le souvenir, a tenu à témoigner sa vieille amitié au P. Poisnel. Et toujours pendant sa vie entière il a marqué son attachement à cette France qu'il aimait et servait de mille manières, dont la moindre n'était pas l'exemple d'un courage qui dura près d'un demi-siècle sans défaillir.
    « Et ce sont les services éminents de ces ouvriers de la première heure que la France a récemment sanctionnés par la croix des braves, épinglée sur la poitrine du vaillant compagnon d'armes du P. Poisnel, Mgr Mutel, son chef et son ami.
    « Et nous voilà privés de cette activité bienfaisante! Mais si la grande figure du P. Poisnel disparaît pour toujours, les témoins de son activité demeurent. « Il n'a point fondé sur le sable! » Littéralement, vous le savez tous, les bâtiments français qui se groupent autour de notre cathédrale disent son oeuvre presque impérissable. Plus impérissables encore, seront son oeuvre morale et religieuse et le souvenir de sa valeur personnelle dans le coeur des milliers de ses disciples. Qui d'entre eux n'a pas bénéficié de sa bonté inépuisable ou de ses conseils d'une sagesse si avertie ? Le nombre de ceux qui ont tenu à assister à son service funèbre et de ceux qui se pressent autour de cette tombe, témoigne hautement de la vénération filiale que le cher défunt a su inspirer toute sa vie, et du sentiment de douleur profonde qu'il nous laisse en partant. Père Poisnel, nous n'en doutons pas, Celui que vous avez aimé par-dessus tout, et si bien servi, vous a déjà récompensé; mais, par votre vie, par votre oeuvre, par votre influence personnelle, vous avez aussi bien mérité de la patrie. Et c'est en son nom, comme au nom de tous ses enfants qui, vous ayant connu, vous aimèrent, que je viens vous dire le merci suprême et l'adieu ».

    1926/53-54
    53-54
    Corée du Sud
    1926
    Aucune image