Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Séminaires de Paris et de Bièvres

Séminaires de Paris et de Bièvres
Add this
    Séminaires de Paris et de Bièvres

    Après les fêtes de Noël et de l'Epiphanie s'ouvrait, pour les aspirants, la période de préparation des examens semestriels, période durant laquelle il faut, comme disent élégamment quelques jeunes, « mettre un coup » ; période pleine de soucis pour les paresseux (s'il y en avait au séminaire) et pour les timides (il s'en trouve) ; période de labeur confiant pour les travailleurs (ils sont légion !) Et pour les « sûrs d'eux-mêmes » (inconnus par ici). Cette période, d'ailleurs, se continue durant les intervalles des séances successives d'examens, échelonnées du 27 janvier au 9 février. Enfin tout passe ici-bas, même les « épreuves scolaires» et, le 9 février un soupir de soulagement s'échappait de toutes les poitrines, avec d'autant plus de conviction qu'à une période de tension cérébrale intensive allait succéder une période de « détente », autrement dit, dix jours de vacances clôturées par la fête de nos Martyrs béatifiés en 1909 : les Bienheureux Cuenot, Vénard, Néron et Néel, avec leurs 29 compagnons chinois et annamites.
    Le lendemain de cette solennité, le séminaire reprenait sa vie coutumière, accentuée par l'austérité de la Sainte Quarantaine.
    A l'issue des examens les deux partants d'avril (pusillus grex !) Ont reçu leur destination : M. Coyos, de Bayonne, pour Seoul (Corée), M. Fournel, du Puy, pour Mandalay (Birmanie Septentrionale). Après un mois de vacances dans leurs familles pour les derniers adieux, ils étaient de retour au séminaire le 13 mars ; ils font actuellement leurs préparatifs de départ, devant quitter Paris le 16 avril et s'embarquer à Marseille le 20.

    1934/93
    93
    France
    1934
    Aucune image