Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Séminaire des missions étrangères 1

Séminaire des missions étrangères Pose de la première pierre de l'église du Séminaire des Missions Etrangères le 24 avril 1683 Il y a quelques années, nos Annales ont publié la relation de la pose de la première pierre de l'église du Séminaire des Missions Etrangères 1.
Add this

    Séminaire des missions étrangères

    Pose de la première pierre de l'église du Séminaire des Missions Etrangères le 24 avril 1683

    Il y a quelques années, nos Annales ont publié la relation de la pose de la première pierre de l'église du Séminaire des Missions Etrangères 1.

    Une note sur ce fait intéressant, écrite de la main de M. Tremblay, directeur au 17e et au 18e siècle du séminaire de Québec et ensuite du Séminaire des Missions Etrangères à Paris, nous a été envoyée par l'archiviste de l'Université Laval, M. l'abbé A.-E. Gosselin, qui a bien voulu y joindre le fac-similé de la médaille frappée à cette occasion. Nos lecteurs seront certainement heureux de connaître ce double document.

    Note d'un des directeurs du Séminaire des Missions Etrangères au XVIIe siècle

    Le Séminaire des missionnaires des pais étrangers fut établi à Paris dans la rue du Bac, au faubourg Saint-germain, l'an 1663 ; les supérieurs et directeurs ont toujours fait l'office et célébré les messes dans une grande salle, qui leur a servi de chapelle jusqu'en l'an 1683 qu'ils commencèrent à bâtir une église à costé de leur première cour, où la première pierre fut posée avec une assez grande cérémonie, dont voici en peu de mots les principales circonstances.

    Le supérieur de ce Séminaire, nommé M. de Brisacier, avec les autres principaux avaient eu dessein de faire mettre la première pierre à cette nouvelle église, au nom de M. le duc de Bourgogne, et avaient même prié M. l'archevêque de Paris 2 de demander cette grâce au roi, mais Sa Majesté lui ayant répondu que M. le due de Bourgogne 3 était encore trop jeune pour cette action, et que si on s'était adressé à elle-même elle leur aurait accordé volontiers ce qu'ils lui demandaient, M. l'archevêque répondit que ç'avait été par pur respect qu'ils n'avaient osé s'élever jusque-là. « Dites leur donc, ajouta le Roy, que je vous ordonne de la mettre en mon nom ».

    1.-Ann. M.-E. janv.fev. 1904, no 37, p. 66.

    2.. François de Harlay de Champ vallon, archevêque de Rouen en 1651, transféré à Paris en 1671, mort en 1695.

    3. Louis de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, né en 1682, élève de Fénelon, mort en 1712.

    Après des ordres si précis donnés par le Roy même, M. l'Archevêque ne manqua point de se rendre à ce Séminaire pour les exécuter ; ce fut le samedy 24 avril 1683, où étant arrivé et ayant pris son rochet, son camail et une étole par-dessus, il passa de la salle dans la chapelle ancienne, accompagné des évesques cl'Acq4, de Gap5 et de. Laon6 et d'un clergé fort nombreux, et sous cette pierre, on y mit une médaille d'argent portant d'un côté le portrait du Roy avec cette inscription à l'entour : LUDOVICUS MAGNUS REX, et sur le revers était écrit:7

    D. O. M.

    LUDOVICUS MAGNUS

    VICTOR, PACIFICUS, PATER PATRLE

    PER FRANCISCUM DE HARLAY

    PARISIENSEM ARCHIEPISCOPUM

    DUCEM PAREMQUE FRANCLE

    PRIMUM LAPIDEM POSUIT

    IN SEMINARIO MISSIONUM AD EXTEROS

    ANNO SALUTIS MDCLXXXIII

    INNOCENTIO XI SUMMO PONTIFICE 8.




    1923/8-10
    8-10
    France
    1923
    Aucune image