Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Reconnaissance des reliques de nos martyrs

Reconnaissance des reliques de nos martyrs Après avoir raconté les fêtes qui ont été célébrées en l'honneur de nos Martyrs nous allons donner brièvement quelques notes sur la reconnaissance de leurs Reliques, qui, précédemment, le 3 et le 10 février, avait eu lieu conformément aux prescriptions du droit ecclésiastique. On a commencé par la reconnaissance des reliques du Vénérable, aujourd'hui Bienheureux Théophane Vénard.
Add this
    Reconnaissance des reliques de nos martyrs

    Après avoir raconté les fêtes qui ont été célébrées en l'honneur de nos Martyrs nous allons donner brièvement quelques notes sur la reconnaissance de leurs Reliques, qui, précédemment, le 3 et le 10 février, avait eu lieu conformément aux prescriptions du droit ecclésiastique.
    On a commencé par la reconnaissance des reliques du Vénérable, aujourd'hui Bienheureux Théophane Vénard.
    Le mercredi 3 février, à 9 heures du matin, se réunissent au Séminaire des Missions Etrangères, dans la salle du Conseil. M. Thomas, vicaire général de Monseigneur l'Archevêque de Paris, M. Adam promoteur fiscal, et M. Fichot, secrétaire notaire ; ils revêtent leur habit de choeur. Le Supérieur du Séminaire, M. Fleury, qui est en même temps vice-postulateur de la Cause, deux directeurs du Séminaire MM. Mollard et Gros jean, témoins instrumentaires, sont revêtus du surplis. Le Veni Sancte est récité. M. Fleury demande le recoin naissance des reliques des V. V. Théophane Vénard et Paul Tchen. L'ordonnance de la Sacrée Congrégation des Rites est lue, les serments d'usage sont prononcés. MM. Chirou et Lesserteur, directeurs du Séminaire, sont appelés à prêter serment et à faire leurs dépositions. Le Frère Boittiaux et M. Clément Bernard entrent et prêtent serment comme aides. On se rend alors à l'église pour reconnaître les tombes. Les deux médecins arrivent : les Docteurs Potherat et Tisné, chacun avec un de leurs fils.

    On promulgue l'excommunication contre ceux qui toucheraient aux reliques pour ajouter ou en retrancher quelque chose. Les médecins prêtent serment et on retire du caveau la caisse contenant les ossements précieux du Vénérable Théophane Vénard. Elle est bien conservée. Avec la permission de M. le Vicaire général, on admet la présence de MM. Delpech, Chirou, Lesserteur, Séguin, Bernat Garnier et Compagnon, directeurs du Séminaire, de M. Eusèbe Vénard, du curé de Saint Loup sur Thouet 1, de Mgr Deminuid 2, puis celle de deux aspirants, sacristains, MM. Delahaye et Gratin. La caisse ouverte et les ossements placés sur la table, on se rend compte que le corps est à peu près en entier et le squelette bien conservé ; aucun ossement n'est en poussière. On retrouve 3 vertèbres portant des traces du sabre, l'une d'entre elles est même brisée. Le martyr a reçu 5 coups de sabre. La reconnaissance finie, on fait 3 parts des reliques : on scelle les 3 boîtes, et la procession se forme pour porter ces reliques dans une des armoires de la salle des Bienheureux où elles resteront jusqu'au 2 mai prochain. On récite les vêpres des Martyrs, et le corps est accompagné par les assistants portant un cierge allumé.
    La seconde réunion a lieu le 10 février ; elle commence à 8 heures du matin. Sont présents : MM. Thomas Adam, Fichot de l'Archevêché, les Docteurs Tisné et Potherat et leurs deux fils, MM. Fleury, Mollard, Grosjean, Compagnon et Séguin, supérieur et directeurs du Séminaire des Missions Etrangères.
    Le procès-verbal de la séance de mercredi dernier pour la reconnaissance des restes du vénérable Théophane Vénard est lu, adopté et signé. Puis on se rend à la salle des Bienheureux pour y reprendre le corps du Vénérable Théophane Vénard et le reporter à la chapelle. On retire de la caisse les ossements du martyr et on les met dans la châsse préparée pour lui ; cette chasse est scellée et décrite.
    On va ensuite au tombeau du Vénérable Paul Tchen. La caisse, retirée et apportée sur la table, est alors ouverte. Le corps est en entier et bien conservé, il y manque une vertèbre gardée au Kouy-tcheou. En plus, il y a dans la caisse une dent de la Vénérable Marthe Ouang, et 2 petits ossements des Vénérables Tchang et Lo.
    Malheureusement le papier chinois, qui enveloppait tous ces ossements, est tombé en poussière, et les ossements sont mélangés, on ne retrouve que les cachets en cire posés sur les petits paquets. Le corps du Vénérable Paul Tchen est parfaitement conservé comme squelette, et l'analyse est assez vite faite par le docteur Potherat. On retrouve la vertèbre coupée par le sabre, ainsi que les deux éclats d'os enlevés, Ces deux éclats sont de suite rattachés à la vertèbre à l'aide d'un fil de soie rouge. Les dents détachées de la mâchoire sont remises dans leur alvéole, elles sont au complet, il reste donc une dent de Marthe Ouang. Cette relique est de suite identifiée. Quant aux deux petits ossements indiqués par Mgr Fau-rie comme appartenant aux Vénérables Tchang et Lo, ils ne peuvent être identifiés que in confuso. Le tout terminé, on partage les reliques pour Rome et pour le Séminaire, et le corps est placé dans
    la caisse en bois de camphre qui avait contenu le corps du Vénérable Théophane Vénard ; puis la procession s'organise, M. Mollard porte le corps du Vénérable Théophane, M Séguin celui du Vénérable Paul Tchen et M. Grosjean les autres reliques. A 11 h. 10 on refermait la salle des Bienheureux et la reconnaissance des Reliques était complètement achevée.

    1. Commune natale du Bienheureux Théophane Vénard.
    2. Directeur général de l'oeuvre de la Sainte Enfance.

    1909/217-218
    217-218
    France
    1909
    Aucune image