Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Proverbes Laotiens

Proverbes Laotiens PAR Mgr CUAZ Vicaire apostolique du Laos. N'aller qu'avec ses yeux et ne revenir qu'avec sa personne. (Revenir gros Jean comme devant). Le pied de l'éléphant écrase la tête de l'oiseau. (La raison du plus fort est toujours la meilleure). L'anguille demande du sang au crabe. (Demander à plus pauvre que soi). Les éléphants croisent leurs défenses et les boeufs leurs cornes. (Chacun se défend à sa manière). Le chemin est au bout de la langue. (Qui langue a, à Rome va).
Add this
    Proverbes Laotiens

    PAR Mgr CUAZ

    Vicaire apostolique du Laos.

    N'aller qu'avec ses yeux et ne revenir qu'avec sa personne. (Revenir gros Jean comme devant).
    Le pied de l'éléphant écrase la tête de l'oiseau. (La raison du plus fort est toujours la meilleure).
    L'anguille demande du sang au crabe. (Demander à plus pauvre que soi).
    Les éléphants croisent leurs défenses et les boeufs leurs cornes. (Chacun se défend à sa manière).
    Le chemin est au bout de la langue. (Qui langue a, à Rome va).
    Le coeur en désire mais la bouche dit qu'on n'en prend pas. (Ils sont trop verts, dit-il).
    Quand la forêt brûle alors on voit le nez des rats. (La faim fait sortir le loup du bois).
    L'oiseau qui est en cage chante pour demander à en sortir et celui qui est dehors pour y entrer. (L'on n'est jamais content où l'on est).
    Ce qui revient au Roi payez-le intégralement et ce qui est au peuple ne le laissez pas perdre. (A César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu).
    En montant à terre on rencontre le tigre, et en descendant en pirogue on trouve le crocrodile. (Tomber de Charybde en Scylla).
    L'oiseau est beau à cause de son plumage et l'homme à cause de sa toilette. (La plume fait l'oiseau. L'habit fait le moine).
    Acheter des buffles couchés au milieu d'un étang. (Acheter chat en poche).
    Quand un boeuf ne mange pas ne pressez pas sur ses cornes. (Ne forcez pas un âne à boire).
    Le moustique a beau mordre il ne pénètre pas la corne du buffle. (Le serpent est la lime).
    Un vil chiffon enveloppe de l'or. (Mauvaise tête mais bon coeur).
    Tailler pour le matin, transpercer pour le soir. (Vivre au jour le jour).
    Le tigre est tombé dans la fosse et l'on prend encore une perche pour le frapper. (Le coup de pied de l'âne).
    L'acerbe on le garde dans sa bouche et l'amer on le mâche. (Contre mauvaise fortune bon coeur).
    Pas de champignon sans pluie, pas dé produit sans cause. (Sans cause pas d'effet).
    Ne nourrissez pas un jeune tigre et n'élevez pas une petite loutre. (N'obligez pas un ingrat).
    Abstiens-toi de choses acides et tu pourras te payer des douceurs ; ne sois pas paresseux et tu auras de l'argent. (Le travail est un trésor).
    Presser la balle de riz pour en tirer de l'huile. (Tondre sur un oeuf).
    La poule ne se dégoûte jamais du riz blanc. (Qui a bu boira).
    Quand vous examinez un éléphant voyez sa queue, pour savoir ce qu'est une jeune fille voyez sa mère. (C'est à la griffe qu'on connaît le lion).
    Si vous faites les champs n'épargnez pas les semis ; si vous voulez faire du commerce népargne pas les capitaux. (Soyez économe, mais à propos).
    Le singe qui va trop vite rencontre une branche pourrie. (Qui va trop vite manque souvent le but).
    Une gaule pour abattre ne vaut pas encore la main qui tient déjà. (Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras).
    Pour aiguiser une hache regarde en haut vers le ciel. Pour tirer l'arc regardez en bas vers le sol. (Age quod agis ! Conformez-vous aux circonstances).
    Beaucoup de personnes, beaucoup de fronts, de bouches, de narines. (Autant de têtes autant d'avis).

    NOVEMBRE DÉCEMBRE 1907, N° 60.

    Quand il faut plonger il dit qu'il surnage toujours ; s'agit-il de sortir la terre d'un trou il prétend que son bras est trop court ; enfin doit-il aller à travers la forêt il assure que son dos est trop long. (Un paresseux a toujours de bonnes excuses à alléguer.)
    Le sorcier qui rend les autres invulnérables a lui-même peur des éléphants, et voyageant en pirogue il trouve moyen de mourir de soif. (Medice, cura teipsum !)
    Un éléphant qui va mourir accroche même des lianes, un tigre qui va périr mord même le bois. (Se raccrocher à toutes les branches).
    Acheter des buffles au moment des moissons et des habits un jour de fête. (Quand on achète à contretemps on paie toujours cher).
    Deux hommes mal ensemble ne trouvent jamais bien ce que fait l'autre ; deux hommes qui courent en même temps ne sont jamais au même niveau.
    Les gens des salines se plaignent de n'avoir pas de sel (pour la soupe), et les bateliers de n'avoir pas d'eau à boire. (Ne pas trouver d'eau à la mer).
    Court, ils ne sont pas contents ; long, cela ne leur plaît pas. (Il est difficile de contenter tout le monde et son père).
    Quand on place soigneusement ses engins on a du poisson ; lorsqu'on s'applique à bien faire ses champs on a du riz ; Mais si l'on s'adonne à la chicane on perd souvent son argent, on en gagne rarement. (Si ce n'est pas vous c'est moi).
    Quand les eaux se retirent les fourmis mangent le poisson ; Quand vient l'inondation les poissons mangent les fourmis. (Le retour des choses).
    Ce qui tombe sans faire aire de bruit. (Le jour).
    A l'extérieur une grande porte, une petite à l'intérieur, au milieu un bout d'étoffe qui ne sèche jamais. (l° La bouche, 2° la gorge, 3° la langue).
    Une plante dont la tige est comme la hampe d'une lance et dont la fleur est aussi grosse qu'une roue de char. (Le parasol).
    Un arbre gros comme un mortier à riz et dont les feuilles ont 6 coudées de long. (Le cocotier).
    Un arbre gros comme un mortier avec des feuilles de 6 brasses. (Le mât d'un navire avec ses voiles).
    Si vous le voulez long taillez toujours, si vous le désirez court restez tranquille. (Un puits).
    Plus bas que le sol et cependant quand on en veut user il faut prendre une perche pour l'atteindre. (L'eau de puits).
    Excessivement élevé et cependant plus bas que l'herbe. (L'homme sous ses cheveux ou la montagne sous son manteau de verdure).
    Deux hommes sont en présence, ils font le geste de se taillader mais ne s'atteignent point, Nous crions, il crie et l'on entend les cris que d'un seul côté. (L'homme et son ombre vue dans un miroir).
    Un objet dont un bout est enflammé et l'autre mouillé. (Un cigare allumé).
    Vêtu de blanc dans son bas âge, de vert à l'âge nubile, et de rouge à l'âge mur. (Le piment).
    Plus on la creuse plus elle est haute ; plus on la charge plus elle est basse. (Une pirogue).
    Si vous pouvez l'avoir jetez-la, sinon portez-la. (Un dard ou une épine restée dans les chairs).
    Une jarre d'eau dans l'espace ; des astres perchés aux branches d'un arbre ; un cygne d'or se promenant la nuit dans la plaine ; un cygne de diamant qui sort lorsque nous nous éveillons. (1° Le coco, 2° les fleurs de cotonnier, 3° la lune, 4° le soleil).

    1907/369-372
    369-372
    Laos
    1907
    Aucune image