Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pour quoi les Bretons sont missionnaires

VARIÉTÉS Pour quoi les Bretons sont missionnaires Ni zô bepred Bretoned Bretoned tud kaled. « Nous sommes toujours Bretons, Bretons, race forte ». Sy vous voulez sçavoir, Dames et Damoiselles, Pourquoy tant de Bretons, ès terres infidèles Vont prescher le Seigneur et son règne establir, Je m'en vais vous conter une vieille légende. Mais à vostre pitiez d'abord je recommande Le pôvre ménestrel que vous allez ouïr ; Bien vieil est son rebec et sa voix chevrotante,
Add this
    VARIÉTÉS

    Pour quoi les Bretons sont missionnaires


    Ni zô bepred
    Bretoned
    Bretoned tud kaled.
    « Nous sommes toujours Bretons,
    Bretons, race forte ».

    Sy vous voulez sçavoir, Dames et Damoiselles,
    Pourquoy tant de Bretons, ès terres infidèles
    Vont prescher le Seigneur et son règne establir,
    Je m'en vais vous conter une vieille légende.
    Mais à vostre pitiez d'abord je recommande
    Le pôvre ménestrel que vous allez ouïr ;
    Bien vieil est son rebec et sa voix chevrotante,
    (C'est que par les chemins tant froidement il vente!)
    Puys il aime trop mieux lutter dans les tournois
    Que chanter devant vous comme une jouvencelle,
    Se battre en chevalier que fluster pastourelle
    Et férir de grands coups que s'exercer la voix .....

    ***

    Monseigneur de Rohan dont le Seigneur ayt l'âme
    Avecques près de luy tous ses fils et sa dame
    En son manoir d'Arvor célesbrait la Noël.
    Il avait de son chef déposé le chapel
    Et toute la famille escoutait réunie
    Le chapelain lisant la naissance bénie
    De Jhésus roy des cieux qui se fist enfançon
    Pour les hommes sauver et payer leur rançon.
    Yves, son fils aisné, bouillait d'impatience.
    « C'est grand piliez, dict-il, que parmi ceste engeance,
    « Pas un vilain ne fust, ni mesme un hostelier
    « Qui ne scût se montrer si galant chevalier
    « Qu'il accueillist Joseph et sa chaste épousée!
    « Ah! Donc, là, que n'étais-je avecques mon épée
    « Et dix de mes féaux!..... Ils auraient pu choisir
    « De toutes les maisons la plus belle où dormir ;
    « Et j'eusse tost branché toute ceste canaille! ... »
    Alors entra Jason, chef de la valetaille :
    « Messire duc, dict-il, un pôvre pèlerin
    «Vous demande s'il peut..... » « Que veut ce malandrin? »
    Cria le jouvenceau, frappant du pied la terre,
    (Car tout son cur encore estait plein de colère)
    Et repoussant soudain son grand lévrier blanc
    Qui rebroussa son poil et s'en fut en grondant :
    « Or ça, Jason, vieil homme, as-tu perdu la teste?
    « Et ne sçavais-tu point que céans c'était leste?
    « Allons! Par de là l'huis boute-moi ce manant
    « Et ne nous trouble plus... Ah! Maraud, un moment,
    « Dis à ce pillaouer (1) » qu'il s'en aille au plus vite
    « S'il ne veut que mes chiens lui fassent la conduite! »
    Quand elle l'entendist, sa mère s'en pasma
    Et Rohan le vieux duc asprement l'en plasma :
    « C'est grand meschief, dict-il, avec un dur visage,
    « Pour l'honneur de Bretaigne et pour nostre lignage!
    « Et je ne sçais, pourquoi vous estiez en courroux
    « Contre ceux de Juda, moins coupables que vous.
    « S'ils chassèrent Joseph qu'ils ne connaissaient mie,
    « Mesmement vous chassez le doux fils de Marie,
    « Car le pôvre, ici-bas, remplace le Sauveur!
    « Je vous croyais, beau fils, grande dme et noble coeur!
    « Jamais aucun Rohan ne parla de la sorte,
    « Et jamais vainement on ne heurta sa porte.
    « Yves, c'est mal à vous! »
    L'enfant tost respondict,
    Gentement incliné : « Messire, c'est bien dict! »
    Et vitement posa son genou droict en terre :
    « Je vous mande mercy, ma Dame et doulce mère,
    « Et je jure céans en vous baisant la main,
    « Que devers les saints Lieux je partiray demain,

    (1) Mot breton qui signifie : mendiant ; exactement : chiffonnier, loqueteux.

    « Ne prenant que le temps de lacer mon armure,
    « Si je n'ay réparé ma faute avec usure
    « Devant qu'il ne soit nuit! »
    Sy parla notre Yvon
    (Car il avait la teste et le cur d'un Breton,
    Fougueux comme un lion et plus testu qu'un diable,
    Mais bon comme les Saincts et comme eux serviable.)
    Et tost il s'en alla quérir le pèlerin
    Qui tout marry déjà reprenait son chemin.
    Priant et frissonnant sous sa robe de bure.....
    Il baisa ses pieds nus bleuis par la froidure,
    Iceluy le voyant qui pleurait à genoux ;
    « Gentil sire, dict-il, pour Dieu, relevez-vous! »
    « Non point, reprict Yvon, à moins qu'à ma prière
    « Avec moy ne vouliez, revenir chez mon père
    « D'où je vous fis chasser ».
    Quand il fut au castel,
    Lui-mesme le voulut servir, la jouvence,
    Et le bon pèlerin grondait d'un air aimable
    En le voyant porter les plats dessus la table :
    « Que faites-vous, beau sire et ne voyez-vous point
    « Que vous allez ainsi gaster votre pourpoint ».
    Yves lui respondict : « Seigneur, n'en ayez cure,
    « Moins bel est mon pourpoint que vos habits de bure;
    « Mais priez Dieu plutôt qu'il me fasse mercy,
    « Si j'ay bien su pécher, j'expieray bien aussy! »
    Le vieillard fut touché de tant de repentance,
    Il reprict tout ému : « Sy grande estait l'offense,
    « Dieu par moy te promet, pour gage de pardon
    « Et pour ta charité, mon doux Seigneur Yvon,
    « D'exaucer seurement ta première prière! »
    Et l'enfant esjouy : « Dictes-vous vray mon père?
    « Fasse alors le grand roy, qui gouverne les cieux,
    « Qu'en Bretagne toujours les vaillants soient nombreux! »
    J'ai dict.

    ***

    Voilà pourquoi, Dames et Damoiselles,
    Tant de Bretons s'en vont ès terres infidèles :
    On n'est plus chevalier, on peut estre martyr
    Et mieux vaut-il encor! Bon sang ne scait mentir.



    1899/88-90
    88-90
    France
    1899
    Aucune image