Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pinang et le collège général

Pinang et le collège général L'île de Pinang, à trois kilomètres du continent Malais, est située entre 5° 30 latitude Nord et 98° 11 longitude Est Elle est de forme rectangulaire et a 25 kilomètres de longueur sur 11 de largeur. Sa population dépasse 100.000 habitants-composée d'Européens, de Malais, d'Indiens et surtout de Chinois.
Add this
    Pinang et le collège général

    L'île de Pinang, à trois kilomètres du continent Malais, est située entre 5° 30 latitude Nord et 98° 11 longitude Est Elle est de forme rectangulaire et a 25 kilomètres de longueur sur 11 de largeur. Sa population dépasse 100.000 habitants-composée d'Européens, de Malais, d'Indiens et surtout de Chinois.
    L'île est montagneuse, principalement dans l'ouest ; on y trouve des sommets qui dépassent 1.000 mètres d'altitude. Les hauteurs sont couvertes dépassent forêts de palmiers et de diverses essences tropicales, dont les troncs sont enlacés par les orchidées et par les fougères. Plus bas et sur les collines commencent les cultures d'aréquiers, de muscadiers, de poivriers, de girofliers, de caféiers et de différents arbres fruitiers. Dans les plaines et dans les vallées s'étalent des rizières entourées et coupées par des plantations de bananiers, de cocotiers, de cannes à sucre.
    La capitale de l'île est Pinang, officiellement connue sous le nom de Georgetown, elle est située dans l'angle nord-est de lite ; d'aspect presque européen, elle possède de jolies rues bordées de belles maisons ombragées d'arbres fruitiers.
    L'île de Pinang fut achetée par le gouvernement anglais en 1786.
    Une vingtaine d'années plus tard la société des Missions Etrangères y installa le Collège Général.
    Cet établissement avait été fondé à Siam par les premiers Vicaires Apostoliques dans la seconde partie du XVIIe siècle, afin d'y recevoir les séminaristes des Missions d'Extrême-Orient trop souvent en butte à la persécution. Un siècle plus tard, la capitale du royaume de Siam, Juthia, ayant été détruite par les Birmans victorieux des Siamois, le Collège Général fut transféré dans une petite île des côtes du Cambodge, à Hon-dat. I1 n'y resta pas longtemps ; une partie des élèves allèrent à Virampatnam près de Pondichéry, une autre en Basse Cochinchine. En apparence c'était deux maisons au lieu d'une ; en réalité c'était deux établissements très incomplets ne pouvant ni l'un ni l'autre compter comme Séminaire Général.

    MARS-AVRIL 1908, N° 62.

    Cette situation précaire se prolongea par suite des troubles de la Révolution française qui arrêta l'envoi dans les missions de secours en argent et en hommes.
    Le procureur général de la Société des Missions Etrangères, à cette époque, M. Letondal, résolut de remédier à cet état de choses. Après différents essais infructueux il reçut des Anglais l'offre de fixer le Collège Général à Pinang. Il accepta avec joie. M. Lolivier, missionnaire en Chine depuis 16 ans, fut nommé supérieur du futur établissement. Il se rendit à Pinang avec quelques élèves chinois. Le gouvernement anglais lui donna deux maisons dans la ville de Georgetown, « pauvres maisons abandonnées par leurs propriétaires qui avaient tout emporté sauf les colonnes de bambou et le toit en étapes ». M. Letondal alla retrouver M. Lolivier, il obtint une autre maison et l'autorisation d'installer le collège où bon lui semblerait. Malheureusement, en 1812, un incendie, qui dévora une grande partie de Georgetown, détruisit le nouvel établissement. Il fut aussitôt reconstruit, et à mesure que les persécutions devinrent plus violentes en Cochinchine, au Tonkin, en Chine, les Séminaristes de ces diverses missions y vinrent plus nombreux ; de 1840 à 1850 on en compta annuellement de 150 à 180.
    Lorsque la pacification religieuse succéda à la persécution le nombre des élèves diminua sensiblement.
    La maison est composée de trois corps de bâtiments, un au centre et deux de chaque côté, reliés entre eux, avec de larges varan des, elle est entourée de jardins qui touchent presque la mer.
    Dans l'ancienne chapelle reposent .les restes d'un Vicaire apostolique de Cochinchine, Mgr Pellerin, de plusieurs supérieurs ou directeurs du Collège Général, et d'un prêtre annamite, élève de l'établissement, décapité pour la foi en 1862, Paul Chan.
    Très nombreux, d'ailleurs, sont les anciens élèves du Collège Général morts martyrs, et c'est en toute vérité que l'historien de la Société des Missions Etrangères a pu écrire : «L'Histoire de cette maison n'est qu'une petite page de l'Histoire de l'Eglise, mais elle est belle et glorieuse, puisque les noms que l'on y lit se retrouvent fréquemment dans le martyrologe du XIXe siècle il ne serait pas téméraire d'affirmer que fort peu de Séminaires, si même il y en a, offrent, en un laps de temps aussi restreint, une liste aussi longue de témoins de Jésus-Christ. N'est-ce pas assez pour laisser briller sur le Collège Général le rayon de gloire humaine et divine qui préserve de l'oubli ? »

    1908/113-115
    113-115
    Malaisie
    1908
    Aucune image