Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pieux souvenir

Pieux souvenir Un de nos chers aspirants du diocèse de Bayonne, mort au champ d'honneur en 1945, M. Bergerot, avait commencé dans les tranchées quelques méditations sur le Chemin de la Croix. Des mains fidèles les ont recueillies et nous les ont transmises. Que l'on n'en juge pas la poésie de premier ordre, nous n'y contredirons pas ; mais les pensées sont si pieuses et si touchantes, elles montrent une âme si pénétrée de l'amour de Notre Seigneur Jésus-Christ, que nos associés seront certainement heureux de les lire. Ire STATION
Add this
    Pieux souvenir

    Un de nos chers aspirants du diocèse de Bayonne, mort au champ d'honneur en 1945, M. Bergerot, avait commencé dans les tranchées quelques méditations sur le Chemin de la Croix.
    Des mains fidèles les ont recueillies et nous les ont transmises.
    Que l'on n'en juge pas la poésie de premier ordre, nous n'y contredirons pas ; mais les pensées sont si pieuses et si touchantes, elles montrent une âme si pénétrée de l'amour de Notre Seigneur Jésus-Christ, que nos associés seront certainement heureux de les lire.

    Ire STATION

    Jésus est condamné à mort.

    (Manquent ici deux vers comme titre du sonnet).

    LE JUGEMENT DERNIER

    Il est un tribunal suprême et sans appel,
    Où Dieu du genre humain jugera la justice,
    Où l'innocent n'a point à craindre d'injustice.
    Où Caïn se verra confondu par Abel.
    C'est là qu'au dernier jour, un ordre universel
    Que n'évitera pas la fraude ou l'injustice,
    Citera, du pécheur, l'acteur et son complice,
    Pour leur signifier leur arrêt éternel.
    De votre jugement ce sera la revanche,
    O Christ, aux pieds duquel aujourd'hui je me penche
    En pleurant, et le coeur accablé de remords !...
    Transformez en pardon votre juste sentence.
    Je vous jure à genoux, de faire pénitence,
    O Dieu qui jugerez les vivants et les morts.

    IIe STATION

    Jésus est chargé de sa Çroix.

    Pécheur, puisque ma croix est le prix de ta grâce,
    C'est avec grand amoux que pour toi je l'embrasse.

    LES PEINES DE LA VIE.

    Vous l'avez dit, mon Dieu, dans le saint Evangile,
    Et vous le répétez encore en ce moment
    « Si quelqu'un attiré par un secret aimant,
    « Veut enfin devenir mon disciple docile,
    « Qu'il renonce à lui-même, et que joyeusement,
    « A ma suite, et malgré sa faiblesse d'argile,
    « Il arbore ma Croix, si lourde au coeur fragile,
    « Mais si légère et douce au véritable amant ! »
    Seigneur, je suis ce faible et fragile disciple,
    Qui tremble et qui gémit sous son péché multiple,
    Mais qui veut après vous porter aussi sa Croix....
    Faites qu'à votre exemple il l'étreigne, il l'embrasse !
    Oui, de souffrir pour vous accordez-moi la grâce,
    O Jésus, doux Sauveur, en qui j'espère et crois!

    IIIe STATION

    Jésus tombe sous le poids de sa Croix.

    Si je tombe, ô pécheur, c'est pour te relever !
    L'homme que j'ai créé, je voudrais le sauver !

    LE FARDEAU DU PÉCHÉ

    Qu'il est lourd à porter le fardeau du péché
    Le Christ sur qui pesait l'iniquité du monde,
    Sous ce poids écrasant a d'abord trébuché,
    Et puis s'est affaissé sous cette charge immonde.
    — Quel discours sans parole ici nous est prêché !...
    O mon coeur, comprends-tu cette leçon profonde
    Comment n'en es-tu pas 'profondément touché !
    Et comme, ici, la grâce abonde et surabonde !...
    Oui, mon Dieu, j'entends bien votre muet langage,
    Et son accent divin m'exhorte et m'encourage
    A ne point perdre espoir, mais à me relever !...
    O Jésus, secourable à tout pécheur qui tombe,
    Soulevez, par pitié, la pierre de ma tombe,
    Et daignez, à tout prix, m'aider à me sauver !

    1918/443-445
    443-445
    France
    1918
    Aucune image