Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants SOMMAIRE BÉNÉDICTION DU SOUVERAIN PONTIFE A NOTRE OEUVRE. LA VENTE DE CHARITÉ. UNE VISITE A L'OUVROIR DE LIMOGES. COTISATION PERPÉTUELLE. RECOMMANDATIONS. MORTS. BIBLIOGRAPHIE. BENÉDICTION DU SOUVERAIN PONTIFE A NOTRE OEUVRE Lettre de Madame la Mise de LAUBESPIN Vice-présidente de l'OEuvre Rome, le 6 mars 1913. MON PÈRE,
Add this
    oeuvre des partants

    SOMMAIRE

    BÉNÉDICTION DU SOUVERAIN PONTIFE A NOTRE OEUVRE. LA VENTE DE CHARITÉ. UNE VISITE A L'OUVROIR DE LIMOGES. COTISATION PERPÉTUELLE. RECOMMANDATIONS. MORTS. BIBLIOGRAPHIE.

    BENÉDICTION DU SOUVERAIN PONTIFE A NOTRE OEUVRE

    Lettre de Madame la Mise de LAUBESPIN

    Vice-présidente de l'OEuvre

    Rome, le 6 mars 1913.

    MON PÈRE,

    Je reviens du Vatican et mon premier acte, après avoir goûté la grande joie de voir le Souverain Pontife et de recevoir sa bénédiction, est de vous en faire part.
    Le Procureur général à Rome de notre chère Société des Missions Etrangères, le P.Grosjean, avait obtenu pour lui et pour moi une audience particulière qui était fixée au jeudi 6 mars à h. du matin. Vous jugez bien que nous avons été exacts.
    Mais, en arrivant, nous apprenons que, par suite de fatigue, le Saint-Père ne peut nous recevoir qu'en audience serai-privée, c'est-à-dire avec quelques personnes qui nous étaient étrangères.
    Nous étions une quinzaine : Français, Anglais, Italiens.
    On nous fait traverser la salle Bussolanti, où est le vestiaire, et nous nous arrêtons dans la salle des Arozzi (des Tapisseries) ; après quelques instants, nous passons dans celle du Trône et on nous fait asseoir dans la salle qui suit cette dernière ; elle est vaste, tendue de damas rouge et garnie de quelques fauteuils, d'une table supportant une pendule antique, etc...
    C'est là que nous aurons notre audience.
    Le Saint-Père est entré par la porte qui ouvre du côté de sa chapelle privée. Il était précédé d'un garde de cape et d'épée, d'un prélat domestique et de deux gardes nobles. Je l'avais vu il y a quatre ans ; il a un peu mais il parait assez bien portant, et toujours il a cet air de paternelle bonté mêlée de fermeté qui frappe les visiteurs.
    Il s'est avancé vers nous.
    Le P.Grosjean m'a présentée en lui disant que j'étais la vice-présidente de luvre des Partants, une oeuvre qui depuis plus de vingt-cinq ans s'occupe des missionnaires du Séminaire des Missions Etrangères et que je lui demandais pour notre oeuvre, pour sa présidente et pour son conseil, pour toutes les associées, une spéciale bénédiction et un souvenir clans ses prières.
    Le Pape a écouté très attentivement : « Oui, a-t-il répondu, je vous bénis, je bénis votre oeuvre, je vous bénis toutes, toutes ».
    Et levant la main il a fait sur nous qui étions à genoux un large et lent signe de croix. En ce moment je pensais à notre ouvroir de Nazareth; à toutes ses ouvrières et particulièrement à ma vieille amie Mme de Semallé, notre si chère et si excellente Présidente.
    Le Souverain Pontife a béni les visiteurs rangés après nous, puis il s'est rendu dans la salle du Trône où il a reçu les autres pèlerins ; il est ensuite revenu vers nous et nous a donné une seconde bénédiction. Cette fois encore j'avais présente la pensée de notre OEuvre, et c'était pour elle, pour toutes nos associées de Paris, de la province, de l'étranger que je recevais cette bénédiction si chère et si désirée.
    Le Saint-Père a ensuite regagné ses appartements et nous nous sommes retirés ; le P.Grosjean m'a fait entrer dans la salle du Consistoire pour me montrer le trône que Venise a offert à Pie X. Nous avons passé comme en venant par l'escalier royal, la cour Saint Damien et l'escalier de Pie IX, et nous nous sommes retrouvés sur la place Saint-Pierre.
    Je suis heureuse plus que je ne saurais le dire de cette bénédiction du Père et du Chef de tous les catholiques ; j'ai la confiance qu'elle aidera la prospérité de notre oeuvre.
    Arrivée hier à Rome, je repars dans deux jours, car je ne suis guère venue que pour demander et recevoir la bénédiction de Pie X, et quand j'aurai dit à Saint-Pierre une prière d'actions de grâces, quand j'aurai fait une visite aux Catacombes où dorment quelques-uns des prédécesseurs de nos missionnaires martyrs, je reprendrai le chemin de la France. Mais dès maintenant, je voulais vous dire ma joie avec la grâce reçue par notre chère oeuvre.
    Veuillez, mon Père, croire à mes sentiments de cordial et respectueux dévouement.

    Mise DE LA LAUBESPIN


    LA VENTE DE CHARITE

    La vente de charité qui a eu lieu le 15 et le 16 avril a été bénie par le bon Dieu. Les résultats, atteignent à peu près ceux des années précédentes ; aussi remercions-nou savec effusion les vendeuses, les acheteuses et les acheteurs de leur dévouement et de leur générosité en faveur de notre oeuvre, et nous espérons que l'année prochaine les unes et les autres s'efforceront d'obtenir les mêmes chiffres, ou des chiffres plus élevés ....
    1913/158-159
    158-159
    France
    1913
    Aucune image