Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants SOMMAIRE LA VENTE DE CHARITÉ. ANNIVERSAIRE DE Mme LA VICOMTESSE DE SAINT-JEAN. COTISATIONS PERPÉTUELLES. LES MÈMES ENFANTS. RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES. NOS MORTS. Vente de Charité La Vente de Charité en faveur de notre chère OEuvre des Partants aura lieu le mardi 7 et le mercredi 8 avril, dans la salle d'Horticulture, rue de Grenelle, 84. Essayons une vente... Un peu de vanité
Add this
    oeuvre des partants

    SOMMAIRE

    LA VENTE DE CHARITÉ. ANNIVERSAIRE DE Mme LA VICOMTESSE DE SAINT-JEAN. COTISATIONS PERPÉTUELLES. LES MÈMES ENFANTS. RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES. NOS MORTS.

    Vente de Charité

    La Vente de Charité en faveur de notre chère OEuvre des Partants aura lieu le mardi 7 et le mercredi 8 avril, dans la salle d'Horticulture, rue de Grenelle, 84.

    Essayons une vente...
    Un peu de vanité
    Fait de la charité
    Chose moins décevante.

    On donne en compagnie
    Plus libéralement ;
    On a publiquement
    La bourse mieux garnie.

    Et si par infortune
    Vous vous mettiez à sec
    Jusqu'au dernier kopeck
    N'en gardez point rancune.

    Venez donc, bonnes âmes !
    Il nous faut des chalands...
    Messieurs, soyez galants ;
    Vendez bon prix, Mesdames.
    E. R.
    Fin
    France Hinard Anniversaire de Madame la Vicomtesse de Saint-Jean

    Le 3 février à la messe qui chaque mois réunit de nombreuses associées de l'OEuvre, M. Hinard a rappelé en termes émus la mort de Mme la vicomtesse de Saint-Jean, dont c'était l'anniversaire ; nous croirions manquer à notre devoir si nous ne mettions sous les yeux de tous nos amis ces paroles pleines de délicatesse et de gratitude.

    MESDAMES ET CHÈRES ASSOCIÉES,

    Le 4 février 1907, encore sous le coup de l'émotion qui m'étreignait depuis 3 jours, je vous racontais les derniers moments et la mort si édifiante de Mme la Vsse de Saint-Jean, notre, bien-aimée Présidente, que Dieu avait rappelée à Lui, le 1er du même mois.
    Votre douleur, comme la mienne, était immense ; vous compreniez, comme moi, la grandeur de la perte que faisait l'OEuvre des Partants, privée, dès lors, de celle qui en était l'âme ; vos prières et les miennes montaient, ardentes, vers le ciel, pour supplier Jésus et Marie d'accorder une place de choix à la chère défunte, qui les avait tant aimés, et qui avait contribué si efficacement à les faire aimer sur la terre.
    Que de fois, depuis un an, notre esprit et notre cur ne se sont-ils pas reportés, tout naturellement, sans le moindre effort, vers celle qui n'était plus avec nous, et qui nous manquait ! Ah ! Le coup avait été dur ; et le vide semblait si grand... Mais la divine Providence n'abandonne jamais ceux qui mettent en Elle leur confiance ; Elle l'a prouvé une fois de plus.
    Au lendemain de la mort de Mme de Saint-Jean, une associée, d'Havrincourt, écrivait à M. le supérieur du Séminaire : « Notre chère Présidente ne laissera pas périr son oeuvre ; elle vous inspirera un bon choix pour la remplacer, et nous redoublerons de zèle pour l'imiter et vous Consoler ».
    Le choix de la nouvelle Présidente a eu lieu, et, au risque de blesser la modestie bien connue de Mme la Csse de Semallé, je dis, sans crainte d'être démenti par personne : ce choix a été bon ; il a été excellent ; il ne pouvait être meilleur.... L'expérience est là, qui me donne raison.
    En effet, grâce à l'activité inlassable de Mme de Semallé et au concours si précieux et si franchement aimable, que Mlle Beau-lieu, vice-présidente, Mme la Mise de Laube spin, secrétaire et trésorière, et toutes les dames conseillères ne cessent de prêter à notre vénérée Présidente ; grâce aussi, il faut le reconnaître, au dévouement de nos directrices de comité, de nos zélatrices, de nos auxiliaires volontaires de Nazareth, et de nos pieuses associées, dévouement qui ne s'est pas ralenti un seul jour, notre OEuvre des Partants n'a subi, pour ainsi dire, aucun fâcheux contre-coup de la mort de Mme de Saint-Jean.
    Nos coeurs ont été atteints ; oui, et profondément ; je suis le premier à le ressentir et à l'avouer. Notre oeuvre ; non : elle reste ce qu'elle était, et pour longtemps, avec l'aide de Dieu. L'année qui vient de s'écouler en est un sûr garant.
    Allez donc de l'avant, Mesdames, avec la foi et la persévérance de celle que vous avez eu pour modèle pendant 25 ans. Son oeuvre est la vôtre maintenant ; il vous appartient de la continuer de, la développer, en dépit du malheur des temps, jusqu'à ce qu'elle ait réalisé tout le bien que Mme de Saint-Jean et ses premières associées, Mme la Csse de Noailles et Mme la Csse de Chabannes, avaient en vue. Ce qui reste à faire se fera comme ce qui s'est déjà fait n'en doutez pas. Au ciel, vous avez une, protectrice de plus ; elle ne vous abandonnera pas : elle vous l'a promis, et vous savez qu'elle était femme à tenir parole.
    Nous célébrons ensemble, aujourd'hui, dans l'intimité, l'anniversaire de sou heureux passage de la terre au ciel, de l'exil à la patrie, du temps à l'éternité. Ne soyons pas jaloux de son bonheur prions encore pour elle ; mais surtout, prions-la pour nous. Demandons-lui de redire à Marie, pour chacun de nous la prière qu'elle aimait à réciter, devant la petite statue de la Très-Sainte Vierge, dans sa cellule de Carmélite à Nazareth :
    « O ma Souveraine ; ô ma Mère, souvenez-vous qu'il vous appartient ; défendez-le, conservez-le, comme votre bien et votre propriété. Ave Maria ! »

    COTISATIONS PERPÉTUELLES

    Mme Magdeleine MULLER, défunte.
    Un ECCLÉSIASTIQUE de Toulouse pour ses défunts.
    ANONYME pour ses défunts.
    Mme Joséphine BONNET.
    Mme BEDIN, en actions de grâces.
    M. Charles DUCOULOMBIER.

    LES MÊMES ENFANTS

    Dans un de nos précédents numéros nous avons relaté la générosité de trois charmants enfants. Aujourd'hui on nous écrit à leur occasion : « Nous avons tous mis la main à la pâte et nous vous faisons parvenir la somme de 30f30 qui peut se décomposer ainsi, suivant ce qui a été trouvé dans les tirelires :

    Alyfa, le futur missionnaire. l 0f 50
    Hélène, la future carmélite .. 8 60
    Magdeleine .. 8 20

    Nous y ajoutons 3 fr. pour une messe à l'intention de la naissance du quatrième enfant que le bon Dieu nous donnera dans quelques semaines.

    RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES

    Nous recommandons aux prières de nos Associés : l'Eglise, la France, le Souverain-Pontife, la Société des Missions Etrangères, nos Séminaristes soldats.
    La conversion d'un vieillard. Plusieurs mariages. Une vocation sacerdotale. Une grâce bien désirée. L'avenir d'un jeune homme découragé. Des arrangements de famille. L'avenir de deux personnes. Le ministère et les oeuvres d'un jeune prêtre. Trois enfants. Une première communion. Deux vocations. La conformité à la volonté de Dieu pour toute une famille menacée. Plusieurs affaires importantes. Une mère et sa fille M.-M.
    « La première communion de mes petits enfants ». La famille d'un missionnaire. Une mère de famille très malade. La famille d'une zélatrice. Un homme loin du Bon Dieu. Un séminariste. Une mère recommande son fils bien malade. Une mère de famille et ses six enfants. Deux conversions. Deux jeunes enfants. Une naissance, et une affaire importante. Un mariage. Une situation pour un jeune ménage. Deux conversions. Trois malades. Une personne, et plusieurs intentions particulières. Une personne dans une grande peine. Une zélatrice demande des prières pour elle, sa famille, ses défunts. La conversion d'un vieillard.
    Une rente trimestrielle de 3 fr.en l'honneur de saint Antoine, avec demande de guérisons (avec 3 fr). Remercîments à la Sainte Vierge (avec 50 fr).

    1908/122-125
    122-125
    France
    1908
    Aucune image