Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Oeuvre des partants

Oeuvre des partants SOMMAIRE CHRONIQUE DE L'ŒUVRE : DISCOURS DR Mgr JOURDAN DE LA PASSARDIÈRE. — DONS EN NATURE ET OBJETS CONFECTIONNÉS RECUS A L'OEUVRE EN 1903. — COTISATIONS PERPÉTUELLES. — RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES. — NOS MORTS. Chronique de l'œuvre A leur réunion du mois de mai, dans la crypte de notre église, nos Associées ont eu la joie d'entendre la très éloquente parole de Mgr JOURDAN DE LA PASSARDIÈRE.
Add this
    Oeuvre des partants

    SOMMAIRE

    CHRONIQUE DE L'ŒUVRE : DISCOURS DR Mgr JOURDAN DE LA PASSARDIÈRE.
    — DONS EN NATURE ET OBJETS CONFECTIONNÉS RECUS A L'OEUVRE EN 1903. — COTISATIONS PERPÉTUELLES. — RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES. — NOS MORTS.

    Chronique de l'œuvre

    A leur réunion du mois de mai, dans la crypte de notre église, nos Associées ont eu la joie d'entendre la très éloquente parole de Mgr JOURDAN DE LA PASSARDIÈRE.
    Malgré notre vif désir, nous ne pouvons donner qu'une reproduction bien imparfaite du discours qui a vivement ému les assistants Que nos lecteurs et surtout l'orateur veuillent bien nous excuser d'avoir eu des sténographes encore inhabiles ; mais plutôt que de laisser se perdre totalement ces pieuses et chaleureuses paroles, nous avons préféré les citer incomplètement.

    Je n'ai pas besoin de vous dire, Mesdames, avec quel plaisir j'ai reçu l'invitation de votre zélée Présidente et de monsieur le Directeur de l'OEuvre, et tout l'empressement que j'ai mis à répondre à cet appel.
    Je n'ai pas besoin de vous dire non plus les sentiments de mon coeur à la vue de cette assemblée nombreuse et choisie, plus nombreuse encore que de coutume, parce que cette réunion du premier lundi de mai, sous le patronage de la Sainte Vierge, est peut-être la dernière avant les vacances — époque pendant laquelle vous allez être dispersées un peu partout — et que vous avez voulu prouver une fois de plus votre attachement à cette OEuvre bénie et si éminemment apostolique qu'est l'OEuvre des Partants. C'est un privilège des oeuvres catholiques d'avoir toutes été en germe dans nos Saints Livres. Le regard d'un auteur inspiré a pénétré l'avenir, et d'un rapide coup de pinceau il a ébauché la vision. — A l'heure marquée par la Providence, une âme généreuse lit tel passage du livre divin ; elle s'empare de l'idée qui y est contenue, elle la médite, elle prie, elle souffre, elle agit, et l'OEuvre se fonde.
    C'est ainsi, Mesdames, que cette Œuvre des Partants, nous la trouvons décrite trait pour trait, et presque mot pour mot, dans la troisième épître de l'apôtre saint Jean : « Charissime, fideliter facis quidquid operaris in fratres, et hoc in peregrinos ». « Vous faites une oeuvre de foi et de fidélité, en agissant comme vous le faites, à l'égard de nos frères et des pèlerins ».
    C'est un sentiment profondément ancré au fond du coeur humain que celui qui nous porte à faire du bien aux pèlerins. Loin de leur patrie et de leur famille, loin de ceux qu'ils aiment, leur infortune nous touche et leur gagne nos sympathies.
    Certes, c'est une oeuvre bien agréable à Dieu, oeuvre de miséricorde et, de plus, oeuvre éminemment catholique et française que d'organiser des pèlerinages à Lourdes, au Sacré-Cœur ; de fournir l'argent nécessaire ; de subvenir aux besoins des pèlerins pauvres ; d'aider les infirmes à monter en wagon... Mais combien plus méritoire et plus belle est l'oeuvre qui consiste à porter secours aux « pèlerins de la foi » qui s'en vont, intrépides, jusqu'au bout du monde, pour un pèlerinage dont ordinairement on ne revient pas. Et quel pèlerinage que celui de la Chine ou de la Corée ! ! ...
    Ils s'en vont, ces pèlerins du Bon Dieu, ne recevant rien des peuples qui les environnent. « Pro nomine ejus profecti sunt nihil accipientes a gentibus ».
    Sans doute, ils trouvent parfois des sympathies, mais combien plus d'indifférence et de haine !
    C'est donc sur vous qu'ils s'appuient, Mesdames, en vous qu'ils espèrent ; et c'est ainsi que l'OEuvre des Partants est non seulement une oeuvre de dévotion — je dis dévotion parce que, aujourd'hui surtout, elle demande du dévouement — mais encore, suivant l'expression de l'Apôtre, une oeuvre digne de Dieu : « Quos beneficiens, deduces digne Deo »
    Or, Dieu qui ne se laisse jamais vaincre en générosité lui promet une récompense magnifique. Nous devons en croire saint Jean :
    Qui testimonium reddiderunt charitati tuae in conspectu Ecclesiae. Tous ces « pèlerins de la foi » vous rendent témoignage en présence de l'Église. Les missionnaires disent aux nations vers qui l'obéissance les envoie : c'est grâce aux « Dames des Partants » que nous sommes au milieu de vous ! A leur tour, ces peuples le redisent à Dieu, en présence de l'Église, et Dieu, qui comprend toutes les langues, écoute avec complaisance l'éloge de votre charité. Les anges et les saints célèbrent vos bienfaits, et la Reine des apôtres vous regarde ; elle admire la sollicitude dont vous entourez les missionnaires, et représente à son divin Fils toute votre générosité.
    « Nos ergo debemus suscipere hujusmodi, ut cooperatores simus veritatis ». Nous devons donc avoir soin des apôtres, les prendre dans nos bras, les presser sur notre coeur comme de petits enfants, — car telle est la force du mot latin suscipere, — « afin que nous soyons coopérateurs de la vérité ».
    Ah ! Quel éloge, Mesdames ; Dieu a mis aussi dans vos âmes une étincelle d'apostolat : Vous êtes coopératrices de la vérité. Vous aidez réellement de vos travaux et de vos prières les moissonneurs de Dieu affrontant les périls et la fatigue, comme autrefois saint Athanase.
    Contemplons, quelques instants ensemble, ce grand évêque dont nous avons lu ce matin dans le bréviaire quelques traits d'un courage sans faiblesse.
    Chassé par les Ariens, Athanase s'éloigne de l'Afrique jusqu'au fond des Gaules, des larges eaux du Nil aux bords de la Moselle. Après un dur exil, il croit pouvoir retourner vers les siens ; mais à peine est-il remonté sur son siège, que la tempête gronde plus terrible. Athanase part et se cache pendant cinq ans ; un prêtre seul est chargé de lui procurer sa nourriture.
    De retour dans sa ville épiscopale, il y est reçu avec honneur, mais le calme qui paraît régner est trompeur, comme celui qui précède souvent les plus effrayantes secousses de l'atmosphère. On cherche toujours à le faire mourir ; il s'enfuit, un soir, sur une barque qu'il rencontre aux bords du Nil. Il est croisé sur le fleuve par des soldats qui le cherchent et qui lui demandent s'il n'a pas vu Athanase. — « Il n'est pas loin », dit-il, et il leur échappe ainsi une fois de plus.

    Il revient encore à Alexandrie où il est réduit à se cacher de nouveau pendant quatre mois dans le tombeau de son propre père. Enfin, la tempête étant apaisée, il meurt tranquillement dans son lit, « in lectulo suo ».
    Rien n'est changé, Mesdames, à l'histoire de l'Eglise. Relisez les annales des Missions. Combien de fois les missionnaires de la Chine, de la Corée ou du Tonkin, n'ont-ils pas dû, eux aussi chassés par la persécution, quitter leur poste. Les uns ne devaient plus revenir ; mais les autres rentraient chez eux, où après de nouveaux labeurs ils ont vu fleurir une de ces moissons divines, dont la semence est trempée dans les larmes — parfois dans le sang — et dont les gerbes s'engrangent; au ciel !
    Mesdames, jusqu'à présent, vous avez travaillé avec zèle, avec amour, au service de nos missionnaires. Leurs besoins sont les mêmes aujourd'hui qu'hier ; demain ils seront peut-être plus nombreux encore ; que votre zèle, que votre charité grandissent donc ; que grâce à vous le grain abonde au moment de la semence chez les ouvriers du Seigneur, — et alors, réellement, vous serez des apôtres et vous aurez part à la récompense de l'apôtre.

    DONS EN NATURE ET OBJETS

    CONFECTIONNÉS REÇUS PAR L'OEUVRE EN 1903.

    Calices . . . . 4 Conopées. . . . . 21
    Bannière . . . 1 Pales. . . . . 110
    Croix d'autel. . . . 1 Etoles. . . . . 28
    Chandeliers . . . 8 Tours d'étole . . . . 443
    Boîte à hosties. . . 1 Voile huméral. . . . 1
    Porte missel . . . 2 Bourses de bénédictions . . 6
    Nappes. . . . 8 Petites bourses de viatique . . 71
    Garnitures de nappes. . . 33 Amicts . . . . . 562
    Devants d’autel. . . 5 Aubes. . . . . . 17
    Chasubles. . . . 14 Bas d'aube. . . . . 13
    Purificatoires . . . 752 Cordons. . . . . 35
    Corporaux . . . 509 Manuterges . . . . 349
    Pavillons de ciboire . . 58 Signets de missel. . . . 70
    Serviettes. . . . 4 douz. Chemises . . . . 123 douz.
    Mouchoirs. . . . 73 » Pochettes garnies. . . . 60
    Bas et chaussettes. . .1089 paires Coussin et tapisserie. . . . 1
    Gilets de laine. . . 9 douz. Scapulaires . . . . 144
    Flanelles. . . . 3 » Statue de saint Joseph . . 1
    Cache-nez et passe-mon- Chapelets.
    tagne . . . . 82


    COTISATIONS PERPÉTUELLES

    M. HENRI AYMÉ.
    Mme HENRI AYMÉ.

    RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACE

    Nous recommandons aux prières de nos Associés : l'Église, la France, le Souverain-Pontife, la Société des Missions-Étrangères, nos Séminaristes soldats.
    Dix examens, plusieurs conversions, deux jeunes gens se destinant à l'École militaire de Saint-Cyr ; deux curés et leurs paroisses, quatre communautés religieuses, huit petits enfants, six malades, un grand voyage.
    Deux actions de grâces.
    Trois missions et leurs missionnaires, l'ordination de nos chers Partants.
    La directrice religieuse d'une communauté de formation nouvelle et ses associées

    1904/251-255
    251-255
    France
    1904
    Aucune image