Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Oeuvre des partants

Oeuvre des partants SOMMAIRE CHRONIQUE DE LOUVRE : UN NOUVEL OUVROIR. BONS EXEMPLES. PAIN DE SAINT ANTOINE. RECOMMANDATIONS. NOS MORTS. Chronique de L'oeuvre UN NOUVEL OUVROIR
Add this
    Oeuvre des partants

    SOMMAIRE

    CHRONIQUE DE LOUVRE : UN NOUVEL OUVROIR. BONS EXEMPLES. PAIN DE SAINT ANTOINE. RECOMMANDATIONS. NOS MORTS.

    Chronique de L'oeuvre

    UN NOUVEL OUVROIR


    Nos lecteurs seront heureux d'apprendre que sur les frontières de France, dans ce pays de Lorraine doublement cher à nos coeurs, à Pagny-sur-Moselle, des personnes pieuses, toutes dévouées aux oeuvres et particulièrement aux missions, ayant eu l'occasion de connaître ce qui se faisait à Nancy Pour nos Partants, formèrent aussitôt le projet de s'unir au groupe de cette ville.
    « Elles demandèrent du coton pour tricoter des chaussettes, promirent des travaux au crochet destinés à des nappes d'autel ; mais surtout partagèrent les sentiments de religieuse sympathie des associées nancéennes pour ce qui touche à l'apostolat des missionnaires, et, comme conséquence le désir de leur venir en aide.
    « Actuellement l'ouvroir de Pagny qui vient de naître et dont nous saluons avec bonheur les commencements, compte plusieurs ouvrières pleines de zèle. Nous leur souhaitons la bénédiction du Sauveur : « Croissez et multipliez ».

    NOVEMBRE DECEMBRE 1899. N° 12.

    CHEZ LES URSULINES DE VITRÉ

    Les couvents sont nos amis, non seulement parce qu'ils sont les amis de Dieu et qu'ils font le bien, mais parce qu'ils sont pour nous de précieux auxiliaires, nous avons eu l'occasion de le dire plusieurs fois et de citer les lettres que des pensionnaires nous écrivent, pour nous exprimer leur dévouement à notre Oeuvre, dévouement que leur ont inspiré de zélées et pieuses maîtresses : la lettre suivante, qui était accompagnée d'objets utiles à nos missionnaires, en est une nouvelle preuve :

    Permettez-moi, mon Révérend Père, de recommander d'une manière spéciale aux prières des Missionnaires la chère communauté des Ursulines. Les Mères et les enfants ont grand besoin des grâces du bon Dieu, et elles en attendent beaucoup du secours de vos supplications.
    J'aurai dans quelques jours, mon Révérend Père, le plaisir de vous faire un autre envoi venant aussi des Ursulines. Vous voyez que les enfants ont mis beaucoup d'entrain à travailler pour vous ; l'une d'elles qui n'a encore que treize ans a pris sur son sommeil pour faire ses deux aubes et l'ornement rouge ! Plusieurs se demandent déjà ce qu'elles feront à la rentrée pour envoyer dans les laissions, et j'ai entendu parler hier d'aubes, de chasubles, de nappes d'autel, de lingerie, etc., etc. Si vous saviez, mon Révérend Père, combien les Religieuses sont heureuses de voir leurs enfants s'oublier un peu pour donner au bon Dieu quelque chose de leur temps. J'espère qu'en échange, Notre Seigneur répandra d'abondantes bénédictions sur la maison qui abrite ces petites ouvrières.
    A. G., enfant de Marie.

    BONS EXEMPLES

    Le Directeur de l'oeuvre des Partants a reçu, il y a quelques semaines, une lettre fort aimable, signée d'un nom que l'Académie française a inscrit parmi ceux de ses quarante immortels ; nous la citons avec l'espoir que nos associés y trouveront plaisir et encouragement.

    Mardi dernier, traversant Paris, j'ai déposé entre les mains du frère portier une enveloppe contenant 300 fr. J'espérais pouvoir vous donner des explications de vive voix. Voici ce que c'est.
    Le dernier bulletin m'avait été renvoyé à Plombières. Le trouvant fort intéressant, je proposai à la respectable veuve chez qui nous étions logés, mon mari et moi, de le lui prêter pour le lire. Le surlendemain, Mme A. G. me rend la brochure et me dit qu'elle veut faire partie de l'Oeuvre. Bref, comme elle est vieille, dit-elle (70 ans), elle désire verser les 120 francs tout de suite et me demande de m'en charger. Ce que j'ai fait bien volontiers.
    Cette commission m'a fait penser que mon mari et moi nous devrions suivre ce bon exemple. Donc voilà les sommes que nous devons.
    Encore un mot sur Mme A. G.
    Cette excellente dame n'est pas riche, et elle n'en est pas moins la fondatrice, ou le principal soutien de toutes les oeuvres chrétiennes de Plombières où son mari était médecin et où il a laissé une mémoire en bénédiction. Mme A. G., qui habite Abbeville l'hiver, continue à venir passer la saison à Plombières où elle loue au baigneur la plus grand parti de sa maison, et tout l'argent qu'elle en retire est consacré aux oeuvres. Quand je lui ai demandé à quel endroit elle voulait recevoir le bulletin : A Plombières, m'a-t-elle répondu aussitôt; car elle veut surtout le faire lire aux enfants de l'école Saint Augustin (tenue par les Marianistes et fondée par elle), une très belle école de garçons où l'on est lier de compter parmi les anciens élèves déjà 15 enfants se préparant au sacerdoce. Un de leurs devanciers est missionnaire au Gabon, la sainte ambition de Mme A. G. en voudrait d'autres pour d'autres missions.
    T.-D.

    PAIN DE SAINT ANTOINE

    PAIN DES APOTRES

    REMERCIEMENTS

    Pour une grâce obtenue, i franc. Mes remerciements les plus sincères. C. D. Saint Antoine qui m'avez accordé la grâce à laquelle je tenais tant, je vous exprime ma plus vive gratitude. Un envoi de 2 francs.

    DEMANDES

    Plusieurs personnes recommandent à saint Antoine : une entreprise importante, une position stable, une place dans une maison catholique, du travail, le retour à Dieu d'une mère et d'un frère, une retraite, une vente de terre (avec promesse de 3 francs).

    ***

    « Bon saint Antoine, ma mère vous recommande son fils malade. Elle vous prie de lui rendre la santé et vous demande également de prendre soin des intérêts spirituels de sa chère famille ».

    RECOMMANDATIONS

    Nous recommandons aux prières de nos Associés : l'Eglise, la France, le Souverain Pontife, les familles de nos Partants, nos séminaristes soldats, la Société des Missions Étrangères.
    La santé de plusieurs abonnés. Un soldat. Un parent que la maladie désespère. La vente de la maison d'une pieuse et généreuse amie des Missions Étrangères. Le rétablissement d'une entreprise détruite par l'orage. Une famille. Prospérité d'une maison de commerce. Un abonné (avec 3 francs). Vente d'une maison de campagne. Un vieillard qui ne veut pas se convertir. Plusieurs pécheurs. Une religieuse. Plusieurs prêtres. Trois communautés. Un père de famille. Un jeune homme qui se prépare au sacerdoce. Plusieurs malades.



    1899/279-282
    279-282
    France
    1899
    Aucune image