Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants SOMMAIRE CHRONIQUE DE LUVRE : La vente de charité ; La réunion annuelle à Toulouse. COTISATIONS PERPÉTUELLES. RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES. NOS MORTS. Chronique de L'oeuvre LA VENTE DE CHARITÉ Eh bien, la vente de charité en faveur de l'OEuvre des Partants a-t-elle été bonne ? Mais oui. De quel ton vous prononcez ce oui ; on dirait qu'il signifie non. Alors vous voulez que j'élève la voix, que j'ouvre de grands yeux, que je fasse des gestes énormes....
Add this
    oeuvre des partants
    SOMMAIRE
    CHRONIQUE DE LUVRE : La vente de charité ; La réunion annuelle à Toulouse. COTISATIONS PERPÉTUELLES. RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES. NOS MORTS.

    Chronique de L'oeuvre

    LA VENTE DE CHARITÉ

    Eh bien, la vente de charité en faveur de l'OEuvre des Partants a-t-elle été bonne ?
    Mais oui.
    De quel ton vous prononcez ce oui ; on dirait qu'il signifie non.
    Alors vous voulez que j'élève la voix, que j'ouvre de grands yeux, que je fasse des gestes énormes....
    Mon. Dieu, arrêtez-je vous brie, cette extraordinaire éloquence et dites-moi
    Eh bien, sérieusement, je vous affirme que la vente de Charité a été bonne, très bonne, meilleure que l'année dernière.
    Meilleure ?
    Oui, je vous l'assure. Et maintenant, sainte âme, qui réservez votre confiance pour les paroles fortement accentuées, si vous rencontrez nos vendeuses dites-leur merci, nos acheteuses dites-leur merci ; et puis, mieux encore, entrez à l'église et dites le plus grand et le plus doux des mercis au lion Dieu, comme nous même l'avons dit de tout notre cur.


    UNE RÉUNION A TOULOUSE

    La réunion annuelle de nos Associés de Toulouse a eu lien comme les années précédentes. Nous en avons eu quelques échos, et nous sommes heureux de les enregistrer. Voici d'abord la lettre d'un de nos confrères, M. Sibers, naguère missionnaire au Tonkin méridional et maintenant, économe à notre Sanatorium de Montbeton. Il écrit à notre vénérée Présidente ces lignes, qui se terminent par un fait bien touchant :
    « J'ai eu le plaisir de présider la réunion et j'en ai emporté le meilleur souvenir. Le Chant des Martyrs, au début de la messe, avait commencé à m'émouvoir ; il était chanté avec conviction et merveilleusement exécuté. Quand vint ensuite le second morceau : « O vos omnes qui transitis per viam... », mon émotion grandissant, je ne pus retenir une larme qui vint perler à mes paupières et, le demandai à Jésus dans son divin Sacrement de bénir avec abondance toutes ces âmes dévouées à sa gloire et aux missionnaires.
    « Malheureusement M. l'abbé Marceau, le zélé directeur de l'Oeuvre à Toulouse, atteint de l'influenza, ne put venir assister à cette fête dont il avait été l'organisateur.
    « De même que la première fois que j'allai préside cette réunion, une pauvresse qui se tenait humblement au fond de la chapelle, tout près de la porte, et qui semblait là pour demander l'aumône, a voulu offrir son obole, et elle a tiré de sa poche un louis de 20 fr. économisé sans doute sou par sou !
    « Que de trésors de générosité sont cachés quelquefois sous les apparences les plus modestes !....... »
    De son côté, la, Présidente du Comité de Toulouse, Mademoiselle de La Tour-Landorthe ajoute ces lignes que nous nous permettons de citer :
    « Le P. Sibers a été bon et aimable ; comme il a bien parlé sur la vocation de l'apôtre ! Notre cher aspirant a pu assister à tout, même au modeste repas donné au P. Sibers à la maison avec toute ma famille. Mais ce qu'il ne vous dira pas bien sur, et ce que moi je tiens à vous dire, c'est l'édification qu'il a donnée, lorsque je l'ai vu s'avancer an pied de l'autel dans son habit de soldat. Quel recueillement ! J'ai cru voir un ange du ciel, et les larmes me sont montées aux yeux; comme il est pieux. Quelle consolation de voir des âmes si pures, à côté de la corruption de tant d'autres. J'étais bien heureuse ce jour-là, et je ne saurais assez remercier le Sacré Coeur et la sainte Vierge. J'ai bien senti que vous priiez pour nous, et je vous ai porté dans mon cur tout le temps de la cérémonie, demandant au bon Dieu de vous bénir et de vous fortifier dans vos si grandes épreuves ».

    COTISATIONS PERPÉTUELLES

    M. JOSEPH DEPOILLY
    M. le chanoine DESPREZ
    Melle DESPREZ
    Mme L. BALLET
    Deux surs d'un missionnaire défunt.

    RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DE GRACES

    Nous recommandons aux prières de nos associés : l'Eglise, la France, le Souverain Pontife, nos séminaristes soldats, la Société des Missions Etrangères ;
    Une mère affligée. Une réconciliation. Cinq premières communions. Un voyage. Trois examens. Un travail long et difficile. Une affaire très importante. Reconnaissance à saint Antoine avec la petite rente ordinaire de 5 francs et 2 francs pour une assistance spéciale. Remerciments à saint Antoine (70 francs) « J'avais demandé à saint Antoine de m'obtenir une grâce ; il s'agissait d'un changement de situation.... saint Antoine nous a protégés, voici les 25 francs promis ». Demande de prières pour retrouver un objet perdu. Reconnaissance et prières à saint Antoine.
    « Je vais bientôt recevoir une statue de saint Antoine ; on m'avait volé des vaches, je promis une statue de 40 francs (regrettant de ne pouvoir mieux) au bon saint s'il me faisait retrouver mon troupeau ; et après 20 heures de recherches, on les vit cachées dans un vallon broussailleux où les avait chassées le voleur ; je ne sais comment on a songé à les chercher jusque-là, tant il semblait incroyable qu'elles pussent être en un lieu d'aussi difficile accès. (Phong-y, 4 avril 1903, Lettre de M. Martin, missionnaire apostolique.)
    1903/252-255
    252-255
    France
    1903
    Aucune image