Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants SOMMAIRE Texte : NOTRE VENTE KERMESSE. DONS POUR L'OEUVRE. COTISATIONS PERPÉ- TUELLES. DE NOS OUVROIRS RECOMMANDATIONS. NOS MORTS. DIRECTIVES POUR NOS OUVROIRS. VENTE KERMESSE DE L'OEUVRE DES PARTANTS
Add this
    oeuvre des partants
    SOMMAIRE
    Texte : NOTRE VENTE KERMESSE. DONS POUR L'OEUVRE. COTISATIONS PERPÉ- TUELLES. DE NOS OUVROIRS RECOMMANDATIONS. NOS MORTS. DIRECTIVES POUR NOS OUVROIRS.

    VENTE KERMESSE
    DE L'OEUVRE DES PARTANTS

    Cette année notre vente de charité avait été fixée aux 31 mai et 1er juin, et pour en assurer le succès, nos amis coloniaux de toujours nous ont prêté le plus gracieux et le plus dévoué concours. Il en est un qu'il faut citer : M. Paul Roque qui a répondu avec un si vif empressement à l'appel que lui lit Madame Tuffier, Présidente de notre oeuvre.
    Le directeur de la Section Coloniale de l'IndoChine ayant mis à notre disposition la fanfare de la garde indigène annamite, le théâtre de notre vente n'eut rien de cette monotonie qui passe, par moment, sur les foules les plus vivantes.
    Dans l'histoire de la musique, on raconte que Palma désarma son créancier par l'harmonie qu'il sut tirer de son clavecin. Nous n'avions aucun créancier à apaiser, mais la musique a si bien parlé aux coeurs de nos bienfaiteurs que, sans effort, elle a délié leur bourse.
    Nos petits musiciens annamites ont étonné nos visiteurs par la maîtrise avec laquelle ils ont exécuté les meilleurs morceaux de leur répertoire.
    Dans les temps anciens, les Français ont disputé aux Italiens le prix de la mélodie : qui sait si l'Asie ne prétend pas, sur ce terrain, rivaliser avec l'Europe ?
    A cette vente kermesse, qui avait la prétention d'être exotique, une troupe théâtrale annamite a eu un succès très mérité. Le sujet de la pièce jouée à plusieurs reprises et toujours très chaudement applaudie, était celui-ci : Une princesse fiancée à l'héritier du trône a trahi son pays. La conspiration découverte, la princesse est jugée et, d'après les lois du Royaume, elle doit mourir, soit par l'épée, soit par le poison, soit par la strangulation.
    Le fiancé intercède auprès des deux Impératrices, mais celles-ci sont inexorables, la sentence de mort est signée et la princesse avale la ciguë et meurt sur la scène.
    Le jongleur iroquois, car il y avait un jongleur iroquois, amusa follement l'assistance. Ce fantastique barbare, avec une agilité simiesque, faisait circuler trois grosses boules de cent façons différentes et, pour aiguiser ses dents, dévorait du verre à pleine bouche. J'en connais qui tremblèrent pour sa vie, mais il paraît que cet homme digère le verre comme les patates.
    Il faut aussi dire deux mots des dromadaires, car il y avait des dromadaires richement caparaçonnés et portant sur leur dos le plus gracieux fardeau qu'on puisse imaginer : de splendides corbeilles de fleurs. Ces animaux nous apportaient le sourire des grands déserts ! Le chameau ne va pas sans son méhariste, nos dromadaires avaient les leurs
    Mais quelle émotion dans l'âme de nos amis ! Voici ce que nous écrivait la veille de notre vente la personne la plus versée dans la connaissance des moeurs du dromadaire africain:
    « Quelle imprudence d'amener ces animaux sauvages à la vente ! Je vois en pensée ces« vaisseaux du désert » se ruant au milieu de notre paisible réunion, ... parcourant à grandes foulées le jardin, écrasant les fleurs, mordant les petits cavaliers qui essaieront de les monter, se ruant sur les Pères qui voudront leur résister et se livrant à mille irrévérences devant les personnages les plus respectables ».
    Les dromadaires furent sages, très sages même et pour avoir l'illusion du désert, il ne manquait que les triomphales ondulations, sous la grande brise, des palmes du dattier.
    Les comptoirs, style oriental, au nombre de 14, rappelaient la Chine, le Japon et Angkor. Quel coloris, parfois cruel pour l'oeil français, mais bien dans la note des choses orientales !
    Et sur ces comptoirs s'étalait tout ce que l'ambition des amateurs pouvait désirer, tout ce qui peut tenter le connaisseur de laques, de porcelaines chinoises, de nattes cambodgiennes et siamoises, de dentelles et de broderie, beaucoup de jolies choses et pour les acheter pas nécessaire d'avoir la fortune de Rockfeller !
    Nos aimables vendeuses étaient aidées dans leur charitable entreprise par une légion de jeunes filles portant avec une extrême élégance les costumés japonais, chinois et indiens. Vrai ! Elles étaient si bien orientales, nos gracieuses et dévouées demoiselles, que l'Orient les aurait volontiers adoptées.
    Que pouvait refuser le visiteur quand de si charmantes vendeuses sollicitaient leur charité ? « C'est pour les Missions, achetez thé, vanille, sucreries, etc Venez, je vous prie, prendre un rafraîchissement au buffet... » Et nos jeunes Scouts, comme ils étaient habiles à entraîner tout le monde au théâtre !
    Aucune vente de charité, à ma connaissance, n'a eu pareil entrain.
    Le 1er juin, vers 4 heures, Sa Majesté l'Empereur d'Annam voulut bien nous faire l'honneur de sa visite et dans ce petit coin de la rue du Bac, apparenté depuis plus de 250 ans à la, terre d'Annam, ce fut pour tous les missionnaires présents une heure de joie.
    Monseigneur le Supérieur et tous ses confrères ont grandement apprécié la délicate attention de S. M. Bao-Dai.
    Les fêtes les plus belles ont une fin. Rien ne manqua à la nôtre si ce n'est un rayon de soleil. Nous avions prié Sainte Claire de nous envoyer du beau temps pour les deux jours des 31 mai et 1er juin. L'après-midi du 31 fut passable, Mais la journée du 1er juin fut trop mouillée, et les parasols japonais que nous avions tendus contre les rayons du soleil fondirent sous la pluie. Les joies de la terre ne sont jamais complètes !
    La sagesse consiste à accepter ce que le Bon Dieu nous donne.
    Notre Vente Kermesse, malgré le temps douteux et finalement mauvais, fut un succès. Que tous nos remerciements et notre reconnaissance aillent vers les personnes charitables qui nous ont aidés!


    1931/180-183
    180-183
    France
    1931
    Aucune image