Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants Notre Vente de Charité Notre vente de charité en faveur de l'OEuvre des Partants a eu lieu les 4 et 5 juin et, comme celle des années précédentes, elle a eu tout le succès que nous attendions de l'inlassable dévouement de nos dames patronnesses. Les comptoirs étaient vraiment des comptoirs de printemps, fleuris à ravir, comme si la nature s'était appliquée à les nuancer des couleurs les plus variées et les plus attrayantes.
Add this
    oeuvre des partants

    Notre Vente de Charité

    Notre vente de charité en faveur de l'OEuvre des Partants a eu lieu les 4 et 5 juin et, comme celle des années précédentes, elle a eu tout le succès que nous attendions de l'inlassable dévouement de nos dames patronnesses.
    Les comptoirs étaient vraiment des comptoirs de printemps, fleuris à ravir, comme si la nature s'était appliquée à les nuancer des couleurs les plus variées et les plus attrayantes.
    Le groupe de nos charmantes vendeuses et la légion de nos petits vendeurs s'attachaient si bien aux visiteurs de notre Kermesse qu'il était impossible de se libérer de leurs instances solliciteuses sans laisser entre leurs mains billet ou menue monnaie.
    Vanille d'Extrême-Orient, thé de Chine, bibelots, curios japonais, indiens et chinois, objets d'art, lainages, etc.: il y avait pour satisfaire tous les goûts et alléger toutes les bourses.
    Les gourmets trouvaient au buffet parfaitement garni les plus exquises boissons et les gâteaux les plus fins.
    La journée du 4 fut un peu contrariée par une heure de mauvais temps, ce fut le seul incident qui assombrit les sourires.
    Que tous nos bienfaiteurs et amis trouvent ici l'expression de nos remerciements et de notre reconnaissance.

    L'OEuvre des Partants à Amiens

    La réunion générale des Dames de l'OEuvre des Partants et l'exposition des travaux de l'Ouvroir ont occupé une bonne partie de l'après-midi du 3 mai.
    Mme TUFFIER, Présidente de l'OEuvre à Paris, et le P. ROBERT, s'étaient rendus à Amiens pour la circonstance, toujours heureux de témoigner leur reconnaissance à une section que le zèle de Mme PRÉVOST sait maintenir toujours si vivante et si agissante.
    Mgr LECOMTE, qui témoigne une sollicitude toute paternelle aux oeuvres charitables de son diocèse, a bien voulu présider notre réunion et lui apporter la flamme de sa chaude sympathie. Son Excellence n'oublie rien de ce qui peut animer, encourager et faire triompher les meilleures causes et, parmi les meilleures, il met en première ligne tout ce qui touche à l'Evangélisation. Il suit Mgr de GUÉBRIANT dans sa longue et dure visite apostolique, rappelle les labeurs et les exemples des missionnaires de son diocèse et, avec le talent oratoire qu'il possède à un si haut degré, loue et encourage le dévouement merveilleux de nos associées.
    Laissons parler maintenant Mme PRÉVOST, dont le compte rendu donne bien la note vraie de la zélée section de l'OEuvre des Partants d'Amiens.

    MONSEIGNEUR, MON RÉVÉREND PÈRE,

    Comme il est bon de pouvoir une fois de plus remercier Votre Excellence ! Avec son labeur incessant, il parait peut-être bien osé de réclamer sa présence pour notre OEuvre, mais sa grande bienveillance, son attachement aux Missions, nous y autorisent, puisque Elle nous a toujours répondu si favorablement.
    Notre groupe vous est aussi très reconnaissant, mon Révérend Père, de vouloir bien venir à lui, particulièrement cette année. A vos charges habituelles viennent s'ajouter celles si lourdes du Supériorat, puisque Mgr de Guébriant n'a pas craint d'entreprendre une longue tournée en Extrême-Orient. C'est que Son Excellence savait pouvoir compter sur son Premier Assistant, dont le dévouement et la haute compétence lui donnaient toute sécurité.
    A Mgr de Guébriant, qui tant de fois a répondu à notre appel, qu'il nous soit permis d'adresser un témoignage d'admiration ; d'autres plus autorisés ont déjà loué la vaillance de Son Excellence, qui n'a pas reculé devant la fatigue et les dangers d'un voyage parmi des Missions dont l'accès est parfois si pénible ; mais Elle ne doutait pas du réconfort qu'Elle allait porter à ses Fils et déjà certains comptes rendus nous ont fait entrevoir la joie qu'a causée le passage du Père vénéré. Et si. dans quelque temps, Monseigneur retrouve avec plaisir son cher Séminaire de la rue du Bac, n'éprouvera-t-il pas aussi bien des regrets en quittant à nouveau des pays où II a laissé tant de son coeur? N'en est-il pas de même de tous les Missionnaires rappelés en France ? Qui peut le savoir mieux que vous, mon Révérend Père ?
    Mais au moins, avez-vous la satisfaction de voir que dans notre pays les oeuvres missionnaires ne sont plus ignorées comme autrefois. Il fallait les côtoyer de près, avoir quelque rapport avec elles, pour les connaître ; à présent, grâce à l'élan donné par le Souverain Pontife, les Missions sont à l'ordre du jour. Il était facile de s'en convaincre, l'an dernier, lors de l'Exposition Coloniale : le Pavillon des Missions Catholiques fut le plus visité. N'était-ce pas juste, puisque ce sont surtout les missionnaires qui ont fait aimer et respecter la France dans les Colonies ? Les Missions Etrangères tenaient certes une belle place dans ce Pavillon, et dans la crypte, où étaient exposés les objets ayant servi au supplice des Martyrs, cette crypte si simple et si éloquente, combien de noms ayant appartenu à votre Société !
    On retrouvait un vrai coin de l'Exposition coloniale aux Missions Etrangères, lors de la vente de charité des Partants, et quelle délicieuse vision dane le grand et beau jardin du Sémimaire ! C'était dû à votre initiative, mon Révérend Père, et à celle de la dévouée Présidente de l'OEuvre des Partants.
    A l'honneur à l'Exposition Coloniale, les Missions Etrangères le sont encore ces temps-ci dans la littérature par la récente publication de M. Georges Goyau. Décrire les origines, la règle, la formation des membres d'un Institut pourrait paraître fastidieux pour les simples profanes. Il n'en est rien : l'écrivain a su nous captiver et nous sommes profondément intéressés et émus à la lecture des divers chapitres, combien surtout par ceux consacrés aux martyrs.
    Il est vrai que M. Goyau n'a eu pour cela qu'à raconter simplement des faits qui parlent par eux-mêmes ; mais il faut lui être reconnaissant d'avoir mis en lumière des détails ignorés, d'avoir mieux fait comprendre les bienfaits d'une Société qui a su former tant de héros et de martyrs et qui continue sa tâche sous nos yeux.
    C'est pourquoi nous sommes fières de coopérer, pour une faible part, c'est vrai, aux travaux de ses membres en leur procurant ce qui est nécessaire au moment du départ. Aussi espérons-nous qu'aux concours dévoués qui nous ont permis de grouper les travaux que vous avez pu admirer, viendront s'adjoindre d'autres bonnes volontés. Nos réunions mensuelles ont été plus suivies cette année, et nous remercions les associées et les personnes qui, empêchées de venir, prennent de l'ouvrage à la maison : certaines sont des ouvrières très actives.
    Deux de nos associées sont décédées depuis notre dernière réunion de mars 1931: Mlle Marie Abar et Mme Blaive de la Pinotière ; puis M. Jules Bougon, mari d'une associée et frère de Mme Lupart, depuis si longtemps dévouée à l'oeuvre.
    Gombien nous savons gré à Mme Tuffier d'avoir, encore cette fois sacrifiée quelques instants dun temps si précieux pour venir nous encourager et nous donner l'occasion de la féliciter de l'essor quelle donne à l'OEuvre des Partants.
    Nous remercions aussi Monsieur l'Aumônier qui veut bien se déranger pour que nos réunions puissent se clôturer par la bénédiction du Saint-Sacrement.
    Et nous n'aurons payé nos dettes de reconnaissance qu'après avoir remercié les Bonnes Mères de l'hospitalité qu'elles nous offrent si largement. Ici, chacune se sent chez soi et y revient volontiers ; c'est donc grâce à elles que notre oeuvre peut se maintenir. Il faut qu'elle prospère davantage cette année ; nous ferons titra effort pour trouver de nouvelles adhérentes, et il faut espérer qu'il sera couronné de succès
    Puissiez-vous le constater l'an prochain, mon Révérend Père, en nous trouvant encore plus nombreuses et en apprenant que plus de doigts ont travaillé pour les Missionnaires. 22 ou 23 doivent partir en septembre. Que leur nombre aille aussi grandissant ! Nous le souhaitons de tout coeur et surtout nous le demandons à Celui qui réclame des ouvriers pour la moisson.

    OUVROIR D'AMIENS

    22 nappes d'autel garnies. 44 sous-nappes. 16 bas d'aubes. 3 garnitures de nappes. 72 purificatoires. 72 manuterges. 4 amicts ouvragés. 1 service linge de messe ouvragé. 1 cordon d'aube. 6 pales. 4 corporaux. 1 bourse porte Dieu. 48 paires de chaussettes.

    OUVROIR DE LIMOGES
    Dirigé par Mlle de la Chapelle.

    2 ornements. 13 purificatoires. 9 manuterges. 2 amicts. 26 corporaux. 6 étoles. 7 garnitures de nappes. 5 pavillons de ciboire. 5 bourses. 71 pales. 19 conopées. 1 dessus de missel. 40 tours d'étoles. 48 gilets de flanelle. 2 paires de bas.

    OUVROIR D'AURAY
    Dirigé par Mine Sageret.

    13 amicts. 36 purificatoires. 6 garnitures de nappes.

    OUVROIR DE VANNES
    Dirigé par Mlle de Salins.

    1 ornement blanc. 1 aube en filet. 2 pales brodées. 2 bas d'aubes. 4 garnitures de nappes. 30 amicts. 18 purificatoires. 24 corporaux. 1 paire de bas.

    DONS POUR L'OEUVRE

    M. et Mme J. H . . . . . . . . 30 fr. »
    A l'occasion de la Kermesse . . . . . . 200 fr. »
    Mlle R . . . . . . . . . 50 fr. »
    Mlle E. M . . . . . . . . . 10 fr. »
    Mme A. D. . . . . . . . . . 5 fr. »
    Mme F. M . . . . . . . . . 20 fr. »
    Mme M. . . . . . . . . . 500 fr. »

    RECOMMANDATIONS

    Les associés de Juvisy-sur-Orge, de Dunkerque, d'Amiens, de Vannes, d'Auray et de Limoges. Plusieurs affaires temporelles. Plusieurs examens. Plusieurs conversions. Plusieurs intentions particulières.

    ASSOCIÉS

    MESSE POUR LES DÉFUNTS

    Le troisième vendredi de chaque mois, une messe est célébrée par le Directeur de l'oeuvre des Partants pour tous les défunts dont on nous aura fait connaître le décès.

    DÉFUNTS

    Mme LOUIN. Mlle LAMAYSOUETTE.
    M. JUSSEAU. M. l'Abbé BELLON.
    M. Charles AURAT. Mme la Comtesse DE COURCY.
    Mlle Marie LAURÉS. M. NOSTEN.
    Mlle DE BRIMONT.
    Mme TOURNIER, mère de Mgr l'Evêque de Coimbatore (Inde).

    Ste Gle d'Imp. Et Edit., 1, rue de la Bertauche, Sens. 7-32.

    1932/196-200
    196-200
    France
    1932
    Aucune image