Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants SOMMAIRE DÉCORATION OFFERTE À Mme LA PRÉSIDENTE DE L'OEUVRE DES PARTANTS PAR L'EMPEREUR D'ANNAM; LES DÉCORATIONS ANNAMITES. COTISATIONS PERPÉ TUELLES. DONS. RECOMMANDATIONS. NOS MORTS. Gravures : DIPLÔME. DÉCORATION. ÉCRIN. DÉCORATION OFFERTE A Mme LA PRÉSIDENTE DE L'OEUVRE DES PARTANTS, PAR S. M. L'EMPEREUR D'ANNAM
Add this
    oeuvre des partants

    SOMMAIRE

    DÉCORATION OFFERTE À Mme LA PRÉSIDENTE DE L'OEUVRE DES PARTANTS PAR L'EMPEREUR D'ANNAM; LES DÉCORATIONS ANNAMITES. COTISATIONS PERPÉ TUELLES. DONS. RECOMMANDATIONS. NOS MORTS.

    Gravures : DIPLÔME. DÉCORATION. ÉCRIN.

    DÉCORATION OFFERTE A Mme LA PRÉSIDENTE
    DE L'OEUVRE DES PARTANTS,
    PAR S. M. L'EMPEREUR D'ANNAM

    Nos lecteurs ont compris, par l'ordonnance que nous avons publiée dans le précédent numéro de nos Annales, la grandeur de la reconnaissance éprouvée par S. M. Khai Dinh, empereur d'Annam, envers l'évêque d'Adran, Mgr Pigneaux de Béhaine, à qui la dynastie des Nguyên doit d'être remontée sur le trône
    Cette preuve de l'élévation et de la générosité de Sa Majesté s'est affirmée de nouveau dans la décoration qu'elle vient de décerner à la Présidente de notre chère OEuvre des Partants.
    L'empereur qui n'a pu, comme il en avait exprimé le désir, visiter notre Séminaire des Missions Etrangères, a voulu donner à la Présidente d'une OEuvre créée par le Séminaire, et pour lui, un témoignage de son estime. Il a fait remettre à Mme la
    Marquise de Laubespin la plaque d'honneur Kim-Boi, avec un diplôme frappé de son sceau personnel.
    Nous sommes grandement heureux de cette distinction accordée à notre vénérée Présidente, et nous savons à S. M. l'Empereur un gré infini de cet acte de très gracieuse bienveillance.
    Mme la Marquise de Laubespin n'avait sans doute jamais songé qu'en qualité de présidente d'une OEuvre catholique et française, elle serait décorée par un prince bouddhiste et étranger.
    Les choses humaines offrent parfois de ces contrastes, qui semblent d'ironiques et peut-être instructifs sourires de la Providence .....

    Les décorations de l'Empire d'Annam se classent selon leur forme en Khanh, Boi, Tiên et Bai. Elles sont en jade, en or, en vermeil ou en argent. L'origine de ces distinctions remonte vraisemblablement à des époques très lointaines. Mais, pour certaines d'entre elles, il est difficile de retrouver, même dans les archives de la Cour d'Annam, les dates exactes de leur création.
    Le Khanh qui, certainement, fut, depuis les temps les plus anciens, décerné par les souverains annamites, le Khanh, en jade, en or ou simili or, était destiné à récompenser les hauts faits des chefs militaires ou les éminents services des grands mandarins civils. Il constituait une faveur très exceptionnelle, ce qui le rendait fort enviable. Le Khanh en or ou Kim-Khanh fut pour la première fois en 1873, sous le règne de Tu Duc, donné à un Français, l'amiral résidant à Hanoi. En 1887, l'empereur Dong Khanh fit frapper des Kim-Khanh de quatre classes (au lieu de deux) et établir, dans sa forme actuelle, le brevet qui est remis aux titulaires de cette décora fion qui, pour les Annamites, correspond à notre Légion d'honneur. Aujourd'hui, on distribue, mais à titre beaucoup plus exceptionnel, des Khanh de jade ou Ngoc-Khanh, à des fonctionnaires de très haut rang, anciens gouverneurs généraux d'IndoChine ou résidents supérieurs d'Annam ayant rendu d'éminents services à l'Empire.
    Le Boi était jadis une décoration de jade (Ngoc-Boi), exclusivement attribuée aux femmes et dans des circonstances quasi historiques. En 1889, l'empereur d'Annam fit frapper des Boi d'or (Kim-Boi) de trois classes « pour être accordés en récompense aux personnes méritantes ». Cette décoration, comme la précédente, n'est décernée qu'avec beaucoup de discrétion.
    Les huit caractères gravés sur la plaque d'or offerte à Mme la Présidente de l'OEuvre des Partants signifient :
    Sous le règne de Khai Dinh, cette décoration Kim-Boi de seconde classe vous a été accordée.
    Cette plaque est renfermée dans un écrin sur lequel sont gravés des caractères dont voici la signification :

    Sous le règne de Khai Dinh. Je vous remets ceci en témoignage de mon souvenir.
    Le Tiên est un ordre également fort ancien qui, jadis, était frappé avec des inscriptions différentes, selon le règne et l'année, chaque fois que le souverain voulait reconnaître une action particulièrement digne de récompense. Mais, en 1832, sous l'empereur Minh Mang furent fabriqués des Kim-Tiên ou sapèques en or, selon un modèle officiel. L'ordre comprend trois classes, plus une classe exceptionnelle pour les services particulièrement éclatants. Il y a aussi des Ngan-Tiên, en argent, destinés à récompenser les agents subalternes.
    Le Khanh, le Boi et le Tien, se portent en sautoir, suspendus à un cordon rouge passant autour du cou et laissant tomber l'insigne sur la poitrine. Une frange en soie multicolore, en perles ou en graines de corail, prolonge l'insigne de métal.
    Il y a enfin une quatrième décoration, le Bai, dont les bénéficiaires sont encore beaucoup plus rares que les titulaires des précédentes. Le Bai fut créé en 1802, par l'empereur Gia Long, sous la forme d'une plaque en argent qui, en 1834, devint une plaque en or. Cette distinction, que reçoivent les princes, ne peut être accordée qu'aux mandarins annamites occupant les quatre premières places dans la hiérarchie mandarinale, c'est-à-dire les mandarins que l'on appelle là-bas les Quatre Colonnes de l'Empire.
    L'attribution des ordres créés par les souverains annamites est, on le voit, réglementé avee un grand soin qui en rehausse la valeur.

    COTISATIONS PERPÉTUELLES

    Mlle JEANNIN. M. Anatole BUTIN.
    Mlle Louise BLONDET. Mme CAFOURNEL.
    M. Noël BUTIN. Mme FOREST.
    Mme BUTIN, née RONDEL. M. l'abbé PECHERIC.
    ANONYME M. J. D. Famille FERRAND.

    DONS

    Pour l'OEuvre.

    ANONYME, 50 francs.
    Mlle A.-M. GUILLOU, 100 francs.
    Mlle ARMANGAUD, 500 francs. Très spécial merci et l'assurance de nos prières.

    Pour mon Église P. A. Gombert (Corée).
    Mlle A.-M. GUILLOU, 100 francs.
    ANONYME, 30 francs.

    Pour M. Williatte (Kouy-tcheou).
    M. A. GLORIEUX, 75 francs.

    Pour le Laos.
    ANONYME, 30 francs.

    RECOMMANDATIONS

    Nous recommandons aux prières de nos Associés :
    La France, le Souverain Pontife, la Société des Missions Etrangères ;
    Les Associées de Rennes. Une personne très éprouvée. Plusieurs conversions. Un mariage. L'avenir de plusieurs personnes. Plusieurs défunts. La santé d'un père de famille. Une affaire très utile. Deux jeunes ménages. Les Associées de Lamballe. Intentions particulières. Une mère et son jeune fils.

    1922/193-198
    193-198
    France
    1922
    Aucune image