Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

oeuvre des partants

oeuvre des partants SOMMAIRE VENTE DE CHARITÉ. VISITE DU PRINCE D'ANNAM. DÉPART. COTISATIONS PERPÉTUELLES. DONS. RECOMMANDATIONS. NOS MORTS. VENTE DE CHARITÉ VISITE DU PRINCE D'ANNAM
Add this
    oeuvre des partants

    SOMMAIRE

    VENTE DE CHARITÉ. VISITE DU PRINCE D'ANNAM. DÉPART. COTISATIONS
    PERPÉTUELLES. DONS. RECOMMANDATIONS. NOS MORTS.

    VENTE DE CHARITÉ VISITE DU PRINCE D'ANNAM

    La Vente de charité a eu lieu le 16 et le 17 mai comme nous l'avions annoncé. Au moment où nous mettons sous presse nous ignorons encore le total des recettes, mais nous avons des motifs de croire qu'il a été bon, peut-être meilleur que celui des années précédentes. Remercions la Providence de ses bontés pour notre chère OEuvre, et demandons-lui instamment de daigner les répandre avec plus d'abondance encore, puisque les besoins des missions augmentent.
    Qu'il me soit permis de raconter aux lecteurs des Annales le joli petit épisode qui a embelli les dernières heures de notre existence de vendeuses.
    Depuis la veille on chuchotait, on chuchote toujours et que ne chuchote-t-on pas? Donc, mardi soir, on disait à mots plus ou moins couverts que le lendemain nous aurions la visite d'un prince... et même d'un prince charmant. Et, en effet, nous l'avons eue.
    A 4 heures, avec Mme Charles, femme de notre ancien et si sympathique résident supérieur à Hué et ancien gouverneur général de l'Indochine, sont entrés dans notre salle de Vente deux enfants, âgés, l'un d'environ dix ans, et l'autre de sept à huit ans.
    Le premier à physionomie très ouverte, très intelligente, au regard déjà assuré, revêtu d'un costume de soie jaune la couleur impériale, la poitrine ornée d'une riche et gracieuse décoration, est le prince héritier du trône d'Annam, le fils de l'empereur Khai-dinh, venu en France l'été dernier. Il se nomme Vinh-thuy. Il est resté à Paris pour y faire son éducation; il a commencé par apprendre le français qu'il comprend et parle déjà avec quelque facilité et sans aucun accent étranger.
    Parmi ses bons amis de Paris qui rappellent à cet enfant son lointain pays d'Annam, il en est un pour lequel il a une sympathie particulière : c'est le P. Léculier, ancien missionnaire à Hué et actuellement un des membres de l'administration supérieure de la Société des Missions Etrangères. Pour lui être agréable, pour se distraire, pour se montrer fidèle aux sentiments de sympathie que l'empereur témoigne aux missionnaires, le petit prince est venu passer quelques instants à la vente de l'OEuvre des Partants.
    Présidente, vice-présidente, conseillère de l'OEuvre, toutes nous avons été heureuses de le voir, et lui semblait charmé des attentions dont nous nous plaisions à l'entourer.
    Il a commencé son rôle de futur souverain par regarder avec grande attention tous les objets exposés, manger quelques biscuits qu'il a trouvés fort bons, et dégusté une orangeade avec un visible satisfaction. Il a fait quelques achats dont, sans doute par désintéressement royal, il n'a pas demandé le prix..., peut être ignore-t-il encore les difficultés d'un budget; d'ailleurs à la manière dont les achats ont été payés, le budget paraît bien équilibré. Puis lui et son cousin, le petit bonhomme de huit ans, se sont donné la joie de la pêche à la ligne dans un vaste panier plein d'images et de sucreries, de statuettes en carton et de croquettes en chocolat. A tous les coups l'on gagne..... A cet amusement, les deux enfants ont paru prendre un plaisir extrême.
    Et nous aussi vraiment, nous jouissions de voir ce représentant d'une des vieilles dynasties de l'Extrême-Orient fraterniser avec nos enfants dans la maison des Misions Etrangères, d'où partent, depuis plus de deux cent cinquante ans, les évangélisateurs de l'Annam. Heure charmante, la plus agréable de celles que nous a procurées notre Vente.
    Petite Majesté, gardez de nous bon souvenir; vous avez été le plus charmant des nombreux visiteurs, qui pendant ces deux jours sont venus à nos comptoirs ; croyez bien que nous ne vous oublierons pas; vous aussi peut-être vous vous souviendrez de nous... alors faut-il vous dire adieu... plutôt au revoir.

    Marquise DE LAUBESPIN.

    1923/115-117
    115-117
    France
    1923
    Aucune image