Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles diverses

Nouvelles diverses Cochinchine occidentale. — Le 7 décembre 1899, le noviciat des Frères des Ecoles chrétiennes, à Thu-duc, a célébré le cinquantième anniversaire de l'entrée en religion de son vénéré supérieur : le Frère Basilisse. Cet excellent religieux a passé de longues années en Cochinchine, où tous ceux qui le connaissent, l'aiment et l'estiment grandement. Nos plus sincères félicitations au cher Frère Basilisse.
Add this
    Nouvelles diverses

    Cochinchine occidentale. — Le 7 décembre 1899, le noviciat des Frères des Ecoles chrétiennes, à Thu-duc, a célébré le cinquantième anniversaire de l'entrée en religion de son vénéré supérieur : le Frère Basilisse. Cet excellent religieux a passé de longues années en Cochinchine, où tous ceux qui le connaissent, l'aiment et l'estiment grandement. Nos plus sincères félicitations au cher Frère Basilisse.
    Nos lecteurs savent sans doute que la statue d'un évêque français de la Société des Missions Étrangères, Mgr Pigneau de Béhaine, évêque d'Adran, devait être, en 1899, inaugurée à Saïgon. Par suite d'involontaires retards, cette inauguration n'aura lieu que l'année prochaine. Mais ne voulant pas laisser passer sans une cérémonie religieuse le centenaire de la mort et des funérailles de Mgr Pigneau, Mgr Mossard a convoqué au tombeau du prélat, le 16 décembre, les missionnaires, les prêtres indigènes et les chrétiens de Saigon. Ceux-ci y sont venus en grand nombre, et le premier provicaire de la mission, le P. Gernot, a dans un éloquent discours, rappelé les services éminents rendus à la France et à l'Annam par l'évêque d'Adran, et il a su tirer de la vie du prélat des leçons pratiques pour le salut de ceux qui l'écoutaient, leur redisant en même temps les grandes vérités qui excellent à toucher les âmes, et que mieux que personne il sait redire en un langage rendu plus émouvant par ses 40 années d'apostolat.
    Le tombeau de Mgr Pigneau avait été pour la circonstance complètement restauré par les soins du gouvernement français.
    Hakodaté. — Le P. Urbain Faurie, missionnaire de Hakodaté, a été nommé Officier d'Académie. « Cette distinction d'ailleurs bien méritée, écrit Mgr Berlioz, notre cher confrère l'a acceptée, surtout parce qu'elle sert la cause de la religion, en honorant, aux yeux des Japonais, le caractère du missionnaire qui la prêche ».
    Voici la copie de la lettre par laquelle M. le Ministre de France au Japon a transmis officiellement à S. G. Mgr de Hakodaté l'arrêté de M. le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts.

    LÉGATION Tokio, le 16 juin 1899.
    DE LA
    RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
    AU JAPON

    Monseigneur,
    J'ai l'honneur de vous faire connaître que le Gouvernement de la République désireux de reconnaître les services rendus à la cause française dans ce pays par le Père Faurie qui fait partie de votre mission, vient, sur ma proposition, de lui conférer les palmes d'Officier d'Académie.
    Je m'empresse de vous transmettre ci-joint le brevet et les insignes de cette distinction, ainsi qu'un avis destiné au P. Faurie, et je vous serais reconnaissant de lui assurer la remise de ces pièces, en lui transmettant mes félicitations personnelles et en lui exprimant toute la satisfaction que j’éprouve à avoir contribué à faire connaître les longs et distingués services rendus par lui à la science et à nos collections nationales.
    Agréez...

    J. HARMAND.
    Mgr Berlioz, Evêque de Hakodaté.
    Kumbakonam. — Le sacre du premier évêque de Kumbakonam (Indes orientales), Mgr H.-M. Bottero, a eu lieu le 30 novembre, fête de saint André, apôtre, à la cathédrale de Pondichéry. Mgr Gandy, métropolitain, a été le consécrateur, et les deux assistants étaient Mgr J. Bardou, évêque de Coïmbatore, et Mgr E.-L. Kleiner, évêque de Mysore. Étaient présents : NN. SS. Th. Mayer, auxiliaire de Mgr l'archevêque de Madras, J.-M. Barthe, évêque de Trichinopoly, R.-M. Fée, évêque de Malacca, et un grand nombre de missionnaires et de prêtres indigènes.
    Le mercredi suivant, 6 décembre, à 6 heures 1/2 du soir, Mgr Bottero arrivait à sa ville épiscopale. L’ex-maire — un brahme — avait envoyé sa calèche découverte attelée de deux chevaux, pour conduire Sa Grandeur de la gare à la cathédrale. Quoique toute la police municipale fût sur pied, on avait peine à fendre la foule : hindous, musulmans, chrétiens, tous voulaient recevoir la bénédiction du grand gourou.

    1900/132-133
    132-133
    France et Asie
    1900
    Aucune image