Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles diverses

Nouvelles diverses Séminaire de Paris. Le samedi, 22 février, en la chapelle du Séminaire des Missions-Étrangères, S. G. Mgr Potron, évêque de Jéricho, a fait une ordination qui comprenait : 6 prêtres, 46 diacres, 19 sous-diacres, 13 minorés et 5 tonsurés.
Add this
    Nouvelles diverses
    Séminaire de Paris. Le samedi, 22 février, en la chapelle du Séminaire des Missions-Étrangères, S. G. Mgr Potron, évêque de Jéricho, a fait une ordination qui comprenait : 6 prêtres, 46 diacres, 19 sous-diacres, 13 minorés et 5 tonsurés.
    Cochinchine occidentale. Orphelinat agricole. La Mission, après avoir fait dans la paroisse de Ba-ria l'achat d'une plantation de poivriers en plein rapport, construit dans cette plantation un orphelinat qui pourra recevoir cinquante orphelines, en attendant qu'une installation semblable permette de loger et d'entretenir, sur une propriété nouvellement concédée, les jeunes gens et les petits garçons. De ceux-ci, comme de celles-là, nous allons essayer de faire des planteurs, c'est-à-dire des gens à résidence fixe, espérant obvier par là à deux défauts naturels à la race annamite de Cochinchine : 1° la paresse ; l'indigène vit ici, en effet, à si peu de frais, et il a, en réalité, si peu de besoins, que la loi du travail ne semble pas avoir été promulguée pour lui. 2° Le vagabondage : l'Annamite est un quasi nomade, un bohème plutôt, qui se trouve chez lui partout où il peut parler sa langue et manger du riz.
    Sans compter que nous aurons là un placement de premier ordre pour nos orphelins et nos orphelines dont l'avenir a lieu de nous préoccuper plus aujourd'hui qu'autrefois. Si nous réussissons, ce ne sera point un miracle, mais ce sera une merveille. Nous escomptons la merveille comme déjà réalisée, habitués que nous sommes à voir Dieu se servir de notre humble ministère pour créer de grandes choses.
    J'ose espérer que les lecteurs des Annales de la Société des Missions-Étrangères voudront bien nous aider des secours de leurs charitables prières pour le succès de cette oeuvre. (Lettre du P. Lallement.)

    Pondichéry. Visite à Markanam. Je suis en ce moment à Markanam, le paradis du district de Minnour. Si j'étais contemplatif, les belles méditations dans ce gentil village caché sous la feuillée! A quelques mètres, gronde la puissante voix de l'océan, exhortation incessante au souvenir de la présence de Dieu. Tout autour, aussi loin que peut embrasser la vue, des groupes de palmiers au feuillage impeccablement vert ou des topes de cocotiers à la longue chevelure, constamment frémissante sous la brise. Çà et là, tous les cinquante pas, une minuscule hutte à la toiture de feuilles, dissimulée comme une taupinière à l'ombre des larges tamariniers. Et partout le calme, le silence, sur ce terrain sablonneux à peine recouvert d'un léger gazon. Assurément ce séjour ferait épanouir d'aise un fils de saint Bruno ! Mais ce n'est pas son seul charme. Le missionnaire y trouve une autre source de contentement. Ici, de braves gens au cur droit, simples, pleins d'égards pour le prêtre, ne l'abordant et ne le quittant jamais sans faire la grande prostration. Les méchantes langues disent bien qu'il leur arrive parfois « de lever un peu le coude ». Mais pourquoi le bon Dieu fait-il couler le jus de palmier avec tant de profusion ? C'est bien pour qu'on y goûte un peu. Du reste ils sont si pauvres ! Pour une journée de travail, deux sous de salaire et une claire bouillie. Ne doivent-ils pas sentir parfois le besoin de tromper leur faim par l'absorption d'un dé de liqueur forte? Ce péché mignon ne les empêche pas cependant d'avoir l'âme religieuse. C'est un plaisir de les voir chaque matin à la sainte messe en foule compacte, priant comme des chrétiens de vieille souche. En entendant la voix mâle des hommes s'harmoniser dans une prière commune avec la voix mélodieuse des femmes et des enfants, on ne peut se défendre, tout jeune missionnaire, de se sentir le cur attendri et de laisser quelque chose d'humide perler à la paupière... Aussi suis-je heureux au milieu de tout ce monde, et est-ce une grande joie pour moi de préparer leurs enfants à la première communion. J'en ai rassemblé une trentaine. Du matin au soir je les ai sous la main, leur fais apprendre les prières et leur explique la doctrine, en un langage qui n'a guère de rapports avec celui de nos auteurs théologiques ! Pour assurer mon succès dans cette dernière tâche, je me sers de quelques images coloriées dues à une main bienfaisante. Vous ne sauriez croire les heureux résultats obtenus par ce moyen. Les intelligences les plus rebelles comprennent alors en un clin d'il les vérités qu'on se serait efforcé en vain de leur inculquer par la simple parole. Et ce qui est plus précieux, c'est que l'image reste dans ces jeunes têtes et forcément aussi l'enseignement qui l'accompagne. J'ose donc bien augurer des sentiments de piété avec lesquels les enfants s'approcheront pour la première fois du Dieu-Eucharistie. Le jour désigné est proche. Déjà tous les visages s'illuminent, quand on leur annonce qu'ils seront bientôt à la veille du plus grand acte de leur vie, et pendant ce temps le front du missionnaire se voile un peu de tristesse, car ce sera pour lui la fin d'une station où il aura coulé des jours bien beaux, bien consolants... (Lettre du P. F. Clément.)

    Kouang-si. Établissement à Kouy-lin. Depuis plus de vingt-cinq ans que la mission du Kouang-si existe, elle n'avait jamais pu fonder de poste dans la capitale de la province à Kouy-lin. Toutes les tentatives de Mgr Foucard et de Mgr Chouzy avaient échoué. Profitant des graves événements qui viennent de se passer en Chine, et fortement appuyé par notre diplomatie. Mgr Lavest a réussi à obtenir l'autorisation d'établir un missionnaire dans la ville si longtemps défendu contre la présence des ouvriers apostoliques. Il y a envoyé son pro-préfet, M. Renault, qui, bien reçu par les mandarins, même par ceux qui s'étaient montrés précédemment fort hostiles, a pu acheter une maison et installer un petit oratoire que fréquentent déjà quelques chrétiens.

    1902/141-142
    141-142
    France et Asie
    1902
    Aucune image