Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles diverses

Nouvelles diverses
Add this
    Nouvelles diverses

    Japon. — Revue. — Les missionnaires du Japon viennent de commencer sous le titre de MÉLANGES la publication d'une revue dont le caractère indique bien l'état d'esprit du pays qu'ils évangélisent. Elle a pour but de mettre sous les yeux des apôtres de ce pays le compte-rendu des publications qu'il leur est utile de connaître. « Elle n'a pas la prétention d'être universelle » dit, avec justement, la préface du premier fascicule, « car la presse dans toutes ses formes offre un champ tellement vaste qu'il y faut nécessairement faire un choix. Elle ne se propose pas non plus de traiter à fond tel ou tel genre de questions exclusivement, ni de publier des réfutations ex professo d'opinions erronées. Les services qu'elle rendra sont plus modestes : d'abord donner une idée suffisamment claire de ce que pensent et disent les Japonais sur les sujets qui nous intéressent, puis prendre dans les revues étrangères certains renseignements dont la connaissance semble présenter, pour nos relations avec les Japonais, un attrait ou des avantages spéciaux, aux nombreux points de vue religieux, philosophique, scientifique, même social ou d'économie politique.
    « La partie japonaise de la Revue sera ordinairement plus étendue que la partie étrangère. Le meilleur moyen, en effet, de nous rendre compte exactement de la pensée japonaise est de connaître ce qu'on présente aux Japonais dans les revues et les livres en vogue, ce qu'ils aiment à lire, les idées dont ils s'imprègnent chaque jour et qui forment, la plupart du temps, la base de leurs jugements. Nous serons ainsi plus à même de leur parler un langage approprié à leur tournure d'esprit.
    « La prose des Japonais ne brille point par la clarté. Ce défaut de forme, qui trop souvent semble avoir pour rôle de mieux dissimuler soit le vide de l'idée soit la fausseté du raisonnement, est pour nous, Français, un défaut capital auquel rien ne supplée ; il a pour effet de rendre l'étude de la littérature Japonaise rien moins qu'attrayante. Nos lecteurs en pourront juger dès cette première livraison des MÉLANGES. Ils seront cependant assez indulgents pour tenir compte de la bonne volonté des traducteurs qui ont pensé qu'un résumé en français serait toujours plus agréable à lire et ordinairement plus compréhensible.
    « Nous faisons d'ailleurs appel aux collaborateurs de bonne volonté qui voudraient bien nous adresser des communications rentrant dans le cadre de ces MÉLANGES ; l'intérêt ne pourra que croître en raison de la variété des sujets ».
    Le prix d'abonnement aux MÉLANGES est fixé à deux yen par an, franco.
    Prière de s'adresser : pour les abonnements, à la librairie Sansaisha, Kanda, Nishikicho, 1 Chome, 10, Tokyo ; pour tout ce qui regarde la rédaction et l'administration de la Revue, au P. Roussel, à Koishikawa, Kobinata Myogadani-cho, 17, Tokyo.

    Coïmbatore. — Consécration épiscopale de Mgr Roy. — Le nouvel évêque de Coïmbatore, Mgr Roy, a été sacré dans son église cathédrale le 17 avril dernier. Le consécrateur devait être Mgr Colgan, archevêque de Madras. Ce vénérable prélat en ayant été empêché, Mgr Bottero, évêque de Kumbakonam, a fait la cérémonie. Les deux assistants ont été Mgr de Castro, évêque de Mailapour, et M. Rondy, vicaire-général du nouveau consacré.
    Le soir, tous les catholiques s'assemblèrent sous le grand portail de la cathédrale et présentèrent à Mgr Roy leurs hommages et leurs présents. Voici la copie de l'adresse lue par M. F.-A. Coshan au nom des Européens et des Eurasiens catholiques :
    « A Mgr Augustin-Antonin Roy, Evêque de Coïmbatore.
    « Plaise à Votre Grandeur :
    « Les catholiques Européens et Eurasiens du diocèse de Coïmbatore, sont heureux de vous offrir leurs félicitations sincères en ce jour favorable, qui va combler de joie et de bonheur tout ce diocèse.
    « Votre Grandeur ne nous est pas étrangère. Votre bonne renommée a étendu autour de votre personne une large zone d'influence, et l'exemple d'une piété discrète, d'un attachement sans affectation au devoir a poussé au bien ceux mêmes qui n'ont pas eu le bonheur de vous connaître personnellement. La tâche dans ce diocèse est assez ardue pour demander toutes les énergies d'un homme, mais nous connaissons la vie de Votre Grandeur, et nous avons l'assurance que vous apportez, pour l'accomplissement de vos grands et lourds devoirs, l'esprit de zèle chrétien, de courage, de patience, de charité, et toutes les qualités que l'on peut attendre d'un pasteur vraiment zélé à la garde du troupeau confié à ses tendres soins.

    JUILLET AOUT. - N° 40.

    « L'administration de l'Eglise aux Indes est complexe : à chaque pas on y rencontre des questions pleines d'importance et d'intérêt. L'avancement spirituel de la population Européenne et Eurasienne, la question de son éducation, de son bien-être matériel : voilà des matières qui attendent une solution, et qui, nous en sommes persuadés, attireront de votre part l'attention qu'elles méritent. C'est avec des sentiments de sincère gratitude que nous avons le bonheur de rappeler ici le profond intérêt que le vénérable Mgr Bardou portait à notre groupe, et nous avons toute confiance que cet intérêt ne perdra rien à passer entre les mains de Votre Grandeur, digne successeur d'un si grand prélat. Nous demandons de tout notre coeur que la force pour le temps de votre carrière apostolique, la grâce pour féconder vos travaux soient accordées à Votre Grandeur avec abondance ; que votre Episcopat soit fertile en bénédictions et riche de résultats ; que, dans le temps de votre séjour parmi nous et par vous, « la paix et le bonheur, la vérité et la justice, la religion et la piété » croissent et s'épanouissent ; que Celui qui a appelé Votre Grandeur à remplir une telle charge, un tel ministère dans son Eglise, vous revête de la puissance d'En Haut, vous comble de tous les biens du Saint-Esprit, vous couvre enfin de l'immuable protection de son amour, maintenant et à jamais.
    Nous osons joindre à cette humble adresse, un faible gage de notre attachement, et nous prions Votre Grandeur de daigner l'accepter.
    Et, sollicitant avec empressement la bénédiction de Votre Grandeur,
    Nous sommes,
    De Votre Grandeur,
    Les Enfants obéissants et dévoués en Notre-Seigneur.
    Les membres européens et eurasiens
    Du diocèse de Coimbatore.

    (Traduit du Catholic Watchman, du 22 avril 1904.)

    Kumbakonam. — Noces de diamant sacerdotales et noces d'or apostoliques du P. Badenier. — Le 13 avril est venu, il a passé ; mais c'est un jour à marquer en lettres d'or dans les annales du tout jeune diocèse de Kumbakonam, et nous en garderons le souvenir de longues années encore. Ce diocèse a le privilège de compter, parmi les membres de son clergé, le prêtre le plus âgé de la Société des Missions Etrangères de Paris, dont les pionniers vont, en troupes de plus en plus nombreuses, porter à l'Extrême-Orient la lumière de notre sainte religion, et qui leur confie dans les Indes le soin de quatre diocèses.
    Ce vénérable vieillard, le T. R. P. Jules Badenier compte 85 printemps, 60 années de sacerdoce, 50 d'apostolat aux Indes. Je puis même ajouter qu'il a travaillé dans la même paroisse 40 années1 et plus peut-être. C'était ce triple, ce multiple anniversaire que célébraient le 13 avril à Kumbakonam l'Evêque et les prêtres du diocèse. Inutile de dire que le vénérable Père est trop modeste pour avoir seulement songé à fêter cet anniversaire, mais il y fut contraint par notre aimable Evêque, Monseigneur Bottero, qui remua ciel et terre pour fêter dignement son vicaire général honoraire, le doyen vénérable de son diocèse et de la Société. Il y pensa avant tout autre. Dans une lettre au Saint-Père, il lui avait demandé sa bénédiction apostolique pour ce jour mémorable ; il demanda également au Supérieur du Séminaire des Missions Etrangères à Paris de vouloir bien envoyer au vénérable vieillard un souvenir durable. Ce souvenir nous arriva sous la forme d'un ornement de toute beauté, de grande valeur, ouvré de broderies en relief.
    C'est Monseigneur en personne qui fit à ses prêtres les invitations, et ceux ci s'empressèrent d'y répondre ; 27 missionnaires en même temps dans la ville de Kumbakonam, c'était à voir. Tous marchaient en bon ordre, précédés de la croix et de bannières ; autour d'eux, se pressait une multitude de personnes, la fanfare si renommée de Tanjore scandait une marche enlevant, les prêtres chantaient le Benedictus d'une voix mâle, tandis qu'en dernier lieu, dans un landau ouvert, siégeait le vénérable vieillard, en ornements sacerdotaux, ayant à ses côtés deux autres prêtres vénérables comme lui.
    La procession suivit la grande rue ornée d'oriflammes et de nombreuses décorations.
    Entré à l'église, le Père chanta la messe avec diacre et sous-diacre, coram Pontifice, ce qui, de mémoire d'homme, ne s'était jamais vu à Kumbakonam ; après l'Evangile, notre vicaire général, le P. J.-B. Niel, prêcha éloquemment sur la dignité du prêtre, devant un auditoire nombreux et recueilli. En terminant, il fit au célébrant le souhait : Ad multos annos. Monseigneur accorda alors aux fidèles 40 jours d'Indulgence, puis la messe se poursuivit. A la préface et au Pater, le célébrant fit raisonner de sa forte voix les voûtes de l'église. A l'offertoire on exécuta avec beaucoup de goût le Tu es Sacerdos, et quand j'aurai dit que, pendant toute la messe, c'était le P. G. Leroy qui tenait l'harmonium, avec le concours d'autres prêtres musiciens comme lui, je n'aurai plus rien à ajouter.

    1. A Viragalur.

    La messe achevée, on entonna un Te Deum d'actions de grâces. A la fin de la bénédiction du Très Saint Sacrement, la procession retourna au palais épiscopal dans le même ordre qu'avant la messe, et la foule ne se dispersa qu'après avoir fait de tout coeur une ovation au héros de la journée.
    Un peu avant le dîner, tous les missionnaires s'assemblèrent dans l'appartement de Monseigneur, et là, notre Evêque, avec l'éloquence naturelle que nous lui connaissons, fit au vieillard ses compliments. Le vétéran répondit en des termes pleins de modestie et d'humilité.
    Un dîner suivit. Ce serait trop retenir votre attention, vous demander trop de temps, que de reproduire les discours pleins d'éloquence et de piété que prononcèrent plusieurs des confrères présents. Mais il n'est que juste de faire remarquer qu'au nombre des orateurs était le P. Leroy, supérieur du collège de Karikal, ami intime du vieillard jubilaire, et dont la présence au milieu de cette fête comme représentant du diocèse de Pondichéry, a contribué d'une façon toute particulière, mais sur laquelle je ne veux pas revenir, à rehausser l'éclat des cérémonies à l'église, avec le concours, il est vrai, de quelques autres prêtres dont les aptitudes musicales sont au-dessus de tout éloge.
    Le lendemain tous les missionnaires retournèrent à leurs paroisses respectives, le coeur joyeux, après avoir porté au beau vieillard le souhait : Ad multos annos. Je termine par les paroles de notre Vicaire général à la fin de son sermon : « Que la tombe, que le vénérable Père s'est creusée à Viragalur, reste inoccupée de longues, de longues années encore ».

    (Traduit au Catholic Watchman, du 22 avril 1904.)

    Haut-Tonkin. — Espérances de conversion à Ha-giang. — A Ha-giang, la population semble s'ébranler et vouloir embrasser notre sainte Religion, surtout chez les Mans. Les Thais paraissent plus inditférents. Néanmoins depuis mon arrivée à Ha-gianq, il y a cinq ans, de sensibles progrès ont été faits. Les Mans, peuplade plus primitive et moins en décadence, offrent prise à l'évangélisation. En ce moment douze villages Mans demandent à étudier et donnent de bonnes espérances. (Lettre de M. d'Abrigeon)

    Cochinchine occidentale, Typhon, pertes. Les pertes occasionnées par le typhon du 1er mai sont beaucoup plus considérables qu'on ne le croyait tout d'abord. Les pertes de la mission sont évaluées à plus de 200.000 francs. (Lettre de Mgr Mossard.)

    Dans notre prochain numéro nous publierons un récit détaillé de cette catastrophe.

    1904/240-245
    240-245
    France et Asie
    1904
    Aucune image