Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles diverses

Nouvelles diverses Tonkin Occidental. Conversion à Thong-lam. Le grand village de Thuong-lam voudrait se convertir en partie ; il y a déjà 19 familles qui étudient, et beaucoup d'autres attendent pour voir si tout ira bien. Je voudrais y construire une maison pour y habiter de temps en temps, un mois ou deux, passer ainsi mon temps entre Go-coi et ce village.
Add this
    Nouvelles diverses

    Tonkin Occidental. Conversion à Thong-lam. Le grand village de Thuong-lam voudrait se convertir en partie ; il y a déjà 19 familles qui étudient, et beaucoup d'autres attendent pour voir si tout ira bien. Je voudrais y construire une maison pour y habiter de temps en temps, un mois ou deux, passer ainsi mon temps entre Go-coi et ce village.
    Le nombre des païens, qui se font chrétiens pour venir s'établir à Go-coi et dans les autres Go à l'entour, augmente toujours. Les habitants de Thuong-lam ont presque tous déserté leur village ; il n'y reste plus que dix familles païennes qui finiront par faire aussi comme les autres. (Lettre de M. Le Page. Phuong-hai, 18 juillet 1906).

    Haut Tonkin. Caractère des Tay. Avec les gros bonnets il faut souvent jouer au plus malin, car le Tay n'est pas aussi naïf qu'on le claironne dans les journaux. « Il est reconnu que l'Annamite cherche à « rouler » ; mais le Tay, allons donc ? Regardez-moi cette face joviale, ces yeux droits, écoutez-moi ces réponses naturelles ! ».
    C'est là de la phraséologie, et avec le Tay on est d'autant plus facilement « roulé », que son extérieur est d'allure plus franche que celui de son onde l'Annamite.
    En voyant un Annamite se gratter sous le bras, dans le dos, faire force courbettes, se rendre obséquieux « à lécher les bottes », on devine à qui l'on a affaire. Le Tay, au contraire, arrive franchement devant vous, salue souvent à peine, et vous déroule son mensonge le plus gaiement du monde. Comme on est en Extrême-Orient, j'aurais mauvaise grâce de me plaindre de ce péché mignon ; je constate un fait en passant, rien de plus. (Lettre de M. Joseph Antonini. Gia-hoi, 10 août 1906).

    Corée. Un bambou merveilleux. Nous lisons dans le petit Journal personnel des missionnaires de la Corée :
    Il n'est question à Seoul que d'un miracle que le Ciel vient de faire en faveur de Min-yeng-hoan, le martyr de la liberté coréenne. Min s'était coupé la gorge, en novembre dernier, pour protester contre le traité Coréen Japonais. Or, comme pour les héros de l'antiquité coréenne, un bambou merveilleux vient de proclamer la vertu de Min. Ses vêtements tout ensanglantés avaient été déposés dans une chambre de débarras, et jusqu'ici personne ne s'en était occupé. Or ces jours derniers, comme on allait nettoyer cette chambre, quelle ne fut pas la stupéfaction des gens de la maison, en trouvant sous les habits un bambou verdoyant ! Naturellement, le bruit de cette merveille s'est vite répandu en ville, toute la presse s'en est fait l'écho, aussi la maison est-elle envahie par une foule énorme de curieux. J'ai voulu en avoir le coeur net et tout voir de mes yeux. Grâce à la complaisance d'un gardien, j'ai même pu entrer dans la chambre, tandis que les simples mortels ne peuvent voir que du seuil des portes. Je me trouvai dans une chambre planchéiée, ayant 4 ouvertures, deux à droite et deux à gauche, donnant les unes et les autres sur deux petites cours ; comme les quatre portes sont grands ouvertes la lumière ne manque pas. Le plancher apparaît en très bon état, il est à peu près couvert de papier, qui s'est usé principalement à la jonction des planches. C'est d'une de ces fentes à peu près au milieu de la chambre que sort le bambou merveilleux. Il a quatre tiges dont la plus haute atteint 60 centimètres environ ; comme elles paraissent fragiles on leur a donné une chaise pour appui. C'est bien un bambou tel qu'on en voit dans les montagnes des provinces du sud, et sa présence au milieu de cette chambre ne peut pas s'expliquer naturellement. Faut-il voir là une diablerie ou tout bonnement une supercherie ? Il serait intéressant d'inspecter sous le plancher, mais tout est muré. Du reste le mystificateur a dû prendre ses précautions contre une enquête fort probable de la police Japonaise. Attendons la fin de cette histoire.
    1906/372-373
    372-373
    France et Asie
    1906
    Aucune image