Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles diverses

Nouvelles diverses Corée. Générosité du prince héritier du Japon. S. A. Impériale le prince héritier du Japon est président d'honneur de toutes les Sociétés de Bienfaisance établies au Japon. En cette qualité, durant son séjour en Corée S. A. s'est enquise des différentes oeuvres de charité fondées à Séoul. Pour toutes elle s'est montrée princièrement généreuse et Saint Stanislas a reçu par l'intermédiaire du Consul de France le joli chèque de mille yens.
Add this
    Nouvelles diverses

    Corée. Générosité du prince héritier du Japon. S. A. Impériale le prince héritier du Japon est président d'honneur de toutes les Sociétés de Bienfaisance établies au Japon. En cette qualité, durant son séjour en Corée S. A. s'est enquise des différentes oeuvres de charité fondées à Séoul. Pour toutes elle s'est montrée princièrement généreuse et Saint Stanislas a reçu par l'intermédiaire du Consul de France le joli chèque de mille yens.

    Les protestants (5 novembre). La mission presbytérienne nord a tenu sa réunion à Hpyeng-yang, le 21 septembre. A cette occasion le Korea Mission Field du mois d'octobre publie quelques notes sur cette secte. Le nombre de ses adhérents en Corée est de 59.787, distribués comme il suit :

    District de Seoul . 7.435 de Fousan 2.017 de Hpyeng yang 20.414
    « Taikou . . 6.145 » Syeng-tjyou 15.348 » Tjai-ryeng 7.428

    Les contributions des convertis ont été durant l'année de yens 80.17516 soit par districts:

    Seoul . . yens 9.77430 Fousan 1.21354 Hpyeng-yang 28.74564
    Taïkou . . 3.80212 Syeng-tjyou 27.91438 enfin Tjai-ryeng 8.70696

    Par ailleurs 434 écoles avec 7.504 élèves se soutiennent par elles mêmes.
    Le nombre des stations est de 767.
    A ce meeting toutes les propositions précédemment étudiées pour la « division du territoire » avec la Mission Méthodiste ont été favorablement accueillies, et un comité a été établi avec plein pouvoir pour régler cette question. Il y aura sans doute des difficultés pour le transfert des temples et autres immeubles d'une Société à l'autre, mais le désir d'assurer la rapide évangélisation de toute la Corée d'une part, d'éloigner cette cause de difficulté dans l'avenir entre les Sociétés, fera passer par-dessus d'autres considérations.
    A Syong-to la Mission Méthodiste va s'installer très largement. Elle a en effet acheté dans l'intérieur de la ville un immense terrain de 72 acres ; d'un seul tenant, pour la somme de $ 35.000. On se propose d'établir 5 résidences de missionnaires, 1 hôpital, des écoles littéraires, industrielles et autres. L'évêque Warren C. Chandler annonce qu'il a déjà réuni la somme de $ 25.000 pour ces écoles littéraires et industrielles et qu'il ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'il ait reçu $ 100.000.

    M. Wilhem attaqué. J'ai failli rester en route aujourd'hui. J'avais fait sans encombre le voyage de Mai-hoa-long à Sin-tchyen. Sur une hauteur, avant d'entrer en ville, des Coréens m'interpellent. « Vous êtes quelque moksa? Mais non, je suis le P. Hong et pas moksa du tout. C'est que voilà, depuis ce matin nous avons les rebelles dans la ville ». Je leur réponds : « Peu importe, je les ai déjà rencontrés plusieurs fois, ils m'ont toujours laissé passer». Là-dessus je m'avance sans la moindre défiance, armé seulement de ma canne et précédé d'un chrétien qui portait mon petit paquet. Tout à coup retentit un coup de fusil et quelque chose siffla pardessus ma tête et je regardai du côté d'où venait le coup. Je vois des fusils qui ont l'air de me chercher. Paf, un second coup ; la balle s'enfonce en terre à quelques pas. Enfin à un troisième coup la balle me passe distinctement devant le nez. Cette fois je me mis à l'abri derrière la première maison à gauche, et mon chrétien avec toute la troupe des Kou-kyeng-koun race bénie cette fois, se mirent à crier mon nom aux maladroits tireurs. Pour se rassurer ils m'invitent à monter sur leur colline. Je le fais sans difficulté. Le tireur vient à ma rencontre avec son fusil tout chaud, me dit avec des salutations que c'est lui qui a fait le coup. Il me conduit à la sous-préfecture qu'ils occupent militairement, me fait asseoir, fumer une pipe. Tout le monde vient saluer, on est heureux et moi aussi que la chose ait bien tourné. Conclusion : les habits noirs et les cheveux coupés sont une mode malsaine par ici en ce moment. Il faut dire aussi que j'ai eu tort de ne pas envoyer un Coréen en avant pour prévenir les volontaires de mon passage. (Lettre de M. Wilhem, 30 octobre 1907).

    Su-tchuen Oriental. Voyage d'un Partant du 13 août 1907. Nous quittons I-tchang le 10 décembre. Voyage superbe jusqu'à huit jours de Tchong-kin.
    Là, par une mauvaise manuvre du lao-pan (patron de la barque) le pilote étant absent, la barque va frôler un rocher qui, ne cédant pas naturellement, cause un trou au fond de la cale ; l'eau entre, bientôt il y en a 1m50. Il faut décharger les marchandises. Il était quatre heures du soir. Nos malles étaient heureusement intactes. Il n'y eut guère qu'elles de sauvées ; tout le reste était mouillé. La nuit se passa sous une tente ; il fallut faire sécher le con-tenu des caisses, pour l'occasion nous eûmes la chance exceptionnelle d'un soleil brûlant toute la journée. Comme on fait bien au Séminaire de nous apprendre à être gais et joyeux ! Il y a des moments où un esprit de gaîté est nécessaire.
    Enfin la barque est arrangée, chargée de nouveau et nous repartons après avoir perdu un jour et demi. Il y eut encore un autre accident qui aurait pu être plus grave à tout autre endroit du fleuve. C'est le gouvernail de l'arrière qui casse. Sur-le-champ on coupe la corde et nous voilà à la dérive. Un brave tireur se jette à l'eau, une corde au cou, il se précipite aux pilotis des maisons pour fixer fortement la jonque. Mais celle-ci, poussée par le courant, entraîne ces pilotis. Vivement, il détache l'amarre et réussit à la fixer à un piquet plus solide le long de la rive. Nous sommes sauvés, car la rive est de sable et il n'y a aucun rocher.
    Il faut raccommoder le gouvernail. Encore une demi-journée de perdue ; et nous repartons. Le reste du voyage fut magnifique. (Lettre de M. Gallice).

    Tonkin Occidental. Progrès du district de Thuong-lam. Mgr Gendreau est venu voir mes nouveaux chrétiens, et il en a été très content. A son retour il m'a écrit qu'il garderait un bon souvenir de Thuong-lam. Il a fait 114 baptêmes et aurait pu en faire le double si j'avais été prévenu à temps.
    Il y a environ trois mois des voleurs pénétrèrent chez moi pendant la nuit en creusant sous la cloison. Ils mont enlevé un certain nombre d'objets, y compris ma montre.
    Ici pour les nouveaux chrétiens, tout va assez bien. J'ai plus de consolations que d'ennuis. Je suis ici depuis le mois d'octobre lan dernier, mais à cette époque, dans toute la région il n'y avait encore que neuf familles qui habitaient Thuong-Lam, et actuellement les nouveaux chrétiens sont nombreux et j'espère qu'ils persévéreront, car je n'admets au baptême que ceux dont je suis moralement sûr. (Lettre de M. Le Page, 6 novembre 1907).

    Haut-Tonkin. Travaux et maladie. Je me construis une petite maison un peu moins malsaine, car la forêt et la fièvre m'ont rendu vieux avant l'âge, elle sera surélevée d'un mètre ; elle va me coûter cher, car il me faut amener des charpentiers du delta.
    En même temps, j'essaie de fonder trois hameaux pour grouper mes nouveaux chrétiens Meo, Man et Than.
    Dernièrement j'ai dû m'absenter 55 jours. L'anémie m'était tombée sur les yeux et j'ai failli devenir aveugle. Je suis allé à Ha-nôi où j'ai été très bien soigné, et suis revenu guéri ; mais j'ai des précautions à prendre. (Lettre de M. Antonini, Gia-hoi, 15 nov. 1907).

    Hong kong. Ordination et première messe. Nous avons eu avant-hier et hier le bonheur d'assister à des fêtes extraordinaires pour nous : l'ordination à la prêtrise et la première messe du cher diacre et sous-procureur M. Souvey1. Il a été ordonné par Mgr Pozzoni, Vicaire apostolique de Hong-kong. A la cérémonie assistaient les confrères de Nazareth et de Béthanie ; était aussi présent Mgr Fernandez ex-vicaire apostolique du Tonkin central qui a donné sa démission pour cause de fatigue, et est actuellement à la procure des PP Dominicains de Hong-kong.
    Après l'ordination, le déjeuner a réuni au réfectoire de Nazareth environ quarante convives, et à la fin notre digne Procureur Général, le P. Robert, a porté avec beaucoup d'à-propos et d'émotion à la santé des évêques et du cher nouveau prêtre.
    A 2 h. 3/4 salut solennel à Nazareth par le P. Souvey.
    Hier nouvelles fêtes : la fête de nos martyrs et les saintes joies d'une première messe. Celle-ci a été célébrée solennellement à Na-zareth vers 9 h. 1/4.
    A la bénédiction du Saint-Sacrement on a chanté quatre couplets du Chant des Martyrs. Le coeur y était, je vous assure.

    Tonkin maritime. Voeux des Religieuses de Phong-y. Les soeurs de mon hôpital de Phong-y ont fait leurs voeux le 29 mars. Ce fut une très touchante cérémonie... il y eut des larmes. Je bénis les voiles. Anna fut élue supérieure à l'unanimité. Cette petite Mère à 25 ou 26 ans. J'avais un anneau qui porte une vierge, je le bénis et le lui remis. Quand la cérémonie fut terminée, toutes les soeurs, Maria avec ses 70 ans, en tête, firent la prosternation jusqu'à terre à la nouvelle supérieure ; puis celte-ci prit un bassin rempli d'eau, un essuie-mains, lava les pieds à ses soeurs, les essuya et les embrassa.
    La supérieure Anna prêche une fois par semaine à ses soeurs. Je n'ai jamais assisté au sermon ; je serais curieux de l'entendre. Ce qu'elle dit doit être très bien, à en juger par ses cahiers que j'ai lus ; car elle écrit ses sermons... Je prépare 10 enfants à la 1re communion, et une quarantaine de catéchumènes au baptême pour le 9 mai. (Lettre de M. Martin).

    1. Qui n'avait pas été ordonné à Pinang, parce qu'il n'avait pas l'âge.

    Mandchourie méridionale : Catéchumènes. Dans le district, de New change les catéchumènes deviennent, de jour en jour, plus nombreux ; il ne se passe point de semaine, sans que des familles entières demandent à se faire instruire de notre sainte religion, et nous espérons avoir beaucoup de baptêmes d'adultes à la Saint Joseph.
    Rappelez-vous, mon Père, le grand village de Leou-eul-pou, qui ne compte pas moins de 15.000 âmes? Eh bien ! Il est en train de se convertir. On y compte déjà plus de 150 familles catéchumènes. M. Corbel pense en baptiser une centaine à la Pentecôte.

    Mandchourie septentrionale. Visites pastorales de Mgr Lalouyer. Parti de Ghirin, le 10 octobre, je suis arrivé à Toung-ken, le 7 courant, en compagnie de MM. Roubin et Fleuriet, qui étaient venus à ma rencontre jusqu'à Pei-lin-tse (M. Fleuriet est parti pour les missions en 1905). Je vous renseignerai, un peu plus tard, sur tout ce qu'a fait M. Roubin, pour fonder sa petite colonie, dont saint Joseph est le patron. Les résultats acquis sont déjà magnifiques, et tout porte à croire que, dans quatre ou cinq ans, nous aurons là de 8 à 10 000 chrétiens.
    Notre confrère est parvenu à acheter, pour un prix dérisoire, une immense étendue de terre, en friche, qu'il distribue à des familles chrétiennes, voire même à certaines familles païennes, qui promettent de se convertir Le terrain est bon et l'eau excellente ; toutefois, comme le plateau de Toung-ken est très élevé le froid s'y fait sentir plus qu'ailleurs. Ainsi, ce matin même, 14 décembre, le thermomètre marquait 38° au-dessous de O.
    Lundi prochain, je quitterai Toung ken pour me diriger sur In-tsing-kai, poste illustré par le martyre de M. Régis Souvignet, en 1900, et dirigé actuellement par le Père Antoine Ting, l'un de nos prêtres indigènes. Si le bon Dieu me donne les forces nécessaires pour continuer ma tournée, je pourrai rentrer chez moi, à Ghirin, dans deux mois. Mon voyage aura duré 125 jours. (Lettre de Mgr Lalouver, 14 décembre 1907).

    1908/116-120
    116-120
    France et Asie
    1908
    Aucune image