Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles diverses

Nouvelles diverses
Add this
    Nouvelles diverses

    CORÉE. — Mort du P L. Kang. — 27 septembre 1903. — Une lettre du P. Mousset nous apporte quelques détails sur la mort du regretté P. Laurent Kang. Ce prêtre indigène était allé à Mi-ryang, dans la première quinzaine de septembre ; constatant que les forces du malade baissaient sensiblement, il lui proposa de recevoir l'Extrême-Onction. « Pas encore, répondit le Père, je me sens moins faible que je n'ai été plusieurs fois déjà, et je crois bien vivre encore deux ou trois mois ». Le Père reprit donc le chemin de Masanpo. A peine était-il arrivé, que des chrétiens vinrent l'avertir que leur Père était à l'agonie. Grâces à Dieu, il vécut encore deux jours : il reçut avec beaucoup de piété les derniers sacrements ; tout entier aux choses de Dieu, même dans son délire, il reprochait aux païens leur endurcissement, les adjurant d'entendre enfin la voix du Seigneur qui les appelait. Sans secousse, il s'éteignit à cinq heures de l'après-midi, le samedi 19 septembre.

    Journaux Japonais. — 26 novembre. — Les Japonais font joliment gémir la presse en Corée. Rien moins que dix journaux : le Tjo-syen-sin-po à Chemulpo ; à Mok-po, le Mok- po-sin-moun ; à Fou-sari, le Tjyo syen-si-po ; et le Tjo-syen-kon-ron ; à Ouen-san, le Ouen- san-si-po ; à Koun-san, le Han-koun-sin-moun ; à Hpyeng-yang, le Hpyeng-yang-tjyou-po ; à Syeng-tjin, le Ponk-han-tjyou- po ; à Seoul, le Han-syeng -sin-po et le Tai-tong-sin-po.

    Inauguration de Notre-Dame du Rosaire. — 10 janvier 1904. — Le P. Bouillon a inauguré sa nouvelle église, le 1er janvier. Il écrit à ce sujet : « Mes chrétiens avaient voulu fêter Notre-Dame du Rosaire dont ils sont plus que fiers, et ils avaient voulu faire participer les païens à leur joie débordante. Ils ont fait une collecte qui a donné un résultat inespéré, vu la pauvreté de mes gens, tout le monde a voulu donner du sien... On n'avait invité que les gros bonnets et cependant il y avait là deux ou trois mille personnes. Et, durant cette grande réunion, ni après, à part les instruments des saltimbanques qui vous écorchaient les oreilles sous prétexte d'accompagner les danseurs de corde et les clowns, il n'y a pas eu une note discordante ».

    Districts troublés. — 24 janvier. — Plusieurs districts paraissent sérieusement troublés par des bandes de brigands et de rebelles. Voici quelques extraits des dernières lettres de plusieurs confrères :

    Hoang-hai-to. — Les portefaix se remuent et menacent de nouveau les chrétiens et deux prêtres coréens à Hoang-tjyou et à Pong-san. Les rebelles Tong-hak s'organisent et recrutent des adhérents ; les uns, par zèle pour l'accomplissement des prophéties qui se colportent ; les autres, par peur, s'enrôlent dans la secte. Toute la province est travaillée ; le centre est, paraît-il, Moun-hoa et la grande montagne dite Kou-ouel-san. Les mandarins ne peuvent rien à ce mouvement, et sont eux-mêmes affolés. Celui de Eun-ujoul a fait demander au missionnaire de l'emmener avec lui quand il faudra fuir.

    Hpyeng-an-to. — Des Tong-hak du Hoang-Hai-To sont allés faire de la propagande jusqu'à Hpyeng-yang, et les adhérents recrutés sont nombreux.

    Tchoung-tchyeng-to. — A Teksan et dans la région, voleurs nombreux et nullement réprimés ; ils ont pillé et brûlé un village à quelques lys de la résidence du missionnaire, tuant ceux qui résistaient. A Hong-San, ce n'est que pillage et assassinats. On parle d'un nouveau soulèvement de Tong-hak : tous prêts à se mettre en compagne au premier coup de fusil tiré par les Russes et les Japonais ; c'est leur consigne.

    Tjyen-la-to. — Dans la nuit du 18 au 19 courant, les voleurs sont entrés dans le village chrétien de An-tai-tong (Ryong-an). Après avoir dévalisé un marchand dé riz, ces sauvages ont mis le feu aux maisons et, sur vingt-cinq, il en reste seulement douze debout. Ces pauvres chrétiens ont tout perdu ; eu outre, trois sont blessés. — A Tjyen-tjyou, les brigands pillent et mettent le feu même dans la ville, sans que les autorités arrêtent ces désordres. Un placard anonyme affiché à la porte du missionnaire contient les menaces suivantes : — Notre bande se compose de plusieurs centaines d'adhérents ; que l'Européen nous fasse porter à tel endroit mille ligatures pendant la nuit du 15 de la 11e lune, sinon il lui arrivera grand malheur.
    Youn-yeng-yel, nommé inspecteur de police, est envoyé dans les trois provinces du sud avec mille soldats pour mettre fin aux actes de brigandage et réduire la révolte menaçante des Tong-hak. Younyeng-yel est avantageusement connu pour sa fermeté et sa droiture. Plusieurs confrères l'ont vu à l'oeuvre à Na-tjyou, à An-syeng.... Il y a donc tout lieu d'espérer qu'il s'acquittera avec succès de sa mission. Le P. Augustin Tjyeng annonce, le 25 janvier, que dans le district de Hoing-syeng, la chasse aux Tong-hak est couronnée de succès.
    Séminaire des Missions Etrangères. Ordination. — Le 27 février, Mgr Gandy, archevêque de Pondichéry, a fait à notre séminaire de Paris une ordination composée de 3 tonsurés, 5 minorés 16 sous-diacres, 33 diacres, 3 prêtres.

    1904/181-183
    181-183
    France et Asie
    1904
    Aucune image