Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des Missions et Etablissements d'Europe

Nouvelles Générales de nos Missions et Etablissements d'Europe
Add this






    Nouvelles Générales de nos Missions et Etablissements d'Europe







    Depuis le début de décembre, des événements nouveaux sont venus mettre la plupart de nos missions dans un situation que nous ne pouvons guère juger à distance, et aucun confrère n'a pu jusqu'ici nous faire part des répercussions qu'ils ont sur les oeuvres d'évangélisation. Nous avons appris avec plaisir que S. E. Mgr Marella, délégué apostolique au Japon, a envoyé en janvier à la S. C. de la Propagande un télégramme disant que le gouvernement japonais l'avait assuré que tous les missionnaires, tant à Hongkong qu'en Malaisie, étaient indemnes et se trouvaient sous la protection des autorités japonaises.



    Par la S. C. de la Propagande, nous avons appris également la démission spontanée de Mgr Larribeau, vicaire apostolique de Séoul (Corée), qui sera remplacé par un administrateur ecclésiastique ad nutum sans caractère épiscopal, comme cela a eu lieu au Japon. Depuis le mois de septembre, nos confrères de Corée peuvent de nouveau voyager dans leurs districts respectifs et aller visiter leurs voisins ; les PP. Leleu, R. Richard et Bermond, de la Mission de Taikou, en ont de suite profité pour sortir de chez eux.



    En Mandchourie, la situation est normale, nos confrères peuvent donc travailler comme d'habitude à leurs tâches de charité, d'éducation et d'évangélisation.



    En Chine, le travail continue aussi, mais c'est au milieu du cliquetis des armes et de l'éclatement des bombes, la guerre se poursuivant toujours aussi terrible là-bas. Pas de nouvelles des missions du Setchoan. Dans la province voisine du Sikang, en juin dernier, la vie était devenue excessivement chère (environ 350 francs d'avant-guerre les 100 kg. de riz, et le reste à l'avenant) ; l'unique prêtre thibétain de Tatsienlu, vieillard octogénaire ordonné en 1891, venait de prendre une retraite bien méritée.



    A Kweiyang, capitale de la province du Kweichow, la population a quadruplé depuis trois ans sous le flux incessant des réfugiés du nord et de l'ouest de la Chine ; les dispensaires sont assiégés du matin au soir, mais malheureusement les remèdes sont introuvables depuis qu'il n'y a plus communication ave l'Europe. Les santés des missionnaires se maintiennent, le brave P. Durr a célébré le cinquantenaire de son ordination sacerdotale.



    De Yunnanfou, nous avons appris la ruine de la résidence catholique de Mongtse, atteinte par un bombardement japonais particulièrement meurtrier. Dans cette province du Yunnan, la vie devient aussi de plus en plus chère.



    Au Kouangsi, les routes construites si péniblement depuis dix ans sont toutes démolies et les voyages redevenus difficiles comme autrefois. Mgr Albouy, tombé malade pendant un voyage d'administration pastorale en juillet, avait l'intention de se rendre au Tonkin en barque pour consulter un médecin.



    Au Kouangtong, les missionnaires de Pakhoi continuent de tenir en s'adaptant aux circonstances et en supportant vaillamment les difficultés inhérentes à la situation. Ceux du Vicariat apostolique de Canton ne sont pas moins courageux : le P. Narbaïs a fait, dans les environs de Longmoun, de nouveau connaissance avec les brigands qui lui ont enlevé tous ses habits et ce qu'il portait avec lui ; les PP. Seznec et Le Baron, un peu malmenés par les troupes d'occupation entre Poklo et Paktong, sont sortis indemnes de cet enfer, mais le P. Seznec a eu ensuite une forte attaque de malaria dont il s'est tiré grâce à des piqûres faites à point par un docteur allemand habitant la région. Les villes de Poklo et de Waichow ont été incendiées, et les chrétientés du P. Narbaïs sérieusement éprouvées.



    Des missions d'Indochine, nous savons par une lettre de Hué que le centre de l'Annam est tranquille et que tous nos confrères y travaillent en bonne santé, mais cinq prêtres annamites sont décédés récemment.



    Le Vicariat apostolique de Kontum a enfin un pasteur pour succéder à Mgr Jannin, mort il y a dix-huit mois , il s'agit de Mgr Jean Sion, né à Estaires (Nord) le 17 juin 1890. Le nouveau prélat était entré au séminaire des Missions Etrangères en 1907 ; ordonné prêtre le 20 mars 1920, il partait pour la Cochinchine orientale le 27 juin suivant. C'est à Kim-châu (Annam), où il dirigeait la communauté de Frères qu'il avait fondée, qu'est venue le trouver sa nomination épiscopale.



    Du Siam nous avons appris avec soulagement que Mgr Perros avait pu, à la fin de juillet, toutes défenses de la police étant levées, partir en visite des districts. Le bilan des mois qui ont précédé se résumerait en quelques apostasies, 3 églises brûlées avec les presbytères et maisons religieuses avoisinantes, 4 autres saccagées, 13 écoles fermées, 4 prêtres indigènes en prison (1 à perpétuité, 1 pour 15 ans et 2 pour 2 ans). Au Laos siamois, il y a eu 6 martyrs fusillés pour refus d'apostasie. Les pertes matérielles sont considérables, on s'en relèvera avec le secours d'en haut.



    De Malaisie, de Birmanie et de nos missions des Indes, nous ne savons pas grande chose : une correspondance particulière d'un confrère à sa famille, datée de septembre 1941, dit que tout marche normalement dans l'archidiocèse de Pondichéry, mais les missionnaires s'y sentent aussi isolés de la mère patrie que s'ils habitaient au fond de la Papouasie ; à Mysore, Mgr Feuga a nommé le P. Maurice Quéginner Vicaire général et procureur, et le P. Audian curé de la cathédrale.







    ***







    En novembre et décembre derniers, la santé de notre dévoué et très cher Supérieur Général nous avait donné de sérieuses inquiétudes. Grâce à Dieu et aux bons soins du Dr Hallé, il va bien depuis Noël, et, le jour de l'Epiphanie, nous avons eu le plaisir de le voir officier dans notre chapelle et remercier avec nous Jésus qui apparuit gentibus.



    La veille du Nouvel An, il avait reçu de tous des voeux appropriés aux circonstances. Le premier Assistant, le P. Sy, s'est fait notre interprète pour lui dire les sentiments qui nous animent : joie de le revoir enfin guéri, reconnaissance pour les bienfaits passés, voeux de prospérité pour nos missions dès que l'ordre sera rétabli dans le monde, prières de tous afin que N. S. continue de l'assister dans les circonstances délicates que nous traversons.



    Du côté des aspirants, même note optimiste et pieuse. Un des prêtres, au nom de ses confrères, le salue, comme Père encore plus que comme Supérieur Général :



    « ...L'Eglise a emprunté au psalmiste une formule que nous récitons ou chantons souvent : « Que le Seigneur vous garde et vous vivifie » en vous accordant les grâces dont votre âme a besoin, qu'll augmente en vous la vie divine, et que votre autorité soit pour vous une source de joie « et beatum faciat eum in terra » !



    « ...Vous tenez auprès de nous la place de nos parents, ce qu'exprimait si délicatement Mgr de Guébriant dans une lettre d'admission écrite en 1933 : « Vous me confiez votre fils, disait-il ; oui, désormais nous serons deux à l'appeler mon enfant.



    « ...Rassemblant tous nos souhaits en un seul, nous formons le voeu qu'après avoir fait grandir Dieu en nous, après lui avoir offert le sacrifice de nos affections et en avoir reçu de nombreuses bénédictions comme autrefois le père des croyants, vous puissiez envoyer un fort contingent de nouveaux ouvriers renforcer les rangs clairsemés de nos aînés, et en préparer d'autres pour les années à venir ! Que la Sainte Vierge vous donne cette joie et, si ce n'est pas encore possible cette année, que du moins 1942 hâte ce jour béni !... »



    Le 20 décembre, S. E. Mgr Beaussart, évêque auxiliaire de Paris, a fait notre ordination de fin d'année : 2 prêtres, 13 diacres et 4 sous-diacres, des minorés et des tonsurés. Après la cérémonie, il laissa parler son coeur : s'adressant aux ordinands, il leur dit combien souvent il avait fréquenté la chapelle des M. E. pendant sa jeunesse et son adolescence ; il se plut ensuite à évoquer la « belle et sainte figure de Mgr de Guébriant », qui avait fait tant d'impression sur le Pape Pie XI ; enfin, rappelant le souvenir des nombreux martyrs de notre Société, il souhaita que, grâce à leur intercession, les jeunes missionnaires puissent bientôt partir dans les missions où ils sont si impatiemment attendus par les aînés surmenés de travail.



    Les deux nouveaux prêtres, MM. Mauget et Grandvuillemin, ont reçu le 8 février leur destination, le premier pour Hanoi (Tonkin) et le second pour Kweiyang (Chine).



    A Lille, le P. Benoît e reçu dernièrement la visite du P. Gérard ; toujours plein d'allant, il se donne corps et âme en dépit de difficultés réelles, ainsi le 16 janvier il faisait une conférence sur le Japon aux étudiants des Facultés catholiques.



    Continuant sa tournée, le P. Gérard prit le chemin de Ménil-Flin où il arriva le 18 janvier assez tard dans la soirée. Les jeunes postulants et étudiants de notre Ecole missionnaire ont été très intéressés par la conférence où il leur raconta son voyage accompli autour du monde en 1939.



    Les nouvelles de notre sanatorium de Montbeton ne sont pas des meilleures. Le P. Boulanger, ancien premier assistant, souffre beaucoup à la suite d'une poussée de la maladie qui l'avait conduit il y a deux ans à Montbeton ; nous prions Dieu de l'aider et de nous le conserver pour l'édification de tous. Le P. Papinot a dû, lui aussi, demander au Père supérieur de notre sanatorium de l'accepter parmi ses membres souffrants ; les soins qu'il y recevra, le repos et le calme de la campagne lui rendront une vigueur qu'il n'a pu retrouver à Marseille













    1942/25-29
    25-29
    France
    1942
    Aucune image