Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des missions OSAKA. Le 29 septembre dernier, à Kyôto, on a célébré le 50e anniversaire de la fondation du poste. En effet, le 29 septembre 1879, notre toujours vaillant P. Villion, alors dans tout son élan apostolique, célébrait pour la première fois, après une interruption de 300 ans, la Sainte Messe dans cette capitale religieuse du Japon. Son domestique était l'unique chrétien dans la ville. Les deux premiers baptêmes furent administrés le 5 février de l'année suivante. Aujourd'hui, 50 ans après, le registre en sera sous peu au numéro 3.000.
Add this
    Nouvelles des missions

    OSAKA. Le 29 septembre dernier, à Kyôto, on a célébré le 50e anniversaire de la fondation du poste. En effet, le 29 septembre 1879, notre toujours vaillant P. Villion, alors dans tout son élan apostolique, célébrait pour la première fois, après une interruption de 300 ans, la Sainte Messe dans cette capitale religieuse du Japon. Son domestique était l'unique chrétien dans la ville. Les deux premiers baptêmes furent administrés le 5 février de l'année suivante. Aujourd'hui, 50 ans après, le registre en sera sous peu au numéro 3.000.
    Malgré ses 86 ans, le P. Villion a consenti de bonne grâce à venir fêter ce cinquantenaire. Le 29 septembre étant un dimanche, il chanta la Grand'Messe, fit le sermon, et le soir, après le Salut solennel, il fit encore aux chrétiens réunis en grand nombre, une causerie sur les débuts de son apostolat à Kyôto.
    Ce 8 décembre, on a célébré à Osaka, Kawaguchi, le cinquantenaire de la bénédiction de l'église de l'Immaculée Conception, église qui sert de cathédrale. Elle fut bénite en 1879. C'était la première église élevée au vrai Dieu dans cette immense ville, mais les chrétiens n'étaient encore que quelques unités. Aujourd'hui, Osaka compte 3.000 fidèles, 4 paroisses en pleine ville et 2 dans les faubourgs.

    TATSIENLU. Nous venons d'apprendre que les Pères Franciscains destinés à la léproserie de Mosimien ont quitté l'Italie le 4 octobre. Précédemment, un Père Franciscain belge, du vicariat d'Itchang, le P. Tiburce Cloodts, avait fait une demande pour venir dans nos montagnes se dévouer au service des lépreux. Ce missionnaire fut l'une des premières victimes qui tombèrent sous les coups des brigands. Il fut massacré le 23 août dernier, dans les environs d'Itchang. Sa mort prématurée sera, nous en avons la confiance, un gage de bénédiction pour notre oeuvre nouvelle.

    HUÉ. Le Carmel de Hué vient de fonder un nouveau Carmel à Thanh-Hoa, dans le Vicariat apostolique de Phat-Diem. La petite caravane qui essaime ainsi dans le vicariat de Mgr Marcou, comprend 8 religieuses cloîtrées et 2 Soeurs tourières.
    Le Carmel de Thanh-Hoa est la première communauté de religieuses contemplatives établie dans le vicariat de Phat-Diem. Jusqu'alors, ce vicariat ne comptait que 10 religieuses de Notre Dame des Missions, qui dirigent 2 écoles et 168 religieuses indigènes (Amantes de la Croix).
    Le vicariat de Hué, en Cochinchine septentrionale, compte au contraire deux communautés contemplatives : La Trappe de Notre Dame d'Annam qui compte 45 moines (3 Français et 42 indigènes), et le Carmel de Hué qui, avant d'essaimer à Thanh-Hoa, comptait 23 religieuses (6 européennes et 17 annamites).
    Le R. P. Lévesque, recteur du monastère des PP. Rédemptoristes de Sainte Anne de Beaupré, a été chargé par le R.P. Provincial de venir faire la visite des maisons de son Ordre, établies dans l'Indochine française. Il y est arrivé vers la mi-novembre, amenant avec lui du renfort : deux Pères pour la maison de Hué et un Frère pour celle de Hanoi. Le 8 décembre, 7 Annamites ont revêtu l'habit de la Congrégation du Très Saint Rédempteur et ont commencé leur noviciat dans la maison de Hué : ce sont les prémices de la race Jaune, dans l'institut si méritant des Fils de saint Alphonse de Liguori.
    Le 21 novembre, sont arrivés à Hué cinq Religieux Franciscains.
    Deux d'entre eux, des Canadiens Français, n'ont fait que passer : ils sont partis pour Tôkyô où ils doivent établir une maison de leur Ordre. Les trois autres, le R.P. Maurice Bertin, ancien officier de marine, fondateur des Missions de Kagoshima et de Sapporo, ( Japon), le R. P. Ugolin et le Fr. Jean-Marie, restent en Indochine: ils doivent fonder un couvent dans la Mission de Vinh.
    Le 26 novembre, nous recevions la visite de deux membres de la Compagnie de Saint-Sulpice, MM. Paliard et Uzureau qui doivent établir un Séminaire au Tonkin.

    BANGKOK. Un épisode dramatique que l'on croirait extrait des faits légendaires de la forêt de Bondy s'est déroulé le mardi 5 novembre, sur la route cambodgienne de Sisophon-Arranya reliant les frontières du Siam et celles du Cambodge. Une bande de neuf individus dont plusieurs masqués, a en effet pillé les tranquilles voyageurs qui partis de Battambang de bon matin, se rendaient au train quotidien d'Arranya-Bangkok. Vers les huit heures du matin, la limousine postale fut tout à coup bloquée par la chute d'un arbre en travers de la route. Faisant mine d'élaguer cet arbre qu'eux-mêmes venaient d'abattre, les brigands armés de fusils, de revolvers et de haches, attendirent l'arrêt complet de la voiture et en un instant se ruèrent sur les voyageurs, revolver au poing. Toute lutte fut immédiatement jugée dangereuse et inutile, tant fut soudaine et imprévue l'attaque. Sa Grandeur Mgr Herrgott, Vicaire Apostolique de Phnompenh, fut l'un des premiers appréhendés. Il dut remettre son portefeuille contenant environ 158 piastres (quinze cents francs), mais retint énergiquement sa croix pectorale et sa chaîne bien qu'il eût le canon du revolver braqué sur la poitrine. Le brigand sans doute pressé ou interloqué n'insiste pas et dévalise le voisin de Sa Grandeur, le Colonel Baron de la Pomarède, Attaché Militaire Français au Siam. En quatre minutes, les cinq Européens et la demi-douzaine d'Asiatiques voyageurs furent volés, vilipendés, laissés pour comptes plus morts que vifs. La forêt, dense et profonde à cet endroit, offrit alors un prompt refuge aux bandits, tandis que gagnant à pied le poste de Poipet, éloigné de quatre kilomètres, les nouveaux pauvres recevaient secours matériel et réconfort moral qu'ils étaient en droit d'espérer des Français du poste. Ils ne purent néanmoins quitter Arranya ce même jour et durent attendre au Bungalow, le train de Bangkok du lendemain.
    Inutile de dire qu'une réception plus cordiale attendait et Sa Grandeur et le Colonel à la gare centrale. Sur la plate-forme se trouvèrent en effet S.E. le Ministre de France, S. G. Mgr Perros entouré des Pères E. Loetscher, Gastal, Chorin et de nombreux Français de la colonie, tous déjà mis au courant du périlleux voyage par la presse locale de Bangkok.

    Le Catholicisme aux Indes.

    « Les Indes appellent Dieu. Des milliers et milliers de braves gens y mendient littéralement le baptême et nous supplient de leur donner des prêtres », déclarait à l'un des rédacteurs de l'Agence Fides Mgr Perez Y Cecilia, O. C.D., archevêque de Vérapoly (Indes méridionales) venu à Rome pour participer à la célébration des noces d'or sacerdotales de S. S. le pape Pie XI.
    Mgr Perez ajoutait : « Le monde devrait savoir et comme disent les Anglais il devrait « réaliser » quels progrès immenses le catholicisme a faits déjà dans ce pays très moderne que sont maintenant les Indes. Dans l'état de Travancore qui fait partie de l'Archidiocèse de Vérapoly, il y a plus de 20 % de catholiques. C'est là une très belle proportion, puisque la moyenne des catholiques dans les Indes est seulement de 10 %. A Ernakulam où réside Mgr Perez, les catholiques constituent la moitié de la population. Quant à l'Etat de Cochin, il possède une moyenne de catholiques plus élevée encore que celle de Travancore ».
    L'une des institutions dont à juste titre s'enorgueillit le plus le diocèse de Vérapoly, est le couvent de Sainte-Thérèse, le grand établissement d'éducation de jeunes filles que dirigent des Tertiaires carmélites indigènes. Récemment ce couvent a été reconnu par l'Université de Madras, comme Ecole supérieure autorisée à conférer le baccalauréat.
    L'archevêché de Vérapoly compte 2.350.000 habitants. Les catholiques de rite latin y sont au nombre de 125.818. Mais en outre, c'est dans cette région des Indes que se trouvent les catholiques du rite Syro Malabar, qui ont leur hiérarchie propre, et sont au nombre de 490.000 environ.

    1930/94-97
    94-97
    France et Asie
    1930
    Aucune image