Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nouvelles des missions

Nouvelles des missions OSAKA (Japon) Statistique des croyances religieuses. Dernièrement, la municipalité a fait une enquête au sujet des croyances religieuses, parmi les élèves qui fréquentent les écoles secondaires de la ville. A cette enquête ont répondu 9.122 élèves dont 5.129 garçons et 3.993 filles. Voici quelques-unes des questions posées et les réponses qui ont été faites : a) Quelle est la Religion de votre famille ? Réponse : BouddhismeGarçons 4.493 Filles 2.658
Add this
    Nouvelles des missions

    OSAKA (Japon)

    Statistique des croyances religieuses.

    Dernièrement, la municipalité a fait une enquête au sujet des croyances religieuses, parmi les élèves qui fréquentent les écoles secondaires de la ville. A cette enquête ont répondu 9.122 élèves dont 5.129 garçons et 3.993 filles. Voici quelques-unes des questions posées et les réponses qui ont été faites :
    a) Quelle est la Religion de votre famille ?
    Réponse : Bouddhisme Garçons 4.493 Filles 2.658
    » Shintoïsme » 382 » 1.181
    » Christianisme » 175 » 154
    b) Croyez-vous à l'existence d'une divinité quelconque ?
    Réponse : Oui Garçons 3.553 Filles 3.141
    » Non » 816 » 460
    » Ignorent » 760 » 284
    c) Immortalité de l'âme ?
    Réponse : pour Garçons 2.074 Filles 2.157
    » contre » 1.325 » 346
    d) Nécessité d'une religion
    Réponse : pour Garçons 4.381 Filles 3.839
    » contre » 365 » 91
    e) Quelle religion préférez-vous personnellement ?
    Réponse : Bouddhisme Garçons 1.664 Filles 1.492
    » Shintoïsme » 307 » 379
    » Christianisme » 678 » 835

    Ce qui ressort clairement de cette enquête, c'est que les classes élevées à Osaka ne sont nullement sans religion, mais qu'elles restent, en très grande majorité, attachées aux vieilles religions du pays.
    Les sectes protestantes se sont établies à Osaka dès l'ouverture du pays aux étrangers, c'est-à-dire dans les environs de 1870. La ville compte 77 temples ou lieux de prêche, avec 171 indigènes occupés à la prédication; le nombre des prédicants étrangers ne dépasse pas la quarantaine. Il est difficile de connaître le chiffre exact des adeptes. Les protestants disent qu'ils sont 13.290 pour toute la ville.
    (Lettre de Mgr Castanier.)

    SUI-FU (Setchoan)

    Brigandages.

    Les voyages deviennent de plus en plus émotionnants dans notre Mission. Dans les derniers jours de janvier, les PP. Morge et Vincent, en route pour la retraite, descendaient en radeau de Yatcheou et Kiatin avec un certain nombre de voyageurs qui se croyaient en sûreté en leur compagnie. A cent lis en aval de Yatcheou, des ordres impératifs, soulignés par des coups de feu tirés de la rive, obligent le radeau à aborder. Vingt hommes armés de revolvers montent aussitôt à bord. Les voyageurs sont minutieusement fouillés, leurs caisses et leurs paquets sont ouverts, et tout ce qui plaît à messieurs les brigands est emporté. Mais grâce à leur diplomatie, — dans le langage diplomatique chinois, le plus fieffé bandit doit être décoré du beau titre d'« honnête homme réputé pour ses bonnes oeuvres », — et surtout à la protection de leurs Anges gardiens, nos deux confrères s'en sont tirés à bon compte.
    La situation politique du Setchoan est de plus en plus embrouillée. C'est l'anarchie au sens péjoratif du mot : autant de gouvernements qu'il y a de généraux de brigades. Le pauvre peuple est pressuré de toutes les façons ; et on ne voit pas comment il pourra retrouver les jours paisibles d'antan, qui lui paraissent d'autant plus beaux qu'ils sont plus lointains.

    ROUI-YANG (Koui-tcheou)

    OEuvres.

    — La fondation d'une école pour les jeunes filles de la ville, dirigée par les Religieuses canadiennes de Notre Dame des Anges, secondées par les Vierges chinoises du couvent du Sacré-Coeur.
    — La fondation d'une modeste école de catéchistes, sous la direction de M. François Iuen.
    — La translation de l'hôpital à côté de l'évêché, ce qui nous permet de recevoir plus de malades et de les faire soigner par les dévouées religieuses.
    — La fondation d'un dispensaire confié également aux mêmes religieuses canadiennes.

    Conversions.

    CANTON (Kouangtong)

    Le nouveau prêtre, Joachim Lao, ouvrant à la foi chrétienne la sous préfecture de Tsingyun, y a régénéré 73 adultes ; 878 autres personnes ont demandé le bienfait de l'instruction chrétienne. En cette circonstance, l'instrument dont s'est servi la Providence pour disposer les coeurs est un colonel de l'armée yunnannaise, ancien catéchiste du P. Salvat. La population, voyant cet officiel, le plus considérable de la sous-préfecture, fréquenter la maisonnette louée par le P. Lao pour servir de résidence et de chapelle, n'a pas craint de se faire instruire d'une religion qui est celle du plus grand personnage du pays. Grâce à lui, le P. Joachim Lao a réussi à rendre des services à de nombreuses personnes.

    HANOI (Tonkin)

    Le 29 avril j'ai eu la grande joie de conférer solennellement le baptême à un groupe de 55 catéchumènes, prémices d'une commune jusqu'ici complètement païenne.
    Par suite de circonstances spéciales, ces braves gens s'étaient d'abord adressés au P. Chabert, de Hunghoa, qui leur était connu et leur avait déjà rendu service.
    Ce confrère consentit volontiers à leur prêter l'un de ses catéchistes pour les débuts de leur instruction religieuse. Le groupe était d'autant plus digne d'intérêt que son promoteur, ancien sergent revenu de France, avait été traîtreusement assassiné dans le but d'anéantir tout projet de conversion.
    Grâce au dévouement du P. Chabert, les autres familles restèrent fermes dans leur résolution, et après des débuts un peu difficiles, leur instruction fut continuée et achevée par le prêtre de la paroisse de Dai-on (Mission de Hanoi), d'où dépendait leur territoire.
    A la nouvelle que les catéchumènes de Yentanh, devenus leurs frères dans la foi., allaient être baptisés, les notables de la paroisse, eux aussi tous convertis de date récente, tinrent à donner à la fête un concours enthousiaste.
    Quand l'évêque parut, la joie rayonnait sur tous les fronts. En même temps l'attitude modeste et recueillie des catéchumènes produisait une vive impression sur les assistants dont la foule débordait la pauvre chapelle élevée pour la circonstance. Il y avait là en particulier un petit garçon de quatre ou cinq ans tout au plus qui excita l'admiration générale. Au cours de la cérémonie du baptême, il fit preuve' d'une intelligence vraiment extraordinaire, se prêtant sans hésiter à tous les mouvements indiqués, répondant nettement à toutes les questions du rituel, récitant à haute voix les prières prescrites, et surtout, montrant un esprit de foi, une ferveur au-dessus de son âge. Pour le récompenser et l'encourager, il fut admis, le lendemain matin, à recevoir la Confirmation avec les adultes.
    (Lettre de Mgr Gendreau.)

    PHATDIEM (Tonkin)

    Les Filles de Notre Dame des Missions

    A Phatdiem, les Soeurs de Saint-Paul de Chartres, ne pouvant fournir le personnel nécessaire au développement toujours croissant de leurs oeuvres, ont du, à leur grand regret, céder la place à une:nouvelle Congrégation dont notre dévoué procureur, le P. Jaricot a obtenu le concours : Les Filles, de Notre Dame des Missions sont maintenant installées, au nombre de 9, dans leur première maison d'Indochine. Elles travaillent avec ardeur à l'étude de la langue annamite; elles font des progrès très rapides.
    Tout en maintenant les oeuvres déjà existantes, elles pourront aussi contribuer d'une manière très efficace à l'instruction et à l'éducation des jeunes filles.
    1926/151-155
    151-155
    France et Asie
    1926
    Aucune image